Test : Lost Dimension (PS3, PS Vita)

Lost Dimension est un RPG tactique, sur PS3 et PS Vita, sorti à l'origine le 7 août 2014 sur l'Archipel. Il a été développé par le studio Lancarse qui a participé à la conception du premier Etrian Odyssey sur Nintendo DS notamment.

Ce titre a bidé dans les grandes largeurs au Japon, on ne va pas se mentir, il a fait à peine 5.000 ventes à son lancement. Et Atlus USA a donc décidé de le localiser contre toute attente avec une sortie occidentale calée durant l'été 2015.

Il faut en finir avec The End

Lost Dimension nous donne l'occasion d'incarner 11 psychiques formant le groupe nommé S.E.A.L.E.D. Ces derniers sont mandatés par les Nation Unies suite à l'arrivée d'une étrange tour géante sur notre belle planète. Son apparition cause de sérieux dégâts à travers le monde et l'ambiance de Lost Dimension fleurte rapidement avec le post-apo.

Il se trouve que cette tour est en plus réellement dangereuse puisqu'elle est le fruit de la volonté de The End, un terroriste mystique qui veut détruire le monde. Pour éradiquer The End, les S.E.A.L.E.D. n'auront qu'une solution, arriver au sommet de la tour. Et oui, les héros ont beau lui tirer dessus au début de l'aventure, cela ne lui fait rien. Il faut donc se résoudre à gravir cette tour, même s'il faudra faire quelques sacrifices sur sa route.

L'école Valkyria Chronicles

Le cœur du game system de Lost Dimension prend la tournure suivante : Le joueur doit franchir chaque strate de la tour en progressant via plusieurs missions principales. Il peut aussi faire des missions optionnelles, qui, comme toujours dans ce genre de jeu, servent avant tout à faire de l'XP ou encore à récupérer des items d'aide.

La forme de ces missions tactiques rappelle Valkyria Chronicles par exemple. La représentation est en 3D et on peut bouger librement la caméra. Le joueur réalise d'abord ses opérations. Il peut déplacer ses 6 avatars, à la suite, dans un périmètre limité et effectuer une action comme une attaque normale, utiliser une compétence (gift), un objet ou passer son tour à un collègue. Une fois cela fait, c'est au tour des ennemis de bouger.

Ces batailles tactiques ne révolutionnent pas le genre. Le joueur doit avant tout penser ses déplacements intelligemment. La clé du succès est très souvent d'entourer les ennemis avec ses psychiques. En effet, dans cette position, on peut profiter de tirs d'assistance de ses compagnons et qui ne comptent surtout pas comme un tour à part entière.

De la même façon, si les ennemis vous entourent, vous encaissez des coups par vague et on n'en réchappe rarement vivant. Dans cette situation, on sent rapidement que la situation est perdue d'avance et que le game over n'est plus très loin.

Chaque psychique a aussi ses qualités et ses armes de prédilection. Des personnages comme Sagi, qui peut léviter et survoler des obstacles, et Agito, qui peut traverser des murs en se dématérialisant, sont souvent primordiaux pour désorganiser l'équipe adverse.

Tu es un traître et ça saute aux yeux

Sorti de ces batailles tactiques, le joueur passera pas mal de temps dans un Hub. Il pourra s'occuper d'éléments comme les relations sociales. Le protagoniste discute de choses et d'autres avec ses collègues et fait progresser ses affinités ce qui se ressentira notamment lors des combats. Il pourra apprendre des compétences et les upgrader en dépensant ses points de gift. Selon les embranchements choisis sur l'arbre de compétences, on peut donner une spécialisation particulière à ses avatars. Classique. Au Generator, on peut enfin faire le plein de nouvelles armes, armures ou items.

À ce stade, vous vous dîtes que Lost Dimension ne propose pas grand chose d'original. C'est tout à fait vrai mais je ne vous ai pas encore parlé de la Vision. Ce talent permet de repérer des traîtres au sein des psychiques et il est réservé au protagoniste.

Dans les faits, ça se passe ainsi. Pour progresser dans la tour de The End, il faut obligatoirement se débarrasser d'un des membres du groupe lors de la phase dite du jugement. On n'a pas le choix, c'est un passage obligé avant de passer à l'étage suivant. Le groupe ne cesse de se rétrécir au fil de l'aventure.

Grâce aux Visions du protagoniste, on peut rechercher un traître activement avant de passer au jugement. Si on finit par le trouver, et si on influence aussi les autres membres de l'équipe, on peut l'éliminer lors de cette phase. Dans le cas contraire, le traître continuera sa carrière dans votre équipe et finira par vous trahir lors du grand final.

Sur le papier, ce mode Vision apparaît assez original. À titre personnel, je ne pense pas avoir joué à quelque chose d'équivalent. Après dans les faits, trouver un traître dans Lost Dimension est une tâche ultra aisée, ce qui casse beaucoup l'intérêt de ce système. Je ne me suis jamais trompé pour être tout à fait clair. Grâce à un simple jeu de déduction et aussi grâce aux précieux Vision Points, il est impossible de se tromper en fait. Ou il faut vraiment le vouloir.

Une cause perdue ?

Lost Dimension est un RPG vraiment agréable en règle générale. Ses phases tactiques sont dynamiques et ceux qui préfèrent l'action à la réflexion devraient gentiment l'apprécier. Les gens qui ont aimé Valkyria Chronicles notamment.

Le jeu n'est pas facile pour autant, il faut souvent réfléchir avant de valider une action pour de bon, sur le champ de bataille. Il faut aussi savoir faire des missions secondaires et passer un peu de temps sur l'évolution de ses compétences, sinon on peut tomber sur un mur lors des missions principales. Personnellement, ça ne m'est pas arrivé ou très peu car j'ai toujours fait progresser mon équipe, comme il se doit dans ce genre de jeu.

Lost Dimension pêche en fait surtout techniquement. Le jeu fait vraiment vieux et pourrait tourner sur PS2 sans problème. Il faut garder à l'esprit que le jeu est créé par une petite équipe avec tout ce que cela implique. Dans la version que j'ai testée, le jeu avait aussi droit à quelques freezes de mauvais genre. Cela arrivait particulièrement quand une mission s'éternisait un peu trop ou quand trop d'ennemis apparaissaient sur la carte. Vraiment bizarre.

Par ailleurs, les enjeux de Lost Dimension ne volent vraiment pas haut. Le méchant The End est très vilain avec des "ah ah ah" de circonstance et a un charisme d'huître. On se moque donc assez rapidement d'un scénario sans aucune saveur. Le chara design ne fera aussi certainement pas l'unanimité. Il est signé par Yû Yamashita et Makoto Tsuchibayashi. Que ce soit pour les dialogues ou leur style, les personnages ne sont absolument pas marquants.

Le RPG n'est aussi pas bien long pour le genre. Comptez 20 à 30 heures grand maximum. Et le New Game + ne permet de plus pas de continuer à faire progresser ses personnages en level ou de découvrir un nouveau mode de difficulté. Son seul intérêt est de débloquer la fin parfaite et aussi de faire des missions secondaires supplémentaires. Les traitres sont aussi différents à chaque partie. C'est maigre.

En attaquant le test de Lost Dimension, je me suis dit directement que j'allais jouer à un RPG certainement passable voire sympathique, mais que j'oublierai assez rapidement. Banco. Le jeu remplit son contrat et propose des phases tactiques agréables sans être d'une profondeur inouïe. Il manque surtout cruellement de personnalité, d'originalité et même de replay value. Les images et les trailers de la campagne de communication ne mentaient pas. Lost Dimension affiche un staff plus ou moins reconnu dans le milieu de l'entertainment japonais. Mais le jeu n'atteint pas l'ambition souhaitée et ce n'est pas seulement un problème technique.

Verdict

5

Points forts

  • Les phases tactiques divertissantes
  • Le Hub simple et clair
  • Un doublage anglais qui fait le job
  • L'arbre de compétences

Points faibles

  • Le système de traîtrise ne fonctionne pas
  • Décevant techniquement et artistiquement
  • Les personnages sont bavards et niais
  • Assez court, pas ou peu de replay value

Archives commentaires