Test : The Lost World: Jurassic Park (Mega Drive) (Mega Drive)

La MegaDrive arrive en fin de vie, après une petite dizaine d'années d'existence. Autant dire qu'une telle longévité est une sacré performance. C'est en 1997 que nous verrons sortir l'un des derniers jeux de la console, et ce n'est pas n'importe quel jeu. Jurassic Park : the Lost World est l'adaptation du film bien connu. Un développement confié à Appaloosa Interactive, les géniteurs des très atmosphériques Ecco et Kolibri. Ont-ils renoué avec la tradition de qualité qu'on leur connait ? Réponse à venir...

Il fut un temps...

Où adaptations de films et exploitation de licences ne rimait pas forcément avec mauvais jeu. Il faut dire qu'avec des équipes de talent aux commandes, la génération des consoles 16-bit aura accueilli de très bons titres. De nos jours, on fera moins souvent ce constat, même si des miracles existent toujours (Batman AA).

Appaloosa Interactive est en réalité l'équipe responsable des épisodes d'Ecco, série bien connue des joueurs MegaDrive pour son ambiance, son univers mais aussi ses mécaniques de progression. Avec un hud minimaliste, le joueur était livré à lui-même dans un monde étrange où il fallait bien souvent découvrir quoi faire tout seul pour progresser. Suite à cela, le studio travaillera sur 32X et mettra au monde sans aucun doute le plus beau jeu du support : Kolibri. Encore un animal comme personnage principal, et comme toujours on retrouve ce côté bucolique. Là encore les mécanismes de progression seront basés sur des expérimentations diverses du joueur.

Alors que la Saturn est déjà disponible, la MegaDrive s'apprête à sortir l'un de ses derniers hits, en donnant tout ce qu'elle a. Il faut dire que les derniers jeux en imposent, du haut de leur 32 Meg (Sonic 3D, Toy Story), quand ça n'est pas carrément 40 Meg (Super Street Fighter II). The Lost World est de cette catégorie de poids-lourds là, et on le réalise très rapidement.

Un maître mot : l'immersion !

Une fois la cartouche insérée et la console démarrée, on est accueilli par une intro très réussie avec l'hélicoptère qui arrive sur l'île. L'ensemble est fort bien réalisé et animé, et ce qui frappe en premier c'est la qualité des couleurs et des dégradés. On a du mal à croire que la console n'affiche que 64 couleurs. Et ce constat, on le fera également in-game, tandis que les environnements naturels verdoyants proposeront des palettes de couleurs saisissantes pour la console. Le titre est une vraie réussite graphique, comme d'habitude venant de ce studio.

On contrôle en vue de dessus le personnage principal, qui pourra s'équiper de divers types d'armes : fléchette paralysante, fusil, mitraillette, grenades et carrément des missiles à tête chercheuse. Il faudra parcourir des régions très vastes dans le but d'accomplir des missions. Et la variété est au rendez-vous ! Grâce à un véritable petit ordinateur portable, il sera possible de visualiser à tout moment un grand nombre d'informations, comme le récapitulatif de la mission, voir la carte et les divers éléments importants (à condition d'avoir trouvée cette dernière pour la région actuelle), avoir des données sur les types de dinosaures etc... L'ensemble est complet et indispensable à la progression.

Les niveaux sont organisés sous forme de régions reliées par un hub central. Ainsi le joueur est libre de faire les missions dans l'ordre souhaité, avant de s'attaquer à l'évènement qui conclura cette partie du jeu, pour enchainer sur le hub suivant. Il faudra ainsi terminer en général trois missions avant d'assister à des scènes spéciales à nous décrocher la mâchoire. Les ennemis sont soit des dinosaures, soit des sortes de chasseurs itinérants, ils apparaissent plus ou moins aléatoirement. Il y a également des bunkers et autres réjouissances.

Les consoles 32-bit dans les cordes !

The Lost World est un véritable témoignage des capacités de la MegaDrive. À quatre reprises, des scènes spéciales marqueront la fin d'un monde, et proposeront des phases de jeu originales. Dans un premier temps, il faudra poursuivre un dinosaure à moto en slalomant entre les arbres, tout en détruisant les autres motards. La seconde scène est mythique, le 4x4 est poursuivi par un T-Rex, il faudra habilement esquiver les attaques de ce dernier tout en essayant de lui envoyer des fléchettes anesthésiantes. Une fois un bon nombre d'entre elles calées dans la bête, le 4x4 pourra manoeuvrer et propulser le T-Rex sur des grilles électriques sur le bord de la route. Il y a encore deux autres scènes de cette trempe, et elles valent vraiment le coup d'oeil, vous pouvez me croire.

Du côté des environnements, on notera des passages en extérieur, des grottes diverses. Mais globablement l'ensemble n'est pas très varié. On n'imagine aussi qu'il n'est pas forcément évident de proposer beaucoup d'environnements dans le cadre d'une adaptation de film. Pour évoluer au sein des niveaux, des véhicules seront aussi disponibles : une voiture et un aéroglisseur. Leur conduite est délicate, leur inertie étant importante, et certains passages seront très difficiles. Notamment ceux où il faut éviter des mines avec l'aéroglisseur. Heureusement ce dernier peut tirer pour les détruire à distance. Le jeu propose également du coop à deux.

Si les environnements ne sont pas d'une grande variété, les missions en revanche rattrapent fort bien ce défaut. Il faudra parfois activer des éléments à divers endroits, capturer des dinosaures, escorter une personne, amener un camion à bon port en déblayant la route etc... La difficulté sera d'ailleurs au rendez-vous, et seule une bonne étude de la carte et du terrain permettront de réussir. Heureusement des check-points sont disponibles régulièrement, tandis que le jeu propose des passwords. En progressant dans le jeu, il sera d'ailleurs possible d'en débloquer des spéciaux pour avoir une nouvelle tenue, ou même un mode deux joueurs en versus. Le seul véritable défaut du titre est la présence de ralentissements quand l'ensemble est trop chargé, notamment lors des explosions.

La première fois que l'on joue à The Lost World, on a du mal à réaliser que le jeu tourne sur cette même console qui a accueilli Altered Beast. Et pourtant le gouffre est bien là. Sorti tardivement (1997), The Lost World en impose, malgré ses quelques ralentissements. Avec son action variée, sa réalisation imposante et sa durée de vie conséquente, le titre se parcourt agréablement du début à la fin sans jamais lasser le joueur. Appaloosa Interactive signe donc un dernier hit, après les excellents Ecco et Kolibri. Un titre à ne pas rater, que l'on ait vu le film ou pas !

Verdict

9

Points forts

  • Fort bien réalisé
  • Difficulté bien dosée
  • Action variée
  • Des scènes de fin de monde qui calment

Points faibles

  • Quelques ralentissements
  • Conduite des véhicules délicate
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Mega Drive 7.0 3

Commentaires

Alors là , j'apprends quelque chose^^ Moi qui pensait que c'était une merde comme le premier... Merci pour ce test. Ca donne envie de s'y essayer. Apaloosa en plus:love:
pixeldream, 19 juin 2010 - 3:04
J'aime pas trop les jeux basé sur des licenses de films d'habitude mais celui si a l'air vraiment sympa si je croise sa route je vais faire un arret :good:
SLAINE, 20 juin 2010 - 12:05
jamais joué, n'ayant pas accroché aux autres jeux Jurassic Park. Je suis également surpris de la note, preuve qu'il doit être sympa ce jeu... Je l'essaierais donc à l'avenir. Merci pour le test
bko, 21 juin 2010 - 2:16
Moi aussi je croyais que c'était un jeu daubique ! bon ben je vais le tester puis essayer de me le procurer .
Possédant ce jeu, je confirme c'est très bon, bien meilleur que ces prédécésseurs JP. Et la jacquette n'est pas forcément moche (32MEG c'est marquer dessus). Toute la puissance de la Mégadrive pour ces derniers jeux sorti sur la machine en fin de vie.:good: