Test : After Burner II (Arcade)


After Burner II
After Burner II
Shoot'em up

Après nous avoir fait chevaucher une moto, après nous avoir fait mitrailler au pays des dragons et après nous avoir fait rêver au volant d'une Ferrari, aux côtés d'une blonde, Yu Suzuki et l'AM2 nous sort un titre détonnant dont ils ont le secret et devenu mythique : After Burner.

Top Gun made in SEGA

After Burner est un rail shooter dans lequel on pilote un F-14 Tomcat dans 22 stages en éliminant ennemis en chemin tout en évitant de se faire dézinguer par un missile lancé par vos adversaires. Le jeu est sorti sur son propre board : le X-board.

Le jeu est paru en deux types de bornes : l'upright, une simple borne debout avec le joystick sur un panel ou la classieuse version deluxe assise reproduisant le cockpit d'un chasseur et monté sur vérins pour des sensations grisantes. Il en existe même une troisième : la 360, qui est une borne assise où on peut avoir la tête en bas lors d'un tonneau (attention à ne pas rejeter son déjeuner).


On y incarne un pilote américain qui doit effectuer une dangereuse mission : repérer et détruire deux stations radars situées en plein cœur du territoire ennemi, en esquivant hordes de chasseurs et d'hélicoptères avant de retourner à la base, sain et sauf. Facile, non ?

Après un décollage du SEGA Entreprise (!!), le joueur prend le contrôle de son appareil : on peut virer à droite ou à gauche, monter ou descendre. Le joystick dispose de deux boutons : un pour actionner les mitrailleuses (vulcan) et un autre pour lancer un missile, après avoir préalablement verrouillé la cible. Il est aussi possible d'effectuer un tonneau en braquant le manche dans l'autre direction (inutile mais amusant) et surtout déclencher un turbo pour aller super vite.

Le jeu se déroule dans une vue extérieure. Un viseur indique le tir des mitrailleuses et permet de locker les cibles ennemies en passant sur celles-ci. Un "On" se fait entendre pour signaler que la cible est verrouillée et de tirer avec les missiles. Il est possible de verrouiller autant de cibles qu'il y en a à l'écran. Attention, le verrouillage ne dure qu'un temps alors dépêchez-vous de tirer avant qu'il ne disparaisse. De plus le nombre de missiles est limité et il faut parfois économiser. Heureusement, vous pourrez vous ravitailler en vol et au sol.

Maximum Power

After Burner fait partie des jeux dits en "super scaler" : comprenez que le jeu suit un scrolling en pseudo 3D où l'appareil du joueur (ici, le F-14) défile constamment droit devant lui. Les objets du décor, des ennemis et le joueur lui-même sont tous des sprites en 2D qui subissent un effet de zoom au fur et mesure qu'ils approchent du joueur. Cette technique, utilisée depuis Hang On, permet de faire croire au joueur d'être dans un monde 3D.

Et concernant AB, elle est utilisée de fort belle manière. Et pour cause car déjà utilisée pour un shooter avec Space Harrier. Ce défilement donne une excellente impression de vitesse décoiffant et encore plus quand on enclenche le turbo : l'After Burner. Et surtout sans aucun ralentissement en quoi que ce soit. De plus, le jeu possède une particularité propre à tous les jeux de Suzuki de cette époque : celle de changer de décor en cours de jeu et ne subir aucun temps mort.


Le grand principe du jeu consiste à nettoyer les vagues d'ennemis en les lockant mais ils peuvent en faire de même : il s'agit donc d'esquiver les missiles avant qu'ils n'atteignent l'appareil, auquel cas il sera détruit en un seul coup. Le nombre d'ennemis peut atteindre la dizaine et on peut être vite être submergé. Advient un cruel dilemme : verrouiller les cibles ennemies et devenir une cible facile ou bouger dans tous les sens pour esquiver les missiles et rater de nombreuses cibles. Pour ne rien arranger, des ennemis viendront attaquer par derrière et il faudra réagir promptement.

Comme tout jeu d'arcade qui se respecte, After Burner est un pur jeu de scoring : les points sont attribués au fur et à mesure de la progression mais aussi en dégommant un maximum d'appareils ennemis. Lors des stages 8 et 17, on assiste à un niveau bonus dans une vallée encaissée où il faut détruire le plus de matériel ennemi possible pour engranger des points.

Get Ready !

Graphiquement, le jeu s'en sort très bien. On n'est pas face à un magnifique jeu mais l'ensemble graphique est assez agréable à l'œil. Le jeu grouille d'effets spéciaux tels que fumées et explosions de bonne facture. En revanche, il devient un peu "brouillon" quand il y a trop de trucs à l'écran et on a du mal à voir d'où vient le danger. Mais heureusement, cela n'entache nullement le plaisir de jeu, très conséquent.


After Burner, outre un grand fun que l'on obtient au cours du jeu, dispose d'un autre grand atout : sa bande son. Réalisée par le grand Hiroshi Kawagushi, celui qui nous a fait nombre de bandes son de jeux d'arcade cultes (surtout ceux de Suzuki), la musique, typée rock, est agréable à écouter et colle parfaitement au jeu.

Au fait, vous vous demandez pourquoi After Burner 2 ? Une suite ? Pas du tout ! After Burner 1 et 2 sont sortis la même année. Le 2 fait office d'une grosse révision du 1. Parmi les nouveautés : une nouvelle intro plutôt classe, de nouveaux ennemis, 3 stages supplémentaires, les rechargements terrestres (avec des cameos de Hang On et Outrun), et surtout une manette des gaz qui permet de modifier sa vitesse et déclencher un turbo en les poussant rapidement à fond. À ceci se rajoutent des ennemis et missiles qui viendront attaquer par derrière. Enfin, il est à noter que c'est cette version qui a été principalement portée.

Devenu mythique par les sensations procurées et sa réalisation incroyable, After Burner est incontestablement un hit qui a fait la renommée de SEGA. Il était tellement en avance en son temps qu'il a fallu attendre la Saturn pour avoir un perfect port. Reste un titre agréable à jouer, même si After Burner Climax semble le mettre au placard.

Verdict

10

Points forts

  • Incroyablement fun
  • Sensations grisantes
  • Excellente bande son

Points faibles

  • Parfois fouillis à l'écran
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Arcade 9.5 2

Archives commentaires

myau, 18 nov 2013 - 12:01
Très bon article. After Burner utilise en plus le système de rotation qui ici renouvelle encore la technique du Super Scaling.

Autres news sur ce jeu