Test : Thunder Force II (Mega Drive)


Thunder Force II
Thunder Force II
Shoot'em up

La genèse :

Au milieu des années 80 les consoles de jeux et ordinateurs personnels pullulent au Japon, parmi ces derniers nous pouvons citer les Sharp X1, Sharp MZ-1500, NEC PC-88 ou le MSX.
Techno Soft un éditeur anonyme au milieu de tant d'autres se décide à sortir en 1984 un jeu qui ne marquera pas les mémoires vidéo ludiques, un shoot them up vue de dessus, Thunder Force, beaucoup ignorent d'ailleurs même jusqu'à son existence et la plupart n'y ont sans doute jamais joué, ce qui est d'ailleurs mon cas.
Le jeu jettera toutefois les bases scénaristiques de toute la série. Quatre années plus tard en 1988, le studio développe toujours sur les PC japonais et propose une suite à son titre sur Sharp X68000. Au mois d'octobre, Sega commercialise la MegaDrive et attiré par le marché des consoles de salon, Techno Soft rejoint les éditeurs tiers déjà séduits par la machine se décidant à convertir son titre l'année suivante.
Thunder Force II sera à la fois le premier jeu d'un tiers sur la console de Sega et son premier shoot, d'ailleurs souvent considéré comme la brebis galeuse de la saga, écrasé par la qualité et l'aura de ses deux énormes suites 16-bit, Thunder Force III et IV.
Pourtant et malgré tout, ce premier opus MegaDrive est sans doute celui qui sera à l'origine du succès de ses séquelles, lui ouvrant les portes qui mènent au succès.

This is Exceliza, Roger good luck.

Quelques temps après les évènements du premier opus, l'empire ORN lance une nouvelle attaque d'envergure contre la Fédération Galactique grâce à leur tout nouvel appareil, le vaisseau mère Plealos.
La planète Reda est détruite, et la planète Nebula annexée, la Fédération décide donc d'attaquer les ORN sur Nebula afin de détruire leurs bases et par la même occasion le Plealos, pour ce faire, elle envoie sa nouvelle génération de chasseurs, les Fire Leo-02, surnommés Exceliza, au commande duquel vous devrez remplir ces objectifs.
Un scénario classique de guerre spatiale entre humains et extra-terrestres belliqueux, prétexte pour joyeusement se lancer à l'assaut de ce premier Thunder Force sur console de jeu.

Une curiosité vidéo ludique ?

Thunder Force était un shoot them up à scrolling vertical, Thunder Force III sera lui à scrolling horizontal, ce deuxième opus de la série est une synthèse des deux et se veut donc à scrolling multi directionnel, en effet les stages alternent les deux types de défilement.
En fait et pour simplifier, le jeu suit le schéma suivant : Le joueur commence toujours une mission avec la vue de dessus (top-view), lors de ces phases il doit localiser et détruire différentes bases, se souciant à la fois des attaques aériennes et de celles venues du sol tout en évitant parfois les obstacles géographiques, une fois l'objectif réalisé la deuxième phase débute, la vue change en un classique shoot vue de côté (side-view) où l'on devra affronter différents ennemis, boss intermédiaires et boss de fin de niveau, puis le cycle reprend.

Thunder Force II introduit le système d'armement qui deviendra récurrent tout au long de la série, par défaut le vaisseau n'est équipé que d'un tir jumeau frontal, le Twin Shot et d'un tir simple qui lance ses projectiles à la fois devant et derrière le chasseur, le Back Fire.
Il est possible d'upgrader son armement de base en récoltant des items, ces derniers donneront également accès à de nouvelles armes aux capacités spécifiques qui diffèrent selon le type de scrolling, et notamment le fameux Hunter qui fait ici sa première apparition. Le joueur peut dès lors alterner à sa guise et en fonction de la situation entre les différentes armes en sa possession, attention toutefois à ne pas être détruit, car l'armement retrouverait alors ses attributs de base.
Autre innovation importante du soft, les modules gravitationnels Claws qui protègent le vaisseau de certains tirs et augmentent sa puissance de feu.
La maniabilité du jeu quant à elle est excellente, le vaisseau répondant aux moindres sollicitations du joueur et ce dans les deux phases de jeu bien que logiquement différente de l'une à l'autre. Enfin, sachez que la difficulté augmente crescendo de niveau en niveau.

Thunder Force MD.

Rappelons que Thunder Force II est un portage d'un titre X68000, c'est pourquoi la version japonaise du jeu est dotée des initiales MD à côté de son nom, techniquement la mouture MegaDrive est d'ailleurs un petit peu moins aboutie que celle d'origine, les graphismes étant très moyens, échappant de peu à la médiocrité même pour un des premiers jeux de la machine, l'utilisation de la palette de couleur de la console mal pensée certains ennemis aux teintes similaires à celle des décors s'y fondent ce qui est assez gênant en pleine partie. Les sprites sont tout de même d'une taille satisfaisante et certains boss même assez gros, l'animation quant à elle est heureusement tout à fait fluide mais manque manifestement d'ambition, ici pas de scrolling parallaxes, rotations et autres distorsions le tout est donc propre à défaut d'être spectaculaire, qualificatif qui fera entre autre par la suite la renommée de la série.
Les musiques du jeu bien que réussies n'atteignent pas la qualité de ses suites, même si certaines pistes sont assez jolies, les différents effets sonores sont par contre un ton en dessous, certains rappelant trop ce qui se faisait sur la génération de consoles précédente exception faite des différentes digitalisations vocales comme celles qui annoncent les Power Up qui sont excellentes.

Mais ce Thunder Force à trop vouloir mélanger les genres fini par se trahir lui-même et il existe une réelle différence de qualité entre les deux types de phases de jeu, celles à scrolling vertical multidirectionnel finissent par lasser pour plusieurs raisons, en effet et pour commencer le défilement de l'écran est trop rapide, le joueur est contraint d'effectuer des changements de direction permanents pour détruire tel ou tel objectif ou éviter ses ennemis, ensuite l'absence de map pour localiser les bases fait cruellement défaut, parfois on peine à les dénicher ce qui devient rapidement pénible.
A contrario, les niveaux horizontaux sont quasiment exempt de reproches, la vitesse de défilement de l'écran est bonne, le jeu nerveux , le petit vaisseau est assailli de toute part, esquivant ennemis et obstacles, empruntant des passages étroits, on sent réellement la filiation avec ses suites.

Période de transition?

Ce shoot them up était sans doute au départ un concept ambitieux, une évolution du premier titre de la série auquel l'ajout des phases de scrolling horizontal devait être un apport qualitatif, malheureusement ces dernières sont beaucoup plus réussies et déséquilibrent complètement le jeu.
Ceci explique sans doute pourquoi Techno Soft ne conservera pour Thunder Force III que ce mode de défilement tout en l'améliorant pour aboutir au chef d'œuvre que l'on connait.
Ce deuxième opus a tout de même pour lui l'avantage d'inventer le système d'armement qui deviendra le standard de la série. Enfin, techniquement le jeu a beaucoup vieilli et pourrait en rebuter certain, la faute à un manque de prise de risque lors du portage du jeu du X68000 vers la 16-bit de Sega, prise de risque qui sera au rendez-vous pour l'opus suivant, le studio se donnant les moyens de sortir le meilleur du hardware MegaDrive.
Au final Thunder Force II reste un shoot them up moyen, qui vaut tout de même la peine d'être joué pour tout fan de la série qui souhaiterait en découvrir les origines sur MegaDrive.

Verdict

5

Points forts

  • Deux types de scrolling
  • Le système d'armement novateur
  • Le Hunter

Points faibles

  • Le déséquilibre entre les deux types de défilement
  • Les effets sonores
  • La réalisation qui a vieilli
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Mega Drive 5.4 8

Commentaires

Slash, 03 aoû 2008 - 3:10
ah celui-là je me souviens j'avais eu de la peine à le finir la première fois surtout dans les mondes des vues de hauts !!
bko, 03 aoû 2008 - 9:51
Je 'y ait jamais joué et cz donne pas envie, la faute aux phases vue de haut. Le nom ne fait pas tout !
Un titre que je trouve tres mauvais...a cause de ces foutues phases de haut...par contre pour une tite precision par rapport au test,il me semble que le 1er jeu tecnosoft de la MD a été herzog zwei.
Tonton, pour ce que j'en sait, Herzog Zwei est sorti la même année qur TF II, mais peu après, il est par contre le premier RTS MD ;)

Mais je peux me tromper :).
la note est plutot gentille, mais c'est un bon test. Dans la hierarchie des shoots sur MD, Tf2 est proche de la fin... Mais le point positif, c'est que technosoft en a tiré leçon vu les suivants.