Test : D.D. Crew (Arcade)


Comme pour mes tests précédents sur arcade, l’honnêteté est tout d’abord d’indiquer que j’y joue sur une borne « Pandora’s Box » dernière génération avec ses 2 gros sticks arcade, mais donc sur une TV actuelle. Sans atteindre les conditions de l’arcade originale (s’agissant d’un jeu émulé et d’un écran différent), le rendu reste très proche. Cette rom ne souffre d’aucun problème de sons ou bugs divers…

Nous pouvons maintenant revenir sur le cœur du sujet, la découverte pour moi de ce Beat them all de Sega. C’est en farfouillant dans les milliers de roms de ma borne que je tombe par hasard sur ce jeu dont j’ignorais l’existence il y a encore quelques jours. Mais quel est ce jeu de baston estampillé Sega, sorti sur le System 18 qui a pourtant connu les gros succès que sont Shadow Dancer ou Alien Storm pour ne citer que des jeux pouvant s’en rapprocher ???
Si on regarde même d’un peu plus près, Sega n’a finalement développé que très peu de « vrais » beat them all à la sauce Final Fight, dédiés aux salles obscures. J’étais donc très curieux de me plonger dans ce style de jeu que j’affectionne tout particulièrement.


La suite spirituelle de Dynamite Dux, ah non rien à voir …

D.D. Crew voudrait dire en réalité Dynamite Demolitions Crew selon les quelques sites que j’ai parcourus. L’affiche du jeu étant entièrement en japonais et ne maîtrisant pas le langage de nos amis du soleil levant, je prendrai cela comme argent comptant même si au final la traduction française me paraîtrait hasardeuse : « l’équipe de démolition de/avec dynamite », mouais.... Toutefois, il apparaît sur d’autres publications que ce D.D. viendrait de l’expression « Don Don kuru » qui voudrait dire « venir rapidement », faisant ainsi référence aux myriades d’ennemis qui vont assaillir l’écran.

Sorti en 1991 et uniquement au Japon, ce titre était jouable selon les bornes de 1 à 4 joueurs simultanément. Les beat them all permettant ce genre de folie n’étaient pas courants, et personnellement à part les Tortues Ninja en arcade, je n’ai jamais fait de beat them all à 4. Cette borne part donc déjà avec un argument de poids pour tenter de séduire les amoureux du stick (n’y voyez aucune image graveleuse).

Le jeu arbore également une petite intro en style Comics plutôt jolie et rythmée, le tout accompagné d’une musique avec un sample vocal qui donne le ton, ça va cogner. Le scénario est comme souvent totalement anecdotique : vous êtes les gentils qui devez combattre le crime et tout particulièrement une organisation terroriste qui veut tout faire péter. Il ne m’en faut pas plus pour me lancer dans l’aventure à coup de savate.

A noter que l’intro du jeu sera la seule cinématique, jusqu’au clap de fin où vous aurez quelques images de clôture. Dommage, ça aurait été sympa d’en rajouter entre chaque niveau, mais je comprends ce choix et j’y reviendrai plus bas.

Oh ! Un Gang Band (et pas Bang, bande de pervers…)

Gung Ho, (je sais, jeu de mot pourri pour le titre), Buster, King et F.F. seront vos 4 persos jouables. Si on a toujours droit au pseudo catcheur présent dans tous les beat them all (ici King) et au gars en jean super cool qui est moyen partout (F.F. dans ce jeu), on trouve tout de même 2 persos qui sortent un peu du lot : Gung Ho et Buster.
Gung Ho est un perso qui pratique le Kung Fu et me fait terriblement penser à Tung Fu Rue de Fatal Fury. Pratiquant aussi bien le combat aux poings ou aux pieds, c’est un combattant équilibré qui est peut-être légèrement plus rapide que ses camarades.
Buster est un peu le pendant de Axel dans Street of Rage. Ce perso black se bat façon kickboxing, ses coups ont une portée très courte et sa vitesse de déplacement est réduite. Son style vestimentaire et les coups portés changent un peu de ce qu’on a l’habitude de voir.

Dans l’absolu, je n’ai pas noté de réelles différences de puissance entre les persos, c’est donc plus une question de style de combat et de goût lorsque vous choisirez. Quoique les choppes de 2 combattants sont plus pratiques, j’y reviendrai plus bas.

Deux boutons sont utilisés, ce qui peut paraître peu mais finalement même les très bons beat them all de l’époque se jouaient ainsi. Le A sert à frapper et le B à sauter. Lorsqu’un ennemi est étourdi (à force de lui frapper dessus), vous pouvez l’attraper et lui faire une prise spéciale en appuyant sur A+B à sa hauteur. Buster et King attrapent leur ennemi, le font tournoyer autour d’eux (ce qui est pratique pour toucher tous les adversaires qui vous encerclent) et le balancent au loin. Gung Ho et FF vont uniquement l’éjecter plus loin.

Vous pouvez également modifier un peu vos coups de poings en appuyant sur haut ou bas au moment d’appuyer pour donner un coup légèrement différent. Dans l’action ça ne sert pas à grand-chose mais il faut le noter. Vous pouvez également faire le traditionnel coup de pied sauté. Enfin vous avez une attaque Dash par perso : en appuyant 2 fois sur la direction voulue, votre perso court et il suffit d’appuyer sur A pour le déclencher. Cette attaque est rarement utile puisqu’elle a pour conséquence de vous envoyer également au sol si vous touchez l’adversaire, et vous rend donc vulnérable quelques secondes.

J’oubliais également que vous avez la possibilité d’attraper vos ennemis qui sont au sol pour les balancer, mais honnêtement, ils se relèvent si vite que vous n’aurez pas le temps de le faire et ça ne fonctionne pas à tous les coups.

Petite nouveauté que je n’ai vue nulle part avant : au-dessus de votre barre de vie vous avez un compteur d’ennemis tués. Une belle façon de montrer à vos potes que sur la partie vous en avez défoncés bien plus que lui. Amusant.

Sans vouloir entrer de plein pied dans le gameplay du jeu vu qu’il fera l’objet d’un chapitre dédié, s’agissant pour moi du gros défaut du titre, sachez que je n’ai pas noté d’interactions entre joueurs lorsque vous jouez en multi (pas de coups nouveaux, de choppes communes, etc.) si ce n’est la possibilité de frapper vos camarades uniquement lorsque vous leur faite une attaque Dash.

Le jeu compte 7 niveaux tous clôturés par un boss, et le dernier stage vous demandera d’affronter tous les anciens boss avant de combattre le dernier.

2 bonus stages sont présents, le premier consistant à détruire des motos dans un temps limité (au lieu d’une voiture comme dans Final Fight), et le second à frapper au vol des bonus de vie ou autres, jetés par une danseuse. Rien de bien excitant au final, mais il faut savoir qu’entre chaque niveau vous ne regagnez pas votre jauge de vie, et qu’il n’y a aucun objet (ou presque) que vous pourrez ramasser lors des niveaux pour regagner un peu de barre de vie…

Une réalisation Crew-stillante ….

La première chose qui fait plaisir dès que vous débutez la partie c’est la bande son. Avec quelques samples vocaux à la James Brown, une musicalité qui oscille entre la musique du 1er niveau de View Point pour les connaisseurs, ou avec quelques petits effets qui rappellent Streets of Rage, on peut dire que ça commence plutôt bien. (du moins, personnellement j’aime beaucoup).
Malheureusement, on se rend compte rapidement que cette musique du 1er stage est réutilisée dans d’autres niveaux, à tel point qu’on se dit qu’il n’y a finalement que 3 musiques (hors celle des boss qui est la même à chaque stage), et celle du dernier niveau qui est excellente aussi. C’est dommage, on sent qu’il y avait de l’idée et que même s’il faut aimer le style, ça colle plutôt bien au jeu.

Autre point très vite accrocheur : l’animation des personnages. Honnêtement on sent le gros travail qui a été fait par les développeurs sur les animations de nos combattants, des boss ou des ennemis. Il faut les voir bouger pour se dire « ah ouais, pas mal ». Les mouvements sont très décomposés, un peu à la manière d’un flashback par exemple. Du très bon boulot, surtout que malgré le nombre d’ennemis à l’écran, ou en jouant à 4, il n’y a aucun ralentissement ou bug. Chapeau…

Nous reste donc l’aspect visuel qui pour le coup est plutôt en demi-teinte, je parle notamment des décors. Le 1er niveau est certainement le plus laid ce qui ne donne pas une bonne impression de départ. Ce n’est pas moche, mais les décors sont assez vides, sans folie et on fait dans l’archi vu. Entre le niveau dans un ascenseur de site de constructions, la base militaire, l’immeuble ou l’usine par exemple, on ne peut pas dire que les développeurs ont cherché à innover.
Toutefois au fil des niveaux on découvre des moments vraiment sympa et originaux, comme le 1er boss qui se déroule sur un manège en perpétuel mouvement, ou le niveau sur le téléphérique, très bien foutu.

De même, le jeu montre la continuité du parcours de vos héros. Il n’y a pas de coupures entre les stages. Notre perso va sauter sur le toit du téléphérique pour passer au niveau suivant, casser une porte pour enchaîner sur le suivant, sauter dans un hélicoptère en vol, etc. Ça garde le rythme de l’action et j’imagine que c’est pour cela que les développeurs n’ont pas souhaité faire de coupures cinématiques entre deux stages.

En clair, comme vous allez pouvoir le constater sur les screens ou les diverses vidéos du jeu, le titre se situe dans la moyenne graphique de la génération 1991, l’animation en plus, et quelques effets sur les décors sympathoches.

Je regrette juste son manque de génie dans la diversité des niveaux traversés et surtout son level design au ras des pâquerettes. Vous n’aurez rien à détruire sur votre chemin (aucun objet, élément de décors), aucun relief, aucun « obstacle ». Le seul trou que vous verrez sera sur le niveau du téléphérique (l’ouverture de la cabine de toit où les ennemis peuvent tomber), et les habituels tapis roulants dans le niveau de l’usine. Pauvre, très pauvre...

Ce jeu a dû se faire Crew-cifier….

Il était nécessaire de vous faire un chapitre entier sur ses points faibles qui rendent ce jeu très moyen alors qu’il aurait pu briller un peu plus.

Commençons par le moins grave : l’IA des ennemis. Les beat them all n’ont jamais brillé par l’IA des persos mais là on touche le fond. Je vous parlais de cet unique trou dans le toit du téléphérique, eh bien vous pourrez faire tout le niveau sans vous faire toucher. Il suffit de tourner autour ou attendre de l’autre côté, tous les ennemis sans exception avanceront vers leur funeste mort sans broncher. Cette absence de réaction se ressent tout au long du jeu, surtout qu’il n’y a en réalité que 5 ennemis différents (hors boss). Nous avons l’homme armé d’un couteau, l’ennemi qui se bat à coups de poings, le soldat avec sa mitrailleuse, le gros lourdaud de service et le karatéka. Voilà on a fait le tour. Quelle que soit leur couleur, cela ne change rien, ils répondent toujours de la même façon et ne sont pas plus hargneux au fil des niveaux.

A cela vous pouvez ajouter l’incompréhension totale au sujet des armes. Les soldats sont armés d’une mitraillette mais ne s’en servent jamais (ils frappent avec c’est tout). Quand ils meurent il arrive une fois sur 100 qu’ils lâchent une grenade (mais où est la mitraillette et d’où vient cette grenade ???). L’homme au couteau, idem, j’ai dû ramasser 2 couteaux sur toute ma partie. Je n’ai jamais compris s’il y avait une manip pour leur piquer leur arme, ou si c’était seulement le jeu qui ne voulait pas vous aider en n’en faisant tomber aucune. D’ailleurs vous n’aurez que ces 2 armes, rien d’autre.

Abordons maintenant le point crucial qui met le jeu à terre : la gestion des coups. Pour vous résumer en quelques mots, il vous est impossible de frapper plusieurs ennemis en même temps.

Imaginez 2-3 adversaires qui arrivent face à vous, en bon joueur que vous êtes, vous martelez le bouton de frappe et là « oh stupeur » un seul ennemi reçoit les coups, les autres sont « immunisés » et peuvent donc vous atomiser à volonté. Je ne sais pas si c’était pour rendre le jeu plus « réaliste » mais je n’ai toujours pas compris l’intérêt de la chose. Du coup, on passe son temps à bouger pour tenter de n’avoir qu’un seul adversaire face à soi. Sachant qu’il y a souvent de nombreux ennemis à l’écran, vous aurez compris le problème…

De même, la hit box est aux fraises. Combien de fois on peste de voir que nos coups passent littéralement au travers des ennemis. Le pire étant les boss qui sont invulnérables tant qu’ils n’ont pas fini leur pattern de coups, certains ne pouvant être touchés qu’à un moment très très précis. Vu qu’ils n’ont pas de jauge de vie (une autre aberration) on se demande toujours si le combat va durer une plombe vu qu’on ne peut les toucher que par petites « touchettes » quand le moment se présente. Heureusement ils ne sont pas bien résistants, mais bon …

Vous l’aurez compris, ce qui fait la force d’un beat them all c’est la maîtrise de son gameplay, le fun qu’on éprouve en tabassant du malfrat. Tout ceci est remis en question par des choix douteux faits par les développeurs. Je comprends mieux pourquoi cette borne n’a pas connu un grand succès, voire qu’elle soit passé totalement inaperçue.


DD Crew n’est pas un très mauvais jeu, j’ai connu des beat them all bien pire. Il dispose de graphismes plutôt réussis dans l’ensemble, d’une animation vraiment travaillée, d’un mode 4 joueurs ce qui n’est pas si courant, et de quelques trucs sympas comme la bande son ou le style des combattants que je trouve intéressant.
Toutefois le gameplay est vraiment poussif, principalement de par cette impossibilité de frapper plusieurs ennemis à la fois. Cela rend le jeu pénible à jouer, surtout si on essaie de le faire en conditions réelles d’une borne d’arcade (avec crédits limités). On finit par trouver des astuces pour avancer sans trop se faire toucher, au lieu de savourer une bonne partie de castagne
…A essayer pour la culture générale.

Verdict

5

Points forts

  • Des animations très travaillées
  • Jouable à 4
  • Quelques beaux effets dans les décors
  • Une bande son sympa

Points faibles

  • Impossible de frapper plusieurs ennemis à la fois
  • Absence totale d'armes
  • Aucun élément destructible
  • Du déjà vu pour les niveaux
  • Peu d'ennemis différents
  • Une IA abominable
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Arcade 5.0 1

Commentaires

 

Archives commentaires

Merci :wink:. Il vaut le coup d'être essayé rien que pour la culture générale sur Sega. Il aurait pu être vraiment sympa, juste des idées de gameplay à la con (du moins c'est mon avis perso...)
bko, 10 nov 2020 - 7:15
Super le test, ca fait plaisir ce genre de jeu. Dommage pour les défauts car visuellement, il est accrocheur.
myau, 10 nov 2020 - 6:26
Merci pour ton test. J'avais découvert ce jeu au parc Bellewaerde en Belgique dans les années 90 (avec le shoot Doggyun de Toaplan). Ce jeu ne m'a jamais intéressé car je n'aimais pas trop le design (à une époque où Streets of Rage était déjà sorti). En lisant ton test et les problèmes de collison, je comprends que Sega ait privilégié Alien Storm ou Arabian Fight dans l'Astro City Mini.

Infos sur le jeu


D.D. Crew
Beat'em up