Test : Manpuku Suizokukan (Arcade)

Il y a quelques années, SEGA avait eu l'excellente idée de proposer divers medal game à destination des plus jeunes, dont entre autre la série des Kid's Yatai Mura (vous pouvez trouver 2 tests ici même avec Kingyo Sukui et Shateki).
Sur sa bonne lancée, la future ex-société d'Haneda avait en parallèle proposé une autre série qui ne compte malheureusement que 2 épisodes avec les Manpuku (littéralement avoir le ventre plein). Le test d'aujourd'hui se penche sur le premier de cette série, le Suizokukan (aquarium).
C'est l'heure d'aller donner de quoi manger à ce petit monde frétillant !

Maurice tu as dépassé les bornes des limites !

Avant de parler en détail du jeu, un petit mot sur cette aquarium borne.
Bien que permettant de jouer jusqu'à 8, elle se révèle assez compacte. La disposition des 4 écrans de 32 pouces est verticale avec par poste 3 gros boutons et 2 chargeurs de medal.
Comme vous pouvez le voir sur les photos, elle est très colorée et permet de prendre place d'une manière des plus agréables avec ses larges rebords même en étant 2.

Mais si la machine est indiquée comme jouable à 8, il serait plus exacte de dire 4 : en effet, si s'installer à 2 par poste ne pose aucun souci, on joue sur la même partie avec le compteur de medal en commun, et s'il y a bien 2 chargeurs, le total des jetons n'est pas séparé.
Si c'est plutôt discutable comme notion du jouable à 8, il faut admettre que parents et enfants peuvent s'éclater ensemble grâce à cela et on ne va pas le lui reprocher, juste le souligner.

Un jeu de carpe et des pets

Comme tout medal game qui se respecte, le but est d'en gagner toujours plus, mais il faut avoir du métier pour y arriver, enfin ça c'est normal.
Pour cela, il faut faire manger les poissons afin d'obtenir en retour des jetons. Avant de gaver les poissons on peut gaver la machine avec 200 crédits maximum. Chaque appât utilise un jeton. Les 3 boutons en face de nous activent une sorte de pince tout en haut de l'écran lâchant les appâts, sur la gauche, le milieu et la droite, et on doit faire en fonction de la position des poissons dans notre aquarium virtuel.
Lorsqu'un poisson classique gobe l'appât, 2 cas de figures se présentent ; le poisson a faim, on gagne 1 voire plus de medal ; le poisson est repu, il lâche une...crotte !
Vous pouvez voir en bas de l'écran le compteur à crottes (Arale de Dr Slump approuve ce jeu), il s'agit en fait d'un décompte, et une fois arrivé à 0, une grosse pièce (pas une crotte désolé) se balade sur notre écran et en la touchant avec les appâts on peut récolter un bonus de pièces.

Il est pas frais mon poisson ?

Dans notre bassin, on trouve tout un tas d'espèces différentes comme des poissons clown, truites, ou encore requins, voire même des ours polaires. Si tout ce beau monde se montre bien glouton, attention à ne pas trop forcer sur la quantité d'appâts, puisqu'il est aussi possible que ce dernier tombe dans le fond sans se faire manger et c'est autant de medal gaspillés.
Les poissons ont un look tout mignon limite kawaii et les environnements variés nous font plonger aussi bien dans un étang que dans différentes mers, voire fleuves, et nous évite de tomber dans la monotonie.

Un jeu de ce genre serait un peu triste sans stage bonus, et ça tombe bien il en propose 2 permettant de récupérer pas mal de pièces !
Le premier est en commun avec les autres joueurs de la borne, il consiste à nourrir un poisson bien particulier ; il est facile de savoir lequel puisqu'il est en surbrillance. Il change en fonction de l'environnement : par exemple, dans l'étang il s'agira d'une carpe koï, alors que dans l'Amazone ce sera  un arowanas.
En bas sur la gauche de notre écran on peut voir une barre graduée avec l'effigie du poisson cible. Une fois la barre pleine, le poisson devient immense au point de ne plus pouvoir tenir sur notre écran ! Il faut donc avoir le bon timing pour lui faire manger un maximum d'appâts lorsqu'il aura sa tête en face de nous. Et oui, durant les quelques dizaines de secondes de sa transformation, il fera le tour de chaque joueur, il faut donc faire attention à ne pas rater son passage !

Le second stage bonus consiste aussi à nourrir un personnage bien précis, une sorte de papy poisson, (un papysson©) ; il apparaissait déjà dans la série des Kid's Yatai Mura d'ailleurs.
On doit le faire manger par 3 fois afin de pouvoir se faire propulser dans le stage bonus le plus intéressant du jeu, je parle d'un point de vue sonnant et trébuchant.

Des enveloppes contenant des pièces remontent vers la surface, et il suffit simplement de les viser avec les appâts, facile et vraiment rentable !
C'est l'un des rares moments ou on peut entendre les pièces tomber en continu, un bruit des plus agréables, mais assez peu fréquent finalement.
Le public visé étant les enfants, le jeu permet de jouer un certain temps en récupérant facilement une partie des medal introduites, mais en contre partie, ne donne pas vraiment d'occasion de gagner le jackpot.

Encore une fois, SEGA nous fait passer un excellent moment avec ce medal game très grand public. Simple et amusant, il permet de jouer assez longtemps sans engloutir notre capital trop vite, et le fait de pouvoir s'installer à 2 par poste donne l'occasion de jouer en famille bien que la partie soit commune.
Un autre titre tout mignon que je vous conseille d'essayer si vous le pouvez surtout qu'il se trouve encore assez facilement (en 2018 tout du moins) dans les salles avec un espace destiné aux plus jeunes.

Verdict

7

Points forts

  • Rigolo et original
  • Encore une machine avec un excellent look
  • N'engloutit pas les medal trop vite...

Points faibles

  • ...Mais ne permet pas d'en gagner énormément
  • Les 2 monnayeurs par poste en commun

Commentaires