Test : Donald in Maui Mallard (Mega Drive)

En 1995, vu le succès des différents jeux Disney sur MegaDrive par SEGA et Traveller's Tales, la firme américaine décide de créer sa propre équipe de développement : Disney Interactive. Et décide sortir un jeu lié à Donald : Maui Mallard.

Maui Mallard est un jeu de plate-forme où on incarne le fameux canard grincheux dans son nouveau rôle qui est Maui Mallard : un détective un peu spécial (et crâneur) qui prend des affaires un peu particulières. Il s'agit comme toujours dans ce genre de jeu d'atteindre la fin du niveau et d'en découdre avec un boss.

Maui Mallard peut se défendre à l'aide de son pistolet à insectes. Pour cela, il doit récupérer des munitions. Les classiques permettent de tirer infiniment mais leur portée est hyper courte et leur puissance ridicule. Les insectes électriques permettent d'avoir une plus longue portée, ceux de feu balancent un boomerang téléguidé et les bombes ont une trajectoire en cloche. Le plus est qu'on peut combiner les insectes pour obtenir de nouveaux tirs, une bombe et un insecte électrique provoquera à son explosion des tirs dans tous les sens ou alors combiner les trois permettra d'avoir une arme qui éliminera toute résistance (mais consomme pas mal de munitions).

En fait, ce n'est pas un mais deux personnages que l'on peut incarner. Maui Mallard pourra se transformer en son alter ego : Cold Shadow, un ninja très puissant qui utilise un bâton pour combattre ou se déplacer. Il peut saisir les crochets à l'aide de celui-ci ou s'en servir pour se coincer entre deux murs et se hisser en haut. Seulement la transformation en ninja demande des médaillons spéciaux Ying Yang qui traînent dans les niveaux. Il suffit ensuite d'appuyer et maintenir A pour passer de Maui à Cold Shadow et vice versa. Seulement l'utilisation du ninja est limitée par un compteur et il faut récupérer d'autres médaillons pour maintenir la transformation.

Outre les insectes et médaillons, Donald trouvera d'autres objets utiles tels que des têtes de Donald, des sacs d'or ou un ticket en or. Le premier permet d'avoir une vie supplémentaire, le second en les récupérant tous permettent de dévoiler le mot de passe et le troisième d'accéder à un niveau bonus où Maui, sur un monocycle, doit récupérer des bonus et atteindre la sortie sans encombre. Ah, il existe aussi trois sortes de médaillons : les classiques qui ajoutent 100 au compteur Ying Yang, les gros qui donnent le max et les rouge et noir qui donnent un coup supplémentaire à Cold Shadow.

Le jeu contient 8 niveaux qui vont du manoir hanté, le temple ninja, le marécage boueux, l'intérieur d'un volcan, la cime des arbres, un galion fantôme englouti, le royaume des morts (rien que ça) et enfin se conclue par un combat contre le boss final. Ces niveaux sont généralement variés avec soit Maui Mallard ou Cold Shadow voire les deux. Saut à l'élastique et propulsion dans l'eau à l'aide du pistolet sera les quelques épreuves attendues.

Pour ce qui est de la réalisation, Donald in Maui Mallard est impressionnant : bien que l'ambiance soit sombre pour un jeu Disney, les graphismes sont magnifiques, on sent que la console est bien maîtrisée. Pour ce qui est de la partie sonore, elle est bien pêchue et comporte de très bonnes musiques mêlant jazz et tamtam. Le level design est assez bien inspiré et comporte nombre de pièces secrètes recelant des trésors. Mais le point fort du reste sûrement l'animation : il suffit de voir les mimiques de Donald pour s'en convaincre. Même les ennemis ont le droit à une animation soignée comme les Muddrakes. On s'attendrait à voir David Perry dans les crédits.

En revanche, Maui Mallard est très difficile, bien plus que Mickey Mania. En fait, ce n'est pas tellement sa difficulté, progressive et bien dosée, mais plutôt la jouabilité de Donald : les sauts sont très difficiles à manier et on a du mal parfois à atterrir où on veut. Mais la palme reste quand même les séquences avec le bâton où on doit s'accrocher à un endroit précis comme un grappin. Elles demandent un timing très précis sinon le bâton ne s'y accroche pas. Et c'est d'autant plus rageant que les deux derniers sont grandement basés dessus et souvent dans le vide. Une sacrée maîtrise sera nécessaire. Heureusement, on trouvera du punch assez souvent pour régénérer sa vie et des sacs spéciaux qui étendent la barre de points de vie.

De 1991 à 1995, la MegaDrive a été gâtée niveau jeux Disney. Et Maui Mallard fait partie de ces grands jeux dédiés à la firme américaine, dans un genre pourtant surreprésenté sur la console. Une suite a été prévue mais ne verra jamais le jour. Reste que Donald in Maui Mallard se classe plutôt bien parmi les bons jeux du genre de la console.

Verdict

9

Points forts

  • Graphiquement réussi
  • Des phases variées
  • Bon Gameplay

Points faibles

  • Sauts et passages avec le bâton difficiles à maîtriser
  • Plutôt difficile
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Mega Drive 7.7 6

Commentaires