Test : Mighty Morphin Power Rangers (Game Gear)

Les captures d'écran sont tirées du premier épisode.

Les jeux de baston sur consoles 8 bits. Voilà un sujet de discussion intéressant. C'est un genre que je trouve déjà à l'étroit sur consoles 16 bits, alors comment envisager de bons jeux dans ce genre sur consoles 8 bits ? C'est à cette question qu'ont essayé de répondre les développeurs de SIMS Co. avec les deux opus de Power Rangers sur Game Gear, des jeux à placer dans le haut du panier. C'est la raison pour laquelle je vous en parle aujourd'hui.

Go Go les Rangers du Pouvoir !

Dans cet article, nous parlerons des deux opus sortis sur Game Gear. Le premier s'intitule sobrement Power Rangers, tandis que la suite est Power Rangers The Movie. Les deux titres sont largement semblables, comme souvent avec les suites sur Game Gear, dans un souci de rentabilité évident.

On doit les deux jeux aux développeurs de chez SIMS Co. que l'on a retrouvé régulièrement durant cette époque sur consoles Sega, avec par exemple Outrun 2019 sur Mega Drive (un jeu que j'adore au passage) ou encore le portage Mega-CD de Shin Megami Tensei (malheureusement jamais traduit en anglais). Ils ont également été très présents sur Game Gear. Leurs jeux sont en général de bonne facture, et ce malgré le grand nombre de titres sortis.

Supervisés par Banpresto, et sous licence Saban/Bandai, les deux opus Power Rangers de la Game Gear restituent avec brio l'univers de la série télévisée. Tous les éléments sont immédiatement reconnaissables : les Rangers avec leurs couleurs fétiches, le thème principal parfaitement retranscrit sur la portable de Sega, et enfin de belles illustrations qui montrent les évènements et les différents Zord.

La réalisation est globalement d'un très bon niveau, clairement parmi les plus beaux titres de la console, avec des décors et sprites détaillés et aisément reconnaissables. Les décors m'ont paru moins nombreux dans la suite cependant. On observe également une belle utilisation de la palette de couleurs de la machine, qui régulièrement met quelques claques à sa grande soeur la Mega Drive sur les dégradés. Le résultat est d'autant plus visible que je joue sur une console moddée avec écran LCD actuel.

Baston'em All

La Game Gear avait beau en avoir sous le capot avec son Z80 et sa résolution réduite, faire du beat'em all nerveux reste complexe pour une telle machine. Le choix retenu a donc été orienté sur de la baston classique en 1 contre 1, avec de gros sprites à l'écran et un gameplay bien nerveux. On n'atteint pas la taille absurde des sprites de Mortal Kombat II (qui sont énormes), mais on est quand même dans ce que la machine a fait de plus impressionnant.

L'aspect beat'em all n'est cependant pas écarté. Et pour cause, dans la série télévisée, avant de se confronter aux boss et aux ennemis gigantesques, les Rangers ont pour habitude de mettre une raclée à une tonne de sous-fifres. Ainsi dans son mode Story scénarisé, les deux jeux proposent une structure similaire : on se retrouve à affronter une succession rapide de soldats de base, tandis que le boss fait des passages rapides de temps en temps. L'ensemble est rythmé et fonctionne bien : on s'amuse énormément. Dans l'opus The Movie, cette structure vole malheureusement en éclat après les 4 premiers niveaux et l'histoire se termine trop vite. En revanche, dans le premier opus, on reste sur cette base plus longtemps.

En plus du mode Histoire, on peut opter pour un mode Arcade classique où l'on affronte tous les personnages et ennemis du jeu. Le roster est conséquent : 16 personnages dans Power Rangers, et 15 dans The Movie. Malheureusement cette suite a des personnages légèrement redondant, réduisant la variété de l'ensemble. Il n'empêche que cela reste des rosters très conséquents pour une telle console.

Gameplay : ambitieux, mais un peu à l'étroit

Du côté du gameplay, les jeux sont d'une richesse insoupçonnée pour le support. Le bouton 1 permet de mettre des coups de poing, et le bouton 2 des coups de pied. En combinant les deux boutons, on a accès à un coup plus ample et plus puissant. Au corps à corps, les deux boutons permettent de projeter l'ennemi.

Au niveau des déplacements, on peut courir vers l'avant, faire de grands sauts, s'accroupir et parer en reculant. Durant chacun de ces mouvements, on peut utiliser les boutons 1, 2 ou 1+2 pour encore d'autres coups variés. Par exemple appuyer sur bas+1+2 permet de faire un uppercut efficace contre les ennemis en l'air. Lors d'un saut, appuyer sur 1+2 permet de faire une attaque plongeante. Il y a pas mal de coups de base à tester.

En plus de ceux-là, les coups spéciaux s'ajoutent à l'équation. On les effectue avec un quart de cercle avant, 1 ou 2 ou 1+2. Chaque personnage a ses coups spéciaux spécifiques et il faut tester l'ensemble pour voir ceux qui sont les plus efficaces. Globalement, tous sont utiles. Par conséquent les jeux sont vraiment bien réalisés à ce niveau. Le nombre d'animations par personnage est impressionnant. L'opus The Movie ajoute également une jauge de super-attaque, qui lorsqu'elle clignote, permet de faire deux quart de cercle 1+2 pour une attaque ultime dévastatrice. Cet ajout est plutôt sympathique, mais ça reste le seul point d'amélioration de la suite à mes yeux.

Au final sur cette partie gameplay, je retiens surtout les inputs assez capricieux, avec des coups qui sortent un peu quand ils veulent. Ce n'est pas dramatique, mais ça pose problème parfois. A ce niveau, les deux jeux ont le même problème. Les jeux restent assez faciles de toute façon, on les termine vite mais sont de bons candidats pour de petites parties occasionnelles.

La Game Gear a accueilli des jeux soignés en fin de vie, et les deux épisodes de Power Rangers en sont un bel exemple. Ils retranscrivent tous les deux l'univers des Rangers avec brio, et sont de bons choix de jeux de combat sur la machine, un genre difficile à appréhender sur des consoles 8 bits. La suite intitulée The Movie n'apporte pas grand chose à part les super-attaques, aussi je vous recommande plutôt le premier jeu, Power Rangers, comme défouloir de qualité sur la portable de maître Sega.

Verdict

8

Points forts

  • Univers bien retranscrit
  • Gameplay satisfaisant
  • Contenu conséquent

Points faibles

  • Inputs un peu flottants
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Game Gear 8.0 2

Commentaires