Test : Metal Head (32X)


Metal Head
La 32X de Sega n'aura pas eu une durée de vie très longue, mais elle aura tout de même accueilli quelques bons titres. Parmi tous ces titres en grande partie portés sur des univers futuristes, Metal Head s'illustre dans la catégorie FPS / jeu de mécha. C'est aux commandes d'un gigantesque robot suréquipé que le joueur va se retrouver plongé au coeur d'affrontements contre des machines de guerre, et ce en plein centre-ville. Mais Metal Head ne se résume pas qu'à ça, comme va vous le montrer la suite du test...

La loi c'est moi


Dans une époque éloignée où la justice ne peut être faite que grâce à des méthodes impitoyables, le Metal Head, gigantesque blindé bipède, est l'outil idéal pour arriver à ses fins. Tandis que des rebelles armés assiègent la ville, et en viendront même à capturer le président, vous êtes dépêchés sur place afin de faire un peu le ménage, à grand renfort de grenades et autre mitrailleuse lourde.

Si le contexte est, comme vous pouvez le constater, des plus originaux, sachez que le jeu se rattrape à de nombreux niveaux. Tout d'abord l'enrobage général de Metal Head a été très soigné. Une scène d'introduction mélangeant images fixes et petites scènes utilisant le moteur du jeu nous accueille. Des voix digitalisées en anglais, de qualité satisfaisante pour le support, se chargent de relater les évènements.

Une fois l'introduction terminée, l'écran titre apparaît. Il est possible de faire un tour dans les options avant de démarrer le jeu, exclusivement à un joueur. On pourra y paramétrer les contrôles parmi des schémas prédéfinis, régler la difficulté du jeu, les voix (japonaises ou anglaises) et même choisir le type des photos du jeu. Pour ce dernier point, en temps normal le personnes nous confiant les missions apparaissent. Il s'agit de photos de véritables personnes, mais le rendu n'est pas fameux. Du coup, cette option permet d'opter pour des visages dessinés, qui passent nettement mieux.

Metal Head Shot


Le titre n'est pas particulièrement simple à prendre en main à cause des nombreuses actions possibles. D'ailleurs une manette 6 boutons est vivement recommandée. Avec tous ces boutons, on pourra faire les actions suivantes : A permet de faire des pas latéraux si on le maintient, B permet de tirer, C de se déplacer et de pivoter plus vite, X et Z montrent une vue de côté, Y permet de changer d'arme. Mode permet de changer de vue, il y a une vue subjective, une vue subjective plus basse montrant un peu mieux ce qui se trouve au dessus de nous, une vue de derrière et enfin une vue aérienne. D'une manière générale, on utilisera principalement la vue subjective de base.

Le principe du jeu est d'accomplir des missions. Le jeu est découpé en six stages, chacun possédant environ trois missions. Les objectifs, donnés lors de briefing en début de mission, seront assez souvent de détruire tous les adversaires, mais parfois ils varieront, ce qui permettra de ne pas lasser le joueur. Ainsi une mission consistera à guider un hélicoptère vers la porte d'entrée d'une base ennemie, et de le protéger jusqu'à ce qu'il la démolisse. Une autre mission consistera à démolir un train transportant des armes. Il faudra se rendre au bon endroit et attendre qu'il passe, tandis que des ennemis surgiront de partout.

Les environnements sont assez variés. Si au départ tout débutera dans un centre ville, on sera par la suite amené à visiter des bases, et le déplacement y est très différent. Tandis que les villes sont de grands champs de bataille avec des immeubles, les bases sont des successions de couloirs et de salles, avec des portes. Les ennemis réapparaissent à chaque fois que l'on passe une porte, les espaces sont plus petits. L'approche est donc différente. Les différents décors permettent également de varier le jeu, ainsi dans l'une des missions la nuit tombera et on finira par mettre une lunette infrarouge, sur la fin du jeu on évolue dans un bâtiment faisant penser à la maison blanche etc... D'une manière générale le titre reste suffisamment varié pour que l'on prenne du plaisir à le découvrir jusqu'à ce qu'on le termine. On notera également la présence d'un radar qui aide bien à se repérer et à localiser les ennemis. Ce radar peut d'ailleurs finir par disparaître si on subit trop de dommages.

Les ennemis sont de plusieurs types. Il y a des tanks, d'autres méchas, quelques boss également. Ils ne sont pas d'une grande originalité cependant. On notera également la présence d'un hangar dans lequel on pourra équiper notre mécha. Parmi les armes disponibles, il y a une mitraillette, un laser très puissant, la possibilité de frapper au corps à corps, ou également des missiles à tête chercheuse. Des upgrades pour la vitesse ou la résistance sont aussi disponibles.

La 32X à fond


Metal Head exploite réellement bien le support sur lequel il tourne. En proposant une 3D texturée, chose rare sur le support, et une véritable liberté de mouvement, le titre se place visuellement au dessus de quasiment tous les jeux du support. La réalisation générale est bonne, et on sent que les développeurs ont pris le temps de faire les choses correctement. La fluidité est convenable pour le support, et il faudra tout de même apprendre à bien viser, notamment en utilisant les pas latéraux pour ajuster les ennemis cachés derrière les angles.

La bande-son est tout à fait dans l'esprit du titre, avec des morceaux rythmés et parfois très guerriers, tandis que les bruitages tiennent la route, avec notamment les voix digitalisées de bonne facture pour l'époque. Le titre n'est pas très long, ni très difficile. On en vient à bout en environ une heure, mais on y reviendra facilement dans le mesure où c'est un titre orienté action assez agréable à parcourir.

À cette époque où la 3D faisait ses débuts, la 32X de Sega se présentait comme une machine capable de faire de jolies choses dans ce domaine. Avec Metal Head, elle tient là l'un de ses tous meilleurs titres, si ce n'est le meilleur, sur le plan technique. Et heureusement pour nous, le gameplay n'a pas été négligé. Metal Head est au final un jeu de mécha très sympathique, suffisamment riche et varié pour tenir le joueur en haleine jusqu'au bout. Clairement l'un des hits de la 32X !

Verdict

8

Points forts

  • Réalisation en 3D texturée
  • Environnements et missions variés
  • Personnalisation du robot

Points faibles

  • Un peu court
  • Pas très fluide
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
32X 7.0 2

Commentaires

bko, 10 juil 2009 - 8:46
Merci pour le test, un jeu qui ne m'attirait clairement pas à l'époque, avec le test, j essaierai de le tester un jour.
Rage, 11 juil 2009 - 3:49
Très bon test pour un bon jeu 32X! Il est juste un peu dommage de se sentir cloisonné dans une arène avec ce jeu. C'est un jeu ancêtre du Doom-like typé frag à réaliser contre la console... Mais quels graphismes pour ce support!
Rage, 11 juil 2009 - 11:26
Ho que oui mais gaffe car trouver une 32X qui fonctionne parfaitement c'est rare...une extension parfois bien capricieuse malheureusement pour un gros plaisir de jeu en compensation!
et puis il faut egalement une MD 2 imperativement pour une 32X actuellement.Les MD1 avaient parfois du mal a supporter le surplus de puissance et grillaient.Si a l'epoque le soucis etait pris en charge par Sega france ce n'est plus le cas actuellement.^^
cireza, 14 juil 2009 - 12:41
C'est marrant, j'ai découvert ça aujourd'hui. Je ne savais pas que les MD I pouvaient avoir des problèmes avec la 32X.
Rage, 16 juil 2009 - 2:56
Le problème au départ c'est l'impossibilité de voir une image en jouant sur MD 1 et malgré qu'on ait le bon cà¢ble qui est très dur à avoir!!

Après pour la séance de grillade je ne savais pas ....gloups!! J'ai eu du bol.... Sinon superbe extension ce 32X!!
jamais joué, merci pour ce test.... pas vraiment mon style de jeu, mais par curiosité faudra que je le fasse un jour