Test : Yakuza 2 (Playstation 2)


Yakuza 2
Yakuza 2
Aventure

Il aura fallu attendre deux longues années pour que Sega West se décide enfin éditer la suite de Yakuza en occident ! Est-ce à cause des mauvaises ventes en Europe et aux US du premier opus ? Pourtant, le titre de Toshihiro Nagoshi a été bien acceilli par les gamers et autres segafilous... c'est probablement grâce à ces derniers qu'on aura droit finalement la suite des aventures de Kiryû Kazuma, le Dragon de Dojima sur le Vieux Continent.

 

Yakuza 2

L'histoire de Yakuza 2 se passe exactement un an après les événements du premier épisode c'est-à-dire pendant la période froide de Noël. Hélas, encore une fois malgré lui, notre héros est une nouvelle fois pris dans une sale histoire puisque apparemment un certain Ryuji Goda alias le Dragon de Kensai semble vouloir terrasser le clan Tojo.

Afin de trouver une solution, Kazuma devra se déplacer vers la ville de Kansai...

My boss, my hero

Par rapport au premier, ce deuxième épisode propose non seulement le quartier Kamurocho mais aussi comme j'ai dit plus haut, le quartier Kansai bien plus petit et simple que le premier. D'ailleurs, graphiquement le soft du créateur de Daytona USA 2 n'a pas été amélioré et on se retrouve avec un titre datant de 2005. Néanmoins, il faut dire que cela reste toujours agréable à l'oeil, les personnages principaux sont très bien modélisés, très "réels" ! De plus, que ce soit Kansai ou Kamurocho, les deux quartiers sont eux aussi très bien modélisés et incroyablement réalistes. Ayant eu l'occasion de visiter le quartier de Kiryû, je peux vous assurer que les développeurs ont fait un boulot incroyable. Certes, ce n'est pas fidèle à 100%, mais cela reste tout de même assez proche du quartier tokyoïte.

C'est assez agréable de visiter chaque rue avec ses spots publicitaires lumineux, entrer dans certains magasins... sans oublier le moindre objet modélisé... sincèrement, c'est clairement attrayant d'autant plus que les développeurs ont intégré une météo variable ce qui donne au final, une ambiance crédible et proche de la réalité. De plus, les sons ambiants ajoutent encore plus l'immersion avec les bruits des voitures, des piétons etc. Ces derniers sont clairement modélisés au strict minimum afin de ne par trop charger la mémoire de la PS2. Cependant, ils donnent une cohérence d'une ville réelle car ils suivent leur petit chemin quotidien et parfois même, ils n'hésiteront pas à demander de l'aide. Malheureusement, les micro chargements entre chaque section du quartier sont encore présents. Sinon du côté graphique le soft accuse son âge mais ça reste tout de même harmonieux.

Oui, le dépaysement n'est peut-être pas aussi frappant que la première fois ceci dit, pour ceux qui rêvent de visiter Tokyo et qui sont sensibles à la culture japonaise, Yakuza 2 reste tout même un bon moyen de vivre une aventure palpitante au Japon parce autant vous dire tout de suite... c'est du culte !!!

Mais avant de vous dire pourquoi Yakuza 2 est le meilleur jeu Sega sur PlayStation 2, veuillez d'abord visiter les recoins du quartier. En effet, outre la trame principale, le Dragon de la famille Dojima peut par exemple, visiter les host bars (Clubs) afin de passer un bon moment en compagnie d'une charmante demoiselle et si on réussit à faire craquer son coeur (après multiples tentatives et argent dépensé), on a droit à un rendez-vous... ce n'est pas tout puisque dans ce deuxième Yakuza, il est possible aussi d'être un host (hôte), histoire de faire passer quelques minutes agréables une cliente fortunée (et un dîner si on arrive à la séduite complètement ^^) mais aussi, on peut maintenant être carrément le directeur d'un host bar. Là, il faudra diriger correctement le club afin d'avoir une clientèle satisfaite. Pour cela, il suffit de changer le décor, choisir les tarifs et faire en sorte que les charmantes filles de notre bar soient toujours motivées. Une touche des anciens développeurs de Smilebit sans aucun doute puisqu'ils sont aussi les créateurs de softs de gestion tels que Let's Make a Baseball Team ;).

Ce n'est pas tout loin de là, découvrir les établissements dédiés au divertissement comme par exemple, les Club Sega et ses UFO Catcher (une drogue si on veut toutes les peluches) ou encore jouer à VY6 le jeu de baston de MA#2. On trouve aussi des coins où on peut faire quelques strikes et pourquoi pas, Black Jack et autres jeux de casino.

Prenez votre temps, Kamurocho (et Kansai aussi) cache quelques secrets notamment des clefs qui nous permettent d'ouvrir des casiers avec à chaque fois, des surprises. Et des surprises il y en a car il n'est pas rare qu'on soit surpris par toute sorte d' agresseurs... des voleurs, des gangs (16 bits ^^), des bandits et même de la pire pègre. C'est l'occasion de faire écouter la rage, la force et le charisme du Dragon de Dojima...

The roar of the Twin Dragon

Au delà de l'aspect aventure, Yakuza c'est aussi des moments de bagarre à la SpikeOut (un autre jeu de Maître Nagoshi). En fait, comme dans le premier, le jeu se transforme alors dans un excellent beat 'em all 3D. Si au début les techniques de Kiryû sont limitées, avec le temps et de l'expérience acquise, les combats deviennent tout simplement spectaculaires, violents avec les "finish move" assurément amusants. Par ailleurs, les "finish move" sont réalisables uniquement si la barre de rage est à un certain niveau. Aussi, on note quelques ajouts comme par exemple des fights en coop avec un autre personnage, des séquences de QTE lors des combats avec des personnages importants ou encore l'utilisation de toutes sortes d'objets afin de faire découvrir aux agresseurs, le tranchant d'une lame de Katana ou alors le vélo qui est juste à côté. Puis, si durant une mini quête on a aidé un habitant du quartier, celui-ci nous remerciera avec un objet au début du combat...

Des mini quêtes, il y en a plusieurs et très diversifiées. C'est un grand plaisir de les accomplir non seulement parce que cela ajoute du fun au titre de Sega (avec des histoires loufoques ou sérieuses) mais aussi, cela permet aussi de gagner une large quantité de points d'expérience. N'oubliez pas qu'après chaque combat, Kazuma peut aller se revitaliser dans chaque restaurant non seulement cela permettra de faire remonter la barre d'énergie mais également, cela permet de gagner des points d'expérience et il faudra tout essayer... que ce soit les restos (typiquement japonais ou chaînes), la nourriture vendue dans les divers shops, les boissons (qui existent vraiment au Japon) ou encore les boissons alcoolisées de marques connues. Petite anecdote, à chaque boisson commandée, le barman nous donne une petite description du nectar d'un Yakuza digne de ce nom.

La partie sonore est une nouvelle fois excellente et-ce, que ce soit durant les phases de combat, durant l'exploration de la ville ou encore lors des cinématiques dignes d'un bon film. Elles collent parfaitement à l'ambiance générale du soft de Toshihiro Nagoshi surtout qu'on note la participation du groupe Crazy Ken Band. Ce groupe japonais avait déjà participé dans le calamiteux film de Takeshi Miike, Ryû Ga Gotoku - The Movie. On retrouve le morceau des crédits du film dans la séquence finale du jeu ;). Parce que Yakuza 2 se déroule au Japon, cette fois-ci Sega West a opté pour garder les formidables voix japonaises mais en ayant des sous titres uniquement en anglais. Du reste, les sous titres sont complètement pitoyables, avec un anglais du style "gansta" qui ne colle absolument pas à l'univers de la pègre japonaise. Encore un membre de Sega Of America qui n'a rien compris ;(.

Ceci étant dit, on espère que Yakuza 3 gardera les voix japonaises avec des sous titres dans un correct anglais si un jour il visite l'occident!

Deux des plus beaux personnages de Sega !

Bien que Yakuza 2 propose au final, un contenu faible en nouveautés, on ne peut pas lui reprocher son histoire inoubliable et carrément culte surtout, surtout la fin du jeu avec un combat final qui restera dans nos mémoires et puis la séquence finale accompagnée d'une très belle chanson du groupe Crazy Ken Band... impossible de rester insensible à tant de beauté. Inoubliable et culte c'est aussi l'énormissime clin d'œil (du dernier niveau) parmi tant d'autres, à un autre jeu beat 'em all culte de Sega et que seulement les segafilous seront capables de découvrir ;).

La série passionnante du Maître des courses arcade est à découvrir mais aussi à vivre les histoires inimaginables de notre Dragon de Dojima et de Kaoru Sayama. Cette dernière ne reste pas en arrière de Kiryû bien au contraire, très charmante, charismatique, fragile bref, encore un fabuleux personnage de la série Ryû Ga Gotoku.

Sega sait d'ores et déjà que son "dernier gros" titre PS2 ne va pas se vendre et encore une fois, rien n'est sûr quant à la suite des aventures de notre yakuza préféré en revanche, chapeau bas d'avoir eu le courage de l'éditer en occident, ça fera énormément plaisir à tous les segafilous occidentaux et qui aiment sans aucune retenue, les productions des équipes de Sega Japon d'autant plus quand c'est le talentueux Toshihiro Nagoshi aux commandes.

Verdict

9

Points forts

  • Les personnages principaux
  • L'ambiance
  • Les musiques
  • L'histoire
  • Les mini quêtes
  • La séquence finale
  • Les clins d'oeils

Points faibles

  • Encore des micro chargements
  • Des sous titres "gansta" piteux !!!
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Playstation 2 9.2 5
Tags

Archives commentaires

Je n'ai pas lu le test, de peur de gacher quelques surprises vu que je viens juste de commencer le premier... Je me ferais donc un plaisir de lire tout ça très bientôt.
yohko kurama, 04 oct 2008 - 2:11
Merci pour ce super test. Un jeu à posséder dans sa collection. ;)

Autres news sur ce jeu