Test : Alpha Protocol (PS3, Xbox 360, Windows)

Annoncé en 2008, Alpha Protocol est le premier jeu de SEGA signé avec les développeurs californiens d'Obsidian Entertainment, les partenaires de longue date de Bioware et les spécialistes du RPG à l'occidentale. Avant de reprendre en main la licence Fallout dès la fin d'année, le premier RPG d'espionnage a fini par voir le jour même si on espérait y jouer largement avant. Ce ne fut malheureusement pas le cas, la faute à de multiples retards.

La vengeance dans la peau

Le joueur incarne Michael Thorton, un agent assez jeune aux aptitudes conventionnelles au départ. Il vous faudra précisément déterminer ses différentes qualités au fil de l'aventure.. L'histoire débute sur un entretien d'embauche ou plutôt un interrogatoire, qui lui permettra d'intégrer Alpha Protocol et ce prologue fait tout autant figure de didacticiel des phases d'action et de dialogue qui forment à 90% le coeur du jeu. Alpha Protocol est une organisation gouvernementale américaine, mais totalement secrète aux yeux du grand public , des médias et même pour des institutions comme la CIA. Le but de cette agence est de faire le sale boulot en toute discrétion quand les intérêts des États-Unis sont menacés.

Mike Thorton ne tarde pas à être envoyé en mission alors qu'un avion de ligne a été touché par un missile US en Arabie Saoudite. Une société d'armement américaine, Halbech, est directement impliquée et Alpha Protocol doit faire le nécessaire pour mettre cette affaire sur le dos des terroristes musulmans. Tout ne se passe pas exactement comme prévu, et Mike est vite lâché par sa hiérarchie, qui se doit de réussir cette mission à tout prix. C'est le début d'une aventure en solo, classique mais riche en rebondissements, où Mike sera simplement aidé au début, par les compétences techniques de Mina Tang aux quatre coins de la planète.

Action/RPG ? customisation, dialogues et infiltration

Avant de partir en mission, Mike fera la découverte de plusieurs planques, souvent très confortables et spacieuses. Elles ont toutes comme point commun de posséder un écran géant, aussi bien pour regarder les infos que pour correspondre avec Mina afin de faire un point sur la situation. Certaines vous surprendront par leur dimension ou par leur luxe et elles ne font pas l'économie d'un lit deux places, d'une terrasse et même d'un jacuzzi.

C'est dans ce QG, que Mike pourra se faire une beauté en se rendant dans la salle de bains. Les possibilités ne sont certes pas nombreuses mais on pourra donner un aspect négligé à l'agent, un look de jeune premier, porter une barbe très épaisse ou encore un béret de militaire. Cet aspect n'a qu'une utilité purement cosmétique et donc aucun intérêt sur la partie RPG du jeu. C'est aussi au QG que l'on fera ses achats en armes, améliorations de son matériel et de protections. On gardera aussi un lien social avec ces quelques rencontres en consultant ses mails, ce qui aura un lien sur ses affinités mais également sur son compte en banque. Enfin on pourra acheter quelques renseignements précieux avant de partir en mission.

Une fois lâché en terrain hostile, Alpha Protocol prend la forme d'un jeu d'infiltration pas si éloigné d'un Splinter Cell ... ancienne génération. Mike avance ainsi à tâtons dans des stages où il devra neutraliser une succession de gardes, ce qui revient souvent à nettoyer un périmètre après l'autre pour progresser. Les phases d'action sont aussi entrecoupées de quelques mini-jeux où le joueur devra crocheter une serrure, pirater des ordinateurs, dans le but de récupérer de l'argent et des informations complémentaires sur les personnages principaux et les différentes factions. Mike est aussi équipé de nombreux gadgets comme des grenades aux effets très variés, et d'instruments électroniques qui lui permettront de faire un court circuit ... et de gagner du temps en faisant l'impasse sur les mini-jeux.

Le déroulement des missions dépend surtout de l'orientation de classe que vous aurez donné à Mike. Dès la fin du premier chapitre, vous pourrez choisir de développer des compétences soit plutôt bourrines, soit tournées vers l'infiltration ou alors encore un consensus entre les deux. Selon ses spécialités, on pourra par exemple être très habile pour faire des coups critiques au fusil à pompe, ou alors avancer à pas feutrés et être un pro du pistolet silencieux. Ces choix du joueur donneront accès à des compétences très impressionnantes que l'on pourra activer à intervalles réguliers. En jouant les pros de l'infiltration, Mike pourra par exemple échapper au regard ennemi pendant quelques secondes alors qu'il avait été repéré. Il sera aussi possible de devenir totalement invisible pendant un petit laps de temps, ce qui laisse la possibilité de nettoyer une pièce en toute discrétion. Ces "pouvoirs" sont incontestablement très impressionnants et aussi assez peu réalistes, d'autant plus que les gardes ne possèdent pas une I.A. à toute épreuve. Il n'est pas rare de tuer à proximité d'autres gardes sans que cela n'entraîne aucune réaction. C'est sans doute une des faiblesses d'Alpha Protocol, alors que Mike Thorton possède déjà de nombreuses forces face à l'adversité.

Même si ce n'est pas le plus grand atout du jeu, ces phases d'action/infiltration restent cependant divertissantes et assez variées pour ne pas ennuyer le joueur. Le système de couverture est certes classique mais fonctionne. Le joueur peut par exemple passer d'un endroit caché à un autre très facilement, grâce à une action contextuelle. Pour casser la routine, on retrouve ici et là des scènes d'action pur et dur, où l'on pourra relâcher la pression grâce à une mitraillette posée sur pied, qui fait immanquablement penser à certaines scènes des Metal Gear Solid. Alpha Protocol compte aussi sur quelques séquences de sniper et les combats contre les boss offrent aussi leur lot plaisant de variété.

Choix et conséquences

Mais le plus grande force de Alpha Protocol réside incontestablement dans le déroulement de ses dialogues. Tout d'abord, ils sont forts bien écrits et on retrouve la patte de Chris Avellone que les gros fans de RPG sur PC connaissent depuis ses débuts chez Black Isle Studios. L'ambiance musicale est aussi plutôt efficace sans surprendre les habitués des blockbusters hollywoodiens. Le travail des acteurs US est aussi sans faille et la crédibilité des personnages n'est rarement mise à défaut.

Il vaut mieux cependant avoir un niveau correct en anglais puisque le jeu est en VO sous-titrée en français. Le système de dialogue demande de faire des choix dans un laps de temps assez court et il vaut mieux comprendre en live ce qui se dit, sous peine d'être pris légèrement au dépourvu. Venons-en justement au gameplay lors des dialogues, il s'apparente très fortement à l'interface des deux premiers Mass Effect sauf que le joueur doit prendre des décisions cruciales dans un temps limité, c'est à dire au moment où votre interlocuteur termine sa réplique. La tension est souvent palpable. Ce système est vraiment ingénieux puisque Alpha Protocol est peut être le jeu vidéo où s'exprime le mieux le "roleplaying", c'est à dire de vrais choix tranchés qui ont un impact immédiat sur le déroulement de la trame scénaristique.

Tous les choix du joueur vont impliquer une multitude de conséquences. La première et la plus visible est la côte de sympathie ou d'aversion que les autres personnages vont ressentir vis à vis de Michael Thorton. Quand il s'agit d'alliés comme Mina Tang, qui vous soutient sur le champ de bataille, cela permet d'obtenir des bonus ou des malus de compétence qui facilitent ou pas le déroulement de la mission. Avec certains leaders de factions, vos choix auront pour conséquence de sécuriser une zone complète. Ou alors il faudra sortir les armes pour s'en sortir, si au contraire vous avez agi agressivement en vous faisant de nombreux ennemis.

Au-delà de ça, tous vos actes en missions ont une conséquence. Des bonus d'expérience et de compétence sont octroyés constamment selon vos actions. Tuer des innocents ou se faire repérer en déclenchant les alarmes aura aussi des implications sur votre côte de sympathie mais aussi plus globalement sur le scénario, façon coup de billard à trois bandes. À noter que ces implications sont écrites noir sur blanc en fin de mission pour bien comprendre la portée de ses décisions. L'exemple le plus parlant pour comprendre à quel point Alpha Protocol laisse une grande liberté est le fait que le joueur a droit de vie ou de mort sur à peu près tous les acteurs du jeu. Il n'est pas dur de comprendre que ce genre de choix aura à un très gros impact sur le scénario. Deux joueurs ne vivront certainement pas la même expérience.

C'est d'ailleurs à la toute fin du jeu, notamment lors de la dernière mission, que l'on comprend mieux que les événements et vos alliés auraient pu être tout autre, si on avait agi différemment ...

Alpha Protocol : le RPG qui se rejoue

Alpha Protocol est peut être un des jeux que l'on termine ... en pensant tout de suite à sa prochaine partie. Déjà au niveau de l'action, le jeu peut s'appréhender de plusieurs façons. On peut commencer par une approche plus furtive puis ensuite tenter de se la jouer davantage grosbill lors de sa seconde partie. Mais il faut avouer qu'avec cette I.A. assez perfectible, ce n'est pas sur ce point précis que l'on a envie de relancer le jeu.

Non, c'est davantage l'envie de tenter un autre rôle pour Mike qui est très vite tentant. Si vous avez joué le rôle du gentil agent patriote lors d'une première partie, pourquoi ne pas reprendre le jeu et devenir un agent dur sur l'homme qui se débarrasse de ses contacts quand ils n'ont plus aucune utilité ? Alpha Protocol, par sa conception intelligente des dialogues qui s'adapte à chacun de vos choix, donne envie de réinventer son histoire et d'expérimenter de nouveaux chemins du scénario.

On pourra cependant pester sur une réalisation assez terne après tant d'années de développement, d'autant plus que le frame rate souffre pas mal et sans raison. Une belle tenue visuelle aurait pu donner plus d'authenticité à cette aventure ... On constate aussi quelques problèmes d'affichage, notamment lors des dialogues pour les persos et leurs expressions en gros plan pas toujours des plus naturelles. Mais, Alpha Protocol demande incontestablement beaucoup de ressources rien que pour les dialogues, et le jeu a le mérite de ne pas être trop bugué. Avec ces nombreux retards, la crainte numéro 1 était que ce soit un jeu typé PC plombé par les bugs et les freezes mais ce n'est franchement pas le cas.

Alpha Protocol est donc un très bon RPG, dans sa pure expression, et un jeu d'action/infiltration sympathique, ou moyen selon ses exigences. Sa relative faiblesse technique n'empêche absolument pas d'apprécier à sa juste valeur, ses nombreux bons aspects. Ces atouts ne sont tout de même pas négligeables puisque à bien des niveaux Alpha Protocol réinvente le genre et fait mieux qu'un Mass Effect. Obsidian réalise ainsi pour Seeeeggggaaaa (comme au générique) peut être son premier et dernier jeu, Aliens RPG étant annulé, mais aussi une vraie réussite. Et si vous avez toujours rêvé d'être un agent secret, de vivre dans une planque richement équipée à Rome ou à Moscou, d'être un séducteur à la Sean Connery qui multiplie les conquêtes, ou encore de créer de toute pièce votre Jason Bourne, il se peut que cette appréciation finale ne vous suffise pas et que vous considériez Alpha Protocol comme un indispensable. Et vous n'auriez pas totalement tort.

Verdict

7

Points forts

  • L'écriture et la traduction
  • Le système des dialogues
  • Le jeu de rôle
  • L'ambiance d'espionnage
  • La personnalisation du gameplay
  • La replay value

Points faibles

  • I.A. très perfectible
  • Réalisation trop modeste
  • Animations risibles
  • Frame rate instable
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Windows 8.0 1
Xbox 360 7.8 4
Playstation 3 8.0 1

Commentaires

Rage, 19 juin 2010 - 2:36
Merci pour ce test bien réalisé!

Cette nouvelle licence Sega est très prometteuse et mériterait une suite techniquement plus solide. Et pas besoin d'Obsidian pour ça alors ...
bko, 19 juin 2010 - 8:34
J'étais a auchan cet aprèm et un couple a acheté le jeu en lisant l'histoire derrière mais sans le connaitre :)
SLAINE, 20 juin 2010 - 12:11
Je suis en train d'y jouer et malheureusement j'ai beaucoup de mal à y accrocher. Les bugs sont légions (ennemis qui traversent les caisses, blocage intermittent de notre personnage qui refuse de tirer si on reste derrière un mur, etc...), mais pour moi c'est surtout le système de réponse lors des dialogues qui restent perfectibles. On est souvent obligé de répondre alors que la question ou le dialogue n'est pas encore fini (ou le temps est si court qu'on a pas le temps de changer de réponse), et souvent les traductions des réponses ne correspondent pas à notre choix... Bref pour moi on est à des années lumières des jeux du même type fait par Bioware par exemple (Dragon Age, Kotor, Mass Effect). Avec une réalisation très très moyenne, je suis déçu pour le moment par le jeu, mais il s'améliore peut être avec le temps :wink:
Rage, 21 juin 2010 - 1:22
Slaine n'hésite pas à donner ton avis une fois le jeu terminé. Je ferai de même quand je l'aurai commencé et terminé:cool2: