Test : ToeJam & Earl : Back in the Groove ! (Xbox One, PS4, Switch, Windows, Mac, Linux)

Il y a des jeux qui sortent des sentiers battus et qui, contre toute attente, vous laissent un souvenir impérissable. Cela a été le cas pour moi avec ToeJam & Earl sur Mega Drive. Sorti en 1991 avant l'ère Sonic, ce véritable ovni m'a scotché des heures sur mon écran et près de 30 ans après j'en garde le même plaisir de jeu.

C'est donc avec un plaisir immense qu'en 2015 j'apprends qu'une grande partie de l'équipe d'origine a l'idée folle de ressusciter ce premier volet qui reste pour moi le meilleur de la saga. Via Kickstarter j'ai donc apporté ma modeste contribution pour avoir le plaisir de faire revivre ToeJam & Earl sur nos plateformes actuelles. Vous y verrez donc mon nom dans les crédits de fin ;).

Il aura tout de même fallu attendre 4 ans pour que ce projet se concrétise après de nombreux reports, mais surtout sa distribution sur les consoles Ps4, Switch et Xbox One. C'est sur cette dernière que j'ai donc réalisé ce test, jouant sur One X, même si l'absence de paramètres vidéo dans les options laissent penser que toutes les versions doivent se valoir, confirmation à faire pour la version Switch, notamment en mode nomade.

Alors est ce un simple reboot HD, un nouveau jeu, ou un peu des deux ???

Back to the future ...

Intitulé pour l'occasion " Back in the Froove ", ce sous-titre permet d'entrée de comprendre que ce nouveau ToeJam & Earl revient sur ses " terres d'origine " mais ne sera pas qu'un simple reboot.

Dès l'intro, l'ambiance est posée. Le choix assumé de faire le même type de présentation que l'opus Mega Drive, de petites animations dans une fenêtre réduite,dans un style graphique un peu " pixelisé "... l'hommage commence dès les premières secondes.

On y redécouvre Toe Jam et son ami Earl, toujours dans le vaisseau Funky, mais cette fois ils sont accompagnés de deux jeunes filles : Latisha (issue de l'opus Xbox) et Lewanda, personnage également aperçu dans les autres épisodes mais non jouable à l'époque. A noter que la totalité du jeu est traduit en Français, une excellente chose.

Le scénario est simple : nos deux comparses, pour impressionner les deux filles, décident de leur montrer la Terre et reviennent donc vers la planète bleue. Arrivés en orbite, ils veulent faire la fête en déclenchant les méga enceintes du vaisseau, mais Earl appuie sur le bouton d'auto-destruction. Badaboom, comme dans l'opus Mega Drive, le vaisseau est disloqué et des morceaux sont répartis sur toute la planète. Nos héros devront donc les retrouver afin de pouvoir quitter la Terre.

Outre le scénario qui, bien que restant dans la même thématique que le 1er épisode, apporte quelques modifications, vous aurez la possibilité ici non pas d'incarner que 2 persos au choix mais 6 dès le départ (ou plutôt 4 réellement).

Vous pourrez choisir Toe Jam ou Earl en version rétro, Toe Jam ou Earl en version moderne, et les 2 filles qui vous accompagnaient dans le vaisseau. Vous aurez ensuite la possibilité de débloquer 3 nouveaux protagonistes dont je vous laisse la surprise de la découverte.

Autre différence notable sur notre personnage, ceux ci possèdent maintenant des statistiques à la manière d'un RPG. Vos persos sont définis selon sa chance, sa vitesse de déplacement, sa capacité de recherche (j'y reviendrai), sa capacité d'utilisation des cadeaux, la taille de l'inventaire et sa jauge de vie. Il faudra donc choisir son héros en connaissance de cause et savoir si vous privilégiez dès le début un perso rapide mais plus faible, ou trouver le juste équilibre. Nous en reparlerons plus bas, mais ces stats ne sont pas figées et évolueront au gré de l'aventure... Enfin, lorsque vous aurez choisi qui vous incarnez, vous pourrez choisir son mode de difficulté allant de " bébé " (clairement pour les enfants, vos stats étant automatiquement mises au max), " normal " ou " difficile ". On sent que les développeurs ont voulu rendre leur titre accessible à tous les joueurs et c'est une bonne chose.

Pour finir sur vos choix avant de débuter l'aventure, ce nouveau ToeJam & Earl vous propose de nombreux modes de jeux. Un mode " didacticiel ", plus court et bourré d'indices, s'adressant à ceux qui ne connaissent absolument pas le jeu ou aux plus jeunes. Un mode " monde fixe " qui sera donc celui créé par les développeurs et ne bougera pas d'une partie à l'autre. Une fois ce mode terminé (ou lorsque vous aurez atteint le stage 10 du monde fixe), vous débloquez le mode " monde aléatoire " où, vous l'aurez compris chaque stage est généré aléatoirement par la console. Enfin, une fois ce 3ème mode bouclé, vous aurez accès au dernier monde le " monde aléatoire difficile ". Tout comme son aîné, il aura en tout 25 stages à parcourir.

Le jeu ne s'arrête pas là et vous proposera de jouer en solo, en multi local (donc 2 joueurs en écran splitté) ou en multi online jouable jusqu'à 4 joueurs. Ce dernier mode est également paramétrable facilement, et c'est d'ailleurs la première fois que je vois un système aussi simple d'utilisation et compréhensible. Si vous choisissez de jouer en ligne, la console vous demande si vous ne voulez jouez qu'entre amis choisis, ou si vous ouvrez votre partie à tous joueurs connus ou tous publics. Moi qui ne joue jamais online, j'ai testé et j'ai trouvé le concept très sympa. Les autres joueurs se joignent à la partie sans souci et apportent, tout comme dans le mode multi local, leur lot d'interactions très sympa.

Comme vous venez de le lire, ils ne sont pas contentés de porter simplement le jeu Mega Drive, mais ont donné tout un tas de mode de jeux, des nouveaux persos jouables, le tout dans une esthétique très simple et totalement compréhensible par tous les joueurs du plus jeune au plus aguerri.

Big Earl is so Big ...

Abordons tout de suite l'aspect technique du jeu, notamment le visuel car c'est la 1ère chose que vous verrez en appuyant sur Start.

L'impression immédiate que j'ai ressentie en commençant une partie c'était " wouah , Earl est énorme ". Car oui, le tout premier sentiment est que les sprites sont très grands, 2 à 3 fois plus grands que dans la version 16 bits. Alors peut-être est-ce du au fait que je joue sur un écran 140cm alors qu'à l'époque je jouais sur une cathodique, mais objectivement je ne pense pas, la proportion entre votre perso et les décors est bien différente.

Une fois ce premier constat établi, en avançant dans le jeu on se rend compte que finalement cela convient parfaitement à l'univers, surtout quand on joue en multi. L'écran se rétrécit (ou se splitte) lorsque d'autres joueurs se rapprochent et on arrive alors à la dimension que l'on connaissait auparavant.

L'autre sensation immédiate que j'ai ressentie, c'est que le jeu était très propre, peut être un peu trop. J'aurais peut être préféré que le jeu fasse moins " jeu flash HD " et soit plus pastel, mais c'est un avis perso. Les personnages et les décors sont colorés, nets, sans bavures et diversifiés. Le principal est que ce nouvel opus garde totalement la touche totalement funky de son prédécesseur, que ce soit dans l'habillage des cinématiques, des thèmes de fonds d'écrans, ou la bande son complètement décalé.

La musique, parlons-en justement. Si on vous passe une musique de ToeJam & Earl, le jeu vous revient immédiatement à l'esprit. C'est inévitable, vous ne pouvez pas dissocier le jeu de sa bande son. Les développeurs ont gardé bien sûr le thème principal en le remodelant, mais ont apporté tout un tas de nouvelles compositions. Un super boulot qu'il faut souligner.

Revenons à l'aspect graphique du jeu. Souvenez-vous, dans la version 16 bits les décors de chaque stage étaient très peu diversifiés, la faute au besoin de pouvoir générer aléatoirement chaque niveau par la machine. A part de l'herbe, des étoiles, de l'eau ou du sable, on ne peut pas dire que le jeu brillait par sa diversité.

Ici le constat est tout autre. Les créateurs ont eu la bonne idée d'apporter des mondes différents. Vous aurez ainsi des stages sous la neige (avec des lacs gelés sur lesquels vous pourrez marcher), dans la nuit où vous vous éclairez avec une lampe torche, ou encore des mondes plus " plages exotiques " avec sables mouvants et palmiers. De même, ces stages particulièrement vides sur Mega Drive sont ici remplis de tout un tas de petits décors que vous pouvez " secouer " pour trouver des cadeaux ou objets cachés.

Vous y verrez ainsi des maisons, huttes, arbres, buissons, palmiers, et j'en passe, qui habilleront de fort belle manière ces niveaux.

Mon principal reproche viendrait du fait qu'ils auraient pu tout de même proposer bien plus de visuels de stages différents. Au nombre de 4 ou 5 (auxquels il faut ajouter un monde secret dont je vous laisse la surprise de la découverte si vous le dénichez), j'aurais aimé peut-être pas 25 stages totalement différents, mais une bonne moitié. Un niveau dans les montagnes, la jungle, de la lave, sous l'eau, ou je ne sais quelle autre idée, aurait apporté encore plus de diversité à mon sens. Presque 30 ans après, il y avait de quoi agrémenter le titre sans trahir l'oeuvre originale.

Enfin pour terminer sur l'aspect technique du jeu, un petit point sur l'animation. On sent un gros travail sur les personnages avec des mouvements fluides et en accord avec le côté " cool attitude " de nos aliens préférés. Les ennemis ne sont pas en reste, même si certains personnages sont finalement peu animés, notamment les anciens présent sur Mega Drive. Par exemple les camions de glace ou le dentiste ont je trouve une animation qui aurait pu être plus travaillée.

Quoiqu'il en soit, on a tout de même la sensation de se retrouver au milieu d'un très joli dessin animé interactif.

Boogie, Boogie, Boogie !!!

Ceux qui ont joué au premier opus ne pourront que se souvenir de cet ennemi redoutable qui était quasiment invisible et vous approchait en criant " boogie boogie boogie " en vous enlevant la moitié de la jauge de vie, du dentiste fou qui avait une allonge terrible ou encore de la boîte aux lettres vorace, ennemi redoutable du jeu... Qu'en est-il donc maintenant de tous ces personnages et du gameplay général du jeu ?

Tout l'intérêt pour moi de ToeJam & Earl réside dans sa découverte et l'effet de surprise. Je vais donc volontairement limiter mon propos sur le gameplay pour vous laisser ce plaisir indissociable du jeu.

Chacun se souviendra que le titre était un jeu d'exploration/plateformes où à chaque niveau vous deviez trouver l'ascenseur pour accéder au stage suivant et/ou trouver une des 10 pièces de votre vaisseau. Le jeu prenait fin dès que vous avez trouvé l'ensemble de votre engin spatial. Je ne reviendrai pas non plus sur cette carte apparaissant en bas à droite dont les parties floutées en violet disparaissent dès que vous entrez dans leur périmètre. Aucun changement ici sur ces différents points. Vous avez également dans cet épisode 25 stages au maximum ainsi que le monde zéro (existant déjà dans la version Mega Drive), et cette fois ci un monde " secret " à dénicher quelque part.

Le système des cadeaux est également de la partie et c'est ce qui fait d'ailleurs tout le sel de l'aventure. Vous ramassez des cadeaux de différentes sortes tous marqués de " ??? ". Si vous les ouvrez, ou les identifiez grâce au Sage ou à un autre moyen, le contenu de ce cadeau apparaît définitivement (les cadeaux de la même forme ayant toujours le même contenu). Il y a des cadeaux bénéfiques comme de la nourriture, des bouées pour aller plus longtemps dans l'eau, des armes de défense ou de l'argent, mais aussi des cadeaux maléfiques comme de la nourriture avariée, l'apparition d'humains ennemis en plus dans le stage, l'auto destruction et j'en passe.

Les cadeaux de la version 16 bits sont toujours présents mais certains ont subi quelques légères modifications comme les rollers fusées qui en plus de vous faire aller extrêmement vite, serviront aussi à éjecter les ennemis au loin.

Les développeurs ont également apporté plusieurs modifications. La première est que le nombre de cadeaux bons ou mauvais a été multiplié par 2 au minimum. Il y a quelques nouveautés comme la bulle de protection, la localisation de chemins secrets, ou pour les mauvais la perte définitive d'un level de personnage. Je vous laisse découvrir les autres ...

La seconde modification est la possibilité d'upgrader vos cadeaux en les rendant plus puissants. Dans certains niveaux, certains le seront automatiquement, et d'autres fois c'est vous qui pouvez attribuer un " level up " à un cadeau au choix. Ainsi par exemple la bouée de base pourra devenir une bouée très longue durée avec des pointes pour vous débarrasser de vos ennemis.

Dernière trouvaille, certains cadeaux sont particulièrement bien cachés dans le jeu et vous donneront des bonus inédits. Ces cadeaux cachés seront " ailés " et vous devrez les attraper pour qu'ils se débloquent dans l'aventure.

Le plaisir de ce gameplay centré autour de l'utilisation des cadeaux reste donc essentiel dans ce titre où on hésite toujours entre en utiliser un dont on ignore le contenu au risque de se voir pénaliser, ou jouer la prudence en attendant de les identifier...

Vous aurez également toujours l'opportunité de trouver de l'argent pour acheter des cadeaux dans les fameuses boîtes aux lettres, ou payer les services d'humains de confiance comme le Sage.

Des levels up sont toujours de la partie, l'expérience se gagnant en explorant les niveaux, mais aussi maintenant en ouvrant les cadeaux, en fouillant les décors (arbres, etc...) ou en trouvant des pièces de vaisseaux. Le Sage vous gratifiera d'un niveau supplémentaire si vous avez assez d'expérience. Vos stats de persos vont évoluer aléatoirement et une roulette de la chance vous permettra aussi de gagner quelques cadeaux bonus en supplément. Je vous laisse découvrir tout ça ...

Tout comme les cadeaux, les développeurs ont implanté tout un tas de nouveaux personnages amis et ennemis. Sans vous en dévoiler trop vous aurez maintenant un ennemi qui vous bloque vos stats de perso au minimum jusqu'à ce que vous trouviez une fée pour vous guérir, un autre qui vous aidera à fouiller le niveau et trouver les cadeaux cachés, ou encore un personnage qui réparera vos cadeaux qui sont cassés (autre nouveauté que je vous laisse découvrir). Le panel des amis / ennemis est très important, vous laissant des fois le choix difficile de les approcher en espérant qu'ils soient de votre côté, ou en les évitant pour éviter tout risque de mort prématurée.

Tout ne s'arrête pas là avec l'apparition de concours de danse, de parcmètres à alimenter en argent, de stages bonus en 2D pour gagner de l'expérience, des cadeaux ou ou de l'argent, des chapeaux magiques à débloquer (donnant des pouvoirs spécifiques), le fait de pouvoir se cacher derrière certains décors pour éviter les ennemis ou encore des phrases sélectionnables pour votre perso (notamment utile en mode multi). Bref un paquet de nouveautés à découvrir qui viennent enrichir ce jeu déjà bien complet.

J'ai également toujours autant aimé l'humour décalé du jeu et les tas d'hommage à la version Mega Drive (un dialogue sur les abeilles m'a bien fait rire, les fans comprendront dans le jeu), les remerciements constants durant la partie aux backers qui ont fait que le jeu existe aujourd'hui, les sauvegardes illimitées ou enfin la replay value important grâce à la tonne de choses à débloquer.

Tout n'est pas parfait, on constate quelques imperfections comme le jet de tomate toujours aussi handicapant rendant quasi impossible de tuer un ennemi tant le système de visée est pénible, la lenteur de nos persos (surtout au début du jeu avec des stats au minimum) qui bien que faisant partie de l'ADN du jeu peut frustrer les nouveaux joueurs, ou ce petit défaut qui fait que lorsque l'on va dans notre inventaire le jeu continue de tourner autour de nous. En gros, le temps que vous choisissiez votre cadeau à utiliser, les ennemis continuent d'évoluer dans le niveau. Cela peut vous sauver la vie parce qu'ils vont s'éloigner, ou bien vous ennuyer sévèrement si vous êtes trop lent et qu'ils foncent sur vous ...

Ce ToeJam &Earl : Back in The Groove est une véritable réussite pour ceux qui ont aimé le premier volet. Les nouveautés sont très importantes tant au niveau du gameplay que des modes de jeu ou de la replay value. Graphiquement, il est très joli même si cet aspect risque aussi de diviser les joueurs. Les nouveaux joueurs y trouveront aussi une bonne façon de découvrir la série grâce à des options bien pensées et un mode didacticiel bien fichu.

Les créateurs s'en sont donnés à cœur joie pour gâter les fans et ont fait véritablement preuve d'inventivité, même si j'aurais aimé qu'ils se lâchent plus sur la diversité des mondes proposés.

Toe Jam & Earl reste en 2019 un véritable ovni des jeux vidéo qui divise toujours les joueurs entre ceux qui adorent et ceux qui détestent. Moi je suis fan, et même s'il est encore perfectible sur certains aspects, cet hommage de qualité mérite qu'on s'y attarde.

Verdict

9

Points forts

  • Respect de l'original
  • Des tas de nouveauté dans le gameplay
  • De nouveaux décors
  • Beaucoup de mode de jeux
  • Un multi joueur bien pensé
  • Bande son toujours aussi funky

Points faibles

  • Graphiquement trop propre
  • Mériterait encore plus de décors différents
  • Toujours très lent
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Xbox One 9.0 1

Commentaires

Rage, 08 mar 2019 - 7:58
Merci pour ce test !!! Ha oui quand même le jeu doit valoir le coup faut vraiment que je l'achète !!!! (j'ai pas eu une minute dernièrement)
Merci. Après comme je le dis dans le test, Toe Jam and Earl reste un jeu qui divise clairement les joueurs. Faut avoir aimé le 1er pour apprécier celui là . Moi j'adore le boulot abattu mais la lenteur des persos et le concept ne plairons pas forcément aux nouveaux joueurs ;)
Rage, 09 mar 2019 - 12:05
J'étais aussi un fan du premier donc ya pas de raison que j'aime pas. Sinon je me demandais Slaine : tu as déjà fait le 3 sur XBOX ??? Pour savoir où il se situe vis à vis de ce dernier ...
En fait seul le 2 est un format batard, imposé par SEGA à l'epoque car le projet initial du 2 etait aussi en 3D iso.
Ah bonne question. Pour la petite histoire j'avais acheté Toe Jam and Earl 3 sur Xbox sur la fin de vie de la console (j'avais déjà la one). Quand j'ai commencé à y jouer, au bout de 30mn, ma console a rendu l'à¢me... Je n'ai pas racheté de Xbox et j'ai vendu les jeux que j'avais. Du coup, je n'ai pas pu faire ce 3ème opus. Je compte le prendre en rétrocompatible sur One pour combler ce vide ;).