SEGA Mega Drive : la console mythique rajeunit de trente ans

Comix Zone

""Genesis Does". Une phrase simple qui faisait frémir la concurrence. Plus qu'un slogan accrocheur, c'était le reflet des forces de la Mega Drive et de sa ludothèque innovante remplie de jeux d'arcade. Ces deux mots représentaient la confiance (et l'impudence) de SEGA à une époque où la concurrence faisait rage.

Trente ans plus tard, la SEGA Mega Drive demeure dans le cà…“ur des fans du monde entier. En l'honneur de cette sortie remarquable, nous avons recréé la pub de la Mega Drive pour ramener les fans de la console à l'âge d'or des 16-bits. Mais cette fois, nous mettons l'accent sur l'incroyable line-up des jeux présents sur la SEGA Mega Drive Mini. Qu'est-ce que la Mega Drive représente pour vous ? Racontez-nous."

Vidéos

Commentaires

Pour moi elle représente la 1ere console de mon enfance,avec laquelle j'ai découvert les jeux vidéos en 1991,j'avais a cette époque le pack Altered Best,des copains de classe venaient jouer chez moi après l'école a des jeux comme Sonic Street of rage 1.2 Road Rash Space Harrier 2 et plein d'autres encore ! des moments que l'on risque pas d'oublier !
D'ailleurs ce fameux pack que j'avais a l'époque je l'ai retrouvé complet y a quelques mois ! il complète le pack Mégadrive 1 Sonic 1 que j'ai aussi et quelques autres encore!
Elle représente ma 1ère console de salon, je dis "salon" parce que je n'avais qu'une game boy à l'époque. Quand on l'a allumé dans le salon avec mes frères pour la première fois avec le jeu sonic 2, ce fut une claque! Passé sur un jeu en couleur avec une telle vitesse, c'était génial pour l'époque. Ensuite c'était les parties de columns avec ma mère entre autres :dcd: comme quoi on pouvait jouer avec les parents avant la Wii :mrgreen: Je finirai par la série des Street of rage le 1 et 2 qui ont bercé mon enfance de bagarreur . Bref je pourrais écrire un roman sur cette console mythique même si j'aurais voulu avoir une super nintendo à côté :good:
La Megadrive représentait à l'époque la Puissance, le rêve inaccessible des 16 bits, alors que la seule console à la maison était la Master System, qui était pourtant déjà amplement satisfaisante, ludiquement et techniquement. La Puissance des 16 bits c'était un luxe, la débauche, une explosion visuelle... elle est arrivée tardivement chez moi, en 1993, alors que je lisais déjà les magazines et pouvais apprécier les écarts techniques avec la SMS. Grà¢ce aux échanges-prêts entre camarades, j'ai pu découvrir très vite certains des monuments de la machine. Streets of Rage, Sonic, Tiny Toon, puis SFII, Road Rash II, le premier Fifa, et putain Virtua Racing en 1994 !
La Megadrive, c'était le plaisir des jeux SEGA que je connaissais sur Master System, la patate en plus.
myau, 16 aoû 2019 - 12:36
J'ai découvert la Mega Drive en version japonaise au printemps 1990 dans un magasin spécialisé dans les montres et les calculatrices. Une dizaine de jeux étaient disponibles dans ce magasin dont Alex Kidd, The Newzealand Story, Super Hang-On, Golden Axe, Daimakaimura (Ghouls 'n Ghosts), Whip Rush, etc. C'est surtout Daimakaimura et Golden Axe qui m'on bluffé à l'époque ; le premier pour ses scrollings différentiels et les effets de la pluie et le second pour son écart graphique incroyable avec la version Master System, ses trois personnages et ses magies (le fameux dragon de Tyris Flare !!!). Ils tournaienten boucle à tour de rôle. Whip Rush de temps à autre également. Finalement, nous avons eu la version japonaise en décembre 1990 avec Golden Axe, très vite rejoint par Space Harrier II (car j'adorais le premier sur Master System), Shadow Dancer et deux ou trois mois après Phantasy Star II (en version euro) auquel j'ai joué une bonne dizaine de jours sans m'arrêter un instant (sauf pour manger). J'adorais Golvellius et je cherchais un autre jeu dans la même veine et me suis donc rabattu sur Phantasy Star (d'abord en MS). Mais à l'époque, il m'avait rebuté (le style était trop nouveau) et je l'avais échangé contre Wonder Boy III. Ensuite, quand j'ai vu PSII, je me suis dit pourquoi ne pas l'essayer plus amplement (d'autant que les notes dans Joystick étaient dithyrambiques (97% ou 98% de mémoire). Et c'est vrai que j'ai adoré au point d'attendre Phantasy Star IV (introuvable en japonais à l'époque sur Lille ; du moins les 6 premiers mois après sa sortie). Je scrutais les images dans mes Mega Drive FAN à longueur de journée. Je suis allé le chercher à Paris dans un tout petit magasin (où il n'y avait que trois jeux jap !!!) parce qu'un client d'un autre magasin m'avait dit qu'il venait tout juste de le voir là bas. Bref, la Mega Drive, c'est des super souvenirs et ce n'est ici qu'un extrait.