Test : Zool (Mega Drive)


Zool
Zool
Plateforme
Quand on lit la description du jeu au dos de sa boite, on trouve ça : "Chaque année, un nouveau jeu révolutionne le monde ludique. Un jeu tellement étonnant, rapide, coloré, grand, prenant, méga, impressionnant, varié, incroyable et comportant une foule de caractéristiques tellement fantastiques et de surprises tellement inattendues, que tout le monde le regarde simplement en disant C'EST CE QU'IL Y A DE MIEUX ! Cette année ne fait pas exception et ZOOL est sans aucun doute CE QU'IL Y A DE MIEUX !"

Quand on découvre une annonce comme ça, on a forcément envie de rigoler, mais alors très fort, on sent le jeu bien pourri qui tente d'attirer l'attention comme il peut car il faut le dire il a eu de la chance ce Zool ! S'il était sorti en 1992 il y'aurait eu Sonic 2 et Streets Of Rage 2 entre autres en face, quel farceurs ces développeurs ils ne savaient pas que Sonic 3 allait débarquer quelques mois plus tard. Bien qu'ayant fait sa loi dans le début des années 90 sur micro Zool débarque dans le monde des consoles en tant que challenger et le pari n'est franchement pas gagné.

Zoooool

Zool est un ninja de la dimension "N", il sait tirer des boulettes, sauter, effectuer des attaques tourbillonnantes et glisser vers l'adversaire, un bon ninja qui ne passe pas inaperçu vu que sa couleur de peau c'est le vert. Mais que serait un bon gros ninja s'il n'était pas sponsorisé par une célèbre marque de sucettes! C'est bien simple lors du premier niveau on voit clairement tous les 3 écrans une pub pour cette boite. Les sucettes qui composent ce monde ont la même tronche que celles que commercialisent ladite boite, bref il ne manque plus pour le coup que le boss du niveau soit un tas de sucettes de la marque concurrente. à croire que les développeurs étaient payés en sucreries. "papa j'ai quoi à noël?" "euuh il me reste 4 kilos de chupa chups si tu veux" "oh non j'en ai déjà eu 5 kilos l'an passé" bref passons.

Zool surprend à plus d'un titre, le premier c'est par la publicité qui inonde le premier niveau. Assez étonné, ce mal se dissipe totalement par la suite dans les niveaux suivants, ouf ! Zool a des "supers" pouvoirs et rencontre de "supers" ennemis, bien que nigauds, en fonction des niveaux traversés la faune n'est pas la même visuellement mais la difficulté reste stable. Alors que certains ennemis demandent quelques boulettes pour se faire exploser la face d'autres demanderont un bon saut sur leur tronche. Cela peut paraître totalement classique de prime à bord mais il faut savoir que les niveaux sont gigantesques et qu'il n'est pas rare de foncer à toute berzingue étant donné que le gameplay s'y prête à merveille mais Zool n'a pas l'ABS, il a tendance à glisser pas mal. Le jeu consiste donc à récupérer X friandises avant de pouvoir faire apparaître la sortie. Zool dans sa quête du bien contre le mal va trouver divers petits bonus pour booster ses diverses capacités comme sauter plus haut, se dédoubler pour tirer deux boulettes, les supers gadgets de Ninja de second zone en somme. Bien que petit, vous allez voyager à travers divers mondes qui rivalisent "d'ingéniosités", jugez plutôt : le monde des sucreries, de la musique, du bricolage, des jouets et d'autres qui nous donnent l'impression de se balader dans les rayons d'une grande surface.

Profitant de niveaux relativement grands, c'est un plaisir au bout de quelques moments de s'accrocher aux murs, de sauter dans tous les sens, d'avoir des réflexes de dernière seconde lorsqu'un ennemi se présente. Bref toutes les sensations qu'un bon petit jeu doit présenter sont bel et bien là. Le seul problème, en fonction de vos affinités, vous trouverez le personnage peu maniable car il glisse énormément (dixit ma soeur qui joue au jeu). Bref sans en faire tout un roman la réalisation technique est potable à tous les étages et est bien loin de nous faire une petite masturbation oculaire, "moyen doit faire ses preuves" comme on voit sur de nombreux bulletins scolaires.

Là où le bas blesse, malgré une bonne gestion de la difficulté dans les niveaux vous allez vous retrouver face à un mur et ce dès le second boss ! C'est bien simple, après un premier boss relativement "con-con" pour se mettre en jambes, le second propose une difficulté bien trop hard-core pour figurer au début du jeu ! La principale difficulté vient du fait qu'il ne faut pas toucher le boss 3-4 fois comme divers jeux, non là il faut lui expédier une grande quantité de boulettes ! La galère consiste donc à répéter un trop grand nombre de fois ladite opération face à des boss qui ont une certaine liberté dans leur mouvement.

Loooooz

Zool avait tout pour devenir un bon petit jeu bien sympathique que l'on aime sortir de temps en temps. Mais sa trop grande difficulté lors de vos rencontres avec les boss vont en décourager plus d'un, c'est pas malin de faire un soft que seuls les développeurs peuvent terminer. Sans trop de regrets, ce titre rejoint le rayon des promotions des divers hard discount, à 2€ vous en aurez pour votre argent (attention Altered Beast coûte plus cher et est moins bien) un jeu qui se noie dans la masse des jeux banals.

Verdict

5

Points forts

  • Vous en avez pour votre argent : 2€.

Points faibles

  • Zool glisse trop.
  • Mauvaise visibilité.
  • Les boss, ils ont fumé.
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Mega Drive 5.5 8

Commentaires