Test : Duke Nukem 3D (Saturn)

Duke Nukem 3D est un fps totalement décomplexé qui tourne en dérision le genre. Ce titre culte nous est tout droit sorti des studios de 3D Realms et autant dire que la réalisation pour l'époque était impressionnante. Duke, le personnage aux répliques toutes plus subtiles les unes que les autres, a l'intention d'en découdre avec les extra-terrestres venus kidnapper les poulettes de la Terre. C'est à grand renfort de lance-roquettes, de réducteur ou encore de machine-gun que justice sera rendue. Il est temps de purifier cet univers !

"I'm here to kick ass and chew bubble gum... And I'm all out of gum"

Bien que la série ait été initialement représentée en 2D, c'est un passage à la 3D stupéfiant qui a été opéré avec Duke Nukem 3D. Autant le dire, pour l'époque le moteur était impressionnant et incroyablement fluide. Bien évidemment faire le portage d'un tel titre sur Saturn allait devoir nécessiter une bonne dose de travail de la part des développeurs, et de la bonne volonté, ils en avaient si l'on se réfère au résultat.

Duke Nukem 3D peut effectivement se targuer d'être l'un des fps, si ce n'est le fps le plus fluide et le plus réussi de la console. Duke se retrouve donc plongé dans un Los Angeles envahi par les extra-terrestre. Il s'échoue sur le toit d'un immeuble tandis que son vaisseau a été détruit par la vermine qui se trouve dans le secteur.

Une première chose que l'on appréciera dans Duke Nukem, c'est la cohérence des lieux. Ici pas question de faire des labyrinthes qui n'ont ni queue ni tête, comme on peut en voir dans Doom. Les lieux sont crédibles, on passe dans des ruelles, puis à l'intérieur d'un immeuble. On cassera parfois une vitre pour entrer quelque part, plongera dans un grand lac pour entrer dans un sous-marin par en dessous, ou on visitera également une base dans l'espace. Les lieux sont donc crédibles et correctement modélisés.

"I've got balls of steel"

Le jeu est décomposé selon trois épisodes. Le premier se déroule dans Los Angeles tandis que les extra-terrestres ont pris possession des lieux. Ensuite Duke se retrouvera propulsé dans l'espace, à bord d'une station où il devra faire le ménage et retournera sur Terre pour terminer le travail durant le dernier épisode. Chaque épisode se clôture par un énorme boss, avec le désormais classique boss de fin dans lequel Duke met un grand coup de pied, lui arrachant par la même occasion un oeil qui ira se loger entre les barres du stade. Transformation réussie. De courtes cinématiques ponctuent la victoire de Duke sur chacun des boss.

Du côté des ennemis, on en trouvera une bonne variété avec des comportements bien différents. Si les ennemis de base seront assez simples à vaincre, on les croisera parfois avec un jet-pack ou la capacité de se téléporter. Ce sera ensuite des monstres mi-homme mi-porc qui s'attaqueront à nous avec un fusil à pompe, et parfois à bord d'un petit vaisseau spatial. Des extra-terrestres volants avec une énorme cervelle, des sortes d'énormes porcs lançant des roquettes depuis un vaisseau volant, des petites larves qui nous grimpent après en nous faisant sursauter etc... Tout est là pour assurer un bon niveau de variété.

Fort heureusement Duke possède l'arsenal qui va bien pour se sortir des situations même les plus périlleuses. Ainsi les armes sont nombreuses et ont toutes une utilité. Le petit pistolet sera parfait pour dégommer les larves et les éléments du décor, le fusil permettra de vaincre des ennemis au corps à corps, la mitraillette elle permet de paralyser l'ennemi légèrement ce qui l'empêche de pouvoir attaquer, le lance-roquette fait le ménage et il est déconseillé de tirer avec lorsqu'une larve nous grimpe dessus, sous peine de se faire exploser la tête. Le réducteur permet de réduire la plupart des ennemis, Duke les piétinera alors automatiquement. On notera aussi des bombes avec détonateur, des bombes murales avec un laser qui explosent lorsqu'un ennemi passe devant, une arme qui gêle les ennemis.

En plus de tout cela, des équipements divers permettront de mieux évoluer dans les niveaux : chaussures pour marcher dans la lave ou l'acide, jet-pack (souvent très utile pour trouver tous les passages secrets), hologramme, valise de soin, stéroïdes (pour être plus rapide) etc...

"I'll rip your head off and shit down your neck"

Si Duke Nukem s'apparente donc à un très bon fps, avec une réalisation solide, pourquoi est-il devenu aussi culte ? C'est bien évidemment à son héros et à son côté parodique que l'on doit cela. On a pas fait de héros plus bourrin et aussi peu subtil que Duke. Il ne cesse de jurer en anglais, avec sa voix d'homme viril que l'on connait bien. Pendant ce temps, notre homme part en mission pour sauver des donzelles d'un triste sort, bien que malheureusement il devra souvent les achever car il sera trop tard. On rencontrera même un clin d'oeil à Doom avec un space marine caché dans l'un des premiers niveaux.

On retiendra aussi pour cette version Saturn un sans-faute de la part des développeurs, qui nous ont laissé la voix anglaise. La réalisation est également supérieure à la version Playstation, ce qui n'est pas négligeable (j'ai pris le temps de comparer les deux versions). Le jeu est nettement plus fluide même s'il ne dispose pas des mêmes effets de lumière et explosions. De plus la configuration sur Saturn est excellente tandis que l'utilisation des objets sur Playstation nécessite de passer par des combinaisons de touches insupportables.

Duke Nukem 3D est un jeu à ne pas mettre entre toutes les mains, mais les adeptes d'humour gras et d'explosions bien gores devraient apprécier le ton complètement décalé du titre. On notera aussi la présence de très bonnes musiques, avec notamment le thème principal que l'on doit à Megadeth. La difficulté relativement élevée du titre permettra d'offrir aux joueurs chevronnés le challenge qu'ils attendent. Duke Nukem 3D est une référence du fps sur Saturn, avec notamment Alien Trilogy.

Verdict

8

Points forts

  • Bien réalisé et fluide
  • Voix anglaises
  • Plutôt long et assez difficile
  • Culte pour bien des raisons
  • Très maniable

Points faibles

  • A prendre au second degré
  • L'humour gras, ça ne plait pas à tout le monde
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Saturn 7.3 7

Commentaires

très bon test pour une série auquel je n'ai jamais accroché... Simple question de goût.
Merci pour le test
bko, 07 sep 2008 - 1:54
Un jeu culte, qui a bien vieillit techniquement mais qui garde cette ambiance décallé unique et remplit de babes :D
ET forever, il arrive ??
yohko kurama, 07 sep 2008 - 7:02
Merci pour ce test d'un jeu très connu des joueurs d'une certaine époque.;)