Test : BlazBlue : Cross Tag Battle (PS4, Windows, Switch)

Test réalisé sur la version PS4.

On pensait avoir vu le plus hétéroclite des crossovers de baston avec Dengeki Bunko Fighting Climax, et le plus opportuniste avec Persona 4 Arena Ultimax. Et pourtant, voici un nouvel exemple de nawak martial avec ce Blazblue Cross Tag Battle, qui, comme son nom l'indique, rassemble certes des persos de la saga Blazblue, mais aussi de Persona, Under Night in-Birth, et RWBY. Parce que hé, pourquoi pas.

Le fourzitout du jeu de baston.

Pour mémoire, Under Night In-Birth (UNIB) est un jeu de combat développé par Ecole Software et French Bread, et dont la version arcade est éditée par SEGA. RWBY (prononcez "Rubi") est une série animée américaine typée "anime", qui en est actuellement à sa cinquième saison. BBCTB trouve un prétexte bidon (une entité téléporte tout le monde dans un univers créé sur mesure pour collecter des informations sur eux) pour les faire se rencontrer, papoter et surtout, se mettre sur la tronche.

Les menus du jeu se présentent sous la forme d'un hub dans lequel on déplace son avatar pour atteindre les différents modes de jeu. Rassurez-vous, on peut également appeler un menu classique, ce qui est beaucoup plus pratique. Les modes hors ligne sont assez classiques : Story, Training, Versus (contre l'IA ou un deuxième joueur), et Tactics.

Chaque groupe de combattants possède son propre mode Story, composé de 9 combats entrecoupés de nombreux dialogues, qui paraissent vite interminables malgré une certaine qualité d'écriture et un humour qui fait souvent mouche. Les histoires de Persona, UNIB et RWBY sont linéaires, mais celle de BB propose quelques choix de dialogues qui aboutissent à des fins différentes. La vraie fin ne peut être atteinte que lorsque tous les scénarios ont été complétés à 100%, ce qui nécessite de refaire le mode scénarion de BB plusieurs fois.

Le mode Training est classique mais complet, et le plus intéressant est certainement le mode Tactics, qui regroupe un tuto global, un guide et des défis combos pour chaque personnage, et des défis plus généralistes afin de maîtriser les technique de jeu les plus pointues. C'est franchement bien fait, et même si chaque perso n'a que 5 défis combos, il faut déjà s'accrocher un peu dès le troisième.

Le gros écueil réside dans l'absence d'un mode Arcade classique qui permettrait d'enchaîner les combats sans se fader les dialogues. Certes, on peut toujours lancer des combats en VS, mais c'est assez laborieux malgré la quasi-absence de loadings.

Le coeur du jeu est évidemment le mode online. Il permet de rejoindre un lobby pour jouer à la cool contre les joueurs qui accepteront le défi, ou bien en classé, et on combattra alors un adversaire de même niveau que nous. Comme souvent dans les jeux de combat actuels, on peut filtrer le matchmaking en fonction de notre région, de la qualité de la connexion et de la propension des adversaires à ragequitter. Malheureusement, les quelques matchs que j'ai pu faire souffraient d'un lag léger, mais bien présent, et surtout en une heure je n'ai trouvé qu'un seul adversaire en classé. Il est toujours possible de choisir de jouer contre des adversaires japonais, mais c'est au détriment de la qualité de la connexion... Est-ce un problème lié à la qualité des serveurs, ou, plus grave, au faible nombre de joueurs, toujours est-il que pour jouer en ligne, il vaudra mieux trouver des potes qui ont pris le jeu sur le même support.

Il est également possible d'acheter en boutique, avec des crédits distribués in-game, d'autres avatars pour le lobby, des couleurs pour ses persos, etc. C'est complètement anecdotique, et on peut tout débloquer assez rapidement.

 

Pour 40 balles, t'as plus rien

 

Passons au fond. Le jeu, dans sa version de base, compte 20 combattants : 10 issus de Blazblue, 4 de Persona 4, 4 de UNIB et 2 de RWBY. Or, dès la sortie du jeu, ArcSys a sorti un DLC avec pas moins de 18 persos. Et encore : initialement il devait y en avoir 20, mais devant les protestations des fans, 2 personnages de RWBY, déjà assez mal représentée, ont été convertis en DLC gratuits. Il n'en reste pas moins que presque la moitié du roster est payante dès la sortie du jeu, sans possibilité d'être débloquée avec de la monnaie in-game, ce qui est tout sauf élégant. Cela l'est d'autant moins que ces persos apparaissent dans le mode Story mais ne sont évidemment pas jouables, on peut seulement les affronter.

Côté mécaniques de jeu, les amateurs de jeux ArcSys ne seront pas trop dépaysés, car on retrouve le système de base de Blazblue, avec ses coups Weak, Medium et Strong, les sauts et double sauts, dash au sol et en l'air, les Distorsion Drive qui font office de Super, les Reject Guard pour repousser l'adversaire au prix d'une jauge de Super, et autres joyeusetés. Les principales différences avec les précédents jeux de la série résident bien évidemment dans le système de combat en équipe.

Les combats de BBCTB se déroulent en duo, et les personnages peuvent être utilisés en alternance, le combattant au repos regagnant une partie des dégâts subis lorsqu'il était en jeu. Les actions en équipe sont limitées par la Cross Jauge, située en bas de l'écran.

Le partenaire peut également être utilisé en tant que simple Assist, chaque personnage possédant trois actions d'assist différentes en fonction de la direction pressée en même temps que le bouton dédié. En position neutre, changer de personnage ou appeler un assist n'entame pas la jauge. En revanche, appeler un assist en plein combo, changer de perso au cours d'un combo, ou utiliser un Cross Burst, sorte de contre qui permet de changer de perso, coûte de la moitié à la totalité de la jauge de Cross, qui se régénère cependant automatiquement. Il est même possible de réaliser des attaques conjointes, nommées Cross Combo, en faisant rester notre partenaire après avoir demandé un Assist. En plus de tout ceci, appeler un Assist pendant une Distorsion Skill appelle notre partenaire qui prend le relais en réalisant sa propre attaque, au prix de 2 jauges de Skill.

Du pif oui, mais du pif technique !

Si un des persos de votre équipe se fait éliminer, vous pouvez alors activer le Resonance Blaze, qui booste vos attaques, votre défense, permet de vous régénérer, etc. La puissance de ce mode dépend du remplissage de la Resonance Jauge, qui augmente avec les actions que vous réalisez avec votre partenaire. De plus, le Resonance Blaze (qui ne dure que 15 secondes) permet de déclencher une Astral Heat, une attaque qui tue l'adversaire en un coup, quelque soit le niveau de sa barre de vie. Mais une fois les 15 secondes écoulées, la Cross Jauge est perdue pour de bon.

Ça semble compliqué ? Ça l'est. Blazblue Cross Tag Battle a beau se donner des airs de jeu noob friendly, avec ses autocombos, ses timings généreux et ses manips ultra simples, y compris pour les Distorsion Skills, il faudra passer plusieurs fois par les tutos et le mode Training pour commencer à comprendre et surtout à bien utiliser toutes les possibilités offertes par le principe de tag. Une fois que ce sera fait (si vous ne décidez pas tout bonnement de laisser tomber tout ça et de jouer au feeling), vous pourrez apprécier le fait que le jeu tente d'équilibrer les options de gameplay offensives et défensives, et de ne pas trop punir les changements de personnage en dehors des combos : à ce titre, et puisque la comparaison est inévitable, il semble moins impitoyable que Dragon Ball Fighter Z qui ne laisse que peu d'options en défense, et punit les switchs de persos désespérés.

Cela dit, ça reste un Blazblue, avec ses combos aériens à rallonge et ses persos un peu craqués (les forums sont déjà remplis de protestations contre Yang et Blake). Si les personnages de UNIB ou RWBY n'ont pas l'air particulièrement originaux, les "persos-système" de Blazblue et les Persona sont plus intéressants à jouer. Malgré tout, et bien que celui-ci soit relativement facile d'accès, ce n'est pas franchement le style de jeu qu'on sort pour jouer avec des potes en soirée - les titres plus "classiques" ont davantage la cote - et les soucis du mode online sont vraiment préjudiciables.

Techniquement on qualifiera le titre de "propre mais pas ouf" : les décors sont très beaux mais trop statiques, et les personnages, en 2D low-res, font un peu tâche. Ceci dit, les coups spéciaux sont réellement impressionnants, et leur activation est vraiment jouissive. Le jeu a une vraie patate qui fait plaisir, malgré une animation qui aurait pu être plus fluide. En revanche les musiques, comme toujours chez ArcSys, sont très cool.

BlazBlue : Cross Tag Battle ajoute un peu de sang neuf à une formule de jeu de combat "à licence" qui s'essoufflait. Cependant, son mode online déficient et son système de jeu complexe le réservent à une clientèle avertie, du genre qui ont dans leur entourage direct plusieurs amateurs de jeux ArcSystem Works pour se taper sur un canapé, malgré les efforts évidents pour rendre la licence plus accessible. On s'amuse vite, mais on peut aussi avoir vite envie de passer à autre chose.

Verdict

7

Points forts

  • Plus accessible que les autres titres ArcSystem Works
  • Les musiques sont cool
  • Très bon mode Training
  • ça pète de partout
  • Mode Story rigolo

Points faibles

  • Pas de mode arcade
  • Seulement 20 persos dans le jeu de base
  • Le recyclage des sprites

Commentaires