Test : Hatsune Miku : Project DIVA (PSP)

Après le départ du créateur de Space Channel 5 de chez SEGA, monsieur Tetsuya Mizugushi, les Segafilous sont devenus des orphelins mélancoliques et certains, des ivrognes. Il faut dire que le fait de ne plus avoir un épisode avec la belle, irrésistible Ulala... y a de quoi pour déprimer. Ok, notre séduisante space-reporter a souvent fait quelques apparitions notamment dans Sega Superstars, Sega Superstar Tennis et même Samba De Amigo (version Wii) ceci dit, nous, les spacecats, cela ne nous suffit pas...
Bref, en attendant un Part 3 de Space Channel 5, SEGA Japon propose un titre original: Project Diva sur PSP.

Hatsune Miku: Project DIVA

Les origines de Hatsune Miku, viennent de Vocaloid. En effet, Vocaloid est un programme utilisant la technologie de synthèse vocale créé par Yamaha. Ce même programme permet de synthétiser la voix humaine avec plusieurs effets ce qui donne au final, des créations avec des chansons et des chanteurs virtuels. De ce monde virtuel ( et par conséquent, un "dérivé" du logiciel Vocaloid; -Vocaloid 2- ) est née Hatsune Miku, un personnage-logiciel produit par Crypton Future Media. Au Japon, le succès Hatsune Miku est fulgurant et c'est même devenu un phénomène de société. Sur le site de partage de vidéos japonais -Nico Nico Douga-, on assiste à des tonnes de créations musicales grâce au nouveau programme de Crypton Future Media. Du coup, le personnage féminin Hatsune Miku cartonne aussi, sachant que nos amis japonais sont assez réceptifs en ce qui concerne les virtual Idols.

Vous aurez compris, l'éditeur des otakus se lance lui aussi dans le mouvement musical Hatsune Miku en créant un titre sur PSP.
Pour résumer très grossièrement le gameplay de ce Project DIVA, je dirais que c'est un système de QTE (Quick Time Event) très fin et plutôt réussi. En effet, après avoir sélectionné une chanson parmi les +30 (dont certaines sont à débloquer), un "clip" démarre avec notre Hatsune Miku. Durant cette mise en scène avec le personnage qui danse et qui chante, des touches ombrées de la console s'affichent à l'écran et au moment que ces mêmes touches colorées arrivent telles, des fusées au dessus des touches ombrées donc, il faut appuyer au moment exact. Cela peut sembler extrêmement simple et pourtant, une certaine difficulté existe.
Je m'explique;

Étant donné que c'est un jeu musical, on doit suivre un certain rythme imposé par la chanson et par conséquent, il faut appuyer au moment T (quand l'aiguille Time de la touche ombrée est à 12h)... ni trop tôt, ni trop tard. Cela permet ensuite d'enchaîner des combos ce qui entraîne par la même occasion, un maximum de points.
Oui, le soft du créateur de la RingWide c'est aussi un peu de l'arcade avec une forte dose de scoring. D'ailleurs, Project DIVA c'est avant tout du scoring! Bien entendu, le combo peut être brisé si on n'est pas dans le rythme de la chanson de ce fait, faire des hi-scores devient un challenge très intéressant (les nippons ont tout de même un léger avantage du fait que toutes les chansons soient en... japonais... ce qui est tout à fait normal ;) ).
Mais pourquoi le scoring alors ?

Disons que le hi-score est primordial parce que cela permet de débloquer un tas de bonus très alléchants. De nouvelles chansons, des tenues, un mode karaoke, et même toute une sorte d'éléments afin de décorer la chambre de la charmante Miku.
Attention de ne pas vider la "bulle de vie" car si on enchaîne des fautes consécutives et que la "bulle" se vide à zéro, on aura assurément droit, au fameux Game Over... heu, ici c'est Missxtake ;).
Bref, les amateurs de jeu musicaux ayant une touche arcadienne très SEGA, seront clairement enchantés par ce titre sur PSP et si en plus, on est tolérant avec la J-Pop alors là, on obtient une production très passionnante et carrément très divertissante.

On aime la J-Pop !

Si vous lisez ces quelques lignes, c'est parce qu'il existe deux raisons. La première, c'est que vous êtes un curieux d'une création SEGA. La deuxième raison, c'est parce que vous êtes un otaku assumé. Non, non ne partez pas, chez Sega-Mag le terme "otaku" n'est pas péjoratif bien au contraire, j'ai envie de dire. Par conséquent, il y a de fortes chances que vous soyez aussi un téléspectateur de la chaîne NoLife. Bien évidemment, sur cette chaîne, il n'y a pas que des reportages intéressants mais aussi de la J-Pop (Japanese Pop Music) et si vous aimez les vidéo clips ainsi que les chansons, de très fortes probabilités que vous allez aimer la bande sonore de Hatsune Miku: Project DIVA tant elle est soignée. C'est un point très important et j'insiste sur les thèmes de qualité, que le titre de l'éditeur japonais propose, d'autant plus que chaque chanson est composée (ou remixée) par des artistes nippons (probablement connus au Pays du Soleil Levant).
N'oublions pas que, plus qu'un jeu à scoring, Project Diva c'est aussi un jeu musical et n'ayons pas peur des mots... c'est un jeu digne des meilleures productions musicales du géant de l'arcade. Voilà, c'est dit.
Néanmoins, vu que la majorité des chansons sont interprétées par la synthèse vocale Hatsune Miku, il se peut, que cela ne plaise pas à tout le monde mais bon, on est de otakus, on aime Space Channel 5, Sakura Wars forcément... Hatsune Miku: Project DIVA ;).

Comme j'ai annoncé plus haut, les thèmes sont accompagnés de clips dans le plus souvent des cas, très, très bien réalisés au point de nous distraire et parfois, perdre la concentration. Il faut bien avouer qu'avec des mises en scène tels que " Fukigen Waltz " auquel on assiste la petite héroïne se balader dans un espèce de théâtre de marionnettes en bois de ou encore " Strobe Nights " qui ressemble à une chanson de Genki Rockets! et ce, que ce soit musicalement ou encore visuellement (pour info, Tetsuya Mizugushi est l'auteur du groupe Genki Rockets!... tiens, tiens). Bref, c'est vraiment chouette à regarder. Toutefois, on ne peut que regarder entièrement la vidéo une fois le mode Hard débloqué. Pour cela, il suffit d'appuyer sur la touche triangle... la vidéo se met en route dans un système karaoke! D'ailleurs, le mode 'hard' est assez difficile du fait qu'on doit utiliser les quatre touches de la PlayStation Portable alors qu'en mode 'Normal', uniquement X et O. De plus, je trouve que personnellement, le mode 'Easy' n'est pas si simple que ça à cause de la lenteur des touches colorées qui arrivent vers les touches ombrées étant donné qu'on est habitué depuis Shenmue au système Quick Time Event super rapide. En revanche, cela permet aussi aux "novices" de s'amuser avec le soft de SEGA.
Artistiquement, la PSP est superbement exploitée et la touche du développeur arcade est bien présente avec des couleurs et des effets. Ajoutons à cela, une tonne d'artworks à chaque chargement permettant d'admirer les dessins de certains auteurs (ça nous évite aussi de se lasser vu que les 'now loading' sont un peu longuets). Aussi, il est possible de visualiser chaque image dans le mode correspondant. Du point de vue esthétique, rien à dire, c'est fort joli.
Hélas, de petits ralentissements (selon la chanson) sont à noter et qui gâchent parfois, le plaisir de jeu.

Space Channel 5 Part 3 ?

Et oui, Hatsune Miku: Project DIVA est digne d'être un "Space Channel 5 Part 3" grâce à plusieurs détails que le jeu possède. Graphiquement et musicalement, rien à signaler pour le peu qu'on apprécie la J-Pop. Ensuite, beaucoup de tenues à débloquer notamment de notre reporter favorite: Ulala mais également de Alicia de Valkyria Chronicles et si en plus, Miku peut personnaliser son espace secret avec divers objets comme par exemple... des consoles SEGA alors là, il est difficile de résister au charme de Project DIVA.
Plus fort encore, c'est l'intro du logo SEEEGAAA annoncé par Hatsune Miku herself suivie d'une introduction en images de synthèse sympathique.
Ce n'est pas fini puisque Project Diva, c'est aussi la possibilité d'inclure nos musiques MP3 et faire carrément "son propre jeu" mais au final, le vrai plus, c'est son gameplay "arcadien" grâce à son système de scoring très addictif!
On comprend mieux pourquoi SEGA Japon avait décidé de lancer ensuite une version arcade alias, Project DIVA Arcade sur RingEdge. Non seulement parce que la version PlayStation Portable a eu un certain succès, mais aussi parce que, outre la partie artistique, son gameplay simple, amusant et addictif y est presque destiné.

En tout cas, la folie Hatsune Miku: Project DIVA n'est pas prêt de s'arrêter du moins, du côté du géant japonais car actuellement, il est possible de télécharger sur le PlayStation Store, Miku Hatsune: Project Diva Dreamy Theater -version HD de Hatsune Miku: Project DIVA nécessitant la PSP- mais encore, sa suite qui vient de sortir cet été Hatsune Miku: Project DIVA 2nd.
Nous, on est fan :).

Verdict

8

Points forts

  • L'esthétique
  • La bande sonore
  • Les bonus "SEGA"
  • Le gameplay

Points faibles

  • Les ralentissements
  • Les chargements longuets
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Playstation Portable 9.0 1

Commentaires

Wouaaah le Segaaaa d'intro:love: très bon test pour un très bon jeu en somme^^là je regrette de pas avoir de PSP,sinon achat direct....:mrgreen:
Et sinon,au vu du trailer le système d'édition des clips avec ses propres MP3 semble plutot poussé,on arrive à obtenir des clips aussi sympas à jouer que les originaux ou bien est-ce que ça ressemble plus à un bonus anecdotique?
pixeldream, 27 aoû 2010 - 2:21
Ma soeur a craqué et moi aussi a cause de vos vidéos :lol: je vais devoir en trouver au moins un exemplaire :smileWink:
Merci pour ce test hyper complet et qui m'a clairement donné envie de l'acheter... Allez hop, un jeu sur ma liste de noël :content2:
@Virtua Hunter: Je dois t'avouer que je n'ai pas trop perdu de temps dessus. Cela dit, quand on voit le résultat sur YT, l'aspect "création" est assez complet je trouve. Des faq existent sur le net ;).