Test : Kid's Yatai Mura Shateki (Arcade)

Hors manèges, l'un des divertissements qui plaît le plus aux petits garçons durant les fêtes foraines est sans aucun doute le tir à la carabine. C'est valable pour la France mais aussi le Japon !
Mais ce n'est sans compter quelques différences, car si au pays du fromage on utilise une carabine à plombs pour tirer sur des ballons, ici, on utilise une carabine à bouchons en liège et les cibles sont pour le plus souvent directement les boîtes des objets convoités qu'on doit donc renverser avec nos projectiles (il existe des variantes comme celle ou on tire sur des cartes correspondant à un lot).
A défaut de pouvoir s'y essayer en vrai, SEGA nous propose une version de cette attraction dans sa série des Kid's Yatai Mura, après Kingyo Sukui (pêche à l'épuisette) dont vous pouvez lire le test ici.
Nous pouvons une nouvelle fois nous croire dans une fête traditionnelle Japonaise avec Shateki, vous êtes prêt ? Feu à volonté !


Il y a le bon et le mauvais tireur

Le jeu reprend donc le même concept que Kingyo Sukui avec son petit stand permettant à 4 joueurs de prendre place autour de la machine et son écran plasma 42 pouces. La décoration change un peu mais reste dans le même état d'esprit et conserve donc le look festif tout mignon du jeu de pêche. C'est bien évidemment toujours un medal game, dans lequel chaque tir consomme un jeton, et le but ne change pas, en gagner de plus en plus !

La seule différence physique de la machine est qu'on passe d'une boule directionnelle à un bouton qu'on peut tourner dans les 2 sens, le bouton d'action et le chargeur de medal sont identiques.
Le changement de bouton s'explique très simplement : cette fois-ci, on ne déplace pas une épuisette comme bon nous semble mais on fait simplement pivoter de droite à gauche notre arme pour tirer. Il ne faut toutefois pas se méprendre, ça ne rend pas notre tâche plus simple !


Ne pas finir brocouille

Alors voilà, encore une fois on doit se montrer habile afin de faire gonfler notre capital, et le jeu se compose de plusieurs type de tableaux. Dans ceux de base, les cibles défilent devant nous sur un tapis roulant, sur lequel on peut trouver tout un tas d'objet allant des boîtes de friandises aux robots en passant par les animaux de la savane et j'en passe. La plupart ne rapportent qu'un seul medal, mais en étant précis (chanceux ?) on peut en faire tomber 2. Toutefois, mieux vaut se concentrer sur les grosses cibles pouvant en rapporter 2, voire 3. Il arrive parfois qu'une petite cible rapporte plus, mais il faut un gros coup de bol puisque cette récompense est aléatoire.


Entre notre tapis roulant et celui du joueur d'en face, il arrive parfois qu'une souris passe à toute vitesse ; si on la touche on part dans une sorte de stage bonus, dans lequel il faut se concentrer sur une cible bien particulière, le Daruma, qui est une figurine permettant de faire un vœu dans la culture Japonaise ( je vous laisse vous renseigner si vous ne connaissez pas ).

A l'instar de Kingyo Sukui avec ses crabes, si on arrive à faire tomber 5 Daruma, on est directement envoyé dans un gros stage bonus permettant de faire plus facilement le plein de jetons. Au centre se trouve un énorme personnage nous projetant des tonnes de cibles. Kingyo Sukui ne proposait qu'un seul tableau avec son crabe géant, cette fois-ci il y a quelques variantes, c'est plutôt plaisant de ne pas toujours tomber sur le même personnage.
Il est à noter que le compteur de Daruma est en commun avec les autres joueurs, il s'agit du seul aspect coopératif de la machine.

Éparpillé façon puzzle

En faisant tomber 3 Manekineko, le chat blanc avec une papatte levée qu'on voit souvent à l'entrée des magasins afin d'attirer les clients ou l'argent (en fonction de s'il lève la patte droite ou gauche), il est possible d'obtenir un super pistolet en or avec un canon énorme.


Et là ça rigole moins ! Nos projectiles se montrent bien plus efficaces et il est bien plus facile de faire tomber 2 cibles en un coup. Pas la peine de trop rêver toutefois, l'utilisation de cet upgrade est limitée dans le temps, il faut donc en faire un bon usage en s'appliquant. Et un autre détail qui a son importance, il faut toujours garder son chargeur le plus plein possible avec ses 50 medal maximum car il n'y a rien de plus frustrant que d'obtenir ce pistolet et de se rendre compte qu'on a plus de projectiles... Remplir la machine prend un peu de temps, il faut donc se montrer attentif.
Si, dans Kyngyo Sukui, obtenir l'épuisette en or est plutôt simple, ici, faire tomber 3 Manekineko demande plus de jetons, ce qui rend l'accès à cette super arme bien moins rentable. Sur ce point, je trouve le jeu plus radin dans l'acquisition des medal.

Shateki étant une simple variante de son prédécesseur, on n'a pas vraiment de grosses surprises, mais cela ne l'empêche pas pour autant d'être un medal game rafraîchissant et un divertissement très grand public et convivial.
Bref, si comme moi vous avez l'âme d'un chasseur virtuel, Shateki devrait pouvoir vous plaire !

Verdict

7

Points forts

  • Un style vraiment attachant
  • Facile d'accès
  • La borne toute mignonne

Points faibles

  • Certains pourront vite en avoir marre
  • On fait vite le tour des différentes variantes

Commentaires

Infos sur le jeu