Test : The Ocean Hunter (Arcade)


Alors qu'on atteint la dernière évolution du Model 3, l'équipe AM#1 de SEGA surprend avec un titre hors du commun. Il faut dire que les gars de SEGA ont acquis une certaine expérience avec les jeux du style Gun Shooting/ Rail Shooting depuis Rail Chase ! Créateurs de The House Of The Dead (Model 2 / 1996), cette fois-ci, ils décident de nous plonger dans une aventure qui restera mythique !

The Ocean Hunter: The Seven Seas Adventure


Ce qu'il faut savoir c'est l'existence de trois types de cabinet de The Ocean Hunter. Une version Standard avec un écran 29", une version Deluxe avec un écran 50" équipé avec des sièges et une version Super Deluxe proposant aux joueurs d'entrer dans un micro théatre équipé avec l'écran et le siège de la version Deluxe... à l'instar de Lost World afin d'avoir une immersion encore plus accrue. C'est plutôt joli avec de belles images tirées du jeu, de même, certains détails sont amusants comme par exemple le Gun Controler qui prend la forme d'un canon-harpon avec un autocollant représentant un compteur (!!). Par ailleurs, celui-ci possède un système de recul.


Avant d'insérer la pièce, le logo SEGA est affiché avec un effet aquatique sympathique, accompagné de divers poissons qui tournent autour... quelques secondes après, le logo se transforme dans sa forme originale. Une fois bien installé, le jeu débute par une introduction expliquant l'histoire que l'AM#1 propose de découvrir. En fait, The Ocean Hunter propose d'incarner le chasseur Chris (et Torel, si on joue accompagné d'un(e) partenaire) avec pour but principal, éliminer les sept monstres marins éparpillés dans les sept coins du monde. La seule façon, c'est d'utiliser un hybride scooter sous-marin équipé d'un canon-harpon; ce qui explique la forme du Gun Controller ;).

Glou...glou...glou...


En effet, les créateurs de Alien 3: The Gun n'ont pas changé un gameplay qui a déjà auparavant fait ses preuves... le Rail Shooting. Grâce aux Gun Controllers, on va chasser toutes sortes de bestiaux marins qui se présentent à l'écran en commençant par des requins, des requins-marteau, des raies, les serpents marins, des énormes calamars, pirañas, etc et bien évidemment, à chaque fin de niveau le boss qui fait office de monstre marin qu'on doit éliminer afin d'accomplir la mission. Tantôt de simples animaux aquatiques de taille très imposante notamment l'énormissime requin digne du film "Les dents de la mer", tantôt mythologiques comme par exemple Poséidon ou encore le dragon des mers, le dernier boss. Dans les duels contre les boss, j'ai eu vraiment plaisir à les dégommer, d'autant plus qu'à chaque confrontation, le duel est divisé en deux étapes. La dernière étape étant le moment de l'achèvement avec à l'écran une réticule affichant son point faible. Parfois, à l'image du titre gore sur Model 2, il est possible de sauver des plongeurs donnant en récompense, une vie supplémentaire. Aussi, il ne faut pas oublier de tirer sur les trésors présents dans les abysses étant le seul moyen de gagner encore plus de points !
Complètement original, le voyage sous les sept mers (The Baroque Sea, The Luna Sea, The Tartarus Deep, Texcoco Great Lake, The North Sea, West Sea et finalement Panthalassa: the Sea of Evil) est un vrai divertissement, complètement dépaysant. Certes, la quasi totalité de l'aventure se passe dans les profondeurs cela dit, les développeurs ont réussi à créer une aventure mais surtout, une ambiance hors du commun, digne du roman de Jules Verne; "Vingt mille lieues sous les mers" !!

Model 3 step 2.1 tranformé en aquarium !


Graphiquement une fois de plus, SEGA a fait preuve d'originalité en commençant par l'esthétique des personnages (d'ailleurs, ils utilisent uniquement des scaphandres ^^) mais aussi de l'univers fantastique que le jeu possède.


La modélisation 3D globale des fonds de mers est assurément réussie ainsi que les mouvements assez réalistes des animaux aquatiques. Puis, les sept mers visitées utilisent des couleurs souvent différentes sans oublier qu'elles changent radicalement, comme par exemple les abysses utilisant de jolis effets de lumière, une cité submergée ou encore, la visite d'un voilier reposant, juste après avoir traversé un fond de corail coloré! Dommage que les niveaux soient si courts. Quelques autres effets sont vraiment sympas, notamment les bulles qui apparaissent à l'écran ou à chaque impact de l'harpon.
Musicalement, les thèmes utilisés sont doux et parfois oniriques collant parfaitement à l'ambiance du soft. Bien sûr, le son si caractéristique des bulles est présent.

Pourquoi pas sur Dreamcast ? :(


Complètement séduit par l'esthétique générale de The Ocean Hunter, il est vraiment dommage que le jeu soit resté uniquement en arcade. Sorti en '98, on pouvait s'attendre à une conversion sur Dreamcast puisque le jeu possède un univers riche, hélas, SEGA n'a jamais été friand des conversions du Model 3 vers la Dreamcast étant donné la différence entre les deux systèmes. Certes le gameplay est basique mais avec quelques bonus ajoutés, le titre de l'AM#1 aurait eu définitivement sa place sur Dreamcast... à côté de SEGA Bass Fishing et autre SEGA Marine Fishing ;)
En tout cas, on ne pas reprocher au titre de SEGA de ne pas être très original, d'autant plus, que c'est un titre arcade. Long, fun, dépaysant, graphiquement très riche et amusant, le seul défaut que je lui ai trouvé, ce sont les derniers boss qui gardent coriacement leurs lieux... faisant perdre beaucoup de crédits. Bref, sans conteste, un excellent jeu SEGA sortant de l'euphorie imaginaire de ses studios vers la fin des années quatre-vingt-dix.

Verdict

8

Points forts

  • L'ambiance générale
  • Les graphismes

Points faibles

  • La difficultée des derniers boss
  • Pas de conversion Dreamcast
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Arcade 8.0 1

Commentaires