Test : Super Monkey Ball Banana Splitz (PS Vita)

Ayant fait ses débuts sur NAOMI en 2001, AiAi et ses amis durant toutes ces années, ont continué à rouler sans jamais s'arrêter sur diverses machines. D'ailleurs, on peut dire que les sympathiques singes de SEGA préfèrent squatter les consoles de Nintendo. Dernièrement on a eu Touch & Roll sur DS, SMB 3D sur 3DS, l'inoubliable Step & Roll et enfin Banana Blitz sur Wii.
Bizarrement, SEGA annonce un nouveau Super Monkey Ball mais cette fois-ci, sur la nouvelle portable de Sony, la PlayStation Vita avec Super Monkey Ball Banana Splitz.
À l'instar des dernières machines de Nintendo, l'éditeur japonais veut faire découvrir de nouvelles expériences avec ses singes tout en mettant en valeur, les capacités offertes par la PSVita.


Super Monkey Ball Banana Splitz



Développé par MarvelousAQL, boîte issue de la fusion de trois autres studios de développement : Marvelous Entertainment + AQ Interactive (composé d'anciens de chez SEGA Japon) et Liveware, ce développeur japonais est devenu très vite un spécialiste dans la production de jeux vidéos sur la portable de Sony. De chez eux sur Vita, on a (ou, on aura) Soul Sacrifice (co-développé avec Sony), Valhalla Knights 3, la conversion de Senran Kagura : Shinovi Versus, ainsi que le portage de l'excellent Oboromuramasa.

Pour ce Monkey Ball, SEGA et MarvelousAQL, ont choisi de revenir aux origines de la licence c'est à dire, un jeu au challenge relevé.
Le but du jeu est très simple. Inspiré par le vieux Jeu du Labyrinthe dont la planche de jeu en bois bascule et la bille roule, dans la série des Monkey Ball, on dirige/bascule un petit singe dans une Toy Capsule (?) du point A (départ) au point B (sortie) le plus rapidement possible, en récupérant les bananes (30 de ces fruits sucrés = une vie) ainsi qu'en évitant les pièges. Une formule simple mais addictive !
Si la navigation entre les divers menus du jeu, se fait grâce à l'écran tactile, Banana Splitz propose deux styles de maniabilité. Au stick gauche ou alors, utilisant la technologie gyroscopique. Cette dernière est plus un gadget qu'autre chose bien qu'elle soit plus convaincante que la version de Super Monkey Ball 3DS. Du coup, on restera avec le très précis et classique stick gauche d'autant plus que ce SMB Banana Splitz est un titre proposant des épreuves comparables aux deux premiers épisodes sur Game Cube.
On a donc le Beginner avec 10 étapes, Normal avec 30 étapes, Advanced avec 50 !!! et une dernière à débloquer une fois la cinquantième étape effectuée. Autant vous dire tout de suite, à partir du mode Advanced, Banana Splitz devient un jeu pour les core-gamers, car enchaîner les 50 stages sera long, rébarbatif, souvent difficile (très) mais faisable. Au moment où j'écris ces lignes, je n'ai toujours pas terminé ce mode !!
J'avoue que cela prend la tête de tout se taper depuis le début à chaque Game Over et on se demande pourquoi Jun Tokuhara, producteur de la licence SMB n'a pas opté pour une évolution de la difficulté à la Banana Blitz et Step & Roll. Autrement dit, à chaque fois, un challenge de 10 étapes à la difficulté progressive.

Néanmoins, le titre de SEGA permet aussi de faire autre chose que diriger AiAi dans les plateaux colorés semés d'embûches, car outre le mode Challenge, le Party Mode est une série de 8 mini jeux qui utilisent les capacités de votre PSVita. Le pavé tactile arrière pour le mini game Monkey Rodeo pas forcément fun, l'écran tactile pour le jeu Number Ball (avec un aspect iOS) et même l'appareil photo pour le jeu Pixie Hunt. Ce dernier est assez sympa car on doit faire une photo ayant la même couleur que le focus.
Que ce soit le Challenge ou encore le Party Mode, il y a de quoi passer son temps sur la PlayStation Vita. Et puis, si la lassitude s'installe, pourquoi ne pas créer ses propres plateaux ?

Une Banana Split SVP !!



En effet, Banana Splitz permet de créer ses propres niveaux et les partager online. Enfin, "créer", c'est vite dit. Grâce aux deux appareils photo de la Vita, il suffit de prendre une photo (de votre chat ?) et ensuite secouer la machine de Sony tel un shaker pour que le stage se réalise tout seul. Assez sympa comme feature d'autant plus que SEGA a mis en DLC des objets qui s'intègrent à votre création notamment les consoles de l'éditeur nippon (la Dreamcast L'introduction en images de synthèse, est encore une fois signée par les talentueux de chez Marza Animation Planet (studio d'animation de SEGA). Par ailleurs, l'introduction donne le ton de l'esthétique graphique utilisée. Oui, tel le délicieux dessert Banana Split, Banana Splitz est visuellement agréable à l'œil, les environnements sont très colorés à l'image des précédents volets et comme nos singes filous ont fait des bêtises avec une machine qui voyage dans le temps, ils devront voyager vers des lieux très... " jouets à l'ancienne ".
Par exemple, le premier monde est décoré avec une jungle utilisant la tôle des anciens jouets notamment le dinosaure rose, le troisième avec des blocs de construction en bois et on aura même l'occasion de traverser ou plutôt, de rouler dans un canyon tout en carton :). C'est vraiment sympa et cela apporte une touche d'originalité très appréciable.
Ajoutons une bande son, avec quelques remixes du premier Super Monkey Ball ainsi que des musiques originales très chouettes bien qu'elles n'égalent pas l'excellence de Step & Roll. En tout cas, elles sont aussi, au dessus de l'opus 3DS.

Love Maze



Les segamonkeys, n'arrêtaient par de crier, avec des bananes dans chaque main; "On veut un Super Monkey Ball en HD... hou-ha-ha-ha-ha". Du coup, le roi de l'arcade propose ici un un titre très séduisant graphiquement grâce à la puissance et à l'écran OLED de la PlayStation Vita. On aime le Challenge proposé bien que parfois tel un macaque, on ait envie de grimper sur un arbre et pester contre le jeu tant la difficulté est élevée mais jamais insurmontable. De plus, le jeu incite à la prise de risque et souvent c'est gratifiant non seulement avec des points en bonus assez conséquents mais aussi avec des warp gates.
Par conséquent, on retient le level design réussit de la plupart des niveaux sans pour autant égaler ceux de Super Monkey Ball 2 et SMB Deluxe, clairement plus inspirés.
On aime aussi le mini game Love Maze (pour deux joueurs) dont le but est d'être synchronisés tout au long des parcours. D'autant plus que plusieurs chapitres sont disponibles.
En revanche, on regrette la disparition des - bananes spéciales - qu'il fallait découvrir dans les épisodes précédents, la progression et puis l'absence totale de joueurs dans le mode multijoueur en ligne. Dommage.
Un bon Super Monkey Ball en somme et qui se démarque clairement de la ludothèque de la machine de Sony, composé de softs déjà vus et archi vus.

Verdict

7

Points forts

  • Graphiquement joli
  • Des niveaux sympas à faire
  • Love Maze à Deux!

Points faibles

  • Personne Online !!
  • La progression
  • La disparition des bananes spéciales

Commentaires

Rage, 10 déc 2012 - 2:01
Ouaip pas mal après la version 3DS très moyenne. La licence reprend des couleurs!!

Merci pour ce test quoi!! :love: Bon maintenant faudrait trouver une borne pour tester le dernier sorti en Arcade nommé Ticket Blitz :good: Et là on est complet sur les Monkey Ball.