Test : Aliens vs. Predator (Playstation 3)

Monstres sacrés du cinéma, les Aliens et les Predators accompagnés de leur casse-croute d'humains débarquent pour la première fois sur nos consoles next-gen. AVP avec son nom et son aura à tout de la licence facile qui fédère facilement les acheteurs compulsifs, mais voyons ce qu'il a dans le ventre.

N.B : Avant de commencer il est bon de savoir que le mode 'facile' discrédite l'univers Aliens vs Predator, deux monstres sanguinaires que l'on peut abattre de quelques balles de pistolets cela fait tache. D'entrée de jeu il est conseillé de jouer en 'difficile' si vous êtes familier avec les FPS, les ennemis font plus de dégâts et il ne faut pas trop se louper quand on ouvre le feu, l'ambiance est ainsi bien pesante. Le mode 'normal' pourra lui aussi vous décevoir et plomber l'ambiance si vous êtes un tant soit peu habitué au genre. Cette mise au point faite, commençons l'autopsie.

Une planète, Trois races, trois campagnes.

Si vous débutez avec les Marines (ce qui est fortement conseillé), vous découvrirez lors de la cinématique d'introduction que tout part en sucette sans que vous ayez touché aux commandes. Le vaisseau mère dont vous dépendez se fait atomiser par un vaisseau inconnu tandis que vous vous réveillez dans un garage, la tête en vrac. Vous le bleu êtes pratiquement le seul survivant de votre escouade. Avec votre ami la lampe torche dont le faisceau est toujours trop petit pour des environnements si sombres, votre arme de poing qui vous aidera bien dans le début du jeu, vous allez devoir obéir aux ordres d'une soldate bloquée dans un compartiment de sécurité et allez devoir appuyer sur tout un tas de boutons. Le problème, c'est que le chemin pour accéder aux divers objectifs indiqués sur votre radar est clairsemé d'Aliens et c'est très mal éclairé. Vous prendrez donc vite l'habitude de jeter vos fusées incandescentes tel le petit Poucet afin de voir un peu plus clair dans cette obscurité que seul les cris angoissants des Aliens percent...

Donc ceci c'est l'ambiance de la première partie du premier niveau. Très vite les environnements que vous allez traverser seront assez variés et parfois surprenants. La colonie va vous offrir une vision balayée par les sables de structures métalliques à la taille démesurée. Très vite vous allez parcourir une jungle luxuriante inhospitalière remplie d'Aliens camouflés par les fourrés, où le radar sera votre seul aide pour tenter de ne pas finir en brochette. Le marais n'est pas en reste, noyé dans une lumière aveuglante vous offrant quelques paysages magnifiques, vous devrez vous méfiez des facehugger qui profiteront du moindre moment d'inattention pour vous faire un câlin. Mais que serait un AVP sans sa ruche où les tubes incandescents et votre fusil à pompe couplé à votre lance-flammes seront votre meilleur chance de survivre à ce cauchemar. Les niveaux sont relativement courts, mais l'intensité des combats balaie rapidement les quelques moments de trop grande tranquillité où vous avez l'impression d'être seul au monde. Graphiquement quelques modélisations hasardeuses d'éléments du décor casse un peu le trip, ces mêmes éléments qu'on a le temps de remarquer quand c'est un peu trop calme... Aliens VS Predator est une question d'ambiance, certains niveaux sont exigüs pour mettre la pression tandis que d'autres paraissent trop grands pour le troufion que vous êtes. Mais la bonne idée des développeurs c'est d'avoir repris les bruitages originaux des films, entendre les Aliens siffler en bande ne met pas spécialement à l'aise.

Le point commun à tous les niveaux du point de vue du Marine sont bien les combats boostés à l'adrénaline étant donné la faible visibilité que vous aurez. Mais ne criez pas trop vite à la délivrance quand vous êtes à l'air libre, les combats sont bien plus violents étant donné que vous pourrez vous faire submerger par le nombre d'Aliens si vous gérez mal votre stock de munitions et si vous n'utilisez pas les éléments du décor à bon escient. Le point clairement décevant de cette campagne est le boss final, totalement abusé et sans grand intérêt. L'autre point négatif reste ce sentiment de dirigisme exacerbé par la voix off qui vous demande d'aller à l'objectif toutes les 30 secondes si vous flânez. Rassurez-vous il n'y a que dans cette campagne où l'on vous rappel à l'ordre. Enfin dernier point un peu décevant, le combat contre le Predator qui manque de punch. Tandis que vous êtes cloué au sol celui-ci à tendance à vous attendre du haut de ses piliers afin de ne pas vous tailler en pièces en 20 secondes.

Predator ou Aliens ?

Une fois la campagne du Marine terminée (environ 7h en difficile), vous aurez le choix de replonger dans le bain dans la peau du Predator ou de l'Alien. Afin de ne pas avoir l'impression de refaire les mêmes environnements à quelques heures d'intervalle il est conseillé d'enchainer par la campagne de l'Alien. Celle-ci est la plus courte et d'un point de vue scénariste la moins captivante. Mais la possibilité de pouvoir se déplacer sur l'ensemble des surfaces est grisante, prendre les ennemis en fourbe sera votre seul chance de salut. C'est d'ailleurs dans cette campagne que l'on se rend compte que l'IA n'est pas très développée, les ennemis ont tendance à faire une fixette sur leur radar et à rester figés si vous êtes détecté. Il n'empêche que s'échapper du labo et de faire la peau à l'ensemble des Marines tout en contaminant les pauvres civils est fort sympathique. Le combat final vis à vis du Marine est nettement plus passionnant, proie ultime, vous devrez non pas affronter un Predator mais plusieurs de ces chasseurs dans un combat long et sans merci. Tantôt le Predator aura envie de vous combattre au corps à corps, tandis que parfois il prendra de la hauteur pour vous aligner de loin. Un conseil dans ces cas là, ruez-vous sur lui afin qu'il n'ait pas le temps de vous viser. Si vous êtes sensibles au mal de mer vous allez peut-être rencontrer quelques soucis avec l'Aliens vu que l'on a souvent la tête à l'envers. Un réticule au milieu de l'écran vous indique dans quel sens vous êtes et celui-ci devient noir si vous êtes caché (et donc invisible pour vos proies). Là où le jeu n'épargne pas les détails c'est dans les mises à mort particulièrement violentes, une pression sur le bouton dans le dos de l'adversaire et c'est un véritable festival qui s'offre à vous.

Enfin dernière campagne et non pas des moindres: le Predator. Histoire de ne pas trop spoiler et de garder le plaisir de la découverte, celle-ci se déroule quelques heures après celle du Marine. Vous aurez donc un autre point de vue sur les divers évènements non sans un certain humour noir de la part de votre supérieur. Parfois en arrivant dans une salle où vous avez le souvenir d'un combat particulièrement difficile avec le Marine, on ne peut s'empêcher de sourire sur les remarques cinglantes de votre supérieur. Predator oblige, vous allez récupérer votre arsenal petit à petit afin de trucider les Aliens et les Marines de la plus belle des façons. C'est dans cette campagne que vous aurez les plus beaux paysages, vous aurez souvent besoin de dominer le théâtre des opérations pour clairement comprendre comment opérer. Il est toujours amusant de laisser les Marines et les Aliens s'entretuer puis de faire le ménage par la suite. En revanche, dans divers passages vous devrez combattre un bon paquet de serpents en même temps, et au delà de la force brute, vous devrez vous déplacez souvent afin de ne pas vous faire submerger. Les développeurs ont aussi usé de petites astuces afin de ne pas avoir le sentiment de refaire la même chose dans les mêmes décors. Avec le Predator vous serez parfois plongé dans le noir, sans tube incandescent. Pour survivre vous devrez switcher entre les deux modes de vue pour distinguer vos ennemis, les bastons ne sont que plus nerveuses ! Éprouvant pour les nerfs mais très jouissifs, cette campagne en fonction de vos goûts sera la plus grisante et la plus développée au niveau du scénario. Volontairement je n'aborde pas tous les lieux traversés, mais par moments n'oubliez pas de passer en vision normale afin de profiter des magnifiques paysages !

Le Online, l'autre jeu dans le jeu.

Après avoir terminé les diverses campagnes solo et acquis assez d'expérience dans le gameplay des divers personnages, vous êtes fin prêt pour le multi. Celui-ci ne fait pas dans la dentelle, si vous ne maîtrisez pas les divers personnages vous aurez très peu de chances de prendre du plaisir. Vu que la communauté de joueurs ne sera clairement pas énorme mais elle compte déjà ses vétérans et les joueurs disposent d'un bon niveau en général. De même l'ambiance est sympathique et les vannes fusent entre fans des divers univers. Entre les modes classiques de Deatch match, team death match (par race ou par équipe) ou retrouve des modes originaux comme 'Infestation' (et d'autres modes classiques). Qu'importe le mode de jeu aucune des fractions n'est désavantagée par rapport aux autres, il suffit d'avoir conscience des forces et des faiblesses de chacun.

Pour les Marines il faut obligatoirement chercher des armes plus puissantes sur la map et avancer prudemment (tout en surveillant ses arrières régulièrement). Le fusil à pompe ou le sniper sont dévastateurs et il suffira d'un coup ou deux pour exploser un Predator ou un Alien, aussi utiliser tout le temps votre lampe. Le fait qu'elle donne votre position est vraie, mais un Predator camouflé est uniquement décelable avec une lampe (on devine ses contours). Pour les Aliens lampe ou pas ils voient votre contour à travers les murs sur une faible distance. Le Marine dispose d'une impressionnante puissance de feu, il doit simplement bien couvrir ses arrières et être souvent en mouvement afin de ne pas être surpris par derrière.

Le Predator quant à lui doit trouver quelques armes avant de commencer sa chasse, au corps à corps contre un Alien il n'a pas forcément le dessus. En Predator vous disposez de ses deux modes de vue, l'un pour les Aliens et l'autre pour les Marines. Sauf que lorsque l'on est branché sur l'un des modes, l'autre type d'adversaire est pratiquement invisible sur l'écran. En fonction de votre type d'adversaire sur la map à vous de jongler entre les deux vues. Bien que le Predator soit lourdement armé celui-ci à tendance à aimer à dominer la zone de combat en restant en hauteur, manque de chance les Aliens grimpent sur tout et n'importe quoi il est donc facile de surprendre un Predator. La mobilité permanente est une source de décès en moins. Pour les Marines le camouflage optique sera utile (bien que vous biperez sans arrêt sur leur radar) tandis que sur les Aliens cela sera sans effet.

Enfin pour l'Alien malgré sa faiblesse hallucinante celui-ci est très rapide et peut se déplacer sur l'ensemble des surfaces. Le radar du Marine ne fonctionne uniquement dans la direction où est pointée l'arme et le Predator est limité à son champ de vision. Une fois contournés, ses adversaires sont des proies très très faciles, à contrario un face à un face est synonymie de défaite la plupart du temps (sauf contre un Predator non armé et qui ne sait pas trop combattre). L'Alien est vicieux, non seulement il peut se cacher dans les zones d'ombre (le curseur change de couleur) mais sa vitesse de déplacement vous sortira d'un mauvais pas plus d'une fois.

Pour les modes classiques 'Deatch match', 'team death match' c'est votre habilité à utiliser au mieux les compétences de votre avatar qui fera la différence. Il est à noter que lorsque l'on rejoint une partie on ne sélectionne pas forcément notre race, le joueur doit donc être au minimum à l'aise avec les trois races. Quelques modes de jeux retiennent particulièrement l'attention comme Infestation qui est particulièrement drôle. Une troupe de Marine est parachuté dans une carte sans ennemis et durant 30 secondes on peut en profiter pour ramasser des armes et trouver un coin 'sûr' avant que l'infestation commence. Un Marine tiré au sort devient un Alien et celui-ci doit éliminer les autres joueurs, chaque joueur infesté ou tué devient à son tour un Alien. Celui qui remporte la partie est le Marine qui est la dernière proie et uniquement si celui-ci survit à ses anciens camarades durant 30 secondes. Il existe une astuce simple pour avoir une grosse chance de survivre que voici : dès le départ du jeu, vos camarades vont se regrouper en masse au même endroit afin de disposer d'une grosse puissance de feu. Vous, vous allez à l'opposé du groupe vous cacher dans un coin sombre, les Aliens vont généralement là où tout le monde est regroupé et vous n'avez plus qu'à espérer qu'ils n'arrivent pas en masse dans les dernières secondes.

Pour les autres modes comme 'domination' la technique à adopter pour garder les zones varie en fonction des races. Les Marines devront éviter de trop se promener vu leur relative lenteur tandis que les Aliens peuvent se permettre de courir partout vu leur vitesse. AVP dispose déjà de sa petite communauté de fidèles et le niveau de jeu est relativement bon, d'où l'importance de terminer le solo avec les diverses races afin d'avoir la maîtrise des divers protagonistes. Car dans les modes multi vous êtes parachuté sur les cartes où vous trouverez l'ensemble des armes du jeu, ne pas savoir s'en servir est la garantie de vous faire tuer rapidement. En résumé le Marine est l'option 'bourrin', l'Alien c'est le versatile qui va chercher à déborder l'ennemi dans son dos et le Predator regroupe les deux et offre quelques subtilités qu'il faudra maîtriser pour s'en sortir.

Au fur et à mesure des parties vous gagnez de l'expérience qui vous fera gagner des galons. Donc au passage vous pourrez choisir votre skin dans une bibliothèque plus large. Pour les trois races cela va du troufion de base à l'avatar ultime. Votre apparence ne modifie pas vos compétences.

Au niveau des points négatifs pour le multi on pourra citer le problème de déconnexion de l'hôte, si celui en a marre et qu'il quitte, tout le monde est dehors, toujours agréable. Quelques problèmes de connexions qui m'ont sorti de la partie (cf : petite connexion pour ma part). En mode 'classement' la partie est clôturée et les joueurs dispatchés une fois la partie terminée, tandis qu'en matchmaking d'ami les joueurs se retrouvent dans le lobby une fois la partie terminée. Nettement plus pratique pour remettre le couvert Ne soyez en rien refroidis avec ces quelques critiques, le multi est clairement passionnant et on passe de très bons moments sur les diverses maps très bien étudiées pour l'occasion.

La version Playstation 3

Si Aliens vs. Predator est loin d'être une bombe graphique, on sent encore ici que des développeurs comme Rebelllion commencent à maîtriser ce hardware. Par le passé des développements multi de ce genre pouvaient être inférieurs voire catastrophiques sur PS3, ce qui n'est pas du tout le cas avec AvP. Le frame rate est parfaitement constant et l'aliasing se fait discret même si on peut le percevoir quelque fois sur le contour des aliens ou des predators. Mais rien de bien méchant.

La partie en ligne est du même acabit. Les serveurs fonctionnent à merveille et seules les petites connexions sont à l'origine de gros problèmes de lag. Et comme le jeu se vend apparemment très bien, on trouve un maximum de joueurs à affronter ou avec qui coopérer, et à toute heure. Aliens vs. Predator est donc parfaitement au niveau sur PS3 et il s'apprécie tout autant sur cette plate-forme.

Rebellion nous offre un FPS qui secoue bien et qui ravira les fans de la licence comme les amateurs de FPS. Bien que tout ne soit pas parfait (voir le test pour détails) la brutalité des combats des diverses campagnes et le fun du multi excusent facilement ces quelques ombres qui ne doivent en rien vous priver de ce soft plus que satisfaisant. Les nombreuses références aux films finiront par satisfaire les fans.

Verdict

7

Points forts

  • la brutalité des combats.
  • Une ambiance très travaillée.
  • Un multi décomplexé.
  • Certains paysages magnifiques.
  • Un gamplay bien pensé.

Points faibles

  • Manque de rythme pour la campagne du Marine.Certaines modélisations des éléments du décor.
  • Une IA idiote (CF Campagne Alien).
  • Quelques options mal pensées pour le Online.
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Playstation 3 8.0 2

Commentaires

Super test, ça fait drôle de voir un test qui parle autant du multi lol.

Je me laisserai peut-être bien tenter un de ces jours, j'adore le concept des trois races :)
Une fois le solo plié, il était indispensable que le multi soit de qualité afin que le joueur puisse en avoir pour son argent. ^^
Rage, 01 mar 2010 - 7:21
Excellent test bien détaillé!! Ça fait plaisir.

Je ne savais pas que ce jeu avait un mode multi à la lecture des autres tests de la presse "spé" :)
Ça me fait penser que ce week-end j'ai passé la soirée avec des potes, dont un s'est empressé de dire que le jeu était nase.

Seulement après discussion et argumentation, il a bien vu qu'au final son avis était bien trop précipité. Il se basait uniquement sur la démo etc...

Bref, il faut prendre le temps de jouer au jeu, c'est pas compliqué. C'est ce que devrait essayer de faire les sites pros :D
Moi je comprend pas pourquoi certains font une fixette sur les mauvaises impressions de certains sites... car oui ils existent des sites généralistes qui ont aimé le jeu, et personne n' en parle... comprend pô...
Et merci pour ce test bien sûr!
encore un très bon test complet, bravo...
personnellement j'attends encore quelques semaines pour le prendre, j'ai trop de jeux en cours, mais il sera mien c'est sûr... J'aurais aimé une campagne solo peut être plus longue vu que le multi ne m'intéresse pas, mais bon, je me rattraperai sur alien colonial marines qui verra le jour....
Ryo95, 01 mar 2010 - 10:14
Aaah voila au moins un test rédigé par quelqu'un qui a joué au jeu.
Dans l'ensemble du même avis que toi Green, il faut encore que j'attaque plus sérieusement le multi.
Dooku, 01 mar 2010 - 11:12
Merci pour le test, ca confirme que je prendrai le jeu en occaz pas cher dans quelques temps
Rage, 02 mar 2010 - 1:54
Les rédactions de la presse spécialisée actuellement ils n'ont aucune ligne directrice ... On a un ramassis de testeurs ayant des gouts trop affirmés, qui testent dans la précipitation ...

Or je constate que les meilleurs jeux ne sont pas forcément ceux qu'on apprécie du premier coup.

C'est comme en musique (mon autre passion!!) certains morceaux on adore tout de suite, on écoute ça en boucle. Or il se trouve que ces morceaux deviennent lassant, et au final on écoute les autres morceaux moins appréciés.