Test : Silhouette Mirage (Saturn)

Fière de son succès avec la sortie dans le monde de Guardian Heroes en 1996 sur Saturn, Treasure décide d'en remettre une couche et sort Silhouette Mirage en septembre 1997 sur Saturn Japonaise uniquement malheureusement (cela étant dû aux faibles ventes de la console hors Japon à l'époque). Pour le coup, après une incursion dans le beat'em all, Treasure décide de revenir à un genre avec lequel il a déjà fait de nombreuses preuves, à savoir l'Action/Shoot'em Up/Plateforme. Avec les capacités de la Saturn, cela nous donne un déluge d'effets spéciaux, explosions, zooms, effets de transparence, scrolling multidirectionnel, action survoltée,... Imaginez la frénésie d'un Gunstar Heroes couplée à un univers complètement barré comme on peut le voir dans Dynamite Headdy!

Une histoire de dualité

L'histoire se déroule sur une planète Terre post-apocalyptique au début du 21ème siècle. À cette époque, des scientifiques du royaume d'Edo ont réussi à mener des expériences génétiques sur un enfant appelé Armageddon (Clod) et à en dégager deux attributs : la Silhouette et le Mirage. Ces deux attributs sont étroitement liés et peuvent être comparés au yin et au yang. Malgré le fait qu'ils soient complémentaires, ces deux attributs se repoussent. Cela a eu pour but de diviser Armageddon en deux personnes : Megido et Har, respectivement autoproclamés leaders des Silhouettes et des Mirages. En effet, dû à un problème de l'ordinateur central d'Edo, ces expériences génétiques ont abouti à une explosion biologique gigantesque qui a altéré toutes formes de vie sur Terre. De ce cataclysme, beaucoup périrent et ceux qui survécurent ne présentèrent dès lors plus qu'un des deux attributs. Une troisième classe, beaucoup plus rare, a également émergé, il s'agit des Proteans qui disposent encore des deux attributs.
En réaction à cette catastrophe, l'ordinateur central de Gehena a créé " le messager de la justice ", désigné pour réparer l'ordinateur central d'Edo et neutraliser tous les cas ayant un seul attribut. C'est ici que vous entrez alors en jeu. Vous prenez le contrôle de ce messager, incarné par Sinna Neutlarva Sinner, l'héroïne du jeu.

Encore une fois, une réalisation de haute volée

C'est devenu une habitude, chacun des titres réalisés par Treasure est une bombe. Ils repoussent sans cesse les capacités des consoles sur lesquels leurs jeux tournent. Zoom, effets de transparence, explosion à gogo, déluges de tirs,... ça pète littéralement à l'écran et ce, de manière fluide (excepté quelques rares ralentissements qui passent relativement inaperçus dans l'action). Graphiquement aussi, c'est une véritable gifle qui nous est infligée. Les graphismes sont magnifiques, très colorés. Le design est de style manga avec des characters tout mimi (les specters " hommes citrouilles " et les polly poppers " poupées ") des bosses charismatiques et complètement déjantés (Paulo, le lycanthrope Georg Faust, le spécialiste en ombres chinoises et Sarah, la petite fille se cachant derrière un panneau de pin-up notamment). Bref, Treasure s'est encore bien surpassé pour nous proposer un univers original, barré et attachant avec une très forte identité. Pour compléter ce descriptif, rajoutons aussi le fait que la bande son est vraiment de bonne facture. Les thèmes sont parfois répétitifs mais collent toujours bien à l'ambiance du jeu.

Du Shoot, du Shoot et du Shoot avec une toute petite pointe de Beat'em all

Au niveau du gameplay, on se rapproche très fortement d'un Gunstar Heroes. À savoir un Shoot'em up bien speed dans lequel le scrolling est multidirectionnel. La grosse particularité supplémentaire de ce jeu est que, comme expliqué plus haut, Sinna est à moitié Silhouette et à moitié Mirage. Ainsi, suivant le sens vers lequel elle se dirige à l'écran, elle sera sous son profil Silhouette ou Mirage. Et c'est là tout l'intérêt du jeu. Ainsi, suivant qu'elle affronte un ennemi Silhouette, elle ne pourra le détruire qu'en étant sous son profil Mirage et vice-versa. Pour l'attaque, elle dispose de " parasites ". Au nombre de trois simultanément, parmi 7 disponibles, ils permettent de varier les attaques (laser, boomerang, boules d'énergie concentrée, tir classique,...). Petit détail, ils portent chacun le nom d'un des sept péchés capitaux. Outre la barre de vie, il y a également une barre d'énergie qui permet d'utiliser à tout instant un bouclier (tant que son niveau vous le permet). Ce bouclier sert à renvoyer les attaques adverses mais ne fonctionne qu'avec les ennemis ayant le même profil que le vôtre (Silhouette avec Silhouette, Mirage avec Mirage). Ajouter à cela, la possibilité de faire des glissades, d'attraper les ennemis pour les tabasser gentiment, récupérer leur or et les envoyer bouler sur leurs congénères,... Bref, on voit qu'on a affaire à un gameplay extrêmement riche.

Même joueur joue encore!

Arrivant bientôt au terme de ce test, il me reste un point important à commenter, celui de la durée de vie du jeu et de son intérêt. Là encore, je me permettrais de faire une nouvelle fois le rapprochement avec ce mythique jeu qu'est Gunstar Heroes (eh oui, désolé, j'insiste) tant ces deux jeux ont beaucoup de choses en commun. On a ici encore droit à un jeu pas très très long (compter 1h30 à 2h pour en voir le bout) mais terriblement addictif ainsi que pas toujours des plus faciles. Par contre, et contrairement à son ainé, vous aurez, à plusieurs moments dans le jeu le choix entre deux chemins possibles (niveau 3 et 5) ainsi que deux fins possibles. Ainsi, en début du dernier niveau (niveau 7), il y a un combat chronométré contre Zohar. Suivant que vous remportiez ou non ce combat dans le temps imparti des 2 minutes, vous aurez accès à un boss final différent et ainsi une fin différente. Cela rajoute à gros plus à une replay value déjà non négligeable. Par contre, gros point noir du jeu : l'absence de mode deux joueurs. C'est d'un côté bien dommage, mais au vu de la trame scénaristique, cela est parfaitement logique tant il ne peut y avoir qu'un seul "messager de la justice".

Au final, ce Silhouette Mirage est une excellente surprise sur Saturn (malheureusement uniquement Jap). Trop peu connu dans nos contrées, il fait néanmoins parti, selon moi, des grands incontournables de cette console. Un jeu à se procurer les yeux fermés tant il procure énormément de plaisir et de fun. Tout comme son ainé sur MegaDrive, il propose une action dépaysante soutenue par un rythme hallucinant et une réalisation de haute volée. À croire que Treasure a parfaitement compris comment faire cracher les tripes de la console. Ajoutez à cela une très bonne replay value due aux quelques embranchements possibles et à la difficulté relativement élevée et vous obtenez un HIT en puissance et le DIGNE SUCCESSEUR du légendaire GUNSTAR HEROES (eh oui, encore une fois)

Verdict

9

Points forts

  • Le système de bipolarité
  • La réalisation de haute volée
  • Très rythmé
  • Plusieurs fins et embranchements
  • L'univers du jeu

Points faibles

  • Pas de mode 2 joueurs
  • Les quelques rares ralentissements
  • Uniquement en version japonaise
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Saturn 10.0 2

Commentaires

SLAINE, 28 juil 2008 - 12:38
Merci pour ce très bon test. Un jeu auquel je n'ai malheureusement jamais joué et je le regrette fortement. Un achat à prévoir donc....
yohko kurama, 28 juil 2008 - 7:43
Wouaw super test pour un jeu que je ne connais que de nom et qui sera sûrement l'un de mes prochains achats dans les mois à venir (avec un certain TF6).
J'y ai rejoue hier...il y a plein de truc que j'avais oublie le passage avec le samourai a 2 balles qui fait un boucan de dingue avec son armure et qui reveille tout les habitants de l'immeuble...ils lui balance plein de trucs sur la gueule enorme!
Dwight, 30 juil 2008 - 11:59
Clair tonton. Du condensé de bonnes idées (complètement barrées)... LOL Vraiment un must de loufoqueries. ^^