Test : Dancing Blade Katteni Momotenshi ! Kanzenban (Dreamcast)

D'abord sorti sur Playstation, Dancing Blade: Katte ni Momotenshi! a eu une seconde vie sur Dreamcast pile tout juste un an plus tard en septembre 1999 (pour le détail, il en a même eu une troisième en 2006 sur PSP et est, comme pour les autres versions, resté exclusif au Japon).

C'est bien entendu de la version spiralée dont il est question aujourd'hui, cette dernière tient sur deux GD-rom (contre trois CD-rom pour l'originale) et se range dans la catégorie des animes interactifs, mais interactifs en mode minimum syndical par contre.

Image

 

Eh Momo tu descends ?

Je pense que bon nombre d'entre vous ont déjà entendu parler de la légende japonaise concernant Momotarō.
Ce bébé qui était dans une pêche géante descendant une rivière fut récupéré par une grand-mère qui l’éleva par la suite.
Et bien ici, Momohime (la princesse Momo/Pèche) reprend l’idée de base puisque notre héroïne est justement née dans une pèche dans les mêmes conditions.

Image

 

Forcément pleine de question, elle va partir à l'aventure avec son équipe en quête de réponses sur ses origines mystérieuses.
Ses acolytes répondent plus ou moins aux stéréotypes classiques de bons nombres d’animés des années 90, comme avec la fille extravertie aux gros seins, le héros masculin gentil mais un peu nul ou encore un homme/robot imposant bien bourrin.

Image

 

C'est aussi l'occasion d'entendre de nombreuses voix bien connues de l’époque comme les doubleuses de Shinji et Asuka d'Evangelion.
L'histoire se scinde en deux chemins bien distincts ; en fonction d'un choix fait en début de partie, le déroulement sera complètement différent.

Quand je parle de choix, il s'agit simplement de sélectionner l'action de notre héros lorsque cela se présente à lui, ce qui influence directement la vidéo suivante et donc l'aventure globale.
L'objectif de base (qui peut donc changer) de notre équipe est d'embarquer sur un bateau de l’armée impériale pour se diriger vers l’île d'Onigashima sur laquelle semble se trouver un démon géant.
Momo va-t-elle y trouver des réponses ? Ce n’est pas certain mais sait-on jamais.
Sans surprise, le voyage en mer ne va pas vraiment bien se passer et l'aventure sera particulièrement mouvementée.

Image

 

La Dreamcast s'anime

Comme je l'ai dit plus haut, ici on a à faire à un anime interactif, mais pas du genre QTE comme Road Avenger. Non, ici c'est juste un choix de réponse à quelques moments précis et rien d'autre.
Il n'est donc pas question de gameplay, mais vraiment de visionner un anime, pas plus.
Pourquoi pas d'ailleurs, si on a moyen de varier énormément, sauf que non ; pour vous donner une idée, une partie dure à peine plus de 30 minutes et ne propose que quatre fins et seulement deux gros embranchements (la durée totale de toutes les vidéos mises bout à bout représente environ 65 minutes).

Image

 

Autant dire qu'en guère plus de deux heures on a tout vu, voire revu devrais-je dire puisqu’on doit forcément se taper plusieurs fois certains passages identiques.
Sans oublier qu'en si peu de temps, l’histoire et les nombreux personnages ne sont au final que très peu développés (voire pas du tout) et on a clairement une sensation de trop peu particulièrement prononcée.

Ça se laisse suivre sans problème mais on a l'impression de regarder un épisode en plein milieu d'une série sans avoir vu les précédents, vous voyez le genre.
En fait, ça rappelle un peu les OAV (Original Animated Video) de cette époque, ces animés destinés au marché de la VHS dans lesquels on était parfois balancé dans un univers inconnu pendant 30/40 minutes sans trop bien comprendre le pourquoi du comment par moment (de mémoire j'ai envie de dire coucou Princesse Minerva).

Image

 

Par contre d'un point de vue purement technique c'est vraiment nickel, on est devant un vrai anime, pas de compression disgracieuse, la Dreamcast est dans son élément.
C’est super beau, parfaitement fluide, avec un son au top, bref, on prend plaisir à regarder ça, il y a moyen de sauvegarder n'importe quand, un bon point.
Le générique chanté est tout aussi qualitatif.

On a quand même un peu de bonus bienvenus : galeries d'images, vidéos supplémentaires, possibilité de revoir chaque passage et même de relancer les scénarios bouclés pour être visionnés comme un épisode classique dans son canapé, et peut-être le plus intéressant, des petits résumés tout mignons concernant les origines des personnages afin de comprendre un tout petit peu plus l'univers.

Image

 

Cette version Dreamcast est aussi vendue comme une director's cut, mais n'ayant pas la version Playstation pour comparer je ne peux pas dire exactement ce qu’elle apporte de plus, mais c'est par déduction la version qui est sûrement préférable d'avoir (merci Captain Obvious).

Image

 

Techniquement il n'y a rien à redire, c'est particulièrement beau et bien réalisé, et le character design devrait plaire au plus grand nombre.
Reste que le concept de base limite vraiment l’intérêt de la chose et si effectivement on passe environ deux voire trois heures sympas, ça reste un peu léger surtout que le prix à l’époque lui, n’était pas vraiment en conséquence (alors oui, pour beaucoup cette considération est discutable vu qu'en 2023 en s'en moque de son tarif d'origine je peux comprendre, mais ce n'est pas mon avis :p).
Totalement dispensable et pourtant agréable, j'ai envie de vous dire de le lancer si vous l'avez déjà, et si ce n'est pas le cas, pas grave, vous pouvez sûrement investir votre argent dans mieux.

Compréhension du japonais : inutile pour progresser, utile pour apprécier

●2 blocs mémoires pour une sauvegarde unique

●Messages bonus différents sur les deux disques écoutables en lecture CD

●Fichier « Extra » lisible sur PC sur chacun des disques avec une (oui une...) image chacun

Verdict

4

Points forts

  • Une très belle réalisation
  • L'ambiance des animes des années 90
  • Le générique

Points faibles

  • L'impression de débarquer au beau milieu d'une série
  • Trop peu d'embranchements et de fins
  • On en fait très vite le tour
Tags

Commentaires

J'adore ce style visuel pour les mangas, ça a pas mal évolué mine de rien. Merci pour la découverte :)