Test : Etrian Odyssey Origins Collection (Switch, Windows)

Le 18 janvier 2007, Atlus lançait au Japon Etrian Odyssey sur Nintendo DS, un Dungeon RPG à la première personne et une toute nouvelle licence. 

Le RPG se démarquait principalement par la possibilité de créer sa carte sur l'écran inférieur de la console portable à l'aide du stylet. Pour le reste, il était dans les standards des RPG avec des combats aléatoires et au tour par tour, une montée en niveau, etc. 

Derrière ce projet, on retrouve un certain Kazuya Niinou, qui travaillera plus tard sur 7th Dragon pour SEGA et Dragon Quest Builders pour Square Enix

Le chara design était signé Yuji Himukai et la musique était composée par Yûzô Koshiro et c'est toujours d'actualité pour la franchise aujourd'hui.

Etrian Odyssey II et Etrian Odyssey III sortent ensuite respectivement en 2008 et 2010 sur Nintendo DS. Le coeur de gameplay reste le même et ils apportent de nouvelles classes ou encore une série de nouvelles fonctionnalités bien senties.

En 2023, Atlus, désormais développeur, éditeur dans le giron de SEGA, décide de sortir ces trois jeux dans une compilation HD sur Nintendo Switch et Steam. Cette compilation n'est pas anodine puisqu'elle prépare le terrain au nouvel Etrian Odyssey annoncé depuis des années et dont on ne voit toujours pas la couleur. Ce dernier va bien finir par être officialisé proprement par Atlus et ce ne serait pas étonnant qu'on le retrouve sur Steam et Nintendo Switch à moins qu'il sorte sur la prochaine console de Nintendo ...

Image

 

Qu'apporte cette compilation qui n'en est pas vraiment une ?

 

Etrian Odyssey Origins Collection n'est tout d'abord pas une vraie compilation à proprement parler mais un bundle de 3 jeux. Atlus ne lance pas un seul titre avec les trois jeux inclus dedans. On a affaire à trois applications individuelles. Les trois titres partagent juste la même présentation, les mêmes fonctionnalités et les mêmes options de personnalisation.

Etrian Odyssey Origins Collection offre évidemment des graphismes remasterisés en HD. Le résultat à l'écran est très convaincant. Atlus a semble-t-il bien conservé les assets des jeux Nintendo DS et les a retravaillés à bon escient. Le chara design de Yuji Himukai fait plus que jamais mouche avec ce beau rendu en HD. La bande-son de Yûzô Koshiro a été aussi remasterisée et offre sans surprise un confort largement supérieur que sur NDS.

La carte, l'élément central de la franchise, s'affiche à droite de l'écran et occupe quasiment la moitié de l'écran. On peut aussi la retirer ponctuellement pour profiter pleinement des donjons en plein écran. Le jeu propose par défaut de l'auto-mapping, on peut aussi aller plus loin avec de l'auto-mapping complet qui affiche aussi les murs. On peut aussi tout désactiver pour faire soi-même ses cartes. C'est plutôt à éviter sur sa TV à la manette et même en mode nomade via l'écran tactile. Il vaut mieux laisser l'auto-mapping faire le travail et juste placer soi-même des icônes sur la carte pour repérer des lieux importants.

Le jeu propose trois niveaux de difficulté avec histoire, normal et difficile. Le mode histoire permet de profiter juste de l'histoire sans prise de tête sur les combats. Le mode normal est destiné aux amateurs de RPG mais qui ne connaissent pas Etrian. Le mode difficile est la difficulté originale des jeux Nintendo DS. C'est donc destiné aux fans de Etrian qui sont à très à l'aise avec le gameplay et recherchent un vrai challenge. De toute façon, on peut changer la difficulté à tout moment, donc on peut la modifier à la volée selon l'humeur du moment.

Le jeu offre sinon plusieurs emplacements de sauvegarde, une sauvegarde rapide très utile au coeur des labyrinthes, un accès plus facile au compendium des monstres, au journal de quête et à l'arbre de compétences ou encore 24 nouveaux portraits de personnages. On peut aussi récupérer plus de portraits de personnages en mode fan service via trois DLC.

Il faut aussi noter l'absence quasi totale de didacticiels. A quoi correspondent les icônes de la carte ? A quoi sert le boost ? On ne sait pas, il faut tout tester. Une petite recherche internet permet aussi de dépasser ces problèmes, c'est l'avantage de notre époque.

Etrian Odyssey Origins Collection n'a pas de voix comme sur NDS mais propose des sous-titres anglais, français, italiens, allemands et espagnols. SEGA continue à proposer des sorties mondiales et un maximum de traductions pour ses jeux. Ce n'est plus une surprise en 2023 car on commence à connaitre la politique de l'éditeur mais ça fait plaisir c'est sûr.

Image

 

Une compilation qui a tout pour plaire ?

 

Etrian Odyssey Origins Collection a beaucoup d'arguments en sa faveur. La remasterisation des graphismes et de la musique est totalement réussie, le gameplay tactile de la NDS a été adapté avec succès, on peut y jouer en nomade aussi bien sur Switch que sur Windows, le confort de jeu a été rehaussé, etc. Le jeu manque de didacticiels mais on peut dépasser le problème.

Il reste la question épineuse du prix. La collection coûte la modique somme de 80€ tandis qu'un jeu seul coûte 40€. 80€ c'est vraiment beaucoup surtout dans la période actuelle où tout le monde compte ses sous. 40€ c'est aussi énorme pour un jeu certes traduit en français. Je ne doute pas un instant que ces portages ont demandé du travail et peut-être même beaucoup de travail. Mais avec ces tarifs, SEGA se coupe clairement de tout achat impulsif. Combien de personnes intéressées vont attendre sagement des soldes ? A mon avis beaucoup.

Il faut aussi noter l'absence de version boîte. Premièrement, la version boîte aurait fait plaisir à beaucoup de collectionneurs. Deuxièmement, une version boîte aurait fait baisser les prix comme on peut le voir avec la majorité des jeux du marché. Le marché japonais a, lui, droit à une version boîte, la pilule passe d'autant plus mal.

Etrian Odyssey Origins Collection est ainsi parfait ou presque sur le plan technique et le plaisir de jeu. Ça ressemble à la compilation idéale pour découvrir la franchise et les joueurs qui connaissent ces jeux pourront aussi s'y replonger dans de très bonnes conditions.

Il reste la question du tarif. C'est cher, très cher. Pour certains, ce ne sera pas un frein. Les autres attendront des soldes. Le jeu finira pas baisser de prix tôt ou tard ...

Verdict

5

Points forts

  • Portages HD très réussis
  • On profite bien des compositions de Yûzô Koshiro
  • Le confort de jeu amélioré
  • Gameplay tactile de la NDS adapté avec succès
  • Sous-titres en français
  • On se prépare pour le futur épisode inédit

Points faibles

  • Un manque de didacticiels
  • Le prix qui calme bien
  • Pas de version boîte

Commentaires

 

Archives commentaires

"C'est plutôt à éviter sur sa TV à la manette et même en mode nomade via l'écran tactile."
-> c'est quand même un peu un échec non ? Faire ses cartes c'était un aspect clef de la série... Du coup je ne comprends pas trop en quoi la partie tactile a été bien adaptée ? Car Etrian Odyssey c'était tout avec les boutons, et les maps au tactile.

Sinon les jeux 3DS avaient des manuels intégrés super bien faits (comme tous les jeux Wii U et 3DS) mais Nintendo ont visiblement décidé de laisser tomber cela sur Switch. Et sur DS il y avait encore des manuels en papier. Donc au revoir les explications !

Le premier Etrian était déjà en français au passage (édité par Nintendo).