Test : Gunstar Heroes (Mega Drive)

C'est en 1993 que Treasure a eu la bonne idée de développer un jeu pour la Megadrive qui deviendra très rapidement culte aux yeux de bien des joueurs : il s'agit de Gunstar Heroes. Effets 3D, distorsion, mosaïque, scrolling à une vitesse démentielle, phase de shoot, diversité des phases de jeu, boss gigantesques, jeu en coopération... Tout ce que la Super NES pouvait offrir à travers ses jeux, Treasure nous l'a offert dans un seul, et en mieux. Gunstar Heroes marque définitivement la fin du débat et montre ce que seule la Megadrive est capable de faire dans une époque où la concurrence dans les cours de récréation est rude. Un coup de maître de la part de Treasure, dont la réputation ne cessera de croître par la suite avec un Dynamite Headdy déjanté, un Alien Soldier faisant cracher ses tripes à notre chère console ou encore un Light Crusader en 3D isométrique d'une rare beauté. Mais pour l'instant, nous décollons pour la planète Gunstar 9...

Un peu d'histoire


Treasure est une équipe de développeurs de grand talent qui a eu des débuts quelques peu mouvementés. A la base, les membres de Treasure travaillaient pour Konami, mais ces derniers ont fini par quitter le navire (ils y ont peut-être été poussés, actuellement il est difficile de le savoir avec précision) et ont monté leur propre équipe. Débutera alors une longue période de travail avec Sega autour de la Megadrive , puis par la suite de la Saturn (Guardian Heroes, Silhouette Mirage, Radiant Silvergun) et enfin sur Dreamcast (Bangai-o, Ikaruga). Bien évidemment l'équipe ne se limitera pas à travailler avec Sega et développera par la suite des jeux avec Nintendo et Konami.

Les jeux réalisés par Treasure sont connus pour leur orientation "action" extrêmement intense, mais aussi pour les prouesses techniques qu'ils nous affichent à tout bout de champ. Et Gunstar Heroes sur Megadrive en est l'exemple même, concentrant en lui seul tout l'esprit de l'équipe. Le jeu connaîtra d'ailleurs un remake de grande qualité sur GBA, à un tel point qu'il en reste à ce jour le jeu le plus impressionnant, techniquement parlant, sur la portable de Nintendo.

Plein les mirettes


Le jeu débute donc sur un logo Sega utilisant des effets de zooms à faire pâlir le mode 7 de la Super NES , puis enchaîne tranquillement sur une petite animation 3D du logo de Treasure. Le ton est donné. Un rapide tour dans les options permet de remarquer le choix du niveau de difficulté que l'on n'hésitera pas à augmenter une fois le jeu terminé. En effet, les jeux faits par Treasure sont tellement prenants que l'on a tendance à les recommencer fréquemment tout en franchissant les paliers de difficultés au fur et à mesure.

On a donc la possibilité de choisir son personnage parmi les deux disponibles. Il s'agit en réalité du mode de tir. Le personnage aux cheveux châtains permet un tir continu tout en se déplaçant tandis que le blond lui doit s'immobiliser pour tirer, permettant ainsi une visée plus aisée. On peut ensuite choisir le type d'arme avec lequel on veut débuter le jeu. Il en existe quatre types : tout d'abord la mitrailleuse classique qui tir droit devant des salves de "boules oranges", on a également un lance flamme, un laser bleu et enfin une arme autoguidée qui prend la forme de multiples étoiles vertes allant sur les cibles les plus proches. La petite subtilité du titre vient du fait que l'on peut combiner les armes par paire. Dans les niveaux, de petits vaisseaux de ravitaillement viendront vous donner d'autres armes. Les combinaisons sont au nombre de seize. On notera le sabre laser (laser + lance flamme), la machine-gun à tête chercheuse (mitrailleuse + étoiles autoguidées) ou encore le super lance-flamme à la portée accrue (lance flamme x2). De quoi s'amuser un moment et faire de multiples essais.

Le jeu à la carte


Après nous avoir proposé de choisir le personnage et l'arme, Treasure nous laisse également le choix du stage. Au nombre de quatre, ces premiers stages visent la récupération de quatre cristaux, et une fois ces derniers récupérés il sera alors possible d'avancer vers la suite du jeu. Les stages sont tous différents dans leur approche du jeu : le premier propose un déroulement classique, le second est une courses poursuite effrénée dans une mine sur un wagon-kart, le troisième est une ascension de longue haleine et le dernier propose une sorte de jeu de société avec des combats à chaque case !

Là où le jeu impressionne dans un premier temps, c'est au niveau de ce qu'il réussi à afficher à l'écran. C'est stupéfiant tant les effets sont nombreux, et ce sans le moindre ralentissement. On cours dans tous les sens en tirant sur tout ce qui bouge, les explosions retentissent dans chaque coin de l'écran, les ennemis volent, des grenades explosent, les maisons des petits lutins prennent feu... L'ensemble est saisissant. Mais ça n'est pas tout.

Chaque boss est atypique. Avant chaque affrontement un énorme" WARNING" apparaît suivi d'un rapide topo concernant le nom du boss et ses attaques spéciales. La vie du boss est alors affichée en haut de l'écran et le combat commence. Les boss sont extrêmement nombreux, et ils utilisent systématiquement des effets incroyables, que ça soit des rotations, des zooms, des effets de 3D. Dans le premier stage, on compte déjà deux boss secondaires en plus du boss de fin, ces derniers étant toujours réalisés avec beaucoup de soin.

Le boss final du second stage est sans conteste le meilleur à mes yeux. Il s'agit de Green à bord de son gigantesque robot capable de changer de forme. Les formes sont au nombre de sept, et il faudra opter pour la difficulté maximale dans les options pour les affronter toutes à la suite. Ces formes passent par un grand robot vert lancé à vive allure à votre poursuite, un revolver, un tigre, une sphère rappelant Sonic en boule et bien d'autres. Ses séquences d'attaques sont variées et imposent un style de jeu dynamique, ce qui est d'ailleurs valable tout le long du jeu. Une grosse décharge d'adrénaline en perspective.

Du Beat'em all et du Shoot'em up


Gunstar Heroes est un mariage réussi de ces deux styles de jeux. Les personnages disposent d'armes à feu redoutable mais savent également combattre au corps à corps comme il faut. Ils disposent d'un coup de pied sauté (plutôt un plongeon pour le personnage blond), d'une glissade et de la possibilité de projeter l'ennemi lorsqu'il se trouve au corps à corps. Un autre détail sympathique : la possibilité de projeter les bombes des adversaires. On a plus qu'à les leur renvoyer brutalement, ce qui est tout de même très jouissif dans le feu de l'action. On notera aussi la possibilité de se mettre en garde.

Côté Shoot'em up, Treasure ne s'est pas contenté de proposer des armes à feu en grand nombre, mais a poussé le vice jusqu'à introduire au jeu un passage qui n'est autre qu'un Shoot'em up à part entière. Comprenez par là que l'on se retrouve aux commandes d'un petit vaisseau spatial devant prendre d'assaut un vaisseau gigantesque. Le jeu s'apparente alors à un Shoot'em up à scrolling horizontal, avec de multiples éléments à éviter, des ennemis variés et même des boss, dont le come-back de Green ! Tout simplement excellent.

Mission Complete


Inutile de détailler d'avantage le contenu du jeu, Gunstar Heroes est très clairement une aventure que l'on doit vivre pour en comprendre l'ampleur. Le jeu n'est cependant pas sans défaut, du moins il est plutôt irréprochable, mais on peut noter quelques légers oublis. Tout d'abord la durée de vie qui se veut un peu faible. Le jeu présente en effet les quatre premiers niveaux, puis un énorme niveau, puis le passage de Shoot'em up pour enfin se terminer sur une succession de boss. Le boss final est d'ailleurs magnifique, et il a même été repris dans l'une des fins de Guardian Heroes sur Saturn. On pourra également reprocher au jeu de ne pas adapter de système de notation, ce qui a été fait dans la version GBA. Ce point aurait quelque peu augmenté le niveau de re-jouabilité du titre, même si l'on revient dessus avec plaisir.

Gunstar Heroes est un jeu doté d'une rare intensité. L'action y est frénétique et l'on prend réellement son pied du début à la fin, savourant chaque seconde de ce mélange à la fois subtil, et détonant, d'action et de shoot. Le jeu en coopération est diablement efficace, le jeu ne se perd pas dans un scénario alambiqué et fait ce qu'il se doit de faire le mieux : proposer un gameplay enragé et fun. Les stages sont très variés et les boss parmi les meilleurs jamais vu dans un jeu Megadrive. Et bien plus qu'un excellent jeu, Gunstar Heroes est le porte étendard des jeux qui font comprendre ce que la Megadrive a dans le ventre, et très franchement on a parfois du mal à croire que le jeu tourne vraiment sur notre console adorée. Treasure nous a livré là un véritable trésor du monde du jeu-vidéo. Au final, on ne lui reprochera que sa durée de vie un peu courte, mais c'est bien souvent le problème des jeux que l'on reconnaît comme étant les meilleurs de leur genre. Même Metal Slug sur Neo-Geo aura du mal à tenir la comparaison face à ce titan de la Megadrive.

Verdict

9

Points forts

  • La Megadrive transcendée
  • Intensité de l'action
  • Plaisir de jeu
  • Bande-Son de qualité

Points faibles

  • Un peu court
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Mega Drive 9.4 14

Archives commentaires