Preview : Total War Warhammer III

Pour nous faire patienter, Creative Assembly nous a invité à essayer dans Total War : Warhammer III un nouveau type de bataille: les "Survival Battles". On ne connait pas encore le nom français, donc on va rester là-dessus pour cette preview. Le jeu n'étant pas fini, certaines choses changeront encore même s'il semblait particulièrement abouti. Ce jeu conclura la trilogie en abordant la Fin des Temps, rien que ça !

Nouvelle faction et nouvelle situation
 

Commençons par la nouvelle faction, dirigée par Tzarina Katarin, Kislev. Ça pourrait ressembler à une parodie peu inspirée, mais cela fait partie du lore de Warhammer. Si l'inspiration pour les noms est évidente, cela se traduit aussi pour les unités : une cavalerie très mobile, capable de briser le moral et la cohésion des ennemis. Des troupes d'infanterie qui ont tendance à combattre jusqu'à la mort plutôt que reculer, capables alors d'achever l'adversaire s'il était déjà affaibli ou de constituer un barrage efficace.

La Tzarina est surnommée la Reine des Ne...Glaces ! La Reine des Glaces, son palais est fait de glace et sa magie...et bien pareil. Fille de Boris, son règne de 4 ans se voit perturbé par la Fin des Temps. Inutile de vous dire que quand on nomme une perturbation de règne "la Fin des Temps", c'est qu'elle est plutôt costaude.

warhammer III 2

Une bataille des genres
 

Avant d'essayer de décrire les Survival Battle, parce que ça ne va pas être facile, je vais vous dire si c'est bon: c'est très bon. La recette ? Prenez du DotA et du Roi de la Colline, vous pouvez remplacer ce dernier par du capture de drapeau si vous n'en avez plus. Ajoutez-y du tower defense, mélangez le tout dans un RTS-shaker et vous voilà avec un Survival Battle. C'est pas clair ? Bon, le début ne vous surprendra pas : vous avez votre armée et la placez comme vous le sentez, un peu plus loin vous voyez une petite armée ennemie, derrière elle un drapeau et encore derrière, une barrière de feu. Vous commencez à voir ce qui va se passer ? On avance, on détruit l'armée devant nous, on prend le drapeau, on fortifie la place, on encaisse les vagues d'ennemis qui arrivent, et quand la barrière est brisée, prenez les même et on recommence.

C'est évidemment plus subtil que ça ; déjà nous sommes dans un Total War, la gestion de la fatigue et du moral de vos unités auront une influence, surtout que cette première boucle de gameplay est à répéter deux fois, avec le boss de zone à la fin. Les ennemis sont plus faibles que dans une bataille traditionnelle mais ne sont pas à sous-estimer pour autant, et tenir jusqu'au bout ne sera pas possible si vous faites n'importe quoi. Pour vous aider, et construire les fortifications, vous avez droit à des ressources. Pas de différenciations à la manière d'un Age of Empires, la ressource est générique et permet de tout faire: remplir le carquois de vos archers, rendre la mana à Katarin, soigner vos unités, construire des tours et barricades, embaucher de nouvelles unités. Pour en obtenir, deux possibilités : tuer des ennemis, chaque ennemi vous en apportant une petite quantité, ou prendre un drapeau, ce qui vous amène un joli stock immédiatement.

Il y a donc 3 drapeaux/collines à prendre, chaque drapeau pris retire un débuff qui, de base, est appliqué à l'ensemble de l'armée. Il autorise aussi le recrutement de meilleures unités. Chaque drapeau est lié à un débuff et certaines unités, le dernier drapeau apportant, assez logiquement, les meilleures unités. Si vous pensiez que prendre les drapeaux suffisait, oh non. L'ennemi est malin, il est partout: devant vous, derrière vous, sur les côtés, il enverra régulièrement de petites vagues essayer de les récupérer. Découvrez-vous trop et vous perdrez cet avantage, dispersez-vous trop et vous n'avancerez qu'au prix de grande perte.

warhammer III 3

Bataille de boss ou boss des batailles ?
 

Avec 3 zones à contrôler, autant de vagues à encaisser avant d'affronter le boss de zone, ces Survival Battle ressemblent à bien des égards à un boss de RPG : plusieurs phases, chacune un plus dure que la précédente, un combat long et intense et des ressources relativement limitées. Et c'est bien ce que c'est dans le cadre de la campagne : une bataille de boss qui doit vous amener à la suite de la narration. L'équilibrage actuel ne m'a pas empêché d'atteindre le boss malgré, de l'aveu même du Game Director, un équilibrage adapté aux joueurs plus expérimentés. Ce qui est de bon augure pour ceux qui, comme moi, ont tendance à oublier les 4 autres escarmouches qui se déroulent ailleurs sur la carte. Cette dernière, de part son gameplay spécifique, est plus profonde que large et particulièrement accidentée, rendant difficile les déplacements de vos unités.

warhammer III 4

Arrivé à la fin de cette preview, vous devez vous douter de ce que j'en pense: ce nouveau mode de bataille est bien, vraiment bien. Même avec la difficulté un poil trop élevée pour moi, j'ai réussi à déclencher la dernière phase. Dans les petits défauts que l'on pourrait évoquer, il y a la longueur, car même si Total War se savoure plutôt avec de longues sessions, les 1h40 qui m'ont été nécessaires pour l'essai pourraient en décourager certains, surtout avec le risque réel de défaite. Mais c'est aussi ce qui apporte à l'ambiance, il y a une vraie tension et celle-ci ne fait que s'accentuer à mesure que l'on avance. Jusque là, je ne m'étais pas intéressé à la trilogie Warhammer, mais ce volet qui va clôturer la série avec la Fin des Temps risque bien de me faire plonger dans les autres. Et pour finir : ces batailles seront jouable en co-op, de quoi imaginer de belles associations qui rappelleront certaines scènes du Seigneur des Anneaux.