Test : Minton Keibu no Sôsa File : Dôkeshi Satsujin Jiken (Saturn)

Sorti en 1985 sur PC98/PC88 au Japon, Dôkeshi no Satsujin Jiken (L'affaire de meurtre du clown) est revenu sur le devant de la scène fin 1997 sur Saturn (et Playstation) sous forme de remake.

Et oui, on a un peu tendance à oublier que les remakes ne sont pas une nouveauté et que cela existe depuis bien longtemps.
On retrouve donc le concept et l'histoire d'origine mais avec un habillage totalement remanié et profitant du support CD pour notamment ajouter des voix.
Le titre a aussi subi un changement pour devenir « Minton Keibu no Sôsa File : Dôkeshi no Satsujin Jiken » qu'on peut traduire par « Les dossiers d’enquêtes de l'inspecteur Minton : L'affaire de meurtre du clown ».

Image

 

Arrête ton cirque !

Situé à moins de 100 kilomètres au sud de Londres, la petite ville portuaire de Brighton (ville bien réelle) est plutôt paisible.
Mais le 6 août 1932, tout va basculer.
Une troupe de cirque en pleine tournée installée dans la ville va voir un de ses membres, un clown, se faire assassiner d'un coup de couteau dans la roulotte salle de bain.

Le meurtre de cet artiste, de son vrai nom Charles Dubois, va donc être le point de départ de cette affaire et notre regard va se tourner en priorité sur les autres membres du cirque : le second clown est clairement antipathique, la fille qui fait de la balançoire est la sœur de Joe le lanceur de couteau étrangement disparu depuis le crime, sans oublier le dresseur de fauve, le magicien et bien entendu le patron du cirque.

C'est donc à nous, Frank C. Minton, dépêché depuis Londres par Scotland Yard, que l'affaire est attribuée, allez, au boulot !

Élémentaire mon cher Minton

Pour la mise en place de l'histoire vous avez déjà un minimum avec le paragraphe précédent, mais il vaut mieux jeter un coup d’œil au manuel d'utilisation au préalable, en effet, le jeu nous balance dans l'aventure sans aucune explication !

Image


On se retrouve directement devant le chapiteau principal après avoir lancé l'aventure, hein ? Je fais quoi ? Je suis qui ? Voilà un peu ma réaction durant les premières minutes... Bon, ce démarrage abrupt étonne un peu, mais une fois nos marques prises on oublie ce désagrément.

Donc on est à la première personne avec des décors et déplacements en précalculé comme on en voyait pas mal à une époque (Le Manoir des Âmes Perdus ou Jikû Tantei DD : Dracula Detective pour parler d'un test récent par exemple) avec un rendu visuel plutôt singulier et agréable ; pas que ce soit incroyable, mais c'est dépaysant et propre.
Toutefois, il fait assez fort sur l'espace et la liberté offerte, dès le départ on peut aller partout ! Alors oui, on n'est pas sur une map de 1000 km², c'est une toute petite ville mais ça donne un petit côté monde ouvert pas fréquent pour le genre et l’époque.

Image


Il n’y a pas de carte pour se diriger afin de trouver le bâtiment voulu, il faut faire à l'ancienne et se reporter au livret pour avoir un plan. Je dis que ce n'est pas énorme mais il y a quand même 48 lieux différents accessibles dans la ville et 11 dans l'enceinte du cirque, c’est pas si mal !

On peut donc parler avec les commerçants et les locaux pour avoir des indices bien entendu, mais malheureusement c'est loin d’être nécessaire. Environ un quart (voire bien moins...) des lieux dans la ville sont vraiment utiles et encore, uniquement lorsque le besoin se présente.

Image


Et après plusieurs tentatives, on se rend compte que cela n’influence pas le déroulement du jeu, parler à tout le monde ou se concentrer sur le principal ne change rien malheureusement.
C'est d'autant plus dommage que tous les personnages bénéficient d'un doublage de très bonne qualité et d'un character design particulier.

Oui je dis particulier, on n’est pas sur un rendu à la japonaise comme vous pouvez le voir, ça colle plutôt bien avec l'ambiance occidentale de l’époque en même temps.

Image


Pour revenir et continuer dans le domaine sonore, à l'instar des doublages (sans sous-titres au passage), la musique toujours présente est bien travaillée et renforce l'immersion.
La partie audio ne faillit pas, c'est du bon boulot.

Une liberté mal encadrée

Bien que pour un jeu du genre les déplacements ne soient pas spécialement lents (il faut aussi tenir compte d'une seconde de latence pour chaque mouvement par contre...), au vu de la surface de jeu, aller à l'autre bout reste quand même un peu pénible.
Pour la partie interaction, on affiche un menu du genre regarder, parler, demander, montrer, utiliser etc.

Image


Lorsqu'on se présente il faut montrer ses papiers pour que la personne en face accepte de coopérer, niveau immersion c'est pas mal.
Toutefois, pour avoir des réponses à certaines questions il faut passer dans le mode interrogatoire (uniquement pour les suspects, constitués principalement des membres du cirque).
Attention n’espérez rien d’exceptionnel, ça ne change au final pas grand-chose, juste que notre interlocuteur acceptera de répondre à toutes nos questions.

Bon, il y a bien un système permettant de changer notre comportement lors de l'interrogatoire en choisissant entre sévère, normal et gentil, mais franchement, mis à part pour quelques réponses, ça ne sert généralement à rien, dommage...
Bien entendu on trouve des indices qu'il faut savoir utiliser afin de progresser, mais ce n'est pas toujours évident.

Image


J'aime beaucoup le fait que le jeu ne nous prenne pas trop par la main et exige de notre part une certaine réflexion afin de savoir quoi faire, mais par moments on est un peu paumé, et si on a laissé passer un truc, on peut finir par tourner en rond un petit moment.
C'est un peu le souci du monde ouvert sans balises, on peut complètement partir ailleurs et y passer de longues minutes (heures ?) pour rien.

De plus, le jeu ne garde aucune note des conversations pour retrouver une indication qu'on aurait oublié, pareil si vous reprenez le jeu après une semaine de pause, bon courage pour savoir quoi faire...
Petit détail rigolo (bizarre ?), on accède au jeu après l’écran Press Start sans passer par un menu pour les sauvegardes, du coup, pour charger sa partie il faut toujours recommencer le jeu pour enfin y avoir accès, étonnant.


C'est assez grand, on est libre, la partie sonore est bonne et le scénario relativement bien ficelé, mais on perd beaucoup de notre temps pour rien, c'est parfois un peu trop vague, on n’a aucune note des conversations pour s'y retrouver, ce qui rend la progression un peu pénible par moment.
Du coup on termine la courte aventure (on va dire 4 heures si on ne tourne pas trop en rond) avec un sentiment plutôt mitigé.
La taille de la ville n'est absolument pas exploitée et on se demande bien pourquoi on a tant de magasins et de bâtiments du coup.
Au final je peux dire avoir passé un moment pas désagréable ponctué de hauts et de bas mais qui me laisse plus de frustration que de satisfaction.

Connaissance du japonais : obligatoire pour progresser et apprécier

●Compatible cartouche de sauvegarde
●48 blocs par sauvegarde (dans la limite de 3 par support mémoire)

Verdict

4

Points forts

  • Quelques bonnes idées
  • La partie sonore
  • Un environnement qui dépayse

Points faibles

  • Pas toujours simple de savoir quoi faire
  • Un monde ouvert qui ne sert pas...
  • … sauf à nous faire perdre du temps ?
  • On reste vraiment sur sa faim

Commentaires

 

Archives commentaires

myau, 12 fév 2022 - 11:42
Merci pour ton article. Je trouve que les jeux Saturn ont quand même mal vieilli par rapport à ceux de la Mega Drive.
Le style est très bizarre, ça fait vraiment "illustration occidentale vue par le prisme japonais".
Purée, la tonne de jeux saturn que je découvre grâce à toi. C'est top.
Je trouvais l'idée de changer d'humeur durant les interrogatoires excellentes (car même aujourd'hui, sauf erreur de ma part, ça n'existe pas vraiment). Dommage que ça ne serve à rien, ça aurait pu apporter un vrai plus.
En tout cas, merci pour la découverte, une fois de plus ;)
Je vais faire le test d'un autre soft qui possède un systeme similaire dans les conversations avec par contre un effet très net, on en reparle prochainement !