Test : MicroMachines 2 Turbo Tournament (Mega Drive)

MicroMachines, c'est avant tout le savant mélange d'une recette bien maîtrisée. Un concept grisant et novateur pour la plate-forme, un level-design époustouflant, un fun de tous les instants. Ces trois ingrédients mélangés, on se retrouve face à cette cartouche étonnante, productrice de joies, de rages et de réconciliations. Tour d'horizon de ce jeu aux milles horizons.

C'est une cartouche ça ?

Dès l'ouverture de la boîte intervient la première surprise. Une cartouche, baptisée J-Cart, possédant deux ports manette sur sa face frontale lui conférant un look très expérimental. Et mine de rien, cet ajout représente un des points les plus forts du titre : le jeu à quatre et sa dose d'adrénaline infinie. Mais ne précipitons pas les choses, et commençons par le commencement. D'abord, le menu titre. Au choix donc une foultitude de possibilités : jeu simple, à deux, à trois, à quatre, ou deux contre deux. En bas, un mode huit joueurs décoiffant qui vous obligera à fonctionner deux par manette sur une seule map disponible, un billard. Autant dire, il y a du biscuit, et pour de nombreuses heures. En solo, vos possibilités seront nombreuses. En premier lieu, un mode challenge, dans lequel vous serez sans cesse placé face à une éternelle règle : finir dans les deux premiers pour passer au niveau suivant. Aisé au début, on finit par moins rigoler au fil des étapes. Ensuite, un " head to head " qui comme son nom l'indique vous place face à un adversaire que vous devez battre à tout prix pour passer. Pour vous aidez dans cette tâche, vous bénéficiez de quelques continues, mais pas illimités tout de même. Troisième mode, et véritable poumon du mode solo : la super league. Le principe est simple. Vous êtes placés en quatrième division, et votre but est de remonter progressivement jusqu'à la première division. Chaque mini-championnat vous place face à trois adversaires qui ont le même objectif que vous, dans un total de quatre courses. Evidemment, l'affaire se corse au fil des divisions et il faut avoir les nerfs bien accrochés pour espérer remporter la palme, la moindre erreur se payant comptant. Enfin, pour les plus assidus, vous pourrez refaire chaque circuit en solitaire afin de défier le chrono. Exercice fastidieux certes, mais ô combien utile pour connaître à merveille toutes les embouchures des tracés (environ une cinquantaine).

Plus on est de fou, plus on rit

Voici un proverbe maintes et maintes fois appliqué dans ce jeu. En effet, MM ne prend sa véritable dimension qu'à plusieurs, le mode solo ne se révélant au final qu'une simple mise en bouche. A deux, vous pouvez vous affronter, soit dans une course simple, soit dans un tournoi. Incontestablement, le jeu se révèle entre vos mains, et le plaisir de jouer se voit décuplé. Quel bonheur de pouvoir crucifier son adversaire en le fracassant dans un coin de billard, pour mieux filer ! Multipliez ce bonheur par trois ou quatre, et vous comprendrez pourquoi MM est un fruit subtil et délicieux au nectar si brut et séduisant. Mais attendez, ce n'est pas tout, et l'orgie de plaisir vient se confirmer lors du mode 2 VS 2. Ici, on atteint un niveau de fun incroyable. L'aspect brouillon et inconscient disparaît laissant place à plus de stratégie et de roublardise. En effet, vous pouvez vous permettre de " sacrifier " un membre de votre équipe et partir en vrac avec un adversaire afin de vous assurer le point avec l'autre complice. Evidement, les possibilités se multiplient selon les événements, et c'est ce mode qui représente inéluctablement le coeur inébranlable du soft. A l'évidence, MM nous permet de retrouver ces moments de joies et de peines, bruts, simplifiés au maximum. L'essence du jeu vidéo en somme.

Microcosme Microscopique

Plongeons à présent dans les entrailles du jeu. Le seul but est en général de sortir de l'écran dans le sens de la route pour gagner le point, exercice qu'il faut enchaîner pour remporter l'épreuve. Mais c'est ici qu'intervient le premier hic. En effet, la tolérance à la " triche " est très aléatoire. J'entends par là les possibilités de couper une partie du circuit tracé ( qui peut être matérialisé par n'importe quoi, j'ai bien dit n'importe quoi, sable, maïs, route, rebord de table... ) et ainsi de rafler des points injustes en ayant coupé d'une manière drastique le tracé. A ce sujet, il existe aussi une quantité de raccourcis à connaître sous peine de passer de très, mais alors très mauvais moments. Dernier point noir, des points distribués aléatoirement. Par exemple, vous tombez et un autre concurrent poursuit sa route, cependant vous réapparaissez assez tôt pour éviter qu'il quitte le champ de jeu. Mais alors, juste à votre résurrection, vous vous évaporerez par miracle, donnant le point à l'adversaire. Evidemment ces bugs sont rares, très rares et il n'est surtout pas question ici d'en faire un défaut nuisible. Mais il est assez notable pour le signaler. Pour ce qui est des points forts du titre, qui le marquent du sceau de l'originalité et de la singularité, on peut noter le level-design, absolument excellent. Vous évoluerez dans des endroits de tous les jours mais vu sous un angle inédit : cuisine, plage, pique-nique, bureaux, maisons, jardins, toilettes. La liste est longue et assure un dépaysement total. Le tout saupoudré d'humour avec même un parcours autour d'un homme ( ou femme ) qui se prélasse sur la plage, dans lequel vous devrez passer entre ses pieds. A vrai dire, ce genre de situation résume un peu toutes les qualités du titre : frais, addictif et inlassable.

Microcosme Macroscopique

Côté anim' et graphismes c'est aussi la panacée. Un défilement parfait, aucune saccade ni ralentissement, les voitures répondent au tac, le décor s'anime devant vos yeux ébahis, bref, rien à redire ni à ajouter. MM bénéficie aussi d'atours terriblement séducteurs, les décors dans lesquels vous évoluez sont fins, beaux et très travaillés, la modélisation globale est brillante, avec beaucoup de touches d'originalité. Les couleurs sont chatoyantes, et apportent un cachet incroyable à l'ensemble. Quant aux sons, vous évoluerez dans les menus, transportés par une mélodie rock-instrumentale mythique, qui cessera lors des courses pour vous laisser devant un spectacle auditif, il faut l'avouer, moyen. Un bruit de fond en guise de moteur, quelques crissements de pneus. Mais je vous rassure, ce n'est vraiment pas l'essentiel, car ces sons seront couverts par vos hurlements et autres insultes ou exultations.

Au final, MM est bien plus qu'une expérience solitaire, ou un simple jeu de passage. Ce soft, culte en multi, bénéficie d'une replay-value énormissime et vous propose une dose de fun incroyablement abyssale pour quiconque l'essaiera. A prévoir donc des heures de bonheur en perspective. Soyez-en convaincus : MM fait partie de la race de ces jeux, vecteurs de sentiments et d'amusements, qui ont participé, à leur manière, à l'élaboration des lettres de noblesse de la Megadrive.

Verdict

9

Points forts

  • Le mode multi !!
  • Prise en main immédiate
  • Convivial
  • Coloré

Points faibles

  • Le mode solo
  • Quelques bugs
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Mega Drive 7.6 5

Commentaires