Test : Virtua Fighter 5 (Xbox 360)

Tout droit sorti du studio AM2 de Sega, Virtua Fighter 5 incarne en arcade toute l'excellence de cette série hautement renommée. Constituant également un véritablement benchmark pour une Lindbergh qui malgré les specs semble assurer une qualité technique assez irréprochable, c'était sans véritable surprise que l'on s'attendait à voir débarquer Virtua Fighter 5 dans nos salons. Et pourtant, Sega aura mis le temps à se décider concernant la version 360. Après avoir soutenu dur comme fer que jamais un opus de la série ne serait jouable online dù à la présence de lags qui gâchent complètement la technicité d'un tel soft, le voici pourtant dans nos Xbox, adapté de la version C de l'arcade, et jouable sur le live. L'attente en valait la peine...

La dure loi des exclues temporaires

L'histoire de Virtua Fighter 5 en console n'est pas banale. Après avoir profité d'une exclusivité, la Playstation 3 de Sony se verra gratifiée d'une version de VF5 très tôt (dès la sortie européenne de la console en fait) pour perdre quelques mois plus tard cette exclusivité, qui passera au passage par la case " vous gagnez le jeu online " sur Xbox 360.

Au final c'est donc quelques mois plus tard que les joueurs 360 pourront apprécier le jeu, dans une version au final supérieure en de nombreux points, notamment par l'utilisation de la version C qui a subit quelques ajustements, un lissage général des graphismes meilleur et le gros ajout du jeu, l'online.

Pour le reste, c'est la même chose qui nous est proposée. Succès en plus histoire de rallonger encore un peu la durée de vie, mais cela est-il seulement nécessaire ? Après quelques heures de jeu s'il y a bien une chose qui nous apparaît comme une évidence même : le joueur en a pour son argent. Ce sont véritablement des dizaines et des dizaines d'heures de jeu que nous propose Virtua Fighter 5, ne serait que pour débloquer Dural (terminer le mode arcade avec chaque personnage) ou encore débloquer toutes les tenues (cela nécessite de jouer en mode quête avec chaque personnages, ce qui est tout simplement interminable).

Un jeu qui tient au corps

Une fois la galette insérée dans la console, nous sommes accueillis par une sympathique vidéo de présentation des personnages, sous fond de guitare électrique. Le tout est très dynamique et la mise en scène, plutôt agréable, alterne entre passages très sérieux et personnages un peu maladroits. Voilà qui met dans le bain, un peu à l'instar de Virtua Tennis 3 (d'ailleurs les deux jeux présentent beaucoup de points communs en terme d'interface, on retrouve un style assez proche).

Suite à cela le joueur est accueilli par le traditionnel écran " Press Start " et à la pression du bouton on constate qu'il s'agit encore et toujours des bruitages présents dans le premier Virtua Fighter, c'est toujours sympathique.

Le jeu propose les modes suivants :

- Arcade, qui permet de jouer contre la console de manière classique ou dans un mode Score Attack qui requiert de réaliser le meilleur score possible.

- Versus, qui permet de jouer à deux joueurs chez soi ou sur le Live en matchmaking (parties dans classement) ou en partie avec classements.

- Quête, le mode principal pour le joueur solo qui pourra choisir son personnage et le faire évoluer (tout cela en détail plus loin dans le test).

- Dojo, un mode d'entrainement qui propose de l'entrainement libre sur les différents coups de chaque personnage, ou du contre la montre (il faut alors réaliser tous les coups du personnage).

- VF-TV, ce mode permet de voir des matchs d'exhibition, des cinématiques etc...

- Options, classiques en passant de la configuration des touches à la difficulté du jeu, du chrono etc...

On se retrouve donc face à une sorte d'énorme gâteau mais auquel on n'ose pas trop s'attaquer tant il est imposant. En ce qui me concerne j'ai opté pour une partie arcade classique histoire de me mettre dans le bain et de voir si le jeu est toujours aussi technique, ce dont je ne doutais absolument pas pour être honnête.

Une bonne grosse claque

La première véritable claque que j'ai prise, et bien ce fut au contact des visuels " vivants " (pas d'images du jeu) pour la première fois. Virtua Fighter 5 est époustouflant en ce qui concerne la partie graphique et l'animation. L'ensemble atteint un niveau de photoréalisme saisissant. On constate tout d'abord que chaque personnage a subit un soin particulier au niveau du visage et des mains, de même que tout ce qu'il porte (vêtements, accessoires, bijoux etc...).

En plus de cela, les décors sont parmi les plus beaux jamais vus dans un jeu de combat. Je pense au stage de Jeffry avec ses cascades gigantesques et ses rayons de soleil qui viennent taper sur le bois brûlant qui constitue l'arène, je pense au stage de Dural avec ses immenses piliers faisant penser à la Grèce, au niveau dans le château accompagné d'une musique magnifique. Un premier bilan s'impose alors immédiatement, dès les premières minutes du jeu : il n'y a aucune faute de goût dans les environnements et les personnages, tous ont été réalisés avec soin, avec minutie, j'oserai même dire qu'ils ont du être réalisés par de véritables maniaques du détail.

L'animation n'est pas en reste, avec des gestes d'une fluidité déconcertante, d'autant plus que les vêtements suivent toujours parfaitement les mouvements. Le style de Virtua Fighter 5 est ensuite particulier, puisqu'au final les personnages sont légèrement statiques lorsqu'ils n'agissent pas, sauf pour ceux qui font de légers mouvements. Mais c'est un style qui a toujours été présent dans la série.

Du côté des musiques je tiens à préciser que celles-ci m'ont réellement surprises tant elles sont agréables et variées. Je n'avais pas de grand souvenir des musiques dans les Virtua Fighter à l'exception du second opus, et là où je ne m'attendais pas à avoir des compositions réellement excellentes je me retrouve au final des thèmes travaillés et très variés, qui collent parfaitement à leurs environnements respectifs.

Les petits nouveaux

Le cast de personnages était déjà assez imposant dans Virtua Fighter 4 Evolution, et ce sont deux nouveaux arrivants que nous découvrons avec ce cinquième opus. On découvre ainsi Eileen, une fille pratiquant un style de combat acrobatique assez proche de Lion, et El-Blaze qui est un catcheur assez proche de Wolf, mais qui est assez ridiculement petit. C'est d'ailleurs un élément qui m'a beaucoup choqué : ce personnage est beaucoup plus petit que les autres, à tel point qu'il semble avoir été réalisée sur une échelle inférieure. Mais on s'y habitue, même si c'est un peu déroutant.

Ces deux nouveaux personnages proposent des styles de combat qui à défaut d'être véritablement nouveaux laissent la place à une sorte de compromis vis-à-vis des personnages sur lesquels ils se basent. Ainsi pour ceux qui trouvent Wolf trop gros et lent, El-Blaze risque d'être une alternative de choix, proposant des projections redoutables et des combos à rallonge. Eileen est quant à elle très rapide et agile, avec pas mal de coups sautés et des combos assez longs. Il s'agit d'un personnage difficile à prédire, un peu comme Kage.

À ces deux nouveaux personnages s'ajoutent donc tous les anciens déjà présents dans VF4 Evolution. Pour les passer rapidement en revue, j'ai décidé de faire une présentation rapide de certains d'être eux.

Akira : c'est le personnage emblématique de la série, celui qui représente l'esprit Virtua Fighter 5 : à savoir un personnage incroyablement technique. Et c'est d'ailleurs ce qui le rend si unique, c'est qu'il est à total contre-courant des héros des autres jeux de combat, qui sont souvent des modèles de simplicité. Akira est un personnage ultra charismatique est extrêmement difficile à dompter mais dont la violence des coups est extraordinaire. Basé autour de coups de coudes et d'épaules dévastateurs, le tout combiné à un panel de contres et de projections redoutables, il incarne bien souvent le personnage que l'on a envie d'aimer, que l'on a envie de jouer, mais que la plupart des joueurs ne pourront pas maîtriser avant de très longues heures de jeu.

Pai et Lau : dans le tout premier VF, peu de choses séparaient ces deux personnages dont les combos sont longs et se terminent par des coups de pieds très puissants. Au fil des épisodes ils se sont différenciés, Pai proposant un jeu plus acrobatique et rapide tandis que Lau lui a gagné en puissance aussi bien en terme de coups que de projections. Ils sont sans doute les personnages les plus agressifs du jeu.

Jacky et Sarah : tous deux se ressemblaient aussi beaucoup dans leur première apparition, et désormais même si leurs styles de combat sont proches ils ne possèdent pratiquement plus rien en commun. Sarah possède un jeu de jambes redoutable ainsi qu'une posture offensive debout sur une seule jambe, Jacky lui enchaîne ses coups de manière dynamique.

Lei-Fei : ce moine est un personnage imprévisible et très rapide. Il jongle d'une posture à une autre en alternant des coups haut et bas ce qui en fait un adversaire redoutable. En plus de cela il possède certains coups surpuissants. Là aussi, c'est un style unique qui a été retranscrit dans ce personnage.

Wolf et Jeffry : les deux mastodontes de Virtua Fighter, Jeffry est devenu véritablement gigantesque, mais très très lent et avec des combos très limités. D'ailleurs il n'est pas très joué sur le live. Wolf lui a toujours autant la classe avec ses choppes de catcheur.

Je ne passerai pas en détail tous les personnages mais j'ai tout de même envie de vous présenter de manière approfondie mon petit préféré : Goh. C'est un personnage proche d'Akira, il se joue un peu de la même façon. Son style de combat, le judo, repose sur des coups simples, très peu de combos, et énormément de projections. Goh est un personnage qui maîtrise l'espace, et peut attraper l'adversaire et le balader un peu comme il veut sur l'arène, ce qui est très utile une fois bien maîtrisé. Il possède quelques coups qui, s'ils touchent l'adversaire, peuvent être convertis en des projections. Enfin il peut attraper l'adversaire au sol peu importe sa position pour des dégâts supplémentaires. Il s'agit donc d'un personnage très technique qui nécessite de parfaitement lire le jeu de l'adversaire, et qui une fois bien maîtrisé permet de prendre beaucoup de plaisir en jouant.

Du côté des arènes, ces dernières sont très réussies et il en existe différent type. Certaines sont avec des murs ce qui permet d'exploiter des projections spéciales ou de faire des combos dévastateurs, d'autres sont entourés d'un muret plus petit, et enfin il y a celles sans mur qui permettent par conséquent des Ring Out. Leur taille est variable, mais en général elles ne sont pas trop grandes. Du côté des coups on retrouve les habituels coup de poing, pied, projection et garde. En plus de cela, on peut tourner autour des adversaires avec les flèches haut et bas. On notera l'apparition d'une esquive défensive sur le côté, en tournant justement au moment où l'on va prendre un coup, il est possible d'enchaîner par des attaques dédiées à l'esquive. Dans le même esprit on a désormais une approche offensive qui commence par un pas de côté, suivi d'une charge vers l'avant effectuée en appuyant simultanément sur les trois boutons, puis un coup. Elles apportent un réel changement aux combats qui sont très dynamiques lorsqu'on les utilise bien.

La force de Virtua Fighter en solo : le mode quête

L'énorme point fort de Virtua Fighter concerne sa technicité et le roster, qui ont toujours été au rendez-vous. Dans ce cinquième opus, tout est là, avec la réalisation en plus. On ne trouve pas chez la concurrence un tel travail sur le fait de proposer des personnages parfaitement différents, équilibrés et complets.

En plus de cela, il y a désormais le mode Quête qui permet aux joueurs solitaires de parcourir un monde virtuel à la recherche de salles d'arcades où affronter des adversaires. Une fois le joueur personnalisé (on peut le renommer, choisir ses tenues et tout plein de choses) on peut donc partir à travers le monde pour jouer. Les salles d'arcades sont toutes différentes et le niveau des adversaires varient évidemment. Au départ le joueur est classé 10th kyu, ce qui est le rang le plus bas. Ce dernier pourra monter au fil des victoires, autant que je sache j'ai réussi à atteindre le rang de Vindicator, ce qui est au dessus des dan, de Master, de Gladiator et d'autres encore. Bref l'ascension est longue et la difficulté, incroyablement bien dosée, va en croissant par paliers qui ne semblent jamais insurmontables.

Le jeu contient des centaines de joueurs virtuels pour ce mode quête, qui ont choisi leur personnage, leur nom et l'ont habillé comme ils en avaient envie. Cela donne beaucoup de crédibilité au jeu, et au final on a vraiment le sentiment de jouer contre de vrais joueurs, d'autant plus que chaque combattant du jeu possède une IA particulière.

Régulièrement des tournois ont lieu, officiels ou non, et on peut y prendre part pour débloquer de l'argent, des emblèmes (ils apparaissent à côté de notre nom pour faire beau) ou des accessoires pour personnaliser notre combattant. Ce mode quête est très long, les heures tournent sans que l'on s'en rende compte, et au final on prend beaucoup de plaisir, en solo, sur un jeu de combat, ce qui est franchement remarquable.

Le Live

Après plusieurs jours d'attente après la réception du jeu, j'ai enfin pu trouver des adversaires sur le live. Le verdict est sans appel : tout fonctionne à merveille. Je n'ai rencontré presque aucun problème de lag, on est proche de la qualité de jeu que l'on aurait face à un copain chez soi. Il n'y a donc rien à déplorer hormis une seule déconnexion, et quelques matchs qui lagaient légèrement (il y avait de courtes pauses d'une demi seconde très fréquemment) mais je tiens à préciser que ça ne m'est arrivé que deux fois, donc au final c'est du tout bon.

Le live est cependant très basique et ne propose que des affrontements en un contre un, avec classement ou en matchmaking d'amis. Le joueur à gauche étant celui qui a créé la partie, les joueurs rejoignant des parties étant toujours ceux de droite (un tirage au sort aurait été plus judicieux).

Il n'y a pas grand-chose à dire de plus sur le live, si ce n'est qu'il fonctionne parfaitement bien mais qu'il est loin d'être exhaustif. Le strict minimum est donc assuré, avec la qualité que l'on espérait, et c'est déjà pas mal. On regrettera l'absence d'un mode tournoi.

Virtua Fighter 5 sur Xbox 360 se place sans aucun doute comme le meilleur jeu de combat de la console. Il propose aux joueurs un roster exceptionnel, comme dans chaque épisode de la série, et un contenu de grande qualité pour le joueur solitaire. Mais la baston, c'est surtout en multi-joueurs qu'on l'apprécie, et sur ce point on notera que le mode en ligne est satisfaisant et retranscrit des sensations proches d'une partie en local. Les nouveaux personnages s'intègrent parfaitement aux anciens et apportent leur petite touche au jeu, en particulier El-Blaze qui est devenu un personnage charismatique dès sa première apparition. Virtua Fighter 5 est une valeur sûre de la baston 3D, un titre à ne surtout pas rater sur 360.

Verdict

9

Points forts

  • Roster de qualité
  • Réalisation
  • Durée de vie en solo
  • Interminable en multi
  • Jouable en ligne

Points faibles

  • El blaze est vraiment trop petit
  • Online à enrichir
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Xbox 360 8.3 8

Commentaires

bko, 27 oct 2007 - 2:26
Bon test Cireza, qui m'a donné d'ailleurs envie de l'acquérir plus vite que prévu :D Sinon la taille de EL Blaze ne pas pas particulièrement marqué...
Merci pour ce test qui m'a apprit quelques petits détails et qui m'a vraiment donné envie de l'acheter!
Par contre je n'y ai joué que par l'intermédiaire de la démo sur 360 et j'ai également été choqué par la taille de EL Blaze. J'ai du mal à croire que ça n'a géné personne pendant le dévelloppement du jeu... :/
Test très sympa à lire. C'est la quasi unanimité sur l'un de meilleurs jeux de Sega! Après ça reste dans la continuité de VF4 et ça peut déplaire, on l'a vu avec certaines réactions...