Test : Bug! (Saturn)


Bug!
Bug!
Plateforme
Développé par un petit studio ayant déjà oeuvré sur des consoles allant de la Nes, Gameboy, SuperNes, MegaDrive, Saturn, Pico ou PC, on leur doit notamment un tas de jeux particulièrement mauvais comme Barbie Discovery Ocean, Captain America and the Avengers, NBA live 97 ou Warlock. Quelques jeux sortent néanmoins du lot tels que Dick Tracy ou Maniac Mansion.
On pouvait donc s'attendre au pire avec ce jeu de plateforme portant un nom déjà difficile à assumer : Bug!

Le Bug de l'an 2000 ?


Vous incarnez le bien nommé Bug, une sorte de cricket qui se lance à la rescousse des ses amis insectes emprisonnés par la méchante reine Cadavra.
Vous allez explorer tout un tas d'environnements qui sont en réalité des labyrinthes gigantesques où il est facile de se perdre. Les sbires de la Reine ne seront jamais loin pour vous causer quelques soucis.
Un scénario donc simplifié au maximum, mais ce n'est pas là l'intérêt majeur du titre. Exit donc les dessins animés ou images de synthèse pour l'introduction ou tout autre séquence de fin de niveau. On va droit à l'essentiel avec Bug, à savoir directement dans le jeu.

Le labyrinthe de Bug :


Ce titre est donc un jeu de plates-formes se déroulant dans un monde entièrement en 3D mais dont la liberté de mouvements est plus que limitée. En fait vous devez suivre tout un ensemble de corridors sans pouvoir réellement en sortir.
Les chemins s'entrecroisent donc dans tous les sens avec de nombreuses intersections, phases de plates-formes mouvantes et autres pièges diaboliques. On est très loin de la liberté d'action d'un Mario 64 par exemple, mais on se fait vite à ce système de jeu si particulier. Les mondes étant tellement vastes, que même bloqué dans des chemins clôturés, on finit souvent par se perdre.
En tout 6 niveaux vous attendent, découpés chacun en chapitres (pour un total de presque 20 niveaux). Autant dire que le jeu est long, très long. Les environnements sont très changeants, vous irez dans la jungle, sous l'eau, dans un désert, etc.
Vous pouvez tuer les ennemis en leur sautant dessus avec votre dard, ou tout simplement les éviter. Au fil de l'aventure vous trouverez des objets utiles (saut plus haut, attaque puissante, vitesse multipliée, jauge d'énergie augmentée, etc). Votre barre d'énergie vitale est représentée par une canette de "Bug Juice" en bas à gauche, et se vide lors des coups reçus. Pour la régénérer, rien de plus simple, trouver des canettes pleines.
Certains passages vous demanderont de trouver un levier afin d'activer une plate-forme à l'autre bout du niveau.

Y a un Bug dans la matrice :


Graphiquement le jeu se défend très bien, surtout pour une Saturn loin d'être à l'aise avec la 3D. Les décors ont beaucoup de profondeur, le clipping est minime. Les couleurs sont plutôt vives mais pas baveuses. Les environnements sont très bien réalisés et les ennemis diversifiés. L'animation ne souffre jamais de ralenti.
Côté sonore le jeu est continuellement ponctué des exclamations vocales de votre insecte qui se moque de ses ennemis, lance des blagues ou meurt dans des cris atroces (le tout en anglais par contre). Les musiques sont sympas mais vite saoûlantes, personnellement elles me tapent un peu sur les nerfs.

Little Bug Planet :


Bug! est une surprise qu'on n'attendait pas sur Saturn. Exclusif à la console de SEGA (mis à part une adaptation PC passée inaperçue), ce jeu de plate-forme vous tiendra en haleine tant est que vous accrochiez à ce style si particulier qui fait un peu jeu américain, je dois l'avouer. Par contre il faudra vous accrocher pour venir à bout de ce jeu, qui en plus d'être assez long, est particulièrement difficile (notamment sur la fin).

Une suite dénommée Bug Too! est sortie bien plus tard et reprend le principe de son aîné en y changeant principalement les environnements et les capacités de votre personnage, ainsi que la possibilité d'incarner d'autres insectes.

Verdict

7

Points forts

  • Un jeu original pour l'époque
  • Une très bonne durée de vie
  • Beaucoup d'humour
  • Une 3D bien réalisée
  • Des niveaux souvent immenses

Points faibles

  • Très (trop) difficile
  • Des musiques répétitives
  • Peut être un peu lassant à la longue
  • Les voix intégralement en anglais
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Saturn 6.8 9

Commentaires

^Slaine a encore frappé....L'un des premiers jeux que j'avais achete sur Saturn....mais OUCH la difficulté! Jamais ete motive pour le finir du coup.
bko, 26 fév 2009 - 7:45
Un excellent jeu, ca penser a SF4, un jeu 3D avec une jouabilité assez proche de la 2D tout en ayant un sentiment de profondeur unique, un peu comme sonic xtreme aurait l'être. Mais alors la difficulté...
Rage, 26 fév 2009 - 9:29
C'est mon premier jeu de la Saturn et il garde une saveure particulière ! C'est Le jeu qui récapitule tout ce que l'on savait faire dans un jeu de plate forme avec une innovation : la 3D multiplan ! Un challenge, un humour et une richesse unique ! Je l'ai finis : 2 fins différentes d'ailleurs !!
Merci pour ce test clair et concis. Personnellement je n'ai pas trop accroché à ce jeu (pas été plus loin que le troisième tableau, ça m'avait pris la tête. Faudrait que je le réessaye).
Rage, 27 fév 2009 - 4:54
Au deuxième monde ( le désert quoi la partie 2 de mémoire ) on affronte Sonic en duel dans une course !

Sinon le système de sauvegarde est étrange et rend ce jeu encore plus dur : on n'a que 2 essaie pour réussir un monde sinon il faut tout refaire ! Et comme un monde c'est très très long et dur ..... mais quel jeu !
SLAINE, 28 fév 2009 - 12:54
merci pour les commentaires... POur la course avec sonic, c'est vrai que j'ai oublié d'en parler. Une sacré surprise d'ailleurs....
Un jeu vraiment sympa, dommage pour la difficulté...
Rage, 02 mar 2009 - 12:43
Je préfère le un car plus long et plus complet avec une difficulté moins bancale : le 2 est plus facile du coup le challenge est moins grand ! Et techniquement on n'a pas un gouffre mais plus de variété avec le 2 .
Et les boss insignifiant dans le 2 .
L'ambiance du premier est unique et chaque monde à son charme : le 2 aussi mais moins malgré des qualités .