Test : Hatsune Miku : Project DIVA Arcade (Arcade)

Sorti pratiquement 1 an après le premier épisode PSP, Project Diva Arcade est devenu une référence en la matière et on a aucun mal à comprendre pourquoi. Au côté de Maimai, ce jeu est clairement un concentré de fun et de bonne humeur. Préparez vos pièces de 100 yens, c'est parti pour un tour de chant des idoles virtuelles Vocaloid.

Le premier contact avec la borne est vraiment plaisant, elle est belle, bien conçue même si pour un non Japonisant cela peut faire peur il est vrai, car clairement pensée pour les locaux, pas d'anglais qui pourrait éventuellement aider sur le comment ça marche, mais ceux qui se sont fait les dents sur les versions console retrouveront leurs marques rapidement et l'écran tactile rend le tout très intuitif.

J'Aime et les hologrammes,

Comme indiqué dans le test de Maimai, Project Diva Arcade utilise aussi la carte Aime qui pour 300¥ permet de sauvegarder son profil, obligatoire si on veut progresser dans le déblocage des modules (les costumes si vous préférez).

On rentre sa piécette de 100¥ (je n'ai pas constaté de prix supérieur en tout cas), on passe sa carte Aime devant l'emplacement dédié (en haut de la borne), on sélectionne le mode de jeu parmi 2 voire 3, le premier ne permet de jouer qu'à une chanson sans game over possible, idéal pour le débutant ou celui souhaitant juste voir le PV. Le second propose 2 titres et est donc bien plus avantageux avec, revers de la médaille, le risque du game over bien sûr.

Le troisième appelé " contest mode " reprend le principe du second mais avec des contraintes et des objectifs du coup il est bien sûr plus généreux en récompenses, sauf qu'il n'est disponible que durant certaines périodes.

On choisit son morceau parmi une liste qui semble sans fin, sa/son Vocaloid parmi Miku, Luka, Meiko et j'en passe, ainsi que son module (pour les débloquer il faut obtenir des diva points).

Sur la droite de l'écran 2 petits ronds, celui du haut pour la sélection du tintement des touches, celui du bas le réglage du volume casque et des touches. Car oui, s'il y a bien un accessoire à ne surtout pas oublier en plus de sa carte Aime c'est son casque ! Tout simplement obligatoire pour qui veut vraiment profiter de l'essence même du jeu, le son ! Le brouhaha de la salle rend les parties limite inaudibles. Donc soyez prévenus, ne sortez jamais sans votre casque car même si vous ne prévoyez pas forcement de jouer durant votre balade, quand on passe devant un gamecenter difficile de ne pas se laisser tenter par une partie, autant être prévoyant ^^.

Simple comme konnichiwa

Pour le système de jeu, on est face à 4 touches disposées horizontalement avec les mêmes symboles que sur les machines Sony, de gauche à droite, triangle, carré, croix et rond.

Cette disposition demande d'ailleurs un petit laps de temps pour s'y habituer mais au final on retrouve vite ses marques, bien qu'il n'y ai pas les directions comme depuis le 2 sur PSP. Il y a en revanche les passages (assez différents) où il faut maintenir une touche ou spécificité de la borne, simultanément sur plusieurs, pour marquer le plus de points possibles tout en continuant de jouer (bien que cela ne casse pas la combo de ne pas le faire, premier cas inclus contrairement aux versions console).

La difficulté globale n'est pas abusée, j'aurais pensé que arcade oblige le niveau aurait été supérieur aux consoles mais non, le normal et le hard sont totalement accessibles par contre il est vrai que l'extrême est assez vite ingérable sans entraînements intensifs, pour avoir passé du temps à observer des joueurs de très haut niveau, les heures nécessaires pour s'y attaquer est considérable (enfin pour moi :p).

Mieux qu'à la maison

Niveau réalisation, c'est assez proche des Dreamy theater. Si la différence technique n'est pas énorme, il faut admettre que c'est un petit cran au-dessus, surtout au niveau de l'anti aliasing.

Bien que certains clips soient parfois inférieurs à ceux sur console, la dernière mise à jour en date le confirme (régulière qui relance l'intérêt à chaque fois), le clip de Senbonzakura est la toute première version alors que dans le F sur PS3 il est autrement plus travaillé.

Par contre, celle de After Burner 2 est sublime ! Petite précision, Two Faced Lovers, bénéficie d'un traitement graphique spécifique qui transforme le visuel en une sorte de cel shading (appelé ici NPR pour Non-Photorealistic Rendering), absolument superbe.

Le fan service Sega est aussi bien présent, des modules tirés des grandes licences sont là pour flatter la rétine de chacun d'entre nous, Sonic, Space Channel 5 et d'autres encore.

La borne a ses limites...

Le seul véritable défaut que l'on peut trouver à ce jeu c'est la distance qu'il faut parcourir pour pouvoir y jouer, le Japon c'est pas la porte d'à côté (bon, aux US il va y en avoir en locatest mais c'est guère mieux). Vraiment triste de voir qu'un des jeux les plus populaires et fun du moment ne soit même pas en petite quantité disponible en Europe même si depuis quelques temps on est en droit d'espérer.

Donc voilà, si pour vous les jeux PSP/PS3/Vita sont des hits, vous pouvez sans nul doute considérer cette version Arcade comme tout aussi géniale. Un tour au Japon ça ne vous dit pas ?

Verdict

9

Points forts

  • Totalement addictif.
  • Des mises à jour régulières.
  • L'option casque.
  • Un choix musical énorme.
  • Très belle réalisation.
  • La sauvegarde de son profil.

Points faibles

  • Pourquoi pas dispo chez nous ???
  • Le style Vocaloid peut rebuter certains.
  • Certains clip inférieurs aux consoles.

Archives commentaires

Rage, 22 avr 2013 - 2:36
Cool ça un test Arcade d'un jeu qu'on ne verra peut être jamais chez nous :bcnrv::bcnrv: C'est une grande idée mais source de frustration tout ça!!
Alex, 23 avr 2013 - 3:07
Ayant pu y jouer pas mal (j'ai même la petite carte^^), ce project diva est un vrai bijou. Les titres ne manquent pas, y en a pour tous les goûts. Par contre, c'est très dur et c'est aussi très cher pour le porte-monnaie. Mais quand on aime...