Test : Let's Tap (Wii)


Let's Tap
Let's Tap
Divers
C'était en 2006, après une longue période de grosses rumeurs, Yuji Naka quittait officiellement Sega. L'historique de la boîte, le génial et égocentrique créateur de Sonic (et de tant de petits bijoux), ainsi que la tête pensante de la Sonic Team nous laissaient quelque peu orphelins. Le maître avait semble-t-il besoin de retrouver sa liberté. Ce qu'une grosse structure comme Sega, alors en pleine restructuration, avait du mal à lui offrir. Mais à la différence d'un certain Tetsuya Mizuguchi (Rez, Sega Rally ...), il ne quittait pas totalement le navire ...

Prope, du latin Propé: "Proche des joueurs"

Yuji Naka annonça en effet dans la foulée la création d'un nouveau studio basé à Tokyo, nommé Prope avec un joli logo rond orange qui n'est pas sans rappeler celui de la Dreamcast. Ce clin d'oeil, il le confirmera d'ailleurs quelques années après. Sega conscient du potentiel du bonhomme, ou peut être simplement attaché à l'un de ceux qui en a fait un géant du jeu vidéo (?), entra dans le capital de l'entreprise naissante à hauteur de 10%. Quelque temps après, via un communiqué, Sega confirmait qu'il serait l'éditeur de toutes les prochaines productions du studio, et dans le monde entier. On était donc très loin du départ tumultueux de Mizuguchi et se profilait à l'horizon presque un idéal. Si le business de Sega pouvait s'allier à la créativité d'un Naka indépendant ? Tous les fans seraient alors aux anges. Cette réponse, elle tarda à venir jusqu'au dernier TGS en 2008. Fût alors dévoilé un certain Let's Tap, premier bébé du studio, le jeu où même les pingouins peuvent jouer comme le disait un joli slogan. Conçu exclusivement pour la Wii, Let's Tap partait de l'idée simple de proposer une manière inédite de jouer sur cette console, et le tout sans acheter un nouvel accessoire. On en attendait pas moins de l'esprit tordu du créateur. Mais sous ses airs de jeu inclassable voir casual pour certains, il n'a pas tardé à trouver quelques premiers détracteurs qui s'attendaient à trouver quelque chose de plus puissant (aka. classique) de la part de Prope. Grave erreur, car c'est oublier que derrière les apparences peuvent se cacher des trésors d'inventivité et de gameplay. ChuChu Rocket, par exemple un des jeux les plus désuets de la Dreamcast, et pourtant un des plus génial de la Sonic Team dirigé alors par Naka San.

La notice la plus courte de l'histoire du jeu vidéo !

Vous avez l'habitude de lire le manuel du jeu que vous achetez ? Alors vous n'allez pas perdre ici beaucoup de temps. Il faut dire que Let's Tap propose le gameplay le plus simple de l'univers. Il faut une wiimote tout de même, et une boîte comme celle pour des mouchoirs en papier, qui suffira largement. Si vous avez l'édition limitée du jeu (sobre et classe) avec ces 2 tap box, vous aurez quand même droit à une boîte plus stylisée. Pour le reste, le jeu demande de poser sa wiimote à l'envers dessus et tout - absolument tout - même la navigation dans les menus, si vous le souhaitez, se fait en tapotant sur la box. 1 tape pour avancer dans les menus et une double tape pour confirmer un choix. Et en fait, l'ensemble du gameplay se résume quasiment à ça, 1 tape à laquelle on peut donner différentes intensités et aussi parfois une double tape rapide pour effectuer une action secondaire. Après derrière ce principe con-con, ou génial c'est selon, il fallait y associer quelques jeux, si possible funs. Mais sachez tout d'abord que le système de tapotement est un système à toute épreuve qui répond incroyablement bien, au doigt (!!) et à l'oeil. Et toute la sensibilité des tapes est paramétrable selon les envies. Ce gameplay qui pouvait laisser plutôt perplexe est en fait une leçon de maîtrise du studio qui montre dès son premier jeu, un énorme talent !

Peu d'épreuves, beaucoup de plaisir !

Let's Tap se divise en 5 épreuves. Tout est du "prêt à jouer" sans aucune fioriture, ni once de scénario. Elle se joue toutes seule, et souvent à plusieurs jusqu'à 4. Et avouons tout de suite que toutes les épreuves ne sont pas du même niveau. Celle qui devrait créer le consensus, est sans aucun doute le Tap Runner. Cette petite course toute simple avec des petits bonshommes multicolores est en effet incroyablement maniable. Dès le départ avec le bon timing, on peut effectuer un départ canon et toute la course se gère de la même façon avec de très légers tapotements du bout des doigts. Les parcours ont aussi des obstacles et des dénivelés et les tap runners peuvent effectuer des sauts plus ou moins hauts en tapant beaucoup plus fort sur la box. Ça marche franchement du tonnerre et vous aurez forcément du plaisir à sauter des haies en pleine course. En tapant juste à la bonne force, vous passerez juste au dessus au millimètre tel un hurdler. Les Taps Runners sont en plus très sympathiquement animés. À plusieurs et avec la challenge du meilleur temps, on s'amuse vraiment pendant de nombreuses heures.

Le Rhythm Tap est un jeu musical très addictif, une expérience à part dans le jeu. S'il n'est au fond qu'un jeu de rythme où il faut respecter 3 types de force de tapotements, et parfois en tapotant dans un intervalle court, comme un fou. La soundtrack tiré du jeu d'origine japonais est franchement excellente pour quiconque n'est pas allergique à l'électro. Le fun est bien présent puisqu'on chantonne et on bouge son corps tout en tapant sur la box. L'habillage graphique, qui pourra rappeler par moments Rez, est aussi là pour vous scotcher devant votre écran.

Enfin, on compte sur le Silent Blocks, une sorte de Jenga virtuel, où il faut se débarrasser des briques de même couleur, de préférence à la chaîne pour faire un bon score via des combos ... et tout en évitant que la tour ne s'écroule. Cette épreuve reste sympathique mais surtout en multi pour se détendre. Let's Tap donne aussi la possibilité de shooter et de planer avec le Bubble Voyager. Cette épreuve assez difficile n'en reste pas moins parfaitement maniable. Après une période d'apprentissage, on maîtrise parfaitement le vol de son avatar en tapotant pour lui faire prendre de l'altitude. Il est aussi armé d'un missile qui se lance grâce à un double tapotement. Et souvent le chemin est très encombré et l'armement est vraiment nécessaire pour passer. Il existe même des bonus très "shmup" pour lancer des missiles par 3 ou encore pour s'équiper d'une bulle de protection provisoire. Sa difficulté fera en tout cas plaisir aux vieux routiers du shmup même si le scrolling horizontal est quand même un poil trop lent.

Finalement, l'épreuve du Visualizer est un trip, une expérience visuelle, davantage que du jeu vidéo. Ça pourra autant fasciner que laisser complètement de marbre. Selon les tableaux qui défilent et vos tapotements, vous ferez des feux d'artifice ou encore des ondulations dans l'eau. Mieux encore et plus planant, vous pourrez peindre en couleurs ou dessiner à l'encre de Chine. Et parfois, par chance (ou inspiration? ) vos dessins s'animeront sous vos yeux. Même si ça ne vous plaît pas, les heureux parents, parmi vous, auront un jeu d'éveil pour leurs enfants à portée de main !

Accessible et accrocheur

Si les épreuves ne sont pas toutes au même niveau, on prend tout de même beaucoup de plaisir à picorer ici et là quelques petites satisfactions. Let's Tap s'apprécie ainsi, par petites doses et de préférence à plusieurs. Mais il est clair que le Tap Runner emporte l'adhésion très haut la main, suivi de près par le Rhythm Tap et sa quinzaine de pistes musicales de très belle facture. Les autres épreuves sont aussi très appréciables, puisque l'on découvre un gameplay tout neuf que l'on a grand plaisir à expérimenter. D'autant plus que la maniabilité est vraiment parfaite, presque contre toute attente.

On peut ajouter que le design général a beaucoup de personnalité, et que Let's tap a un style bien à lui, qui fait que, lui au moins, est parfaitement reconnaissable, face à toutes ces productions génériques. Vous aimez les productions japonaises bien chiadées ? Vous serez ici bien servis. Bien sûr, ce qu'on a sous les yeux n'est pas un monstre à faire tourner, mais le jeu a une très belle résolution (pour un jeu Wii) et ne souffre d'aucun défaut technique. On a sous les yeux un jeu parfaitement fini et abouti, qui sent bon le travail maîtrisé, presque artisanal, et fait avec passion par une petite équipe.

Alors bien sûr, son contenu pourra paraître un peu léger. C'est un fait mais ce défaut sera vite oublié, si vous êtes attiré par des jeux avec une belle personnalité et si vous aimez tenter de nouvelles expériences de gameplay. Vendu à un prix très raisonnable et dans une édition limitée très jolie chez nous, n'hésitez pas à devenir vous aussi un tapoteur, surtout si vous aimez profiter de vos jeux à plusieurs. Yuji Naka et son nouveau studio ont en tout cas l'envie d'expérimenter des choses plutôt que de tomber dans le classicisme ambiant. Les joueurs ouverts d'esprit apprécieront. Let's Tap est un bon premier jet (un peu) bancal mais aussi très prometteur pour la suite.

Verdict

7

Points forts

  • Le Tap Runner qui scotche
  • Le Rhythm Tap qui met l'ambiance
  • Belle présentation et technique
  • Une jouabilité quasi parfaite
  • Joli package en Europe
  • Une valeur sûre du multi

Points faibles

  • Contenu light en solo
  • Le Silent Blocks en retrait
  • Le Visualizer trop space ?
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Wii 6.5 2

Commentaires

Rage, 27 juin 2009 - 2:40
Un petit jeu sympa et pas cher pour lancer et faire connaitre la société et des productions plus ambitieuses par la suite (j'espère...)
yohko kurama, 09 juil 2009 - 4:57
Vu à la japan, je comprends que des personnes l'aiment perso il ne m'attire pas.