Test : Sonic the Hedgehog 4 : Episode 1 (PSN)

16 ans après Sonic & Knuckles et la période la plus glorieuse de Sega (la MegaDrive), la Sonic Team se décide à donner une suite directe aux aventures principales du hérisson le plus célèbre au monde. Forcément en 2D, Sonic choisit les plates-formes de téléchargement pour ce retour rétro, et une forme épisodique qui devrait étaler le contenu de ce quatrième volet sur plusieurs années. C'est donc l'Episode 1 qui ouvre le bal en octobre 2010.

Eggman, l'éternel retour

Vous connaissez la chanson. Dr. Eggman n'a pas rendu les armes après la destruction du Death Egg. Déjà sur de nouveaux plans très très vilains, il pousse une nouvelle fois Sonic à intervenir et à traverser de nouvelles contrées à la vitesse de l'éclair. En parlant de nouveautés, les décors traversés sont nouveaux de par leur nom, mais ne sont pas sans rappeler au pixel près des environnements connus des trois premiers Sonic. Splash Hill, Lost Labyrinth, Casino Street et Mad Gear ont sans surprise des thématiques ultra connues. Il en est de même pour le bestiaire ou les pièges qui donneront obligatoirement un sentiment de déjà vu. Mais c'est tout de même très agréable de retrouver ses environnements remis au goût du jour en haute résolution, tout en conservant un petit côté rétro.

La MegaDrive change de résolution

On le pressentait avec les nombreux visuels et vidéos proposés par Sega. Sonic 4 est beau, lumineux. C'est incontestablement un des points forts du jeu, d'autant plus que la fluidité n'est jamais remise en cause. Quand on y pense, c'est du très beau boulot. S'il s'agit vraiment du Hedgehog Engine de Sonic Unleashed, on peut dire qu'il fait vraiment merveille. L'arrière-plan est plus anecdotique mais on n'y fait guère attention dans le feu de l'action. Le rendu des flammes dans Lost Labyrinth ou de la vapeur dans Mad Gear est lui aussi du plus bel effet. Même si la résolution "brillante" ne fera sans doute pas l'unanimité, on se plonge assez rapidement dans cette nouvelle aventure qui fait simplement plaisir à voir. Du côté des animations, Sega a opéré quelques changements. Sonic n'accélère plus tout à fait de la même façon lors de ses premiers pas et en pleine vitesse ses jambes turbinent encore plus vite qu'avant. Lorsqu'il atteint sa pleine vitesse, il ne met aussi plus son frein à main de la même façon. Il s'arrête net ce qui donne une impression assez déconcertante. On retrouve quelques animations assez semblables comme quand il se retrouve au bord d'un précipice et qu'il fait mine de tomber. Si les animations peuvent donner le sentiment que Sonic va toujours plus vite, dans la réalité ce n'est pas du tout le cas.

Un remake déguisé ?

C'est finalement du côté du gameplay que Sega opère quelques changements. Le Spin Dash débuté avec Sonic 2 répond bien sûr présent, même s'il a beaucoup moins de patate qu'à l'époque. Le jeu dans son ensemble ralentit. Sonic ne démarre pas en trombe et même à pleine vitesse il n'atteint jamais une pointe impressionnante qui fait défiler le décor, à tel point que l'on est dépassé. Le sentiment est donc assez bizarre au début quand on traverse la nouvelle Green Hill Zone. C'est en avançant dans le jeu, certes assez court, que l'on comprend mieux que la Sonic Team et Dimps ont voulu baisser le rythme. On leur a souvent reproché d'oublier que Sonic était un jeu de plates-formes avec les opus GBA ou DS notamment. Les mondes suivants offrent en effet leur lot de petites énigmes et de moments de plate-forme à la verticale. Les Sonic, où l'on maintenait le stick à droite constamment, n'a pas sa place ici. À de multiples reprises, Sonic 4 oublie la vitesse pure et nous propose de la plate-forme où l'on devra par exemple allumer des torches pour faire apparaître un nouveau passage. Sonic se retrouvera aussi sur une boule géante où il devra maintenir son équilibre. On jouera au flipper, ou au tir de hérisson via des canons, à Casino Street. Sonic conserve cependant de la vitesse, rassurez-vous, et le level design permet d'enchaîner très rapidement ses actions, à condition de connaître les passages adéquats dans le stage. C'est ici que le Homing Attack, l'innovation récente des Sonic, entre en jeu. Il permet d'atteindre les hauteurs en enchaînant les ennemis. Le lock permet aussi de foncer plus rapidement sur un bumper ou sur tout autre objet du décor. Même si vous ne lockez rien, Sonic enchaîne un deuxième saut qui lui fait aussi prendre plus rapidement de la vitesse. Sonic va peut être moins vite qu'avant mais avec des bons réflexes et de l'apprentissage, on arrive à un mélange satisfaisant de plates-formes et de moments plus speed.

Chaque monde a droit à son Acte dédié à un combat face à Eggman. Si on n'est parfois pas loin de la redite totale, ces combats ont souvent de bonnes idées, du début à la fin d'ailleurs. Les items sont aussi d'un très grand classicisme (invincibilité, bouclier, vitesse, etc.) et les Special Stages permettent de récupérer les Chaos Emeralds qui n'ont pas varié d'utilité depuis Sonic 2 ... Si les stages offrent globalement de bonnes idées, on en dira pas autant des features générales du jeu qui se contentent de faire plaisir à la fanbase sans apporter une nouveauté majeure. Comme d'habitude, le dosage est compliqué pour la Sonic Team quand elle essaye de faire plaisir aux vieux joueurs.

Musiques et contenu

En regardant dans le rétro, les Sonic récents, leur bande sonore a toujours été très soignée. Sega se laisse souvent aller à des expérimentations qui font plaisir aux cages à miel. Pour Sonic 4, Jun Senoue a voulu respecter un lourd héritage, fait de nombreux morceaux qui ont bercé notre enfance et plus ... Le résultat pour Sonic 4 nous offre une bande originale très fidèle aux sonorités 16-bit, quand les programmeurs se battaient encore contre les chipsets sonores désuets, pour obtenir un rendu décent. Concernant les mélodies, le constat est moins reluisant. À part deux/trois morceaux sympas pour Casino ou Labyrinth, le reste s'oublie très vite. Est-ce qu'un seul morceau vous restera en tête après avoir éteint la console ? Certainement pas. Sur une grosse session de jeu, les musiques pourront même devenir saoulantes ou pire fatigantes. Les bruitages habituels des Rings ou du Spin Dash sont quant à eux parfaits.

Sonic 4 se boucle très rapidement en ligne droite. Certains pièges pourront cependant vous ralentir et on ne bat pas tous les boss du premier coup. La difficulté est globalement bien dosée pour ne pas frustrer les jeunes joueurs. Les habitués du genre dépasseront vite les 100 Continues, surtout qu'on peut en gagner à la pelle au Casino. Sonic 4 n'aura alors pas livré encore tous ses secrets. Il faudra revenir sur des stages pour débloquer toutes les Chaos Emeralds dans des Special Stages, qui montent peu à peu en difficulté. Les trophées proposent également quelques challenges bien sentis, qui poussent à se refaire les stages. Ils sont de toute façon suffisamment bien pensés pour se les faire et refaire sans déplaisir, un peu comme un bon vieux Sonic MD. Difficile de dire le contraire. Il reste enfin la carotte des classements en ligne qui permettent à la fois de se jauger au Time Attack mais aussi aux Points. Ici, il faudra faire preuve de vitesse mais aussi récupérer un max de rings et défaire des ennemis. Mine de rien, les heures défilent et ce n'est pas si courant pour un jeu d'arcade à une dizaine d'euros.

Avec un nom finalement trop difficile à porter, Sonic 4 n'en reste pas moins une réussite technique et un jeu globalement très agréable à jouer. C'est bien le principal. D'un très grand classicisme par souci de fidélité, Sonic 4 surprend assez peu. On notera tout de même quelques bonnes idées, qui redonnent à Sonic des vrais airs de jeu de plate-forme. Le gameplay propose un feeling légèrement différent qui ne demande qu'à être apprivoisé. Sonic devient alors parfaitement jouable et même rapide. Mais en choisissant un contenu épisodique, on se demande déjà ce que Sega va bien pouvoir nous proposer d'indispensable avec le deuxième volet.

PS : hormis les trophées et les classements en ligne, la version PSN permet de jouer les Special Stages au sixaxis.

Verdict

6

Points forts

  • Technique quasi parfaite
  • Jouable aux doigts et à l'oeil
  • De la plate-forme et des idées
  • Replay value très correcte
  • Bruitages immersifs ...

Points faibles

  • ... mais des musiques peu inspirées ...
  • ... et même horripilantes
  • Grand clacissisme
  • Un Episode 2, pour quoi faire ?
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Playstation Network 6.6 7

Commentaires

Vous êtes dur avec la note. Pourquoi la mettre ici et pas dans le test? Quand on lit le test on s'attend à plus. Et je trouve les musiques très réussies puisqu'elle me restent en tête tout la journée. C'est justement celles du casino qui m'ont le plus soulés contrarement à Haneda. Enfin le principal pour moi c'est que je l'aime beaucoup ce Sonic 4. Impatient de voir la suite.
Normalement y'a plus de note. Mais je tiens à la mettre personnellement. :na: Surtout que vous pouvez la trouver très facilement ailleurs quand on fait de la pub pour le site.

J'ai beaucoup hésité pour la note mais j'ai tranché. Ca n'en fait pas pour autant un mauvais jeu à mes yeux.
bko, 17 oct 2010 - 7:27
Manque de punch et d'originalité, musiques infâmes et graphismes pas encore au niveau des meilleures productions 2D, un bon ptit jeu a qui doit encore beaucoup s'améliorer.
bon test mais je suis pas d'accord avec l'impression que le jeu est ralenti , ou le démarrage qui a moins de patate.
En faite sonic 4 n'aurait pas du s'appeler sonic 4 et c'est peut être pour cela que les notes sont sévères. Il aurait du être le projet "anniversary" par exemple. Un remake HD des anciens épisodes, et là je suis sûr qu'il aurait eu plus...
Personnellement j'aime beaucoup, mais j'attends de le finir avec tous les émeraudes pour donner mon opinion définitif...
Content de voir que SM note un Sonic "à la GameKult".
Perso j' ai autant été enthousiasmé par la qualité du titre que déçu de la frilosité des développeurs, on note même des régressions par rapport à Sonic 3!
L' épisode 2 devra apporter énormément pour être un "vrai" nouvel épisode 2D.
Test correct, s'il s'était appelé Sonic HD je lui mettrais bien 7 mais force est de constater qu'après Sonic 3 c'est uen régression.