Test : Space Ace (Mega-CD)


Space Ace
Space Ace
Divers

Souvenez vous, nous sommes en 1984, cela fait quelques mois que les japonais peuvent profiter de la NES fraîchement débarquée. Pendant ce temps en arcade une révolution visuelle est en marche : la possibilité de jouer à un dessin animé interactif. Aujourd'hui cela semble banal, mais imaginez vous à cette époque où le summum du graphisme était Mario sur NES, et face à cela on avait un véritable dessin animé de qualité cinématographique avec lequel on pouvait jouer. Il faudra attendre des ordinateurs puissants comme l'Atari ST et l'Amiga pour flirter avec ce type de jeu, mais surtout l'apparition des supports CD comme le Mega CD en 1994 pour enfin pouvoir profiter de ces jeux hors norme. Dix ans donc pour enfin avoir dans son salon une version " fidèle " à l'arcade...

Don Bluth, célèbre dessinateur ayant fait partie de l'équipe de Disney et ayant également participé à un nombre impressionnant de grandes productions animées, est à la manœuvre encore une fois sur le titre qui nous intéresse aujourd'hui : Space Ace. Après Dragon's Lair, son premier titre qui est resté dans la légende, Space Ace garde les codes de son aîné. Le jeu a été adapté sur la plupart des machines de l'époque dans des versions plus ou moins réussies ; la meilleure conversion reste l'opus CDI de Philipps, quasiment fidèle à la borne. Le jeu est disponible actuellement contre quelques euros sur iOS, et je me suis replongé dans le jeu à l'occasion de quelques parties sur mon bon vieux Mega CD.

Alors que vaut ce " spin off " de Dragon's Lair ?


Après Daphnée, Kimberly...

Pour les connaisseurs, Daphnée était la dulcinée de Dirk, le héros de Dragon's Lair. Kidnappée par un vil dragon notre héros sans peur devait aller la délivrer. Pour Space Ace, on reprend exactement la même trame, mais cette fois l'action se déroule dans le futur ; notre héros se nomme Dexter et sa moitié Kimberly. Encore une fois, cette dernière se fait enlever par le méchant de l'histoire : Borf. Vil scélérat, ce vilain, pire ennemi de Dexter, possède également une arme redoutable afin d'asservir le monde, un laser capable de rajeunir tout le monde jusqu'au point de les transformer en bébé. La mission de Dexter sera donc double, sauver sa princesse, et contrer les plans de l'affreux de service.

L'intro débute donc sur un animé présentant l'histoire et les différents personnages ainsi que des séquences tirées du jeu lui même. Dexter, homme viril et terriblement musclé, en voulant protéger sa dulcinée, se prend un coup de laser " bébifiant ", le rendant adolescent et rachitique. Il devra donc faire l'aventure sous cette forme, même si un bracelet d'énergie pourra le faire revenir à sa forme d'origine durant quelques instants ...

L'ambiance est posée et le moins que l'on puisse dire c'est que l'accent va être mis sur l'humour, le fun et l'action.


Pas de menu d'options sur la page d'accueil, mais la possibilité de visionner des démos de Dragon's Lair et Brain Dead 13, deux autres jeux de Don Bluth : le premier disponible sur Mega-CD, le second finalement décalé sur Saturn. Une bonne façon de faire de la pub gratuite et de se faire une idée de ces deux autres jeux.

On aurait aimé toutefois pouvoir changer le niveau de difficulté ou avoir quelques suppléments, sur la borne d'arcade afin d'ajouter un peu de durée de vie, mais nous y reviendrons ...

Space Cowboy ...

Les amateurs de Dragon's Lair ne seront pas perdus, tout ou presque est similaire à son aîné, si ce n'est bien sûr l'univers proposé.

Tout est donc basé sur les réflexes du joueur à appuyer au bon moment sur le bon bouton ou la bonne direction. Pour cela rien de plus simple, il suffit de bien observer le dessin animé et d'aller dans la direction que nous montre un élément en surbrillance. L'ensemble s'enchaîne très rapidement, il faut donc bien observer l'écran et voir où notre personnage devra se déplacer.

Parfois il devra également utiliser son pistolet laser pour tuer un monstre ou détruire un obstacle. Il lui arrivera même d'activer son bracelet de puissance pour redevenir un super héros musclé durant un petit laps de temps. Sous cet aspect on comprend mieux comment la magnifique Kimberly a pu tomber sous le charme de notre héros, sinon contraint à rester sous sa forme d'adolescent rachitique ...

Il n'y a aucune flèche de direction ou autre qui vous aideront, tout est donc dans l'anticipation, les réflexes et une bonne vision d'ensemble. Heureusement le jeu est assez " logique " et on devine aisément ce qu'il faut faire pour franchir telle ou telle situation. Bien sûr le die and retry fait partie intégrante de ce type de soft, et celui-ci offre d'ailleurs l'opportunité de voir notre héros mourir dans des situations à chaque fois hilarantes et uniques. Tout comme dans Dragon's Lair, on s'émerveille de la créativité des développeurs en la matière.


Dragon's Lair ne manquait pas d'action mais Space Ace va encore plus loin. Aucun temps mort, l'action est frénétique, les situations incroyables et il vous arrivera même d'avoir des passages en vaisseau spatial. La dernière bataille épique contre Borf restera aussi gravée dans les mémoires, en tout cas, des années après je m'en souvenais encore !

Dans Space Ace il n'y a pas véritablement de niveaux. Le dessin animé s'enchaîne sans relâche et seuls quelques écrans noirs durant une ou deux petites secondes viendront temporiser l'action entre de grosses zones de jeu, servant par la même de Check Point.

La question que vous devez vous poser est donc celle de la durée de vie. Dragon's Lair offrait 20mn de jeux, ce qui correspond à la moyenne des titres du même genre. Space Ace lui nous propose 10mn de dessin animé. Eh oui, la moitié des autres jeux qui étaient déjà trop courts. Donc en moins de 10mn en faisant le jeu d'une traite sans les morts, vous arriverez au dénouement de l'histoire. Si on ajoute qu'il n'y a aucun niveau de difficulté pour corser l'aventure, aucune bifurcation ou bonus à collecter, vous comprendrez qu'acheter ce jeu à l'époque n'intéressait que les fans absolus du genre prêts à débourser sans compter, ça faisait cher la minute de jeu...

Le pire n'étant même pas la version Mega CD, adaptation fidèle de la borne. Je me souviens encore de la version Amiga qui ne durait que 4 minutes !!!! Imaginez vendre ce type de jeu aujourd'hui au prix d'un titre neuf, l'époque a tout de même bien changé...

Borf est loin d'être Bof ...

Techniquement parlant Space Ace envoie du lourd. Il est clairement la plus belle réalisation du genre sur Mega CD. Avec un dessin animé qui couvre quasiment tout l'écran, on est loin devant un Thunder Storm FX (Cobra Command chez nous) ou Time Gal, pourtant la référence jusqu'alors sur la machine de Sega.

Certes, la qualité visuelle n'est pas encore l'égale de la version Laserdisc, mais le Mega CD ne souffre ici pas trop de son manque de couleurs affichables. C'est propre, les niveaux sont respectés et les animations sont quasiment identiques. Les plus perfectionnistes se rendront compte de quelques disparitions d'animations transitoires mais honnêtement il faut avoir les deux jeux sous la main pour voir la différence.


Niveau sonore encore une fois Space Ace fait le spectacle. Les voix digitalisées sont superbes et pour une fois ne sont pas trop grésillantes. Les personnages parlent tout au long du jeu, les doublages anglais sont magnifiques et la bande sonore accompagne l'action avec brio. Par contre les anglophobes risquent de déchanter, le jeu n'existant pas en français.

La qualité artistique de Space Ace est indéniable. Les personnages sont travaillés, les décors fourmillent de détails et l'animation de l'ensemble force le respect. Après tout est histoire de goût, on est face à un animé américain et donc loin du style manga d'un Time Gal ou Road Avenger.

Space Ace est un jeu qu'il est impossible de noter. Avec un gameplay forcément minimaliste, étant un dessin animé interactif, et sa durée de vie de 10 minutes, la plupart des joueurs crieront à l'escroquerie pure et simple. Pourtant je suis fan de ce jeu tant l'ambiance y est travaillée et le fun omniprésent. En fait, je pense qu'avec sa sortie iOS, c'est une excellente occasion de tester le jeu dans une version Haute Définition remarquable.

Quoiqu'il en soit, Space Ace est la plus belle démonstration de ce type de jeu sur ce support et on ne peut que regretter sa durée de vie famélique, l'absence de replay value et l'inexistence de bonus ou suppléments face à l'arcade, que la version console aurait pu proposer ...

Verdict

5

Points forts

  • Aspect technique impérial
  • Fun omniprésent
  • Plus besoin de le payer 500F

Points faibles

  • Très, très court
  • Aucune option ou bonus
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Mega CD 5.0 1

Archives commentaires

Je ne savais pas qui existait une suite de Dragon's Lair. Le concept a l'air intéressant. J'aurai envie de l'essayer. Il me faut juste le temps de m'acheter une Sega CD.
Il existe en vrai suite "dragon's Lair 2". Il reprend les mêmes personnages (sauf le dragon) et se veut plus beau, très légèrement plus long. Mais il n'est pas sortie sur les machines de Sega ;)
Rage, 08 oct 2018 - 9:26
Idem je ne le savais pas et j'avoue que ma passion pour Dragon Lair c'est vite effacé devant les chroniques du jdg :lol3::lol3:

En tout cas merci beaucoup pour ce test d'un jeu inconnu de mon côté :good:
Je suis surpris de voir à quel point ce jeu semble totalement inconnu. Très heureux donc d'avoir pu vous faire découvrir un titre atypique ;)