Test : Fantasia (Mega Drive)


Fantasia
Fantasia
Plateforme
Deuxième jeu avec notre ami Mickey sur la console 16 bits de SEGA (juste après Castle Of Illusion), Fantasia est l'adaptation du dessin animé éponyme. Une fois n'est pas coutume, ce n'est pas SEGA qui est aux commandes mais Infogrammes qui développe ce titre.

Pour ceux qui ne connaissent que de nom ce long métrage assez particulier de Disney, on pourrait le qualifier de dessin animé musical. L'ensemble de l'oeuvre se veut un voyage féerique sur fond de musique classique. Seul une petite partie de cet animé voit l'intervention de Mickey en qualité d'apprenti magicien.
Totalement mué (n'existe que la bande sonore musicale), on y découvre un Mickey disciple d'un puissant magicien et qui n'est visiblement bon qu'à faire des taches ménagères. Alors que son maître s'absente, il lui emprunte en secret sa baguette magique afin de s'acquitter de ses corvées au plus vite.

L'aventure commence alors pour notre brave Mickey, qui voit tous ses projets ruinés par une avalanche de catastrophes imprévues.

Bienvenue à Fantasia Land :

Fantasia sur Megadrive reprend donc le déroulement du dessin animé en commençant par la scène où Mickey lutte contre les balais rebelles. Le jeu se poursuivra au-delà de cette aventure pour voyager à travers les autres séquences du long métrage (dont la danse des hippopotames, le monde ténébreux, etc.....). Pour finir le jeu il faudra retrouver toutes les notes de musiques égarées.

En tout 4 niveaux seront à traverser (chacun coupé en sous-niveaux). Le jeu est donc assez court, mais sa grande difficulté vous donnera des sueurs froides pour en voir le bout (mais nous y reviendrons plus bas).
Des sortes de " bonus stage " sont disséminés dans les niveaux. À vous de les trouver.
À la fin du niveau, le chef d'orchestre compte les notes de musiques que vous avez retrouvé dans le niveau. Si vous n'avez pas le compte, vous reprenez le stage à Zéro. Dur pour les nerfs, surtout que ce n'est qu'à la fin du niveau que vous découvrez combien de notes au total vous auriez dû ramasser (il n'y aucun compteur durant la partie)...

Un gameplay difficile :

Nous sommes donc face à un pur jeu de plateformes 2D avec scrolling horizontal.

Mickey peut sauter, tirer des boules d'énergie, se baisser et c'est tout. La difficulté première vient de la maniabilité. Mickey prend son temps pour répondre à vos sollicitations, cela devient vite pénible car il va falloir anticiper les mouvements de vos ennemis, car eux sont au contraire très rapides. Et croyez moi, des ennemis, il y en a... on peut même dire que l'écran n'est jamais vide d'ennemis.

L'autre difficulté vient du fait que Mickey ne tue pas ses adversaires en leur sautant dessus simplement. Juste avant d'atterrir sur l'ennemi il faut appuyer sur le Bas. Problème, les contrôles ne réagissent pas très bien, et on peste devant la maniabilité en mourant alors qu'on avait bien appuyé sur la touche directionnelle... On pourrait croire que les fameuses boules d'énergie avec la baguette nous donneront un coup de main, mais il n'en est rien. Les munitions sont extrêmement limitées (en moyenne 4 ou 5 tirs dispos).
On passe donc son temps à éviter les ennemis au lieu de les tuer. Vu que Mickey est lent, très lent, cela devient un véritable parcours du combattant. Sans parler des phases de plateformes très compliquées par moments, et on obtient un jeu pour les pros du pad.

Pour conclure sur la difficulté exacerbée du jeu, sachez que Mickey meurt après s'être fait touché 2 ou 3 fois, qu'il n'a que 4 vies et que 4 continus !!!!!! (il faut les gagner, ainsi que les coeurs et vies, même en mode easy).

Une superbe réalisation :

Fantasia fait partie des plus beaux jeux de plateformes de la console, et le moins que l'on puisse dire c'est qu'à l'époque il mettait tout le monde d'accord.
Les décors sont très colorés avec de nombreux scrollings différentiels. Les personnages bougent bien et les effets d'ombre et de lumière sont superbes. Mention spéciale pour le dernier niveau très ténébreux absolument magnifique. Encore aujourd'hui Fantasia dispose d'un certain cachet qu'on ne peut lui ôter.

Les musiques toutes issues du répertoire classique sont très bien orchestrées. Un régal pour les oreilles.

Beau mais redoutable :

Fantasia est le parfait exemple de ce qu'il ne faut pas faire dans un jeu de plateformes. La maniabilité est épouvantable rendant le titre extrêmement difficile. Si le gameplay n'avait pas souffert de ce handicap majeur, Fantasia aurait brillé au travers sa réalisation graphique.

Un titre à réserver aux vrais hardcores gamers ou aux fans de Mickey.

Verdict

5

Points forts

  • La réalisation graphique
  • Les musiques
  • La même trame que le dessin animé de Disney

Points faibles

  • Extrèmement difficile
  • Que 4 niveaux
  • La maniabilité épouvantable
  • Le temps de réaction de votre personnage
  • Aucun compteur pour les notes de musiques
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Mega Drive 5.7 15

Archives commentaires

C'était un de mes premiers jeux Fantasia, être directement confronté à ce genre de jeu permet de partir avec un bon moral dans sa vie de gamer lol. Pas contre j'ai jamais réussi à le terminer, toujours crever au dernier niveau...
Du même avis que le test... un jeu très chatmant mais une difficulté abominable... finalement, je n'ai jamais fini !
bko, 09 avr 2008 - 10:03
Ben je l'ai acheté recemment en brocante et vendu très vite quand j'ai compris la difficulté du jeu !
Malheureusement pour ce titre, la difficulté vient principalement de la maniabilité complètement loupé... C'est là que c'est rageant pour un jeu de plateforme où le plaisir doit être immédiat et facilement jouable. Vraiment dommage, le jeu avait beaucoup de qualité pour le mettre en valeur.... J'ai repris le jeu pour faire le test, et si j'arrivais à le finir rapidement à l'époque, j'en ai été totalement incapable pour le test... A croire qu'on devient soit moins bon, soit moins patient...