Test : Mystic Defender (Mega Drive)

Ah Mystic Defender. Ce jeu a un parfum particulier pour moi, entre nostalgie et magie des premiers jeux consoles qui m’ont fait chavirer. Difficile de rester objectif aujourd’hui pour vous faire le test de ce titre qui me tient à cœur, mais je ferai au mieux.

Mystic Defender sort en 1989, soit quelques mois après la sortie de la Mega Drive au Japon. Personnellement j’avais acheté la console en import avec Sokoban et Assault Suit Leynos en janvier 1989 pour mon anniversaire (donc 2 mois après sa sortie). Mystic Defender a donc été l’un des premiers jeux que j’ai eus sur la console et il annonçait déjà ce qu’allait devenir la console de Sega : une machine plus « mature », offrant des performances impossibles sur 8 bits.

Le vrai titre du jeu est Kujaku Ô 2, Mystic Defender étant le titre occidental. Les plus attentifs me diront « eh, mais pourquoi 2, c’est qu’il y a un 1er épisode ? ». Eh bien oui, en réalité Mystic Defender est la suite de Spellcaster sorti sur Master System, tous deux issus d’un manga et d’un OAV japonais, Kujaku Ô, sortis durant les années 1986 à 1989. 

Image


Fais pas la tête Kujaku ….
 

Kujaku est un jeune moine bouddhiste (bouddhiste, fais pas la tête, boude …. ok, je sors …) qui a pour mission de pourchasser les démons ayant réussi à entrer dans notre monde. Pour se faire il dispose de pouvoirs transmis par son père illégitime : Lucifer. A l'instar de Luke Skywalker, Kujaku a aussi une sœur jumelle qui dispose également d'une partie de ces pouvoirs.

Au lancement de la cartouche, on découvre que sa sœur a été kidnappée par Nobunaga Oda, 6ème roi du mal. Ce vilain envisage de la sacrifier et de faire ressusciter son maître, le seigneur des ténèbres, grâce à cette exécution d'une jeune vierge disposant des pouvoirs de Lucifer.

Après quelques scénettes de dialogue, on peut admirer lors de l'intro du jeu notre héros Kujaku faire une sorte de kamehameha face à l'écran. Plutôt sympa, surtout à cette époque où les intros étaient plutôt rares ou sommaires.

Ce scénario correspond à celui des OAV, les fans apprécieront donc ce respect de l’œuvre originale.

Image


Le Défenseur Mystique …
 

Mystic Defender est un jeu d'action plateforme à scrolling horizontal. Occultant la partie « aventure » présent dans le premier opus sur master system, ce titre Mega Drive se focalise donc sur l'action pure et dure.

Notre moine bouddhiste dispose de pouvoirs magiques pour se défendre des démons, et ce ne sont pas moins de quatre techniques de combat qui vont constituer votre panel d'attaque. D'ailleurs vous allez vite vous rendre compte que Mystic Defender utilise certaines « routines » des shoot them up, pour proposer un gameplay intuitif et rapide.

Effectivement, à l'instar de beaucoup de shoots, vous pourrez passer d'un pouvoir à l'autre d'une simple pression sur le bouton C. Sur le haut de l'écran vous pouvez apercevoir les icônes de chaque pouvoir, ainsi qu'une jauge de puissance. Ce système fait penser à des titres comme Salamander par exemple.
Le premier pouvoir est la faculté d'envoyer des boules de feu sur vos adversaires. Si vous restez appuyez sur le bouton, votre jauge se remplit et ce sont alors trois boules de feu parallèles qui sont envoyées.

Image


Autre pouvoir disponible,  vous aurez accès à un tir de boules d'énergie qui « filent » dans toutes les directions, la jauge de puissance servant à accélérer et multiplier leur nombre. Le troisième pouvoir est un lance flamme ayant une portée très courte et une durée de « vie » qui fluctue en fonction de votre jauge de puissance. Ce dernier pouvoir est très puissant et permet surtout d'être utilisé en mouvement. Comprenez par là que votre héros peut balancer ces flammes inclinables de haut en bas tout en sautant ou en avançant. Pratique, voire indispensable, lors de phases de plateformes retorses.

Enfin le dernier pouvoir est une sorte de « bombe » qui explose tout à l'écran et ne sert qu'une fois. Lorsque vous l’activez, vous verrez un dieu bouddhistes apparaître, prenant tout l’écran et foudroyant tous les adversaires présents.

Tout au long des niveaux vous allez pouvoir récupérer des orbes bleus pour régénérer votre énergie, et des orbes rouges qui vont augmenter la vitesse de rechargement de votre jauge de pouvoir …

Image


Le principe du jeu pourrait se comparer à Toki, qui cumule phase de plateforme délicates dans des niveaux à l'architecture souvent torturée, et shoot them up dans lequel vous tirez à tout va sur tout ce qui bouge.

Il vous faudra traverser huit stages pour en venir à bout, dont deux ne seront en fait que des sortes de labyrinthes dont il faudra trouver la sortie sans affronter de boss à l'issue. Ces deux stages mis de côté, un boss souvent beaucoup plus grand et coriace que vous viendra vous défier, certains niveaux proposant même un mini boss par ci par là.

Ces niveaux sont très organiques, voire malsains, correspondant totalement au thème du jeu abordé : une lutte sans merci contre une horde de démons et ses disciples. Dans le lot vous aurez la forêt lugubre donnant accès au temple démoniaque, l’antre du temple satanique où les murs coulant de sang donnent le ton du niveau, le labyrinthe organique (faisant penser à Alien), la mer de lave et ses décors gluants, le monastère des disciples sataniques, jusqu’à l’arrivée au château du démon.

Ashura, elle assure ….
 

Tout comme votre sœur Ashura dont vous découvrirez les formes plus que généreuses dans ce titre de Sega, Mystic Defender dispose d'une plastique plutôt réussie …

Ce que j'aime dans un jeu vidéo c'est lorsqu'il nous plonge dans son univers et qu'il évite de nous ressortir les clichés maintes fois vus dans d'autres jeux. Et le moins que l'on puisse dire c'est que Kujaku Oh 2 parvient à nous transporter dans ce monde glauque envahi par des démons sans pitié.

Dès l'introduction les sonorités métalliques de la musique nous donnent une sensation étrange d'angoisse. Les musiques qui  accompagnent votre aventure seront toujours tendues, comme inspirés de films tels que L'Exorciste. Les notes au refrain court, sonnent bien à l'oreille mais maintiennent le joueur sous tension. Personnellement j'adore.

Image


Les graphismes ne sont pas en reste, avec des personnages angoissants voire repoussants. Votre héros dans sa toge de moine qui vole au vent semble le seul être disposant de grâce et d'humanité dans ce monde de brutes.

Après avoir traversé une forêt sombre où les moines démons vous agressent de toute part, où un serpent géant vous barre la route, et une sorte de loup-garou en armure tente de vous embrocher, vous allez atterrir dans une ville fantôme. Les murs dégoulinent de sang, des nourrissons explosent sous vos coups dans une gerbe de sang pour se transformer en limaces difformes et des prêtres encapuchonnés tout droit sortis d'un film d'horreur vous encerclent dans une danse macabre.

Image

Tout le jeu se voudra ainsi sombre, glauque, dérangeant par moments. Des niveaux inspirés d'Alien vous tiendront en haleine, d'autres temples inquiétants feront transformer les prêtres en araignées voraces, des plateformes ressemblant à des membres d'un quelconque être maudit vous guideront sur un fleuve de lave, des visages sanguinolents sortiront des murs pour vous balancer de l'acide, et le dernier boss en forme d'arbre démoniaque empli de visages damnés finira de laisser à ce titre une ambiance si particulière …

Ce jeu faisait clairement partie de l'objectif affiché de Sega d'offrir des titres plus « matures » que son concurrent Nintendo et il a réussi son pari. Splatterhouse, connu pour son côté morbide, était sorti en 1988 en arcade et seulement fin 1989 sur console de salon. Cette année-là les jeux glauques se comptaient donc sur les doigts d'une main…

Si Mystic Defender est sorti au début de la machine, on ne pourra lui reprocher d'être encore aujourd'hui de très bonne qualité. Les couleurs bien que sombres n'en sont pas moins bien choisies, les scrollings différentiels sont de la partie et donnent plus de profondeur aux décors, et les animations des personnages forcent le respect pour un jeu de 1989.

Image


Des versions différentes selon le continent…
 

Comme beaucoup de jeux à cette époque, il arrivait souvent que les jeux japonais soient édulcorés pour arriver en occident, ou modifiés pour s’adapter à un marché différent. Mystic Defender ne fait pas exception à la règle, ceci pouvant aussi s’expliquer par le fait que l’OAV Kojaku Ô soit totalement inconnu chez nous.

Commençons par la boîte du jeu. Si la version Euro n'est pas laide, loin de là, on est très loin de la beauté de la jaquette japonaise qui explose en couleurs et en références à l'OAV d'origine. Elle reste l’une des plus belles boîtes Mega Drive pour moi. La notice n’est pas en reste en matière d’artworks.

Ensuite le scénario a été modifié, évitant les références au manga d’origine.. Dans notre contrée vous incarnez Joe (faut pas non plus se casser la tête à trouver un prénom original) qui veut sauver Alexandra, une fille d’un village enlevée par un vilain sorcier. Vous êtes un guerrier magique qui se lance à la rescousse de la demoiselle et met fin au plan du sorcier démoniaque qui veut sacrifier la jeune fille pour faire ressusciter son maître démon.

L’autre modification beaucoup plus visuelle est celle de l’apparence de notre héros. Finie la belle toge de moine bouddhiste (qui vole au vent dans le jeu), et bonjour le pantalon noir et pull moulant. Ça enlève du charme à l’ensemble je trouve.

Image


De même, afin de ne pas choquer les joueurs occidentaux, certains ennemis un peu trop glauques ont été édulcorés. Dans le niveau 2, le temple satanique dont les murs et sols sont couverts de sang, dans le jeu japonais vous affrontiez les disciples du mal (bien humains) et vous aviez des nourrissons qui sortaient des murs dans une flaque de sang. Ces mêmes bébés pouvaient exploser et devenir des larves sanguinolentes qui rampaient vers vous. Dans la version occidentale, ce niveau est certainement trop choquant, et tous les ennemis « humains » et « bébés » sont devenus verts et les nourrissons n’explosent plus. Ça leur enlève leur côté trop humain et réaliste et devient donc plus acceptable. 

Enfin, le pouvoir divin que vous pouvez récupérer n’est plus un dieu bouddhiste qui explose tout à l’écran, mais un dragon à trois têtes.

Etonnamment, la jeune demoiselle restera entièrement nue à la fin du jeu lorsque vous la délivrerez de l’emprise du démon, que ce soit dans le jeu européen ou américain. C’est assez rare pour le souligner. 

Mystic Defender est un titre qui vous tiendra en haleine. Assez difficile sur la fin malgré des niveaux plutôt courts, il jouit d'une ambiance travaillée où les graphismes et la bande sonore forment un ensemble cohérent. L'âme qui se dégage de ce jeu ne vous laissera pas indifférent et il reste encore à ce jour un de mes très bons souvenirs de gamers sur la console 16 bits de Sega.

Je vous conseille bien entendu la version japonaise afin d'avoir le héros dans sa forme originelle et les ennemis non édulcorés. Un pur produit SEGA qui mériterait de revenir dans des compilations de jeux de la console, ou sur les Mega Drive Mini.

Verdict

8

Points forts

  • Son ambiance démoniaque unique
  • Sa bande son parfaitement adaptée
  • L’animation des personnages fluide
  • Graphiquement reste de qualité malgré les années
  • Une boîte et notice magnifiques
  • Un jeu nerveux et bien équilibré
  • 8 niveaux bien distincts

Points faibles

  • Une version occidentale remaniée
  • Certains passages de plateforme délicats
  • Un mode deux joueurs aurait été top
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Mega Drive 7.8 5

Commentaires

bko, 13 aoû 2008 - 5:30
Ce jeu ne m'a jamais attiré, a cause de l'argument peu objectif des ses graphismes datés... Voila surement un test qui va changer mon opinion ;)
Un de mes premiers jeux MD, il était assez dur, de ce que je m'en souviens, mais accrocheur. Je connaissais pas en détails ces histoires de censure.
yohko kurama, 20 aoû 2008 - 7:40
Merci bien pour ce test, je ne connaissais pas ce jeu en plus.
Je ne connaissais pas l'histoire japonaise du jeu. La version japonaise doit effectivement etre plus sympa...
Merci pour ce test, que je n'avais pas lu à l'époque ^^
Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre en lançant le jeu pour la première fois, et j'ai été agréablement surprise. Sous des aspects un peu austères, il est très agréable à jouer, et le challenge présent mais raisonnable lui donne un petit goût de reviens-y. Un bon titre de la console.
SLAINE, 26 juil 2022 - 11:25
Merci. Content d'avoir pu faire découvrir ce jeu qui me tient à coeur. Je ne comprends pas pourquoi on ne l'a jamais retrouvé sur les multiples compiles Megadrive ou sur les consoles mini. Peut être à cause des droits de l'OAV...
myau, 26 juil 2022 - 7:08
Qu'est-ce que j'ai pu joué à ce jeu à l'époque ! On me l'avait prêté en version euro mais en l'insérant sur ma console japonaise, la version euro passait en version japonaise. Et c'est vrai que les différences sont frappantes à commencer par l'intro dont certaines images ont disparu de la version occidentale. Le jeu dispose d'une bonne difficulté et la musique est sublime en particulier la musique des boss que je trouve incroyable pour un jeu de 1989. Je vous conseille aussi Kujakuô (premier du nom) sur la Sega Mark III car les différences avec SpellCaster sont notables. Par contre, tu dis avoir eu ta Mega Drive en janvier 1989 mais Sokoban et Leynos ne sont sortis respectivement qu'en janvier et mars 1990. mais j'aimerais bien que tu nous rédiges un article sur Leynos justement car j'ai toujours eu du mal avec ce jeu alors qu'il est très apprécié au Japon.
Oui tu as raison, petit couack dans la date, c'était janvier 1990. Par contre pour Leynos, je ne me l'explique pas, ou bien mes souvenirs de date s'embrouillent (ça commence à faire un bout de temps) ou bien il y a une erreur dans la date de sortie du jeu jap. J'ai bien eu la megadrive jap avec Sokoban et Leynos "offert avec la console" et pour mon anniversaire (janvier). Hmmm, faudra que je vérifie tout ça . La vieillesse.... :D
Concernant le test de Assault suit Leynos, il est disponible sur le site mais sous la référence "Target Earth", le titre Occidental.
https://www.sega-mag.com/test/test-target-earth-10895

Quand tu dis que lorsque tu mets la cartouche euro dans une console jap, tu as la version japonaise du jeu, tu veux dire avec le bon costume, etc ???? Je ne savais pas que c'était possible
Ok, franchement je l'ignorais. Donc ils font comment concrètement ? Ils prévoient la rom japonaise dans la cartouche et elle se "connecte" lorsqu'elle comprend qu'elle est sur le support d'origine ?
Merci pour le test Slaine, j'ignorais les différences entre les versions ! J'ai bien apprécié ce jeu plus jeune même si je ne l'ai jamais terminé, on me l'avait juste prêté quelques temps mais je le retenterai sur ma MD mini...
Très bon jeu MegaDrive d'avant la période Super Sayan de la console (palier Sonic/1991). J'adore la jaquette PAL au passage.

Infos sur le jeu