Test : Tokyo Highway Challenge (Dreamcast)

Bien avant de découvrir les quartiers mythiques de Tokyo avec le magnifique M-SR, Dreamcast permettait déjà de visiter au moins le périphérique de la capitale japonaise avec l'un de ses premiers titres de lancement en Europe, Tokyo Highway Challenge.

Tokyo Highway Challenge en Europe, Shutokou Battle au Japon

Aux US, c'est Tokyo Xtreme Racer bref, la création de Genki est connue sous trois appellations distinctes. De plus, ce n'est pas la première fois que le développeur japonais réalise un jeu de courses puisqu'on leur doit sur Sega Saturn, Wangan Dead Heat, Shutokou Battle '97 et même une version Initial D.
Je suis persuadé que trois d'entre vous, connaissent la qualité des productions que j'ai cité ;).
Après s'être libéré de la conversion de Virtua Fighter 3 tb sur Dreamcast, Genki enchaine avec Tokyo Highway Challenge en '99, un titre qui est resté exclusif à la 128 bits de SEGA. En effet, le développeur situé à Shinjuku revient à ses premiers amours... les courses illégales au Pays du Soleil Levant.

Ma AE86T ou ma FD ?

Le but du jeu, est d'être le King du périphérique de Tokyo. Mais avant de se proclamer le meilleur driver, il faut d'abord s'acheter une belle sportive et étant donné qu'on est dans le pays des délicieux Gyû-don, on aura uniquement que des véhicules de marques japonaises.
Nous voici avec une vieille, mais néanmoins culte AE86T... vrouuuuuum, vrouuuuuum c'est parti...

Une fois sélectionnée la boîte de vitesses en manuel ou en automatique, on réalise qu'il n'existe qu'un seul et unique circuit... la fameuse voie rapide 'Shutokou C1' de Tokyo! Certes, on peut choisir de rouler côté A (C1 inner) autrement dit, dans le sens inverse des aiguilles d'une montre ou alors, choisir de rouler du côté B (C1 outer) dans le sens des aiguilles d'une montre. Cela change bien évidemment le tracé notamment les virages et, en ce qui me concerne, je préfère clairement le côté A puisque je trouve que le côté opposé possède pas mal de virages assez vicieux et parfois pénibles.

Nous voici dans le circulaire, avec une phase que l'on peut qualifier de "libre circulation". Ayant une belle japonaise dans sa version la plus simple possible cela dit, au fur et à mesure des victoires contre les adversaires, on pourra par la suite customiser et monter en puissance jusqu'au point de faire, une superbe machine de course. Cependant, avant d'avoir le dernier upgrade de son véhicule de rêve, il faut défier les autres pilotes amateurs de courses illégales vu que cela permet de gagner de l'argent/points.
Souvent avec de belles machines aussi, ils possèdent un R (pour Rival) au-dessus afin de se démarquer par rapport au trafic. Un simple appel de phares et hop, on entre dans la "phase duel". Après un petit loading, notre mission est bien évidemment, de battre notre rival. Pour vaincre l'autre xtreme racer, il faut se distancier durant un certain temps. En fait, dès qu'on commence la course, deux barres Speed Points s'affichent en haut de l'écran. La notre et celle de l'adversaire. L'objectif est de rester durant un certain temps, en tête de course ce qui veut dire que, tant qu'on est devant son adversaire, sa "barre de vie" diminue et plus on se distancie, plus "son énergie" descend rapidement. Une fois que celle-ci est vide, c'est la victoire et par conséquent des points-argent. Bien entendu, quand c'est le rival qui gagne, c'est l'échec néanmoins, on gagne quelques petits points aussi.

Étant donné que les rivaux sont adeptes d'un clan, après avoir battu quelques chauffards, le boss du groupe viendra nous provoquer en duel... Par ailleurs, une fois le duel terminé, on assiste au replay de la course effectuée et c'est l'occasion d'admirer les sportives customisés. Comme j'ai annoncé plus haut, dans Tokyo Highway Challenge, les points-argent obtenus, permettent de customiser son propre véhicule notamment avec un vaste choix de spoilers, pare-chocs, rétroviseurs, pneus, mais aussi, on peut monter en puissance le moteur, la suspension et puis, si on ajoute la possibilité de modifier certains paramètres, les options de personnalisation sont plutôt conséquentes.
Toutefois, bien que le titre édité par Crave possède un gameplay complètement arcade, ce dernier est légèrement pénible à prendre en main car les véhicules ont l'air de peser 20 tonnes. Du coup, cela donne l'impression d'avoir une automobile ultra lourde et si en plus, on ajoute des collisions avec les barrières de sécurité qui ralentissent fortement notre bolide (parfois, c'est abusé), le maniabilité s'avère plutôt rigide.

Tokyo by night...

Ici, on a des courses illégales nocturnes par conséquent, la partie graphique du soft utilise des effets lumineux agréables notamment, des lens flare, des longues trainées de lumière venant des feux arrière des véhicules ou encore des lampadaires de route.
Bien entendu, sachant qu'on est dans le fameux périphérique de la capitale nippone, on note des affiches publicitaires lumineuses bref, cela apporte une certaine ambiance au jeu de Genki et j'avoue que, conduire dans la voie rapide Shutokou avec une belle sportive japonaise personnalisé, est assez sympa et ce, malgré que ce soit un seul et unique circuit.
Petit détail amusant... étant donné que les automobiles disponibles ne possèdent pas les licences officielles, le développeur a cependant réussit à contourner puisque les voitures nippones sont connues sous l'appellation du numéro du modèle. Les amateurs du manga Initial D ne seront pas déconcertés ;).
La modélisation des machines est plutôt bonne d'autant plus qu'on peut changer avec de nouveaux éléments sans aller dans l'extrême du tunning. Certes, parfois on frôle la génération précédente avec des textures trop simples et parfois grossières... le plus évident, ça reste la signalisation lumineuse des barrières de sécurité ou encore, la symbolique Tokyo Tower représentée par des textures extrêmement pauvres.

Tokyo Highway Challenge fait parti des premiers jeux sur l'inoubliable console de SEGA du coup, l'aspect graphique côtoie la génération 32 Bits et la génération 128 Bits mais dans l'ensemble, le soft des anciens de chez SEGA, reste clairement convenable pour son millésime. Petits ralentissements sont à noter quand on crame de la gomme sinon, l'animation reste fluide.
Le son des moteurs est acceptable, le petit bruit à chaque monté de vitesse est bien présent (ainsi que les flammes d'ailleurs) et la bande sonore alors ? Et bien, on a de la bonne J-Pop avec des chansons ainsi que les versions instrumentales. D'autres mélodies plus Jazzy/ElectroRock sont également présentes contribuant à donner une ambiance intimo-japonaise-nocturne carrément sympathique

Tokyo sans drift...

Le titre de Genki, à défaut de nous faire rêver, permet tout de même de voyager dans le périphérique tokyoïte. Ces graphismes tantôt dignes de la 128 Bits de SEGA, tantôt dignes de l'ancienne machine 32 Bits, on retient surtout son gameplay arcade assumé bien que la maniabilité soit clairement rigide et par la même occasion, les dérapages deviennent difficiles à maîtriser. Aussi, son ambiance japanonocturne avec la bande sonore utilisant des mélodies et des chansons très 'J-Pop' contribue au voyage vers la voie rapide de la capitale du Japon.
Avec plus d'une centaine d'adversaires à battre, l'objectif étant d'éliminer le clan des ' The 4 Wades ', on remarque plusieurs références notamment à l'oeuvre de ShÅ«ichi Shigeno: Initial D mais aussi, à l'oeuvre de Michiharu Kusunoki: Wangan Midnight. Bien évidemment, cela fait plaisir aux amateurs de mangas ayant des histoires de courses de rues illégales.
Mention spéciale dans la séquence de crédits de fin puisqu'on a l'impression de filer à toute vitesse sur la voie rapide tel un hérisson bleu... cela nous rappelle en quelque sorte l'introduction de Sonic Adventure ;).
Un titre fort sympathique à découvrir et à petit prix si et seulement si, on a déjà joué aux meilleures créations de jeux de courses automobiles sur Dreamcast.

Verdict

6

Points forts

  • L'ambiance
  • La personnalisation

Points faibles

  • Un unique circuit
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Dreamcast 6.8 4

Commentaires

J'avais adoré ce jeu à l'époque de sa sortie. Faisant partie des premiers titres de la dreamcast j'ai été scotché par l'ambiance course urbaine avec gang. Pourtant le seul "circuit" peut rebuter, mais ça ne m'a pas empêcher de le finir à 100% sans m'ennuyer... Merci pour le test
Rage, 12 juil 2010 - 3:09
Enfin un test de ce jeu!! L'ambiance que ce titre dégage le rend très attachant, malgré ses énormes lacunes!!

Un jeu que j'ai adoré faire même si je regrette l'absence de pin-up comme dans Highway 2000 sur Saturn!!

Super test, très agréable à lire, bravo!
enkhyl, 12 juil 2010 - 11:34
Yeah, j'avais été sidéré par les effets de "reflets" des caisses à l'époque, merci pour le test!!!!
Rage, 13 juil 2010 - 3:16
Le deuxième est mieux ... Mais pas niveau sensation de vitesse. Le premier opus tourne parfaitement en 60 images seconde, alors que pour le second on constate plus de problèmes.
Ryo95, 14 juil 2010 - 11:25
Super test Spin :good:.
Sinon comme Tonton et Slaine plié à 100% mais le dernier boss ouuuffch pas facile.
Rage, 15 juil 2010 - 12:35
Je me suis bien marré pour le boss final ... Battu facilement en sans encombre en moins de 30 seconde!!

Comment??? Et bien par chance, au niveau du circuit où on a la route scindée en deux, le Boss est rentré direct dedans le pilier et zou j'ai tracé ma route. Par contre il m'avait rattrapé avant de n'avoir plus de vie.
Enfin un test dreamcast :good:! J'ai adhérer à ce jeu et pourtant je ne suis pas forcément un fana du genre! Bon jeu de course :good:. Pouvoir défier des adversaires dans des courses sauvages sur le périph japonais de nuit et customiser sa caisse c'est génial :love:. Dommage qu'il n'y est qu'un seul et unique circuit :triste:. Merçi pour le test Spin-dash.