Test : SolSeraph (Windows, Xbox One, PS4, Switch)


SolSeraph
SolSeraph
Action

Aussitôt annoncé, aussitôt sorti, SolSeraph est le dernier né du studio Ace Team, situé au Chili. Atlus édite depuis pas mal de temps leurs jeux (Abyss Odyssey, Rock of Ages, etc...). SolSeraph est un hommage à un titre marquant de la Super Nintendo : ActRaiser. Il en reprend quasiment tous les éléments et nous propose une version un peu modernisée du hit de l'époque.

Les dieux maîtrisent le copier/coller

Les inspirations de SolSeraph étaient claires dès l'annonce : réaliser une suite spirituelle à ActRaiser. Ce titre possède une aura assez forte auprès des joueurs plus anciens. Sorti tôt dans le cycle de vie de la Super Nintendo, il proposait un mélange d'action/plateforme (vue de côté) et de gestion (vue du dessus). Le jeu était propre, bien réalisé et très amusant. Yuzo Koshiro à la bande-son réalisait de très bons thèmes dans un style classique, qu'il maîtrise très bien (les SEGA-fans le savent en particulier grâce aux deux jeux Story of Thor).

On peut dire qu'Ace Team a réussi à capturer avec succès les éléments clefs d'ActRaiser. SolSeraph propose exactement le même game-design global, avec notre héros Helios, mi-homme mi-dieu, qui descend sur Terre pour combattre les monstres, délivrant ainsi les peuples. Après chaque nettoyage, on passe en mode gestion. Cette fois-ci, la partie gestion prend l'apparence d'un Tower Defense, pour donner un peu plus de consistance à l'ensemble (dans ActRaiser, on se baladait en tuant des monstres de loin, et on déclenchait quelques évènements climatiques).

Au fur et à mesure que le peuple se développe, on aura à nettoyer un peu plus en descendant directement dans quelques antres de monstres. Une fois l'ensemble des antres vidées (occasionnellement, un antre sera plus grand que les autres), on sera amené à traverser le stage final, au terme duquel le boss de la région nous attend. En répétant ce processus six fois dans autant de régions du monde, on débloquera la séquence finale (boss, stage et boss). Une structure proche du jeu d'origine donc. SolSeraph a par ailleurs le bon goût de nous épargner les arbres de compétences qui ont envahi les jeux de nos jours, une bonne chose.

6 Teraflops pour faire (mal) tourner un jeu 2D

Pour une petite équipe, SolSeraph présente bien. Le jeu est joli, les éléments sont aisément reconnaissables. La direction artistique existe et elle est réussie, l'équipe s'est clairement construit son monde à ce niveau, ce qui est une bonne chose. La bande-son est également très bonne, avec quelques thèmes qui marquent immédiatement (notamment le thème calme sur la grande carte du monde, ou encore le thème action présent dans plusieurs stages). Yuzo Koshiro a composé le thème principal du jeu, soit dit en passant.

Malheureusement sur Xbox One X le jeu tourne affreusement mal. Le framerate est complètement à l'ouest, on doit surement ce miracle à l'association Unreal Engine 4 + rendu 4K forcé. Le jeu ne présente aucune option d'affichage au passage. A-t-on vraiment besoin d'usines à gaz comme l'UE4 pour faire tourner l'équivalent de jeux 16 bits (en plus jolis) ? On a clairement perdu tout bon sens... Le plus drôle étant que le défilement devient parfaitement fluide lorsque l'on se met sur une plateforme qui bouge. De plus en plus souvent, le choix de la Xbox One X s'avère ne pas être le meilleur pour qui veut du 60fps en 1080p (ce qui est un non sens absolu), et ce à cause du manque d'efforts des développeurs, qui ne cherchent même pas à proposer deux configurations pour leurs jeux. Quelle triste époque !

Le jeu est d'ailleurs assez pauvre avec quasiment aucune option, pas de choix de la difficulté et rien de spécial qui se débloque une fois le jeu terminé. L'expérience est donc assez courte, d'autant plus qu'un élément qui existait dans ActRaiser n'a pas été repris : celui de devoir revisiter certaines régions pour faire avancer de petits puzzles à résoudre entre les peuples. Une fois que l'on a battu le boss d'une région, plus jamais on n'y revient.

Put*** d'araignée de mer** !!!

Si la technique est à la rue sur Xbox One X, on pourrait se dire que le jeu en lui-même reste de bonne facture. Mais ce n'est pas le cas, la faute à un level-design qui fait preuve d'amateurisme.

Les stages action sont truffés d'ennemis, cela n'est pas un problème en soi. Par contre, de nombreux ennemis viennent du fond ou du devant de l'écran, peuvent attaquer pendant qu'ils approchent, et sont invincibles jusqu'à ce qu'ils entrent dans le plan du joueur. Souvent, ces derniers cherchent à coller le joueur, ce qui oblige à reculer juste avant qu'ils ne rentrent dans le plan où l'on peut les attaquer. Sachant que le personnage est assez lourd à manier, cela devient inutilement laborieux. A cela s'ajoutent quelques choses mal conçues, le pire étant ces fichues araignées qui nous tombent sur la tronche au dernier moment : insupportable ! Il m'est même arrivé de démarrer un niveau directement sur un ennemi...

Malgré ces gros problèmes de level-design, le jeu n'est pas particulièrement difficile. Les boss sont même assez faciles avec peu de patterns d'attaque. En bref, on ne garde pas un grand souvenir des stages action.

Du côté du mode gestion, il s'agit désormais d'un Tower Defense. Là aussi il y a une bonne marge de progression pour arranger les choses. Les cartes sont grandes mais on se retrouve à empiler les moyens de défense autour de la route juste avant le village, ce qui inhibe toute forme de réflexion. Si les ennemis venaient en ligne droite depuis leurs antres vers le village, cela aurait été beaucoup plus intéressant (avec la géographie qui aurait pu servir davantage).

En plus de cela, il faut gérer ses ressources, et ce n'est pas très pratique. Il faut faire des maisons, des fermes et des scieries. Les scieries ne rapportent du bois qu'un temps, quand il n'y a plus d'arbres, autant les détruire et les relocaliser autre part. Il faut de la nourriture pour faire des maisons, des personnages pour mettre dans les bâtiments et du bois pour faire tous les bâtiments. Cela oblige à une gymnastique un peu pénible car on est fréquemment contraint de détruire des bâtiments pour X raisons, ce qui enlève des personnages dans les bâtiments un peu au hasard etc... Il y a aussi des bugs d'affichage sur le nombre d'habitants dans les bâtiments de manière occasionnelle. Le jeu n'indique pas non plus combien de ressources on utilise, mais uniquement le maximum, ce qui n'est pas pratique du tout.

Tout comme pour la partie action, malgré les problèmes d'ergonomie, la partie gestion n'est pas difficile du tout, et malheureusement assez peu intéressante. C'est dommage car l'idée de départ était plutôt bonne... Au final, il m'a fallu 5 heures pour faire le tour du jeu. Cela peut paraître court, mais ce n'est pas vraiment un problème quand les jeux sont excellents, ce qui n'est pas vraiment le cas ici...

Vous l'aurez compris, SolSeraph n'est pas à la hauteur du jeu dont il s'inspire : ActRaiser, ni des standards de son époque. Le level-design laisse vraiment à désirer, avec des placements d'ennemis à revoir, tandis que la partie gestion n'est pas suffisamment intéressante, en plus de présenter ses propres problèmes d'ergonomie. En plus de cela, le jeu tourne affreusement mal sur Xbox One X. De tous les jeux édités par Atlus, j'aurai préféré en voir d'autres que celui-ci arriver sur Xbox... On retiendra en point positif les visuels et la bande-son, d'un bon niveau pour une petite équipe. J'espère que Ace Team réussira à s'améliorer sur ses points faibles, car l'équipe a définitivement un bon potentiel. Une structure comme SEGA se doit de leur donner un coup de pouce qualitatif. Le jeu n'est pas excessivement cher, à vous de voir donc si vous êtes prêts à passer outre les défauts pour revivre l'expérience ActRaiser...

Verdict

5

Points forts

  • Visuels réussis
  • Bande-son de bonne facture
  • Fidèle au jeu d'origine sur de nombreux points

Points faibles

  • Level-design à reprendre
  • Phases de gestion peu intéressantes
  • Un peu facile
  • Pas d'options
  • Faible rejouabilité
  • Un ou deux bugs encore présents
  • Framerate à la rue sur One X<br
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Playstation 4 3.0 1

Commentaires

Rage, 09 juil 2019 - 10:07
Wow cool déjà le test de ce jeu ??? Vous avez eu des copies depuis quand :gniii::good::good: En tout cas merci pour ce test je vais lire ça avec attention
C'est pas glorieux tout ça... On sait s'il y a eu le fameux patch d1 habituellement réservé au AAA ?
SLAINE, 10 juil 2019 - 11:03
merci Cireza pour ce test détaillé. Incroyable de voir un jeu pareil galérer sur la one X. Un comble... On sent le jeu fait avec une petite équipe et un budget très limité, c'est dommage. Je vais attendre qu'il soit fourni avec le gamepass