Test : Empire : Total War (Windows, Mac, Linux)

Connaissez vous la série Total War ?

Total War est une franchise créée par The Creative Assembly qui a vu le jour en juin 2000 sur PC avec la sortie de Shogun: Total War. Depuis, plusieurs épisodes ont suivi avec dans l'ordre Medieval: Total War, Rome: Total War, Medieval 2: Total War et enfin Empire: Total War. Chaque épisode a eut droit à ses lots d'extensions, nul doute qu'il en sera de même pour Empire. Autrefois édité par Activision, c'est désormais Sega qui s'en occupe depuis Medieval 2. Les Total War sont des jeux de stratégie militaire qui prennent place au coeur des grands conflits coloniaux des siècles derniers ainsi que les grandes batailles qui en découlèrent.
Alors que les épisodes précédents nous ont fait découvrir chronologiquement les joies du Japon Féodal (Shogun), de la Rome antique (Rome) et de l'Europe médiévale (Medieval 1 et 2), Empire nous transporte dans un premier temps en pleine guerre d'indépendance américaine et de conquête des indiens, aux alentours du XVIII ème siècle.

Un jeu complexe ?

Avant de rentrer dans les détails, je vais éclaircir un point important pour éviter de perdre la moitié des lecteurs et par la même occasion, de coloniser les irréductibles à la pratique des Total War. Oui Empire est un jeu complexe mais il n'est pas pour autant indomptable malgré les apparences et c'est le néophyte qui parle. Je découvre réellement la série avec Empire, laquelle je pensais réservée à l'élite du genre.
Le jeu regorge de possibilités stratégiques, militaires ou politiques mais tout est bien expliqué via une interface claire et intuitive ainsi qu'un énorme tutoriel très bien conçu qui guidera le joueur au cours d'une campagne entière longue et intéressante. Cette alliance entre richesse des actions et relative simplicité du gameplay en fait un des gros points forts du jeu.
Après une demi-heure de jeu, une première petite cité construite et une première bataille remportée, les mécanismes de base du jeu sont déjà assimilés et c'est naturellement qu'on intègre toutes les possibilités et subtilités qu'on découvrira au fur et à mesure de la campagne d'apprentissage.
On se prend alors très vite au jeu de vouloir étendre petit à petit son empire en conquérant de nouveaux territoires.

Concrètement, comment on joue ?

Le jeu est divisé en 2 parties distinctes : une phase gestion au tour par tour, comparable au jeu civilisation et une phase bataille en temps réel sur terre ou sur mer comparable (très partiellement) aux jeux type Command and Conquer.
Pour commencer, le jeu propose 5 modes :
- un mode Tutorial très court uniquement basé sur les batailles temps réel qui nous apprendra rapidement à contrôler les armées de terre et navale.
- La campagne américaine, grand tutorial du jeu qui nous fera découvrir tous les aspects du jeu à travers ce mode long, intéressant et bien expliqué qui fait office de véritable campagne solo guidée, nous laissant de plus en plus de liberté au fur et à mesure de la progression. Cette campagne occupe déjà une quinzaine d'heures.
- La grande campagne, véritable coeur du jeu, il s'agit du grand défi solo du jeu, sans assistance et reposant sur toutes les techniques apprises auparavant. C'est une bonne partie de la planète qui s'offre à vous, de l'est de l'Amérique à l'inde, incluant l'Europe et l'Afrique du nord. Un mode qui vous fera découvrir de nombreux paysages, cultures et armées aux techniques très différentes. L'ambitieux qui compte tout conquérir devra prévoir des dizaines d'heures de jeu par paquets !
- Un mode bataille qui permet de participer directement à un combat temps réel en définissant ses propres paramètres ou en choisissant parmi les grandes batailles proposées par le jeu.
- L'incontournable mode multi-joueurs.

La victoire passe avant tout par une bonne gestion !

Passons à la description du monde gestion. Cette partie semble la moins intéressante en apparence, ce qui n'est pas forcément faux, pas forcément vrai non plus. Les deux sont juste indissociables et se renforcent mutuellement les intérêts.
Toutes campagnes commencent par la gestion. On se retrouve sur une carte en 3D relativement dépouillée, les différents éléments sont représentés assez basiquement mais l'ensemble est suffisamment clair, fluide et fonctionnel pour y passer de nombreuses heures agréables. Il faudra commencer par bâtir une cité, lieu de recrutement des armées. On devra aussi monter des exploitations agricoles (cultures, coton, tabac...), et côtières (pêche) qui fourniront des ressources indispensables pour entretenir la population et les armées. Tout s'exécute au tour par tour, aucune pression du temps, on reste concentré sur sa stratégie. Quelle stratégie allez vous me dire ? C'est pourtant simple : par exemple, certaines ressources indispensables se trouveront en territoires ennemis et y accéder déclenchera une guerre qui nous basculera dans le mode bataille temps réel. Tout cela serait simple si l'ennemi n'essayait pas faire pareil ! il faut penser à sécuriser ses ressources et ses cités en y envoyant des armées sous peine de perdre leur contrôle et par là de précieuses sources de revenu.
Mais l'objectif principal du jeu, c'est bien sur d'étendre sa puissance en prenant le contrôle d'une région puis d'un pays. Cela passe par l'acquisition de points stratégiques tels une ville, un fort ou un port. Cette colonisation dépendra des différentes nations en présence pour lesquelles différents choix s'offriront à nous comme faire une alliance, passer mais sous certaines conditions (faire des dons coûteux, autoriser la puissance à fouler nos terres...) ou " tout simplement " déclarer une guerre..
Parfois, les batailles seront courtes ou jouées d'avance si l'armée d'en face est faible ou en petit nombre. Une jauge nous indique la probabilité de victoire et lorsque celle-ci est forte, on pourra toujours choisir l'option de résolution rapide, sans passer par la bataille. Bien sur, pour les batailles décisives, il est très fortement conseillé de ne pas utiliser cette option, surtout qu'elle a tendance à nous faire perdre lorsque l'écart n'est pas significatif.

Par la suite, on découvre des bâtiments très importants comme les églises, universités ou distractions permettent de générer des unités spéciales capables de gérer des conflits au sein de vos cités. Elles pourront par exemple convertir une population opposée à notre religion, assassiner un personnage un peu trop influent ou espionner un territoire ennemi pour anticiper une éventuelle invasion des troupes adverses.

Le jeu regorge encore de paramètres à prendre en compte comme les impôts ou le choix des dirigeants politiques qui auront une influence importante sur la population des villes, leur moral et celui des armées. Fixer un taux d'imposition trop élevé peut déclencher une révolte bien malvenue au sein de sa propre ville ! Mais heureusement pour les réfractaires de la gestion poussée, grand nombre de ces paramètres peuvent être automatisées.

Dernière chose importante et non des moindres, c'est l'introduction dans cet épisode de l'arbre technologique. Il permet de débloquer dans le temps des évolutions militaires, industrielles ou politiques. Cela permet d'augmenter les attributs des soldats en acquérant de nouvelles armes par exemple ou d'amasser plus d'argent en choisissant de privilégier l'amélioration de certaines structures. La vente de ces technologies est possible, elles peuvent aussi servir de monnaie d'échange et peser dans les relations diplomatiques pour obtenir l'accès à une région ou effectuer une alliance très précieuse.

Ceci n'est qu'un bref aperçu du mode gestion, qui en dit long sur sa richesse. Notre progression et nos choix stratégiques sur la carte sont totalement libres et non linéaires, ce qui le rend d'autant plus passionnant !

Mais aussi par une bonne bataille !

Lorsqu'une guerre est déclaré, le jeu passe en mode bataille en temps réel après un temps de chargement assez long.
On se retrouve sur une carte en 3D très réaliste. Chaque arbre des forêts est modélisé, la végétation est très dense, le relief est bien représenté, les bâtiments et autres forts affichent un niveau de détail très satisfaisant pour ce genre de jeu. Mais le plus impressionnant reste la qualité du détail des soldats assez ahurissante quand on sait qu'ils peuvent être plusieurs milliers sur une même carte.
Ce mode est plus jouissif que la gestion, mais le nombre d'hommes, leur compétences et le type d'unités (Infanterie de ligne, infanterie de mêlée, cavalerie, canons...) dépendent directement d'elle ce qui la rend d'autant plus intéressante et importante.
Avant la bataille, on peut librement placer ses différentes unités sur la carte, en fonction de leurs habilités. Ainsi, les hommes armés de fusils se retrouveront plus en retrait que ceux équipés de baïonnettes ou d'épées, les canons, qui disposent d'une très longue portée, seront beaucoup plus efficaces sur un haut relief. La cavalerie est l'unité la plus rapide, elle permet souvent de prendre une armée par surprise et les dégâts sont considérables. Il faut savoir qu'on déplace uniquement des groupes de soldats, les unités ne se mélangent jamais entre elles mais peuvent combattre côte à côte. Une fois la bataille lancée, ça devient carrément impressionnant, les hommes bougent de façon très réaliste, l'animation est bien décomposée et voir des milliers de soldats se déplacer en formation est un réel plaisir. Les bruits de milliers de pas simultanés sont fidèlement retranscrits, on se sentirait presque au beau milieu des troupes !

En face, l'ennemi est loin d'être stupide, grâce à une intelligence artificielle très pointue (même si elle n'est inévitablement pas parfaite). Ses stratégies sont très variées, il peut aussi bien être très agressif ou adopter une position attentiste. Le déplacement de ses troupes est aussi bien pensé, on assiste jamais à des confrontations directes en bloc avec tous les hommes et on peut se retrouver vite encerclé et subir une cuisante défaite alors qu'on se trouvait en plus grand nombre.
L'environnement a aussi son importance, on se peut se protéger derrière les barricades ou se cacher dans les forêts pour prendre l'ennemi par surprise.
J'ai particulièrement apprécié la prise des forts, que l'on doit encercler puis prendre d'assaut en grimpant les murs avec des grappins sous les tirs de l'ennemi perché sur les remparts. C'est parfois aussi au joueur de défendre son propre fort, et voir se rapprocher des milliers de soldats depuis les murs de son fort est un grand moment d'excitation !

Les affrontements entre unités sont bluffants, on voit ses hommes recharger les armes, chaque tir émet une petite fumée, au corps à corps, on voit les soldats se protéger avec leur baïonnettes, les bruitages accompagnent formidablement les actions même si on constate de nombreux bugs audio à cause du nombre élevé de sons à gérer. La grande nouveauté des combats temps réels est l'introduction des affrontements navals. Ici encore, on est impressionné par la réalisation des navires, des remous de l'eau qu'ils provoquent ou encore des hommes de l'équipage qu'on voit accomplir leur tâche à bord ou patauger dans l'eau si le navire a coulé.
Coté gameplay, ces affrontements offrent moins de possibilités tactiques que sur la terre, le relief ne jouant plus et les unités navales étant beaucoup moins variées. Bien que fun au début, le sentiment de lassitude gagne assez vite et on préfère vite privilégier les combats terrestres.

Contrôle technique et conclusion

Empire Total War est un monstre. La richesse inouïe du jeu, la variété et le détails des soldats et des cartes justifient bien les 2 DVD et les 15 Go d'installation.
J'ai testé le jeu sur un dual core E8200, 4 Go de Ram et une HD4870, autant dire une assez grosse config. Bien que très exigeant, j'ai été étonné par la fluidité du jeu même avec plusieurs milliers de soldats en mouvement à l'écran, le tout dans une résolution et des détails assez élevés. Par contre, lorsque la carte affiche de nombreux bâtiments et que les deux armées sont énormes, il accuse de très gros ralentissements heureusement peu pénalisants. Cependant, le jeu autorise tellement de réglages graphiques que même les config plus modestes s'y retrouveront, alors n'hésitez pas surtout que l'intérêt principal du jeu est ailleurs que dans sa réalisation néanmoins sublime !

Quand on joue à Empire, on comprend vite que les développeurs sont de véritables passionnés. D'ailleurs, les remerciements au British National Museum pour les plans des bateaux attestent bien l'engouement de l'équipe. Et cela se ressent dans le jeu à tous les niveaux. De par son genre hybride unique, Empire n'a pas vraiment de concurrent mais il n'en demeure pas moins la référence en matière de jeu stratégique, le tout agrémenté de bataille en temps réel d'une rare intensité. Il faudra surtout retenir que malgré une telle richesse, le joueur même néophyte pourra se lancer dans l'aventure sans trop d'encombres et bien profiter de tout ce que le jeu peut offrir grâce à la qualité des tutoriaux et la clarté de l'interface. Et pour les habitués, c'est du total bonheur.
On est déjà impatient de connaître la prochaine époque qui sera traitée dans la suite et les nouvelles possibilités que l'évolution des technologies pourront nous offrir mais en attendant, Empire a de quoi nous occuper de très nombreuses heures avec sa campagne solo gigantesque, sans parler du multi-joueurs qui promet de belles batailles entre amis.

Verdict

9

Points forts

  • Réalisation impressionnante
  • Tutoriaux très bien conçus
  • Durée de vie solo gigantesque...
  • ...sans parler du multi-joueur !
  • IA élevée
  • De la vraie stratégie
  • On devient vite accroc

Points faibles

  • Des bugs
  • Des ralentissements
  • Combats navals pas indispensables

Commentaires

Whoah, ça c'est du test complet. Les autres magazines ou sites peuvent en prendre de la graine.... Bravo à toi pour ce test qui donne vraiment envie d'y jouer. Dommage qu'il ne sorte pas sur console...
Super le test ! :)
Cela donne clairement envie d'y jouer et on a déjà un gros aperçu de tout ce que le jeu peut nous offrir.
yohko kurama, 23 mar 2009 - 11:34
Merci merci vraiment très bon test pour un jeu sega qui cartonne bien les ventes. ;)
Bon test d'une énorme licence : ), halo wars pfff bwahahaha ; ). Sinon Medieval 1 est sorti avant Rome.
Rage, 24 mar 2009 - 2:57
Bravo bko pour cet excellent test d'un jeu qui se vend particulièrement bien actuellement!