Test : Densha de GO ! EX (Saturn)


Densha de GO ! EX
Densha: train; de : indique la façon de faire répondant à la question "comment?" ou "avec quoi?"; ikimasu : verbe aller en japonais : "Densha de ikimasu" littéralement "aller en train", mais pour se la jouer un peu à l'anglaise ikimasu à été remplacé par GO : "Densha de GO!". On obtient ainsi le titre d'une série de simulation ferroviaire qui vit le jour pour la première fois en 1996 sur borne arcade et fut exclusivement réservée au marché nippon. À l'époque de sa sortie, l'adaptation éponyme sur la 32 bits de Sega, parut à nos yeux d'occidentaux tel un OVNI vidéoludique. Que peut il y avoir de si excitant à conduire un train d'un point A à un point B? Je ne vous cacherais pas que je me suis moi-même posé la question... et que j'ai été agréablement surpris! Allez hop en voiture!

Les cheminots sont sympa!

Aujourd'hui on le sait, les japonais adorent les trains. Pourquoi?... Je ne peux le certifier mais plusieurs éléments de réponse peuvent être apportés. Premièrement, au Japon, le train représente un mode de transport très developpé, de grande qualité, pratique et très économique. La compagnie Japan Railways (JR) exploite le plus vaste réseau ferroviaire du monde permettant ainsi une circulation aisée dans les villes du pays à la plus forte densité mondiale. Le service rendu repose sur des bases solides et minutieuses: arrivée à l'heure (pas en avance et surtout pas en retard, arrêt des rames en face des marquages au sol des quais (marque devant lesquelles les voyageurs disciplinés attendent en file indienne l'arrivée du train)...) vous l'aurez compris un mécanisme d'horloge bien huilé pour un service irréprochable. Enfin, chose caractéristique au pays du soleil levant: les passagers peuvent voir le conducteur aux commandes, derrière des fenêtres: rien d'exceptionnel vous me direz à ceci près que les conducteurs sont très démonstratifs et communiquent indirectement avec les passagers simplement en montrant et en pointant les différents signaux sur les voies: une sorte de cours magistral expliquant sa conduite, que les gamins nippons s'amusent à imiter! Alors quand en 1996 Taito sort une borne arcade proposant d'incarner un cheminot de la JR, pas étonnant qu'elle fit un carton. Un succès tel qu'une adaptation console voit le jour sur les 32 bits de l'époque et même une version 64 bits. Et cerise sur le gâteau, un controller spécifique est commercialisé avec d'un côté, à gauche, la commande communément appelée dans le jargon ferroviaire "le pointeau" comprenant 5 crans (de haut en bas) permettant une gestion progressive de la puissance que l'on veut transmettre aux roues; et d'un autre côté, à droite, on retrouve la commande de frein tournant de gauche à droite, comprenant 8 crans pour un freinage de plus en plus mordant jusqu'à blocage des roues.

À nous de vous faire préférer le train!

Vous vous apprêtez à prendre le service, avez enfilé le costume règlementaire comportant notamment une casquette et des gants blancs; vous pouvez alors insérez le disque dans la console. Le choix des commandes s'offre à vous: manette classique ou pour les plus privilégiés d'entre vous le controller. Puis vient ensuite la sélection de la ligne sur laquelle vous allez opérer: 4 lignes différentes représentant 4 portions de tracés réels au japon: - La San'in Main Line (ligne Sagano), reliant le sud ouest du pays jusqu'à la Tokaido Line et jouable sur la portion entre Kameoka et Kyoto (tracé facile).
- La Keihin-Tohoku Line, permettant la correspondance entre la Yamanote Line et la Tokaido Line, jouable sur la portion entre Shinagawa et Yokohama.
- La Tokaido Line (ligne JR Kyoto), permettant la correspondance entre la ligne Sagano et la Keihin-Tohoku Line, allant d'Osaka à Yokohama et jouable sur la portion entre Kyoto et Osaka.
- La Yamanote Line, ligne circulaire desservant la région de Tokyo jouable sur la portion entre Shibuya et Tokyo.
4 lignes différentes mais cinq choix possibles après avoir terminé la ligne tutoriale Sagano: en effet dans la première version arcade et Playstation une partie de la ligne Sagano est manquante. Et c'est le "EX" du titre qui fait toute la différence où la ligne est retrouvée dans son intégralité: "EX" pour "EXTRA" ou "original"!
Ainsi dans la version Saturn on a le choix entre la première version ou l'intégralité de la portion du tracé. Vous circulerez sur ces tracés avec les vrais motrices correspondantes.
Une fois la section ferroviaire choisie, une brève cinématique apparaît montrant le train que vous allez conduire en action. Vous êtes alors aux commandes de la motrice à l'arrêt dans une station, et attendez l'heure de départ. En haut à gauche de l'écran vous apercevez l'horaire qui défile et en dessous l'heure à laquelle vous devrez immobiliser votre rame dans la prochaine station. Ca y est! une lumière du tableau de bord s'allume, c'est celle autorisant le départ. Vous desserrez les freins, le système hydraulique se fait entendre et commencez à abaisser le pointeau. Le train bouge.
Progressivement vous augmentez la puissance jusqu'à atteindre la vitesse en vigueur. En bas à droite se tient un décompte de la distance en mètres qu'il reste à parcourir pour rejoindre le prochain arrêt.800m...700m...600m...500m...450m... vous remontez le pointeau, et commencez à serrez les freins au premier cran puis augmentez petit à petit l'intensité du freinage...250m vous annoncez la station qui arrive, la vitesse d'entrée est règlementée mais votre maîtrise parfaite de la machine fait que vous êtes pile poil à la vitesse requise...200m vous commencez à longer les quais...150m vous apercevez les premiers voyageurs sur le côté, la main droite toujours sur la commande de frein...100m une vue de dessus du train très schématique, fait son apparition en bas à droite de l'écran, afin de mieux anticiper l'arrivée...50m l'arrêt se présente bien vous relâchez un peu la pression sur les freins afin de profiter du reste d'inertie qu'il vous reste...25m...20m...15m vous apercevez le panneau avec une croix indiquant la position que vous devez atteindre pour immobiliser votre train...10m le train va bientôt s'immobiliser...5m vous augmentez la force de freinage...4m...3m...2m...1m commande de frein tournez à fond vers l'extérieur vous bloquez les roues...0m vous faites une arrivée parfaite, pile poil à la seconde et dans l'espace et êtes créditez d'un certain nombre de points pour votre efficacité. Votre arrêt repasse alors sous un autre angle et êtes spectateur de votre professionnalisme "Qu'est ce que je suis bon quand même!". Vous êtes alors prêt pour enchaîner la liaison vers la prochaine station. Tout ceci représente l'arrêt idéal et croyez moi la tâche est très difficile, ce cas parfait est très rare car il n'est pas du tout aisé de coordonner l'espace et le temps. Ainsi vous mettez toutes votre bonne volonté à arrêter les rames exactement le long du quai mais arrivez en retard car arrivez beaucoup trop lentement. Du coup à la liaison suivante vous arrivez un peu plus vite, immobilisez votre train 10 mètres après la marque et avez, entre temps, inquiété les passagers par votre entrée trop rapide dans la gare "il compte s'arrêter ou quoi?!" puis les avez envoyer valdinguer par un freinage trop brusque! Et avec des arrêts de ce style, dans la réalité, la JR organise une réunion de crise et ne donnerait pas cher de la tête du cheminot!

Même si l'arrêt représente un moment crucial du jeu, vous devrez être vigilant tout au long du tracé sinon vous risquez de terminer le service prématurément. En effet le jeu repose sur un système de point: au début, en fonction de la difficulté sélectionnée dans les options vous serez crédité d'un certain nombre de points (par exemple 40 points en facile) qui apparaîssent en haut au milieu de l'écran et à chaque faute vous serez débité d'un certain quota en fonction de sa gravité. Ça va du simple oubli de klaxonner avant un pont, à l'excès de vitesse, au départ avant l'heure, au feu rouge grillé, à l'inconfort des passagers... En revanche certaines actions pendant le voyage peuvent être récompensées par des points, par exemple lorsque vous klaxonner juste avant qu'on ne vous le rapelle avec le panneau barré d'une croix noire sur fond jaune orangé. Votre crédit de point diminuera de un point par seconde de retard plus un forfait de 10 points qui sauteront lors du bilan à la fin de la liaison entre deux stations. Pareil, le confort des passagers est très important, ils ne doivent pas s'inquiéter et se demander ce que vous fabriquez, sinon c'est la sanction avec des points en moins, attention si vous les faites tomber par un arrêt trop brusque ou si vous les arrêtez beaucoup trop loin après la marque. La distance entre la marque et votre arrêt effectif, en mètres, est multipliée par deux et convertie en point débité de votre compte: bref vous l'aurez compris si vous ratez bien comme il faut un seul arrêt, c'est le "continue" assuré! Et qu'en est-il de la catastrophe ferroviaire? Rassurez-vous les trains japonais sont équipés du système ATS (Automatic Train Stop): il s'agit d'un système permettant l'arrêt automatique du train lors de situations dangereuses: train ayant grillé un signal, vitesse beaucoup trop élevée, tremblement de terre... cependant un accident avec un véhicule sur les voies est toujours possible alors soyez vigilant!

Au delà de 35 heures je fais grève!

Malheureusement ce concept original est entaché par une réalisation qui laisse à désirer visuellement: ainsi les bugs sont légions, les voies ferrées disparaissent de manière intempestive notamment dans les courbes, le jeu est très pixelisé. On regrettera aussi l'aspect un peu figé particulièrement dans les gares qui manquent de vie. Coté sonore on est, en revanche, plutôt gâté, avec le bruit des essieux à chaque jointure de rail, les freins du train, le conducteur qui annonce les différentes stations et qui réagit à chaque panneau de signalisation, la voix off dans les gares... bref pas de quoi se plaindre! L'autre point noir du jeu est sa répétitivité, on aurait aimé plus de tracés, de pouvoir circuler dans les deux sens... certes quelques situations peuvent parfois casser le trajet de routine avec par exemple un camion coincé sur les voies à un passage à niveau où il vous faudra effectuer un arrêt en urgence mais ces situations ne surviennent que trop rarement! Quelques mini jeux font aussi leur apparition dès que vous avez particulièrement excellé lors d'une liaison avec par exemple réussir dans le temps imparti l'approche d'une motrice vers des wagons afin de les atteler. Ce genre de mini jeu permet, si la mission est remplie de se voir recréditer de points précieux.

Terminus! Veuillez vous assurer de ne rien avoir oublié dans le train!

Densha de GO! EX est un jeu qui pourrait en surprendre plus d'un quand à sa capacité à conquérir le joueur. On se prend vite au jeu, et si vous avez toujours rêvé de conduire une locomotive ce soft est fait pour vous. Ses défauts techniques sont pardonnés par le concept du jeu. Mais pour une immersion totale le controller est indispensable: le plaisir de jeu s'en retrouve alors décuplé.

Verdict

7

Points forts

  • Concept du jeu
  • Ambiance sonore
  • Le controller
  • Les passagers

Points faibles

  • Pixelisation
  • Bugs d'affichage
  • Répétitif
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Saturn 7.0 3

Commentaires

bko, 23 aoû 2009 - 8:49
Typiquement le genre de jeu auquel je ne jouerai jamais mais merci pour la découverte !
La version PC est bien sympa... Mon frère en est accro. Je me ferai bien la version Saturn pour la classe^^

Merci pour le test en tout cas^^
SLAINE, 23 aoû 2009 - 10:22
super test, hyper complet.... Je trouve la manette géniale. Bizarrement ce genre de jeu me replonge dans mon enfance, où je jouais avec des circuits électriques de train. J'adorais... mais bon, je ne pense pas que le plaisir soit le même sur un écran de télé. En tout cas merci pour le test
Rage, 24 aoû 2009 - 1:20
Vraiment sympa comme test, et bien détaillé. Un genre de jeu bien particulier que seul les Japonnais savent faire.