Test : Beijing 2008 (PS3, Xbox 360, Windows)

La juteuse licence des Jeux Olympiques aura déjà valu son pesant d'or pour Sega avec notamment un premier jeu a succès sur Wii (Mario & Sonic aux JO). Le développement d'un jeu officiel plus réaliste a donc été confié à Eurocom, à qui l'on doit le précédent jeu des JO justement. C'est donc avec une certaine connaissance du domaine que ces derniers nous proposent un titre sur Playstation 3 et Xbox 360 pour accompagner l'évènement. Faites chauffer les manettes et préparez vos briquets...

Les épreuves

Piste :
100 m, 200 m, 400 m, 800 m, 1500 m, 100 m haies, 110 m haies

Terrain :
Saut en hauteur, à la perche, en longueur, triple saut
Lancer du poids, du disque, du marteau, du javelot

Natation :
Natation 50 m nage libre, 100 m dos, 100 m papillon, 100 m brasse
Plongeon tremplin 3 m, haut-vol 10 m

Gymnastique :
Barres parallèles, saut, anneaux, exercices au sol, poutre, barres asymétriques

Tir :
Fusil : skeet, 10 m pistolet à air comprimé, 25 m pistolet vitesse

Autre :
Tir à l'arc, Haltérophilie, Cyclisme, Canoë kayak, Judo, Tennis de table

On retrouve donc un menu plutôt copieux en la présence de 36 épreuves. Si on peut regretter la trop grande similarité de certaines d'entre elles, notamment toutes les courses qui se ressemblent plus ou moins, on soulignera le fait que certaines épreuves sont presque des petits jeux à part entière avec bien souvent des décors qui changent beaucoup de l'une à l'autre (je pense aux épreuves de Fusil : skeet ou encore de de Canoë Kayak)

Le titre propose de son côté le minimum syndical en terme de modes de jeu, avec un mode entraînement qui permet de faire l'épreuve de son choix, un mode compétition pour affronter des joueurs (online ou chez soi) et un mode Jeux Olympiques où il faudra enchaîner les compétitions tout en améliorant les caractéristiques de son équipe d'athlètes.

On notera également la présence d'un mode de personnalisation de l'équipe sauf que ce dernier ne permet en fait que de changer les athlètes pour chaque épreuve. On ne peut donc pas créer son propre personnage. Enfin le jeu propose une gestion des classements en ligne, et ces derniers sont régulièrement affichés au cours des épreuves.

Les doigts en sang

Jeu consacré aux JO oblige, on était certain de se retrouver avec ce bon vieux gameplay de martelage de deux boutons de la manette. Fort heureusement Eurocom a dû voir que c'était un peu trop pénible à la longue et propose donc des phases de gameplay plus variées pour pas mal d'épreuves.

On se retrouvera donc pour les courses de 100, 200 et 400 m à devoir marteler croix et rond sans cesse pour espérer gagner. Deux petites subtilités s'ajoutent à cela en début et fin d'épreuve. Il faudra donc réussir à prendre un bon départ avec une jauge que l'on fait monter grâce aux gâchettes et il sera possible de grappiller quelques millièmes de secondes en fin de course à l'aide d'un dernier effort (toujours avec les gâchettes qui jouent tout au long du jeu le rôle de touche d'action en quelque sorte).

Pour les épreuves plus longues (de 800 et 1500 m) il faudra gérer son endurance, bien qu'au final il faille encore mitrailler les deux mêmes touches. Ainsi pour ne pas se fatiguer il faudra passer derrière d'autres athlètes le temps de se reposer. Enfin les épreuves de 100 et 110 m haies se jouent comme les courses sauf qu'en plus il faut sauter chaque haie avec une gâchette.

Les épreuves de natation sont très semblables à celles de courses sauf que l'on peut gérer sa vitesse en faisant tourner les joysticks à la place, ce qui au final s'avère être plus confortable puisque la régularité prime sur la vitesse d'appui sur les touches.

Bourrin vs Subtil

Maintenant que nous avons fait le tour des épreuves qui sont certainement les moins intéressantes du titre, il en reste fort heureusement pas mal à garder de côté et pour lesquelles Eurocom propose un gameplay basé sur le timing et la dextérité.

Ainsi les épreuves de plongeon demanderont à faire tourner les joysticks tout en suivant une bille qui tourne dans un cercle. Cette bille représente la position des mains ou des jambes. Dans la première épreuve de plongeon (3m) il n'y aura qu'un seul joystick à faire tourner, en revanche dans la seconde il faudra faire tourner les deux à la fois ce qui est nettement plus délicat en terme de coordination.

Du côté des épreuves de terrains, il s'agira pour les divers sauts de prendre de la vitesse en mitraillant brièvement les touches avant de réaliser certaines manipulations. Pour le saut en longueur il faudra régler son angle de saut, le triple saut idem mais avec au préalable deux petits sauts faits avec la gâchette. Le saut à la perche lui demandera d'appuyer au bon endroit de la jauge de saut etc...

Pour les épreuves de lancer il faudra faire tourner les joysticks pour accumuler de la puissance. Autant dire que les ampoules dans la paume de la main risque d'apparaître assez vite. Une fois cela fait, il faudra en général charger un très court moment avec la gâchette afin de déterminer l'angle.

Les épreuves de gymnastique sont sans conteste celles qui sont le plus basé sur la dextérité et la précision. Il faudra en général appuyer sur les quatre touches au moment où l'athlète marche sur les touches en question. Le timing sera donc primordial. On retrouve ce système pour le saut en hauteur, où la difficulté des timings devient croissante au fil du temps.

Les ratés

Bien souvent dans ce genre de titre il y a des épreuves un peu ratées. Bien qu'un didacticiel soit présent il arrive assez souvent de ne pas bien comprendre le fonctionnement de certaines épreuves. C'est par exemple le cas du judo où l'utilisation des touches pour faire les prises aura longtemps été un mystère à mes yeux. Au final il s'avère qu'il faut juste appuyer plusieurs fois sur une touche pour projeter. Une fois l'adversaire au sol celui ci doit mitrailler ses touches pour réduire le niveau de la prise effectuée, mais pour cela il doit appuyer sur la bonne touche tandis que nous (qui avons fait la projo) pouvons changer la touche régulièrement. Bref ce mécanisme n'était pas très bien expliqué et au final mitrailler toutes les touches est la meilleure solution.

De la même façon on notera une difficulté tout simplement inhumaine dans les épreuves de course. Bien qu'il soit possible de battre la console, il faudra pour cela réussir un départ parfait (ce qui est très difficile) et mitrailler comme un fou. En cela le titre échoue assez clairement pour le grand public, que l'on imagine assez mal capable de réussir de tels exploits. Le 400 m par exemple est particulièrement horrible car il faut tenir sur la durée ce qui est loin d'être évident. Idem du cyclisme où il faut tenir 16 tours d'affilée à tourner les joysticks etc... Au bout d'un certain temps de jeu, on n'est tout simplement plus capable d'appuyer sur les boutons en rythme. Le titre est un peu trop exigeant physiquement.

Certaines épreuves sont également assez difficile à réussir d'une manière générale. Je pense par exemple au Canoë Kayak qui nécessite beaucoup d'entraînement avant de bien réussir à se déplacer correctement.

Un effort côté réalisation

Si le précédent jeu consacré aux JO n'avait pas brillé par sa réalisation, on pourra dire que cette fois-ci le pari est rempli. Le titre est très réussi visuellement et la quantité d'animations des athlètes est assez hallucinante. L'enrobage général du titre est réussi, avec des mouvements de caméras fréquents, des plans variés et de nombreuses scènes avant et après les épreuves montrant les athlètes se préparer, être heureux de leur victoire ou au contraire s'arracher les cheveux de la tête (si ils en ont bien évidemment).

Les menus quant à eux sont sobres et on notera la présence dans les options d'activer les commentaires. Ceux-ci sont en fait en anglais et on les entend durant les replays. Un choix un peu étonnant puisque l'annonceur lui parle en français. D'une manière générale on préférera les laisser désactivés.

Pour terminer sur l'online celui-ci permet de créer une partie en préparant plusieurs épreuves de suite, ce qui est assez pratique. On notera également la possibilité d'utiliser le casque micro pour discuter. Concernant la qualité du jeu, j'ai eu des lags lorsque j'ai rejoint d'autres parties mais celles que je créais fonctionnaient très bien, comme c'est bien souvent le cas dans le jeu online. Il faut attendre qu'il y ait plus de joueurs connectés et on profitera ainsi d'une meilleure qualité de jeu.

Eurocom signe avec Beijing 2008 un titre solide et très réussi. On regrettera le gameplay trop exigeant d'une manière générale et qui aura certainement du mal à séduire le grand public. Une fois de plus il faudra faire le tri dans les épreuves et prendre le temps nécessaire pour bien assimiler certaines d'entre elles. Le jeu s'en tire très bien côté réalisation avec des modélisations réussies et des animations plus vraies que nature. Au final Beijing 2008 est un bon titre pour ceux qui s'intéressent aux Jeux Olympiques et qui n'ont pas peur de passer du temps pour se perfectionner.

Verdict

7

Points forts

  • Réalisation, Animations
  • Beaucoup d'épreuves
  • Gameplay varié

Points faibles

  • Trop exigeant physiquement
  • Difficulté des épreuves inégale
  • Installation disque dur obligatoire
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Xbox 360 5.5 2
Playstation 3 6.3 3

Commentaires

bko, 28 juin 2008 - 1:22
Merci pour ce test bien complet qui m'aura juste donné envie de ne pas l'acheter vu comme la jouabilité à l'air mille fois déjà vue et stressante avec cause la difficulté. Pour les JO, ce sera Athlete King pour moi ! :)
Je pense que je vais me le prendre car il y a un grand nombre d'épreuves et les graphismes ont l'air top. Quant a la jouabilité c'est malheureusement récurant avec ce type de jeux. Difficile de faire différemment d'ailleurs!
yohko kurama, 29 juin 2008 - 3:26
Merci pour ce test. Sans être exceptionnel il ne semble pas mauvais, j'espere pouvoir le tester rapidement.
Merci pour ce test très complet. Dommage qu'il n'y ait pas de vrai mode "entrainement" dans lequel on augmente les capacités de notre perso... Et cette mauvaise habitude d'une installation disque dur préalable est sincèrement pénible. (si au moins ça apportait vraiment un plus par rapport à la version 360 ....)
Le problème est que pour de la compétition online, il faut mettre tout le monde sur un même pied d'égalité, donc il n'y a qu'en mode JO où l'on peut faire évoluer manuellement des caractéristiques.
C'est sans doute un peu "froid" pour plaire à tout le monde, mais faut reconnaitre qu'Eurocom a bien revu sa copie depuis Athènes 2004. Ca a vraiment l'air d'un jeu complet et il est déjà très apprécié online.
Seb01, 30 juin 2008 - 12:01
Je pensais prendre le jeu dès sa sortie mais finalement aprés avoir lu le test je crois que je le prendrais en occase dans quelques mois.