Test : Shinobi (Arcade)


Shinobi
Shinobi
Action

La deuxième moitié des années 80 est sans contestation possible une période faste pour Sega, qui a offert au monde vidéoludique des titres fondateurs, comme Out Run, Space Harrier ou encore After Burner. Une certaine idée de l'arcade, proposant des expériences spectaculaires et un gameplay maîtrisé, notamment sous l'impulsion de Yu Suzuki. Cependant, d'autres équipes furent aussi à l'œuvre et proposèrent des jeux certes un peu moins impressionnants techniquement, mais tout aussi importants.

Shinobi fait partie de ces jeux. Il nous propose d'incarner Joe Musashi, un ninja qui va affronter l'organisation Zeed, qui a capturé des enfants de son clan. Le jeu est divisé en 5 niveaux de trois ou quatre stages chacun, et où le but est de délivrer tous les enfants et atteindre la sortie avant la fin des 3 minutes imparties, chaque niveau se concluant par un affrontement avec un boss.

Sorti en 1987, Shinobi a été développé par Sega Development Division #3, qui sera connue plus tard sous le surnom de Team Shinobi, avant de devenir l'AM1. Il s'agit d'un des premiers jeux du System16, connu également pour avoir accueilli d'autres titres cultes comme Altered Beast, Golden Axe ou Fantasy Zone.

Shinobi a certainement été inspiré par Rolling Thunder, sorti l'année précédente, auquel il ressemble beaucoup : la possibilité de changer de plan, le design général rappellent le titre de Namco, mais Shinobi a su se démarquer pour proposer une expérience inédite.

Joe, comme tout bon ninja, peut lancer des shurikens, sauter, s'accroupir, et placer des coups au corps à corps, en l'occurrence un coup de pied ou un coup de katana, selon que l'on a récupéré un Power Up ou pas. Il peut également avancer accroupi, et accéder à des plates-formes surélevées ou en arrière-plan en maintenant haut ou bas et en sautant. Les enfants kidnappés (qui portent déjà une tenue de ninja à leur taille, c'est mignon) sont évidemment sous bonne garde, et on devra se défaire d'une ribambelle d'ennemis, qui vont du sbire de base armé d'un pistolet, au moine bouddhiste déchaîné, en passant par des clones de Spider-Man et des ninjas de toutes les couleurs. Ces derniers sont peut-être les plus dangereux, virevoltant à travers l'écran, katana à la main.

Un travail d'orfèvre

En effet, Joe a beau être ninja, il n'en est pas moins un homme, et une seule attaque suffit à le tuer et nous renvoyer au début du niveau. Par contre, cela ne concerne que les attaques armées, et le simple contact avec un ennemi n'est pas dommageable, et nous fait juste reculer. Cela peut sembler être un détail, mais cela s'avère pratique en bien des circonstances. En dernier recours, il est également possible de faire appel à une magie qui fait le ménage à l'écran, une fois seulement par niveau.

Entre deux niveaux, le jeu propose, en guise de récréation, un bonus stage à la première personne dans lequel il faut abattre une trentaine de ninjas en leur lançant des shurikens. Les ninjas apparaissent au fond de l'écran, et se rapprochent petit à petit, jusqu'à arriver au niveau du joueur. Effet garanti pour une phase de jeu qui a son importance, puisqu'elle constitue la seule occasion de gagner une vie supplémentaire.

Le System 16 fait des merveilles, et techniquement, Shinobi n'a guère vieilli. Les sprites sont de belle taille, leurs animations détaillées, le scrolling est fluide, bref, c'est nickel. Le jeu s'offre même le luxe de proposer des combats contre des boss gigantesques, dont un hélicoptère (!!!), et on a parfois affaire à une dizaine d'ennemis à la fois sans que la fluidité du jeu n'en souffre une seconde. Le choix des couleurs, un peu délavées, détonne également, mais est vraiment judicieux et donne au jeu un cachet unique, malgré le dépouillement des décors, qui ont cependant le mérite d'être variés.

Les musiques de Yasuhiro Kawakami sont mémorables, même si elles ne valent pas, à mon avis, celles de ses suites sur MD, et soutenus par des bruitages peu nombreux, mais percutants.

Seul un ninja peut vaincre un ninja !

Mais si Shinobi est resté dans les mémoires, et est encore parfaitement jouable aujourd'hui, c'est bien sûr grâce à la qualité de son gameplay. Joe répond admirablement bien, et on est même surpris au premier abord de la souplesse de la maniabilité. Mais c'est surtout par la qualité de son level design qu'il se distingue; les mouvements et le placement des ennemis ont été définis avec soin, et si les deux premiers stages sont plutôt simples, les affaires se corsent dès le troisième, avec la généralisation de la présence des ninjas, et il faudra soigneusement calculer ses moindres faits et gestes pour espérer terminer le jeu. Petit détail : en cas de Game Over pendant le dernier stage, on est obligé de recommencer depuis le tout début du jeu. Eh oui, c'est assez impitoyable.

Les amateurs de scoring auront aussi du travail, car le jeu a été également pensé en ce sens: ne pas utiliser de magie, terminer les niveaux en peu de temps, tuer les ennemis sans shuriken ou délivrer les otages à certains moments précis octroie un bonus de points conséquent, au point que le record du monde est 3 fois supérieur au score d'un run en un crédit "classique". Je vous invite à ce sujet à jeter un œil sur le superplay de Ben Shinobi, diffusé sur la chaîne Nolife, qui est à la fois impressionnant et très pédagogique.

Shinobi réussit l'exploit de parfaitement réussir tout ce qu'il tente, sans fausse note, mis à part peut-être le boss du troisième niveau, qui est franchement limite. Mis à part ce détail, il est l'archétype du jeu fondateur dans lequel, en plus, tout est parfaitement maîtrisé. Du grand art, et le début d'une lignée de jeux d'action d'exception.

Verdict

9

Points forts

  • Gameplay maîtrisé
  • Level design aux petits oignons
  • Difficulté bien dosée

Points faibles

  • Le 3è boss, rogntudju !
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Arcade 9.3 3

Commentaires

Shinobi a été une révélation pour moi à l'époque et a fait que je devienne un fan de Sega. Avec Golden Axe et Alteread beast, je me suis ruiné dans ces bornes et je suis devenu accroc...
Un souvenir inoubliable ...
Merci pour ce test
Jamais croisé ce monument en Arcade pour ma part, je me suis contenté de la version XBLA ce qui est déjà pas mal. ^^
rynex, 11 juil 2013 - 2:37
oh si en arcade un incontournable Tonton !
Même le groupe Lost prophets en a fait une chanson..!
rynex, 11 juil 2013 - 2:48
Pour ma part j'ai suivi toutes les aventures de Joe musashi avec ou sans chien/loup. C'était la première licence mascotte pour moi,le top du top en matière d'action plateforme,un Revenge sur megadrive inoubliablle,avec les compositions magistrales de koshiro san (parmi les meilleures de toute l'histoire du jeux vidéo :cool:)et une suite à laquelle je pourris rejouer n'importe quand sans m'ennuyer..
Grosse pétition pour le retour du Seul et vrai ninja/shinobi made in Sega :good: