Test : Blue Seed (Saturn)

Blue Seed, avant d'être un RPG sur Saturn, est avant tout un manga à succès au pays du soleil levant. L'anime a également connu une adaptation américaine et française.

Pour résumer l'histoire, la lignée royale des Kushinada accueille la naissance de jumelles. Malheureusement cette venue au monde réveille les Aragami (des vilains pas beaux qui veulent réveiller le seigneur des ténèbres). Alors qu'une des soeurs jumelles disparaît à l'âge de 15 ans, la seconde devient la cible principale de ces fameux Aragami qui veulent l'offrir en sacrifice. Momiji (la soeur rescapée) se joint donc à une équipe gouvernementale afin de se préparer au combat contre les forces du mal. À cela viendra un personnage énigmatique nommé Kusanagi, lequel a subi des expérimentations obscures et bénéficie de pouvoirs spéciaux.

L'histoire est extrêmement riche en rebondissements, je vous laisse donc découvrir par vous même les affres de ce scénario.

Blue Blue Skyyyyyyyyyyyyyyyyyyy :

Rien à voir donc avec Daytona USA (pour les connaisseurs de la bande son), ici nous sommes donc face à un vrai RPG.

Après une cinématique de qualité reproduisant le générique du manga, Blue Seed annonce clairement les choses : le jeu reprendra les bases scénaristiques de l'animé et nous permettra de contrôler Momiji, mais pas seulement...

Clairement Old School, Blue Seed renferme cependant un tas d'idées novatrices. Adoptant une représentation 2D de très bonne facture, les personnages bénéficient de tags fixes lors des discussions.

Le jeu commence alors dans le bâtiment de votre unité spéciale. Après avoir été assigné à votre première mission vous vous rendrez compte que vous partez à l'aventure avec un groupe de trois personnages. Ce groupe sera en constante évolution, vous ne jouerez donc pas tous les niveaux avec les mêmes persos, offrant un renouvellement non négligeable du gameplay.

Chaque perso aura ses spécificités. Certaines seront des pros du bazooka et armes lourdes, d'autres préféreront les pistolets, d'autres encore préféreront les outils informatiques. Le jeu se déroulant dans un monde " crédible " et " actuel ", les armes utilisées seront facilement identifiables.

Étant totalement en japonais, vous aurez certainement du mal à comprendre tous les dialogues, mais qu'importe, cela ne vous bloquera pas dans la progression. Le jeu se découpe en missions, et ne vous propose pas de résoudre des énigmes insurmontables ou voyager dans des niveaux très vastes. On pourrait presque dire que le jeu se contente de vous proposer de traverser les villes du Japon, puis les donjons et autres lieux du mal, sans choix possible.

Si de prime abord on pourrait croire que ce côté " linéaire " essouffle le jeu, il n'en est rien. L'ambiance est tellement réussie qu'on se laisse griser par l'univers et on avance avec envie.

Honnêtement je n'ai buté que sur le 4ème niveau vous demandant de trouver le code secret d'un coffre fort. Vous trouverez les chiffres petit à petit en discutant avec tous les persos du monde, mais certains demandent de leur parler plusieurs fois à des moments différents..... Bref un petit casse tête pas insurmontable mais un peu frustrant pour les non japonisants. Pour les autres niveaux, aucun soucis.

Autre concept totalement original pour un RPG, ici pas de level up, d'expérience à gagner, ou d'utilisation de l'argent. Tout le concept se base sur un système de carte à jouer (un peu comme Yu Gi Oh aujourd'hui). C'est d'ailleurs à ma connaissance le premier jeu utilisant ce système de combat. Vous pourrez toutefois équiper vos personnages d'armures, armes ou autres objets afin d'améliorer vos compétences, votre force, agilité, etc...... N'ayant aucun système monétaire, il vous suffira de trouver ces objets pour les acquérir.

Revenons donc au système de combat qui fait toute la force du jeu.

Chaque perso dispose d'un deck et d'une rangée de carte visible. Ces cartes se découvrent aléatoirement en début de combat. Elle vous permettent donc d'attaquer, vous défendre, augmenter vos capacités, utiliser un pouvoir spécial, utiliser un objet ou encore faire des combinaisons avec les autres persos. Tout au long du jeu vous allez découvrir tout un tas de cartes, à vous de trouver les plus rares et donc les plus puissantes.

Vous pourrez combiner des cartes attaques, avec des cartes défenses d'un second persos, voir de trois persos en même temps. Ces combinaisons déclencheront soit des attaques surpuissantes ou autres protections bénéfiques du meilleur effet.

Tout se joue facilement. Les icônes clairement identifiables. Attaque représentée par une épée Rouge, Défense par un bouclier, etc... Les combos sont par exemple : trois cartes épées + une défense. Le nombre de carte jouable dépendant de l'agilité de votre perso (s'il a 3 en agilité, il peut sélectionner 3 cartes par exemple).

Le plus incroyable vient de la réalisation de ces combats. Tout est à base de dessins animés. Une petite fenêtre montre votre perso attaquer, l'ennemi riposter, etc... Un véritable festival d'animation tout simplement bluffant. Difficile de rester insensible face à ces combats dantesques, surtout lorsque vous affrontez le boss de fin de niveau. Incroyable...

Au fil de l'aventure il faudra apprendre ces combos dévastateurs auprès d'un personnage précis dans votre agence, en échange d'objets que vous aurez dénichés.

Les ennemis sont visibles sur l'écran, libre à vous de les éviter ou non.

Une petite pilule bleue pour la route ????

Bien que n'ayant aucun rapport avec le viagra, Blue Seed a de quoi remonter le moral. Les graphismes en 2D sont de qualités et figurent dans le haut du panier des RPG de la console. Bien que moins coloré que Magic Knight Rayearth, certains décors sont toutefois fort jolis.

Les animations des personnages sont minimalistes et les phases de dialogues assez rigides, mais l'atout réalisation du jeu réside surtout dans les dessins animés de combat. Côté musique le titre s'en sort très bien avec des remixes des sonorités du manga et quelques mélodies bien sympathiques. Ce n'est pas la plus belle bande son de la console, mais tout respire la bonne humeur tout de même.

C'est au niveau de la durée de vie que le bas blesse, un peu plus de 20 heures (avec la barrière de la langue). Ce n'est pas énorme. Comme il n'y a pas de level up, on ne passe pas des heures sur les maps histoire d'avoir des combattants de folie, du coup le jeu se fait plus court.

Quoiqu'il en soit, Blue Seed est un excellent titre que je préfère à Albert Odyssey par exemple, mais qui reste en dessous de Magic Knight ou les ténors que sont Shining Force 3, Grandia ou Tengai Makyo 4. Pour ceux qui auront le courage de passer outre le japonais, l'expérience offerte par le système de carte est vraiment unique. Quand je vous dis que la Saturn offrait les meilleurs RPG de l'univers !!!!

Verdict

8

Points forts

  • l'ambiance générale du jeu
  • de très beaux graphismes
  • le système de combat par carte
  • les dessins animés pendant les combats
  • une jolie bande son

Points faibles

  • Uniquement en japonais
  • très court
  • très linéaire dans sa progression
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Saturn 8.7 3

Commentaires

Un super jeu pour une super série. Les combats étaient vraiment énormes et puis ca me rappelle toute cette époque ou je faisais des jeux jap sur Saturn sans rien comprendre mais à m'éclater comme un minikeum...
excellent RPG que ce Blue seed... dommage qu'il soit en japonais. Encore un test qui nous rappel de bons souvenirs!!
bko, 26 mar 2009 - 8:17
Un jeu auquel je ne jouerai certainement jamais, je ne connaissais même pas, mais merci pour la découverte et le test ;)
l'avantage c'est qu'on le trouve pour vraiment pas cher sur le net voir même sur Paris (5/10€).
A ce prix la faut pas hesiter.
Je ne connaissais que de non. Aucune idée de ce qu'il y avait à l'intérieur. A l'occasion, pourquoi pas!
yohko kurama, 05 avr 2009 - 3:59
Connaissais pas mais ça semble pas mauvais du tout. Merci pour ce test.