Test : Spartan: Total Warrior (Xbox, GameCube, PS2)

Lorsque SEGA annonça l'achat du studio de développement "Creative Assembly" il y a quelque temps. Tout le monde se demanda quels titres avaient pu taper dans l'oeil de la firme à l'hérisson bleu. Nous avons maintenant une des réponses, et c'est Spartan : Total Warrior !!

Grèce Antique, AN 300 avant Jésus-Christ

Abandonné dans la cité de sparte au cours de son enfance, le Spartiate a été élevé dans les casernes de ce peuple de guerriers sans jamais connaître son nom. Devenu l'ami des jumeaux Castor et Pollux, il fait bien vite la preuve de ses dons de combattant sous les ordres du roi Léonidas, devenant un des plus grands guerriers de la cité et ne connaissant pas la peur. Un héros dont Sparte a désespérément besoin. En effet, la cité est la seule à se dresser contre l'empire romain, qui a envahi le reste du monde libre!

Le jeu s'ouvre sur une magnifique séquence, le soleil se lève une nouvelle fois sur la cité de Sparte, ses rayons jouent avec les colonnes qui entourent le roi Léonidas. Entouré de vos camarades qui crient par dizaines pour se donner du courage, une voix grave résonne dans votre tête. C'est celle d'Arès, le dieu de la guerre (fils légitime unique de Zeus et de sa femme Héra pour les non-initiés), qui vous offre la possibilité de connaître les clés de votre naissance, de votre passé et de votre destinée. Vous avez pour seule condition de devenir l'instrument de sa vengeance, contre qui ? Pourquoi ? Mystère?

Spartiate dans l'âme

Lors de la première mission du jeu, donc le premier contact. On découvre un moteur graphique impressionnant capable de gérer plus d'une centaine de personnages à l'écran. Cette première bonne impression se confirme par la suite lors de batailles gigantesques, opposant un nombre incroyable de soldats. On pense ainsi découvrir à chaque nouvelle bataille LE combat du jeu, mais force est de constater que les développeurs ont plus d'un tour dans leur sac ! Les ennemis tapent sur leur bouclier pour se donner du courage, les spartiates brandissent leur arme. Chaque chef de troupe encourage ses hommes avant la charge, puis le moment venu il faut courir!! On s'y croirait !! Pour renforcer cette ambiance unique, les développeurs ont eu l'étrange idée de saupoudrer les combats de musiques dans l'ère de notre temps. Une fois l'ordre d'assaut donné, les platines (de musique) se mettent en branle, et à ma grande surprise cela crée une atmosphère unique !
Spartan est un mix réussi mettant en scène des décors léchés "100% 300 Av J-c", assortis avec des musiques et des dialogues d'ambiance qui font toujours mouche !
Les frères Castor et Pollux accompagnés du Spartiate n'en loupent pas une dès qu'il y a une vanne à faire. à croire que cela est dans les gênes de tout Spartiate qui se respecte car même le roi Léonidas n'en loupe pas une ! Ce genre de petit détail dans les finitions achève le joueur, les soldats se frottent les sandales, gueulent quand vous êtes repéré, se parlent entre eux, bref tout pour immerger le joueur dans cette aventure épique ! Pour en revenir à la réalisation en elle même, les divers combattants sont correctement modélisés et la cerise sur le gâteau provient des gigantesques décors dans lesquels notre Spartiate évolue.
Les mecs de chez Creative Assembly maîtrisent leur sujet sur le bout des doigts et chaque niveau traversé est une bien belle promenade.
Que l'on soit en Grèce, dans les bad-lands, dans des catacombes à Troie, à Athènes ou encore à Rome. Chaque niveau dégage une identité qui lui est propre de part son architecture et les divers personnages non joueurs qui la composent. L'interaction avec ces PNJ se limite à quelques mots échangés, mais cela rajoute un petit goût sucré que l'on aime tant...

Le manuel du bon Spartiate

Spartan : Total Warrior n'est pas un simple beat them all. Bien que la principale attraction du jeu soit de massacrer les divers ennemis que vous allez rencontrer. Les développeurs ont minutieusement développé un système de gestion d'urgence. Lors de vos diverses missions, vous aurez souvent plusieurs objectifs à remplir en même temps. Ainsi quand vous devez protéger votre roi qui se bastonne joyeusement sur les remparts de la cité, à côté les romains tentent d'enfoncer gaiement votre porte. Vous vous sentez obligé de faire la navette entre ces deux objectifs pour essayer de garder un certain niveau de stabilité. Le but étant de ne pas se laisser déborder, pour cela vos collègues Spartiates sont là pour vous aider. Bien qu'on ait souvent l'impression qu'ils sont là pour la figuration, à deux trois exceptions près.

Par la suite, les combats deviennent de plus en plus nerveux, tactiques même. Le Spartiate récupère tout au long de l'aventure diverses armes comme les épées d'Athéna, un arc, un marteau de guerre et la lance. Chacune des armes possède une attaque spéciale qui lui est propre. Pour l'utiliser vous devez collecter les âmes des soldats tués ou prier au sanctuaire pour remplir votre jauge. Pour donner un exemple, chaque arme possède deux attaques spéciales. Une de groupe, qui touche un certains nombres d'ennemis, et une autre beaucoup plus puissante qui tue un seul ennemi. A vous de gérer vos pouvoirs, de gérer vos priorités. On se rend compte à la fin du soft que certaines armes sont plus faciles pour gérer telle ou telle situation. Il ne faut pas hésiter à switcher entre les diverses armes du Spartiate pour vous sortir d'un mauvais pas.

Ensuite à la fin de chaque niveau vous avez ce que l'on nomme "la clémence des dieux". Un certain nombres de points sont distribués par les dieux, à vous de choisir ce que vous désirez augmenter entre la force, la vie, et la magie. Ainsi, au tout début du jeu vous être un simple guerrier puis avec le temps vous devenez un héros, pour accéder au statut ultime de ?Légende'. Votre apparence physique est bien sûr modifiée au fur et à mesure que votre condition évolue.

Parfait ! J'aime combattre à l'ombre

Une des principales difficultés consiste à comprendre comment tuer certains ennemis sans trop perdre de vie, voire pas du tout. Les premiers romains sont faibles et tomberont facilement sous vos coups, tandis que les centurions verront leur bouclier voler en éclat sous l'effet de vos attaques sautées ! Quoi de mieux qu'un romain sans défense pour le massacrer... Si vous avez un peu trop de monde autour de vous, pas de panique ! Il suffit de donner un coup de bouclier dans le tas et d'achever les malheureux qui se trouvent au sol !
Le Spartiate compte donc sur votre bonne analyse de la situation pour mener ses hommes à la victoire. Ainsi il n'est pas rare de devoir tuer par mesure de sécurité les archers ennemis en premier. Car mine de rien, ils font échouer facilement une mission d'escorte ces enfoirés ! Avec les missions et le temps, vous allez ranger les ennemis dans diverses catégories, tous ont une technique spécifique pour être tué facilement. La difficulté consiste à gérer une troupe de 10 personnes qui vous tombe sur le coin de la tronche et de s'adapter à chaque instant. Mais une fois cet automatisme pris, quel pied !! Tu boss ?
Mélange de mythologie et de fantastique, vous allez affronter diverses créatures dans des combats mémorables. Le moindre boss fait preuve d'une mise en scène hollywoodienne, et on est agréablement surpris par les efforts consentis par les développeurs pour détruire les divers boss. Malheureusement il faut noter un petit problème de difficulté, certains boss comme Séjan sont vraiment durs à battre tandis qu'un boss comme le Minotaure que l'on affronte après Séjan est plus facile à tuer. Cela n'enlève en rien tout le travail de mise en scène effectué pour nous introduire chaque boss. à croire que la maxime des développeurs était "jamais deux fois la même chose".

Conclusion d'un Spartiate

Mythique pour certain, un bon jeu pour d'autres, Spartan ne laisse pas indifférent. Malgré des combats parfois un peu brouillon, on ne peut que saluer la prouesse réalisée par les gars de chez Creative Assembly pour ce joli voyage au coeur de la Grèce antique. Disposant d'une durée de vie honnête, la difficulté de certains niveaux contribue à l'allonger artificiellement.
Avec un peu de recul, et après avoir terminé l'aventure, ce titre dispose d'une replay value assez sympathique. Il est jouissif de refaire les niveaux en maîtrisant parfaitement son Spartiate, car il ne faut pas se leurrer, vous n'allez cesser de peaufiner votre technique de combat tout le long du jeu Et ce, jusqu'au dernier niveau ! Vous m'excusez, j'ai des romains sur le feu !


Note : Les versions Game Cube (version testé), Xbox et PS2 sont quasiment identiques.

Verdict

8

Points forts

  • Les grandes batailles.

Points faibles

  • Difficulté inégale sur la fin.
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Xbox 9.0 2
GameCube 7.3 4

Archives commentaires

Autres news sur ce jeu