Test : World Snooker Championship 2007 (Xbox 360, PS3)

Pour ceux et celles qui ont toujours rêvé de pouvoir faire tranquillement quelques parties de billard mais qui n'ont ni la place ni l'argent nécessaire pour assouvir leur désir, World Snooker Championship 2007 est pour vous. Dernier né d'une série maintenant bien connue, cet épisode joue une fois de plus la carte du réalisme. à vous les parties endiablées de snooker et autre billard 8-ball et 9-ball contre des adversaires impitoyables. Comme le dit si bien l'un des multiples conseils qui apparaissent dans le jeu : la patience sera votre principale qualité si vous voulez devenir un pro, et franchement on les croît sur parole.

Un opus 2007, pas d'opus 2006


Après nous avoir gratifié d'épisodes 2003, 2004 et 2005, Blade Interactive aura pris son temps pour réaliser cette nouvelle mouture 2007. Comme d'habitude on retrouve un jeu orienté réalisme : la physique et la technique du jeu ont été clairement mises en avant, au détriment une fois encore de son accessibilité.

Au menu on découvre un mode Championship, un Tutorial, un Versus, un Quick Play et enfin un mode Xbox Live. Comme tout joueur ne maîtrisant pas les règles du snooker je me suis laissé tenter par ce mode Tutorial. On a la possibilité d'y choisir le type de jeu à apprendre, j'ai donc choisi le snooker. On se retrouve donc face à notre billard avec un coach qui nous indique systématiquement quel serait le meilleur coup à faire, mais sans l'ombre d'une explication des règles. On finit cependant par comprendre ces règles grâce aux divers coups consécutifs. Pour accéder aux règles en détail on peut effectivement lire ces dernières (sous forme d'un bon gros pavé de texte il faut le dire) ce qui est loin d'être agréable.

Aussi, et étant un joueur fougueux et téméraire, je décide de me lancer dans le mode Championship car au final, c'est en jouant que l'on apprend. Je précise que l'on peut choisir le type de championnat parmi les divers jeux dont le snooker. Pour vous expliquer rapidement les règles : il y a un triangle constitué d'une quinzaine de boules rouges. On trouve également des boules de couleurs (jaune, verte, bleue, rose, marron, noire). L'objectif est de rentrer alternativement une boule rouge puis une boule de couleur. Les boules rouges valent 1 point et celles de couleur ont des valeurs diverses (la noire étant la plus grande : 7 points). Les boules de couleur sont remises en jeu après avoir été rentrées. Une fois qu'il n'y a plus de boules rouges, on termine la partie en rentrant les boules de couleur selon leur ordre croissant. Je passerai rapidement sur le système de création de son personnage, extrêmement complet et proposant de multiples options (en particulier au niveau du visage).

Première partie, première volée


Autant le dire franchement, le retour à la réalité est difficile : dès le premier match on constate que la console est incroyablement forte, à tel point qu'il lui arrive parfois de jouer et de réussir tous ses coups jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de boules en jeu : on se retrouve alors à être spectateur du match. Et cette tendance se confirme par la suite. La console est impitoyable et avant de gagner un match, il faut être prêt à en perdre une bonne vingtaine. Apprendre toutes les ficelles du jeu est donc la seule et unique solution de s'en sortir, et comme tout joueur de billard qui se respecte il est indispensable de préparer le coup suivant tout en rentrant la boule qui nous intéresse.

Heureusement pour nous le jeu propose un paquet d'aides, dont des flèches qui indiquent la direction dans laquelle la boule blanche ( la Cue-ball ) va partir ainsi que les boules que l'on percutera. Une zone d'ombre permet également d'avoir une idée de l'endroit où notre boule blanche se retrouvera à la fin du tir. Parmi les options du tir, on remarque la possibilité de doser son tir (force), de mettre de l'effet en choisissant où tirer sur la boule (plutôt à gauche, plutôt à droite) et enfin la possibilité d'incliner la canne. Une aide intitulée ? Coach ? est disponible dans les options en cours de partie et nous montre quel coup ce dernier ferait en fonction du type que l'on a choisi : coup d'attaque, de défense (dont le principe est de rendre le prochain tir de l'adversaire le plus délicat possible) ou neutre. Au final, avec tous ces éléments pour composer, la marge de progression est grande et on arrive après quelques heures à maîtriser plutôt bien l'ensemble. Et avec cela viennent les premières victoires.

Du côté de la réalisation


Il semblerait que depuis quelques années cela n'ait jamais été le point fort de la série. Pour de la 360 on a effectivement vu beaucoup mieux. Les graphismes sont passables, à l'exception des visages des personnages, étonnement mieux réalisés que le reste et qui affichent parfois des expressions hilarantes face à un coup hasardeux. Bien évidemment les diverses tables de billards ainsi que les boules et autres cannes sont plutôt correctes, mais ça n'est pas réellement le genre de détails sur lequel on s'attarde. Au final le jeu fait le strict minimum concernant les graphismes. Du côté de l'ambiance sonore, on retrouve des commentaires (intégralement en anglais, tout comme les textes du jeu) qui sont toujours très adaptés aux situations et qui parfois même nous donnent des petits indices sur le prochain coup que l'on pourrait faire. Du côté des musiques c'est simple : il n'y en a pas. On devra se satisfaire d'un espèce de brouhaha de fond ou des applaudissements du public, c'est quand même très léger. On aurait apprécié bien volontiers des petits thèmes d'ambiance comme par exemple du jazz. Enfin on notera l'absence d'options, en particulier la possibilité de baisser la difficulté de l'IA, ce qui pour débuter aurait été appréciable.

Au final ce World Snooker Championship 2007 est sans surprise : on retrouve les éléments essentiels des précédents, avec une physique des boules et une technicité à toute épreuve. On regrettera l'impossibilité de désactiver l'aide (pour les joueurs professionnels et autres passionnés) et les menus et commentaires intégralement en anglais, ce qui n'est définitivement pas un bon point pour attirer des nouveaux joueurs. La réalisation est correcte mais cela manque cruellement de musiques. Au final, le jeu est extrêmement addictif pour peu que l'on y prenne goût, et on se retrouve à enchaîner les parties. Une fois les bases bien maîtrisées, rien ne semble impossible et on débloque du nouveau contenu (modes de jeu) ainsi que des trophées que l'on pourra retourner admirer à l'occasion.

Verdict

7

Points forts

  • Réalisme
  • Technicité
  • Création du personnage

Points faibles

  • Tout en anglais
  • Réalisation
  • Manque d'options

Archives commentaires

Autres news sur ce jeu