Test : Asterix (Master System)


Asterix
Asterix
Plateforme
" En 50 avant Jésus- Christ, toute la Gaule est occupée. Toute ? Non, un petit village peuplé d'irréductibles gaulois résiste encore et toujours à l'envahisseur romain. Et la vie n'est pas facile pour les garnisons de légionnaires romains des camps retranchés de Babaorum, Aquarium, Laudanum et Petibonum "

Les albums relatant les aventures d'Astérix commencent toujours par ces quelques lignes et comme pour ne pas déroger à la règle, il en va de même pour le jeu développé par Sega et non pas par un studio français.
Toutefois, et malheureusement, ces phrases rituelles sont décrites dans la langue des descendants de Jolitorax, heureusement le premier écran de jeu proposera au brave gaulois tenant dans ses mains le controller Master-System le choix de la langue, Gaulois ou Breton, zut français ou anglais ainsi que le nombre de joueurs, un ou deux, cette dernière option proposant de parcourir les niveaux au tour par tour.
L'histoire à proprement parler est on ne peut plus simple, Panoramix a été enlevé par les légions de JC (pas Jesus Christ hein ! ) et conduit à Rome par un des nombreux chemins qui y mène pour y être emprisonné, Astérix et Obélix décid Grrrrrrrrrrrrrrrrr wha wha Pardon Astérix, Obélix et Idéfix, décident donc de s'y rendre pour le délivrer.

La plate-forme, Dolmen de prédilection d'Astérix...

Sorti en 1991, Astérix dans sa version Master-System est me semble-t-il la première réalisation de Sega d'un jeu utilisant un héros européen et sans doute l'une des meilleurs, techniquement, la Master-System fait des merveilles, les graphismes sont beaux, fins et détaillées que ce soit les décors bien que parfois un peu vides ou les différents personnages, nos deux héros bien entendu, ou les différents ennemis rencontrés le tout restant extrêmement fidèle à l'univers crée par René Goscinny et Albert Uderzo.
L'animation n'est pas en reste et retranscrit parfaitement la différence de gabarit entre Astérix plus petit, vif et rapide et Obélix, massif, lent et pataud, les niveaux composant le jeu et parcourant le monde connu de l'époque possèdent chacun un cachet particulier s'inspirant du pays qu'il représente.
Le gameplay du jeu est servi par un level design extrêmement bien étudié, le jeu débute par un classique jeu de plate-forme à progression horizontale, parsemé de passages secrets, d'autres sont dotés d'un scrolling forcé qui pousse le joueur à anticiper l'action, de plus pour passer d'un niveau à l'autre il faudra trouver des clefs cachées ici ou là, ce qui oblige à explorer l'environnement parfois labyrinthique (mais pas trop), la variété des situations rencontrés est étonnante, par exemple les héros pourront nager, pénétrer dans l'estomac d'une pieuvre géante et même participer à une course de char.
Les musiques sont vraiment sympathiques tout comme les bruitages, même si globalement la Master-System ne peut pas faire de miracles. De plus sachez qu'il existe des différences entre le petit gaulois et son gros comp... (PAF !!!), aie son compagnon haut de poitrine.
En effet, même si la potion magique agit continuellement dans le jeu pour l'un comme pour l'autre, Astérix aura besoin d'utiliser certaines potions aux attributs spécifiques afin de détruire des blocs bouchant l'accès à tel ou tel passage, de franchir des points d'eau ou de lave en créant des plateformes temporaires, Obélix quant à lui n'aura besoin que de ses muscles pour détruire les blocs, mais pourra lancer des Menhirs afin de franchir des obstacles de la même manière que son compagnon. Quoi qu'il en soit chacun de nos deux gaulois aura sa manière de distribuer des baffes aux romains.
La maniabilité est au poil de sanglier, un atout quand on sait que c'est le point noir qui gangrènera la version MegaDrive d'Astérix.

Acta est fabula.

Le jeu débute toujours par une représentation du monde (connu donc) via un planisphère qui présente le pays que parcourront nos héros, il sera possible de choisir soit Astérix, soit Obélix, hormis au tout début, le joueur étant contraint à s'essayer aux deux, une sorte de tutoriel en somme, sachez par contre que les niveaux sont différents selon le personnage, ce qui octroie au titre de Sega une excellente replay value.
Le soft long de huit niveaux qui seront divisés en plusieurs actes, à la fin un boss attendra l'un des deux héros, de plus différents items sont disséminés un peu partout, offrant des points de vie, des points tout court, mais surtout des os, ceux-ci donneront accès au niveau bonus, où le joueur contrôlera Idéfix.
Entre chaque level, des images tirées de la BD illustreront la situation, ce qui ne sera pas pour déplaire à tout fan de nos gaulois favoris.
Le titre n'est pas à proprement parler difficile, mais certains stages vous donneront toutefois du fil à retordre, il est long et l'absence de mots de passe corse un peu l'ensemble, quoi qu'il en soit progresser d'un pays à un autre est un véritable plaisir.

Alea Jacta Est

Astérix est sans doute un des meilleurs jeux de plateforme de la Master-System, long, agréable, bien réalisé et fidèle à l'esprit de la bande dessinée, il saura combler les plus jeunes joueurs, comme ceux tout simplement à la recherche de bijoux vidéoludiques. Plaudite cives ;)

Verdict

9

Points forts

  • Réalisation
  • Gameplay
  • Ambiance
  • La replay Value

Points faibles

  • Je ne vois pas
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Master System 9.9 10

Commentaires