Test : Initial D : Arcade Stage ver.2 (Arcade)

Le 10 décembre 2002 sortait dans les salles d'arcade japonaises Initial D : Arcade Stage ver. 2.

Seulement quelques mois séparent cette mouture de la première (sortie en 2002 elle aussi sans plus de précision), et d'ailleurs, comme son titre le laisse entendre, il ne s'agit pas vraiment d'une suite mais d'une version améliorée.

Et du coup, je vais en faire de même pour le test, la base étant identique, je vais me concentrer sur les éventuelles différences et surtout ajouts.
Avant de lire l'article qui suit, il est donc important de connaître sur quoi il se repose, je vous encourage très fortement de lire le test de la version d'origine ici même.

Image

 

On prend les mêmes et on recommence

Comme je le dis plus haut, la base est identique, d'ailleurs intrinsèquement parlant la borne et son hardware ne bougent pas d'un pouce, seuls les stickers et POP changent pour arborer les couleurs de cette ver.2.
Pour la petite histoire, elle reprend l’illustration de la couverture du volume 24 du manga.

Les propriétaires avaient des kits permettant de faire cette modification, ce qui explique pourquoi les quelques bornes restantes sont toutes (enfin presque toutes on va dire) aux couleurs de la ver.3 (dernière de la série sur cette machine).
Donc comme je le disais déjà dans le test du premier, les bornes sur lesquelles j'ai pu jouer avaient toutes des décorations du trois pour la simple et bonne raison qu’elles subissaient au fil du temps cette mise à jour visuelle mais il suffit de mettre le GD rom de la ver.2 pour pouvoir profiter de cet épisode.

Image

 

On passe la vitesse supérieure

L'avantage de conserver le même système était de pouvoir continuer à utiliser sa carte de sauvegarde, elle passait directement dans sa version supérieure.
Mais cela veut aussi dire qu'il n’était pas possible de faire marche arrière : en l'utilisant une fois avec la version 2, plus moyen de la remettre dans la version 1 (mais vu quelle disparaissait avec l’arrivée du 2, bah on s'en moque un peu).
Pour ma part, voulant conserver ma sauvegarde du 1, j'ai pris une nouvelle carte pour cette épisode.

Image
Mes deux cartes de sauvegarde. Comme vous pouvez le voir il s'agit de cartes aux couleurs du 3, mais parfaitement compatibles avec les épisodes antérieurs.
Celle de gauche me sert pour le 1 et celle de droite pour le 2.

Mais dans l'absolu, jouer sans carte n’empêche pas de s'y amuser (enfin presque, voir plus bas) et c'est le principal. On sélectionne la voiture de son choix parmi une large sélection dont huit nouvelles (certaines ne sont que des variantes).

Image
Image


Après avoir choisi la peinture et le type de boite, on peut enfin aller faire des traces de pneu sur les pistes sinueuses des montagnes.
Bien entendu les quatre précédentes sont toujours présentes :

 ●Myōgi [débutant] 3204 mètres x 3 tours
 ●Usui [intermédiaire] 4242 mètres x 2 tours
 ●Akina [professionnel] 7552 mètres
 ●Happogahara [super professionnel] 5756 mètres

Deux autres et pas des moindres, viennent s'y ajouter avec :

 ●Akagi [professionnel] 5804 mètres
 ●Irohazaka [super professionnel] 5130 mètres

Irohazaka est d'ailleurs mon tracé de prédilection et rien que sa présence fait exploser mon compteur de joie.

Image


Par contre attention, ça tourne méchamment et le volant assez lourd (c'est un compliment) va vite mettre vos petits bras musclés à rude épreuve (le gars a fait une session de 3h non-stop hein).

On peut paramétrer la résistance du volant et modifier quelques options via un menu de réglage disponible quand on lance le jeu.
Autre plus non négligeable, on compte désormais sur la présence de la pluie (impactant la conduite), sauf pour les deux premiers circuits.
Son rendu n'est pas forcement super convaincant mais bon, la variété qu'elle apporte reste la bienvenue.

Image


En parlant visuel, si on ne peut pas voir de grandes différences entre les deux versions, j'ai pu constater l'ajout de lens flare. Alors oui aujourd'hui ça n'a rien d’exceptionnel, mais ça faisait son petit effet. Il reste discret et c'est suffisant.

Image


Dans le domaine sonore on reste sur le même type de musique qu'est l'Eurobeat avec 11 morceaux écoutables en course contre 6 avant.
Bref, le jeu fait plus un peu partout.

Niveau gameplay, si ça reste globalement pareil, les voitures sont bien plus nerveuses. Pour avoir fait la comparaison entre les deux versions en prenant le même modèle sur le même circuit, non seulement à l’accélération ça a énormément de patate, mais sur un tour, le chrono est largement meilleur.
Rien que cela décuple le fun, finies les voitures aux accélérations un peu mollassonnes.

Image


Il en a encore dans le coffre

Et je vais continuer de le complimenter en citant les interventions des personnages dans le mode principal qui ont été renouvelées et surtout, un mode de jeu supplémentaire a fait son apparition.

Dans ce « défier Bunta » (pour Bunta Fujiwara le père de Takumi ; personnage central de la série), on se retrouve donc avec un redoutable adversaire en face de nous.

Image


La mission est simple sur le papier, le battre sur différentes pistes ; rien d'exceptionnel certes, mais pour le peu que j'ai pu faire (et oui, j'ai un peu manqué de temps) il est chaud patate le monsieur et il donne pas mal de fil à retordre dès le début.
Seuls les meilleurs pourront espérer en venir à bout.

À noter qu'il faut impérativement être en possession d'une carte de sauvegarde pour y accéder (dans sa version japonaise en tout cas) puisqu'il exige un nombre de points minimum préalablement cumulés.
Et comme je le disais déjà dans le test du premier, le mode deux joueurs n’était pas disponible sur ma machine mais existe bel et bien.


Si la différence entre la version 1 et 2 n'est pas incroyable au premier abord, elle est suffisamment significative pour lui faire passer un niveau qualitatif très net.
L'ajout de deux excellentes pistes est un plus énorme et surtout, les versions bien plus nerveuses des véhicules d’origine ont fait disparaître le sentiment de manque de folie dont je parlais avant.
D'un 7/10 pour l’épisode de base, je n'ai aucune hésitation à lui coller un bon 8, d'ailleurs, le 9 n’était même pas si loin, c'est dire qu'il n'en faut pas forcement beaucoup pour transformer un bon jeu en un grand jeu (spéciale dédicace à SWDC).

 

Verdict

8

Points forts

  • Deux « très bons » nouveaux circuits
  • Voitures plus nerveuses = gameplay plus fun
  • Le contenu global supplémentaire

Points faibles

  • Plus une grosse mise à jour qu'une suite (pour pinailler)

Commentaires

Infos sur le jeu