Test : Phelios (Mega Drive)

Sorti début 1989 en arcade par Namco, Phelios ne connaîtra qu’une seule et unique adaptation console en 1990 et c’est sur Mega Drive que cela se passe. La 16 bits de SEGA reste pour beaucoup avec la PC Engine la reine des shoot'em up. Une des raisons je pense de voir ce shoot de Namco sortir sur cette machine taillée sur mesure pour recevoir les conversions arcades.

Entre 1988 et 1990, de très nombreux shoot'em up débarquent sur Mega Drive avec par exemple Whip Rush, Super Thunderblade, Truxton, Insector X, Granada, Curse, Arrow Flash, ou encore des titres plus connus comme Aleste, Hellfire, Thunder Force 2 ou Elemental Master. Une concurrence féroce donc pour Phelios, qui sera encore plus terrible les années suivantes avec le raz-de-marée de shoots de plus en plus aboutis : Thunder Force III et IV, Gynoug, Gleylancer, et j’en passe.

Que vaut donc ce Phelios au milieu de cet armada de jeux et réussit il à sortir son épingle du jeu ? C’est ce que nous allons tenter d’éclaircir à travers ce test. De plus, hasard du calendrier ou coup de génie de Sega Mag (NDLR : ;) ) , Phelios est sorti dans sa version Arcade sur l’eshop de la Switch le 3 février 2023 !!! Une raison de plus de s’intéresser à ce jeu qui fête ses 34 ans (mon dieu que le temps file…).

Le Choc des Titans

Ce film de 1981 est certainement la référence à laquelle je pense dès que l’on parle de Pégase. Ce ne sera que quelques années plus tard que Les Chevaliers du Zodiaque reprendront le flambeau dans la mémoire collective. Quel fan de manga ou de jeux vidéo ne pense pas d’abord à Saint Seiya dès qu’on prononce le nom « Pégase », plutôt qu’à la référence mythologique ?

Cet aparté personnel mis à part, Phelios est un titre basé sur la mythologie grecque où l’on incarne Apollon tentant de sauver la princesse Artemis kidnappée par un démon nommé Typhon. Pour cela il chevauche le célèbre cheval ailé Pégase et devra terrasser tout au long de son aventure des boss iconiques comme Méduse, Cerbère ou Siren. Phelios est en fait le nom d’une épée légendaire qu'Apollon devra récupérer avant d’affronter le dernier boss.

Le jeu débute ainsi sur une petite intro où l’on découvre la très belle Artémis enchaînée et Typhon exhortant notre preux héros à tenter de venir la délivrer. Point positif du jeu, le scénario est ponctué de séquences « animées » entre les niveaux pour montrer notre progression dans l’aventure et la princesse qui tente de vous donner des conseils.

Image


Chose pour une fois intéressante, le jeu n’est pas censuré dans sa version occidentale. Certes il n’y a pas de princesse nue comme dans Mystic Defender, mais celle-ci arbore souvent une tenue avec un décolleté très généreux, voir des positions un peu lascives. Rien de tel pour motiver le joueur à aller la sauver de ce démon….

La jaquette du jeu, très belle pour la version Japonaise, montre la princesse de profil mais en premier plan dans un style manga très sympa. La version occidentale ne démérite pas pour une fois sauf qu’ils ont plutôt mis en avant le démon Typhon, la princesse étant reléguée à une petite silhouette à peine visible sur le toit d’un temple grec.

Un shoot'em up accessible

Phelios n’est pas un titre punitif et le démontre dès l’écran de menu. Lorsque vous appuyer sur Start, vous avez le choix entre le mode « Novice », le mode « Normal » et le mode « Expert ». En Novice vous n’aurez accès qu’aux 4 premiers niveaux et il faudra donc choisir le mode Normal ou Expert pour avoir accès aux 7 niveaux et à la vraie fin. Vous aurez 2 vies et 3 crédits pour en voir le bout, chaque vie disposant de 3 barres d’énergie. Je vous rassure, même en Normal le jeu n’est pas un manic shooter. Les habitués des shoots le réussiront très rapidement, pendant que les novices en la matière devraient y arriver au bout de quelques essais. Personnellement je n’y avais pas rejoué depuis plus de 30 ans et je l’ai réussi à mon 3ème run sans forcer.

Phelios est donc un shoot à scrolling vertical même si celui ne reste pas fixe dans sa progression. Il arrivera souvent que vous puissiez partir plus à droite et à gauche, ou que le scrolling parte en diagonale par exemple.

Un seul bouton est utilisé pour tirer. Si vous restez appuyé plus longuement, la jauge d’énergie de votre épée, visible sur la droite de l’écran, se remplit jusqu’à envoyer un tir beaucoup plus puissant. Difficile de faire plus simple.

Image


Sur votre route vous allez pouvoir récupérer des bonus d’armement comme des « Options » (une boule de lumière qui vous suit et tire avec vous à la manière de R-Type), des capsules de vitesse, et quelques armes différentes qui ont la particularité de ne pas être infinies. En effet, au bout d’un certain temps (je n’ai pas chronométré et aucune jauge ne le mentionne), ces boosts d’armes disparaissent pour que vous reveniez à l’arme principale de notre héros. Parmi ces tirs différents il y a le « B » pour Beam (un arc de puissance rapide et puissant), le « A » pour arc, qui permet de tirer sur les côtés (indispensable dans certains niveaux), ou le « H » pour Homing (des boules d’énergie à tête chercheuse).

C’est peut-être l’un des défauts du titre, Phelios ne propose qu’un armement sommaire et pas très original. A noter que si vous perdez une vie, votre armement revient à zéro, mais les développeurs sont assez sympa pour faire apparaître très rapidement après votre respawn des modules d’arme ou de vitesse afin de revenir à un niveau convenable.

Comme évoqué plus haut, vous allez donc traverser 7 niveaux, tous conclus par un boss. Celui-ci se trouve dans un temple sacré où vous l’affronterez en duel à mort. Souvent énormes, leurs patterns de tirs ne sont pas trop compliqués et vous comprendrez rapidement leur manière de se défendre.

Les niveaux traversés rappellent la Grèce, avec des temples en ruine, les montagnes, volcans ou autres grottes. Sans être hyper originaux, ils sont toutefois parfaitement reconnaissables et s’inscrivent dans la logique historique du jeu. Exception faite du tout dernier stage un peu barré où vous serez dans l’espace avec des environnements rappelant Tron ou Arkanoid, où les ennemis sont des mains de cadavres tranchées. Assez étrange mais au moins, on est surpris juste avant le combat final.

Image


Phelios n’est pas tout à fait un Apollon

Bien que n’étant pas le plus beau jeu de la Mega Drive à sa sortie, Phelios était tout de même dans la moyenne haute des shoot'em up de sa fenêtre de sortie. Il est à mon sens bien plus réussi qu’un Truxton, Super Thunderblade, Granada ou Curse, il avait pour lui quelques arguments convaincants.

Déjà l’intro ainsi que les quelques artworks jalonnant l’aventure sont de très bonne qualité et donnent vraiment le sentiment d’avancer dans le scénario à la rescousse de la belle princesse Artémis. Les niveaux traversés ne déméritent pas avec quelques scrollings parallaxes lorsqu'on passe au dessus des nuages, ou des rétrécissements de sprites lors que notre héros descend dans un temple sacré pour affronter les boss.

Les couleurs sont bien choisies et certains boss sont vraiment grands. Il n’y a aucun ralentissement dans le jeu, aucun bug de collision et l’animation s’accélère dans certaines zones du jeu pour imiter une course poursuite ou un danger imminent. Mention spéciale à Pégase qui dispose d’une animation plutôt bien décomposée avec ses grandes ailes et sa queue qui virevoltent au gré de vos sollicitations.

Non, franchement Phelios n’est pas le plus beau, mais il se défend.

Je mettrais quelques bémols sur les quelques voix digitalisées qui parsèment le jeu, notamment celles de la princesse, assez grésillantes. On a déjà entendu mieux sur Mega Drive. Enfin la bande son, sans être inoubliable, colle bien au jeu, les thèmes restant entraînant.

Image


Et la version arcade dans tout ça ?

Eh bien la Mega Drive ne s’en tire pas trop mal. N’oublions pas qu'à la sortie de Phelios la console était au début de sa longue vie. Elle était donc très loin d’être maîtrisée par les développeurs.

La version 16 bits reprend en tout point l’ensemble du jeu avec les mêmes niveaux et les mêmes séquences animées sauf l’intro (un peu plus longue en arcade) et une animation vers la fin du jeu où on voit la princesse s’enfuir dans un tunnel (le tout animé) avant qu’elle tombe et se retrouve à quatre pattes au sol. Je pense d’ailleurs que cette séquence a été volontairement supprimée sur console parce que la princesse se retrouve littéralement à 4 pattes, les fesses face à l’écran dans une position assez suggestive. J’imagine qu’ils voulaient éviter toute polémique.

La version arcade bénéficie aussi d’effets spéciaux absents sur Mega Drive comme des zooms de sprites, des rétrécissements et même le 1er niveau qui scrolle dans tous les sens à la façon du mode 7 de la SNES. L’opus arcade montre enfin des couleurs bien plus nombreuses et un niveau de détails forcément plus important que sur la 16 bits de Sega, mais c’était inévitable, ainsi que des voix digitalisées beaucoup plus présente (et claires).

La version console s’en tire vraiment avec les honneurs, d’autres adaptations arcades ont eu des traitements moins réussis.

Image


Phelios est un bon jeu qui se situe dans la moyenne. Sorti sur une machine qui a malheureusement pour lui une concurrence énorme en terme de shoot'em up, difficile de sortir du lot. Il propose toutefois un environnement original qui fait qu’on le reconnaîtra immédiatement. On ne lui reprochera qu’un armement un peu basique, peut être aussi un manque de panache du à un challenge moyen et des situations qui ne mettront pas vos nerfs à rude épreuve.
Exclusif à la Mega Drive, ce petit shoot mérite qu’on s’y intéresse ne serait ce que pour son univers, Pégase ou la belle Artémis qui n’attend que vous pour la sauver du démon Typhon.

Verdict

6

Points forts

  • Une exclusivité  Mega Drive
  • Univers original et immédiatement reconnaissable
  • Scénario illustré entre les niveaux
  • Animation de Pégase réussie
  • Fidèle à l’arcade

Points faibles

  • Graphiquement moyen 
  • Des voix digits qui grésillent
  • Manque de panache
  • Armement trop restreint

Commentaires

 

Archives commentaires

J'ai pas été plus loin que le niveau sous la terre juste après un temple: peut-être le 3e niveau.

J'avais bien aimé au départ le fait de pouvoir proposer un shoot autre que celui des vaisseaux spatiaux, en prenant la mythologie grecque. Etrangement, c'est pas un jeu que je prendrais dans ma collection.

Merci pour ce test ;)

Infos sur le jeu


Phelios
Shoot'em up