Test : NBA JAM T.E. (Mega Drive)

Sur le playground, tout n'est pas qu'une affaire de classe, de style baby. Pas de place au hasard, seul le talent parle, ici, les gros bijoux humides de sueur ne t'aident pas, ni les caisses chromées et encore moins les jolies poupées. Oublie ça man, oublie, laisse ton magot de côté, allume ton mégot de côté, parce qu'ici garçon, ça va dunker sévère. Enlève ta visière, enfile tes chaussons, et prépare toi, au boumshakalaka !!

Wesh grooooos, montre-moi ta tracklist et fait péter les basses !

La cartouche fracassée dans les entrailles de la Megadrive, il est temps d'ouvrir le menu et de se servir à volonté. En entrée, le mode Head to Head restitue à sa façon l'esprit des rues ; pas de règles, 2 contre 2 classique, l'I.A contrôlant les personnages laissés vaquant lorsqu'ils sont inactifs. Il est également possible de jouer à 3 ou 4 joueurs, mais pour cela, un adaptateur est requis car la cartouche ne possède pas de ports intégrés en façade, à l'image d'un MicroMachines par exemple. Passons sur le Team Game, auquel nous consacrerons une bonne partie de ce test, pour dériver sur le mode entraînement, apte à contenter vos premiers pas dans la matrice. Pour conclure, le mode Option, indécrottable, vous permet de customiser à foison les différents modes de jeu disponibles.

Le coeur du titre réside donc en ce mode carrière, qui vous autorise à choisir une équipe de la ligue professionnelle de basket américain pour la mener vers les sommets. Chaque joueur possède évidemment ses propres caractéristiques, et à vous de cerner quelle équipe peut vous correspondre en fonction de votre style de jeu (gros bourrin, arroseur à 3 points...). Les plus filous d'entres vous cibleront rapidement les équipes de Golden State ou les Hornets, qui possèdent chacune deux titulaires de grande qualité, et un remplaçant " roue de secours " souvent utile en cas de pépin. L'intérêt primordial de ce mode est qu'il se déguste à deux (les matches sont toujours 2 contre deux), ce qui ajoute beaucoup de piment à l'ensemble et promet de franches engueulades sur quelques ballons perdus. Quel bonheur que de pouvoir se hisser au sommet de la NBA avec un pote à ses côtés !

He's on fire !

NBA Jam TE n'est vraiment pas ce que l'on peut appeler un modèle de réalisme, il est même complètement déjanté. Si vous cherchez un tant soit peu de ressemblances avec une quelconque réalité, fuyez ce soft comme la peste. Les autres seront rapidement aux anges, car NBA Jam ne joue clairement pas dans la demi-mesure. Dunks explosifs, tourbillons en l'air, voix off survitaminée, vols à 10 mètres de hauteur avant de pulvériser le cercle, foule au bord de l'orgasme à chaque panier, coup de latte aux adversaires, la panoplie est au complet et on prend un pied monstrueux. Mais au-delà des apparences Arcade qu'il revendique, NBA Jam est assez pointu, et un mauvais placement sur un shoot vous condamne à un tir extérieur hasardeux. Car la force du titre réside bien sûr dans ses dunks, très difficiles à contrer, encore plus si vous disposez d'un monstre en la matière dans vos rangs.

Pour pousser le délire dans ses derniers retranchements, rentrez plusieurs paniers improbables d'affilée et votre joueur transformera le ballon en or à son contact. Celui-ci rentrera à présent dans le panier adverse de presque n'importe où, ce qui incitera largement les plus opportunistes à presser la gâchette lourdement dans les zones à 3 points jusqu'à plus soif. Le Gameplay du titre est donc basé sur des clés assez simples. Jouez vite vers l'avant, n'abusez pas des passes, mais surtout, il est vital de bien gérer sa course. En haut de l'écran, une petite jauge vous indique votre degré de boost. Inutilisé, votre personnage trottine, et tout Dunk spectaculaire est à exclure, vous serez aussi plus vulnérable aux charges physiques de vos adversaires et aux tentatives d'interception sur votre personne.

Etant donné que cette jauge est loin d'être infinie, votre façon de jouer doit nécessairement s'adapter à cette donnée.Parallèlement à cela, il est possible de donner des coups aux adversaires pour les faire tomber, en pressant le bouton course et le bouton passe en même temps, ce qui peut aussi provoquer des blessures et nuire au rendement des joueurs adverses.Vous ne pouvez utiliser ce coup que deux fois par personne sur chaque action, et si vous manquez votre cible, un petit laps de temps de récupération vous bloquera sur place, très léger certes, mais assez pour laisser s'envoler l'adversaire vers le panier. Atout à double tranchant, donc.

Un système de jeu au point

Vous êtes donc dans la confidence, NBA Jam est loin de faire valoir un seul dunk basique, mais propose plus véritablement tout un arsenal de possibilités qui rend le jeu excitant, fun et varié. À ce sujet, l'intelligence artificielle des ennemis est remarquable. Au début de votre mode carrière, ces derniers seront un peu bêtes, soyons honnêtes, et facile à berner. Utilisez le combo : je latte/ je récupère/ je dunk comme un buffle à foison, rien ne vous arrêtera. Mais au fur et à mesure, l'ordinateur fera pareil voire pire ! Il vous harcèlera, tentera de vous éclater le portrait avec bonheur, vous contrera lors de dunks " stratosphériques " (copyright George Eddy)...

Le plus rageant reste qu'à chaque fin de mi-temps, ces maudits adversaires ont la fâcheuse tendance à rentrer tous les paniers " at the buzzer " s'ils ont la possession, généralement à l'autre bout du terrain et comptant 3 points, ce qui peut aisément retourner en leur faveur un match serré. Rageant. Pour en finir sur cet aspect, notez que votre profil est enregistré dans la cartouche et qu'il vous suffit d'entrer vos initiales pour reprendre votre carrière. Méfiance néanmoins car la pile de sauvegarde est du genre super capricieuse...

Plein les cages à miel !

D'un point de vue plus esthétique, graphiquement, si les effets en tout genre sont très bien réussis (j'adore la balle en or ou les dunks enflammés !), on ne peut pas forcement en dire autant des joueurs, qui ont tous la même tête ou presque, ni des environnements, un poil trop dépouillés. Du bon boulot néanmoins à l'image des flashs qui crépitent lors de vos explosions de ballons ahuries.

Car ce NBA Jam TE en met vraiment pleins les yeux et occupe à fond le créneau qu'il tente d'imposer. L'ambiance est donc poussée à son paroxysme, malgré le faible nombre de musiques. À ce titre, les digits vocaux sont tout simplement extraordinaires: " Oh my goooood ", " At the buzzer !!!", " From downtown ! ", " No goal ! "..., une quantité impressionnante de voix préenregistrées épatent pas leur justesse et surtout leur ton, sur-joué au possible. Complètement dans l'esprit, voici le genre de petite idée qui sublime le reste !
Dans les détails accessoires, on notera que tous les meilleurs joueurs de l'époque sont disponibles, sauf le grand Jordan, décidément très coriace pour lâcher ses droits aux éditeurs, ce qu'il ne fit jamais d'ailleurs pour un jeu vidéo, à ma connaissance (hors licence exclusive).

À la manette, ce NBA Jam se laisse apprivoiser d'entrée, tout est instinctif, jeu orienté arcade oblige mais une petite période d'adaptation sera néanmoins nécessaire pour en saisir toutes les subtilités, ce qui n'est pas non plus un mal pour la durée de vie. Celle-ci dépendra bien évidemment du joueur, pouvant être de 5 minutes ou tout simplement illimitée !

Au final, ce NBA Jam TE est une véritable bombe de fun, branchée arcade à 100 000 Volts. Pas forcement transcendant en solo sur la durée, sa véritable valeur se révèle à plusieurs, et le mode carrière, long et prenant est un vrai modèle du genre, à partager à deux si vous souhaitez décupler le plaisir. LE jeu de basket délirant à posséder absolument sur Megadrive !

Verdict

8

Points forts

  • Délirant
  • Convivial
  • Le mode carrière, à deux
  • Spectaculaire

Points faibles

  • Joueurs peu étaillés
  • Pas transcendant en solo
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Mega Drive 7.3 4

Commentaires