Test : Dahna Megami Tanjô (Mega Drive)

Sorti fin 1991 exclusivement sur Mega Drive, Dahna : Megami Tanjô est un jeu développé par le studio IGS. Cette équipe a principalement officié sur les consoles 8 bits telles que la PC Engine, la NES, la Gameboy mais aussi quelques jeux sur SNES. Très peu connus, leurs jeux de prédilections étaient surtout sportifs avec du football ou du beach volley, aucun d’entre eux n’étant sorti du Japon.
Dahna sera leur seul et unique jeu sur Mega Drive.

Autant dire que ce titre est un petit collector et que rares sont les joueurs à véritablement connaître ce jeu. Je l’avais moi-même acquis totalement par hasard sans savoir à quoi m’attendre. Les cotes actuelles visibles dans les boutiques de rétrogaming oscillent entre 130 et 200 euros la cartouche…

La tribu de Dahna

Pour ceux ne maîtrisant pas le japonais, sachez que le scénario sur la boîte, la notice, ou l’introduction du jeu, sera dans cette langue. Heureusement l’intro et chaque fin de niveaux sont illustrées d’images type manga et nous permettent de cerner le contexte général. Une rom traduite en anglais existe et en voici la traduction :

"Vous êtes la petite sœur d'une famille vivant dans un village reculé. Vous et votre sœur disposez de pouvoirs magiques uniques qui vous permettent de maîtriser les éléments. Votre grande sœur Regine, devenant de plus en plus forte avec l'âge, finit par attirer l'attention de forces obscures qui en avaient après son pouvoir. Lorsque vous avez 7 ans, votre village est attaqué. Vos parent sont tués et votre sœur kidnappée. Vous parvenez à vous cacher et à échapper au massacre. Vous êtes alors adoptée par un magicien qui va vous élever durant les 10 années suivantes, tout en vous apprenant à maîtriser votre pouvoir."

Image

 

Alors que vous étiez en déplacement dans les montagnes, à votre retour votre village d'adoption est à son tour attaqué par des hordes d'ennemis dirigées par une sorcière maléfique masquée. Votre père adoptif est kidnappé. Le jeu débute quand vous décidez de vous mettre en route pour le sauver et de tuer les brigands qui se mettront sur votre route. 

Au fil de l'aventure, le scénario s'étoffera jusqu'à ce que votre héroïne prenne la décision d'aller affronter la sorcière maléfique dans son château. La fin du jeu, même si on la devine aisément, je vous laisse la découvrir…

Un petit mot sur la jaquette du jeu que je trouve plutôt jolie. Le design de l’héroïne ainsi que les différents ennemis ou l’ogre font plutôt occidental et tranchent avec le style manga auquel on aurait pu s’attendre pour un jeu purement japonais.

L’intro et l’écran titre passés, vous avez accès au menu d’options qui vous permet de paramétrer le niveau de difficulté (de Easy à Hard), la configuration des boutons, et l’habituel sound test.

Image

Un hommage à Golden Axe ? 

L’action commence directement dans le village attaqué par des hordes de pillards. Dès les premiers instants on pense à Golden Axe. Chevauchant un ogre énorme qui écrase ses ennemis ou balancent des coups dévastateurs, notre héroïne finit par poursuivre sa route à pied et trancher du vilain à grand coup d’épée.

Chaque ennemi tué remplit une jauge de rage qui déclenche un pouvoir laissant encore une fois penser à Golden Axe.

Vous l’aurez donc rapidement compris, Dahna est un beat them all où l’on se bat à coup d’épée et de pouvoir magique. Votre perso taille dans le vif, peut sauter et frapper en même temps, et peut même s’accroupir voire ramper pour éviter les attaques ennemies. Elle peut également sauter sur différentes montures (imposées en début de niveau) comme l’ogre, un cheval ou un griffon.

Image


Quelques petites originalités par rapport à Golden Axe : à la fin de certains niveaux, votre personnage apprend une nouvelle technique de combat, celle-ci se déclenchant avec une combinaison de boutons. De même, Dahna se veut plus violent et sanglant que Golden Axe. Ici un coup d’épée entraîne une gerbe de sang. Si vous chevauchez l’ogre et qu’il saute sur l’adversaire, ce dernier est carrément explosé sous l’impact. Dans cet esprit, j’ai adoré l’un des boss qui possède quatre bras. A force de le toucher, vous finissez par réussir à lui trancher un bras après l’autre, ce dernier combattant avec ce qui lui reste. Gore mais amusant…

Notre personnage possède une jauge de vie mais aucun objet ne vous redonnera de l’énergie ; il faut donc allier attaque et esquive pour s’en sortir, surtout qu’il n’y a pas de vies supplémentaires, uniquement 5 crédits. La difficulté fait varier l’impact des coups de vos ennemis, ceux ci étant plus puissant en mode Hard qu’en mode Easy. Le challenge est donc relevé et je conseille aux nouveaux joueurs de commencer en mode facile, même si le jeu est loin d’être insurmontable. Ce n’est pas non plus un Ghouls’n Ghosts.

En tout, ce sont six niveaux que vous allez traverser avec votre village natal, un volcan, le lac et son donjon souterrain, un niveau dans les cieux sur le dos d’un griffon (en style shoot’em up), l’escalade de la montagne et enfin le château maléfique du boss final. Sans être hyper original dans sa proposition, le fait de chevaucher différentes montures et même de faire un niveau en style shoot’em up apporte vraiment de la fraîcheur dans le déroulement de l’aventure. Petite surprise à la fin du jeu après avoir battu le boss final que je ne vous spoilerai pas mais que j’ai trouvé encore une fois très originale.

Image


Techniquement du bon et du moins bon

IGS est une petite équipe de développeurs qui a principalement œuvré sur consoles 8 bits et ça se voit. Techniquement le titre souffle un peu le chaud et le froid. Fin 1991, des jeux bien plus aboutis étaient déjà disponibles sur Mega Drive et il aurait certainement fait plus illusion un an plus tôt.

Loin d’être moche, le titre offre des scrollings parallaxes de nuages ou d’eau de très bonne facture, ainsi que quelques effets de distorsion à la fin du jeu. Les sprites sont assez petits mais comblent cette lacune par des détails intéressants sur les personnages, notamment notre héroïne ou certains boss ou montures utilisées. 

On remarque immédiatement la palette de couleurs de base de la Mega Drive qu’on remarquait sur des jeux de début de génération, le titre faisant un peu penser à Last Battle par exemple. C’est un peu terne au premier abord mais la cohérence de l’ensemble et la diversité des décors suffisent à passer un bon moment sans avoir les yeux qui pleurent…

Image


Les animations de votre héroïne ou des ennemis sont plutôt bien décomposées, sauf lorsqu’elle marche où sa posture n’est pas du tout naturelle. Pour les connaisseurs, cela m’a fait tout de suite penser à Sword of Sodan. Heureusement, il arrive rarement que vous ne fassiez que marcher dans le jeu, on oublie donc vite cette impression qu’elle a un balai coincé quelque part…

Mention spéciale pour la bande sonore que je trouve vraiment réussie avec des thèmes me faisant penser à ceux de Mystic Defender avec ses tonalités très métalliques, un peu lugubres mais entraînantes. J’aime beaucoup.

Pour le reste, aucun souci dans la gestion des collisions, pas de ralentissements ou de bugs particuliers. On aurait peut être aimé un mode deux joueurs histoire de profiter de l’aventure avec un ami comme dans Golden Axe.

Dahna : Megami Tanjô est un jeu qui dispose d’un certain charme et qui m’a vraiment enthousiasmé malgré une technique vieillissante. Le fait de pouvoir chevaucher différentes montures, le côté un peu sanglant du jeu et quelques bonnes idées de gameplay disséminées à droite et à gauche ont suffi à me faire passer un très bon moment sur ce jeu. Il a ce petit quelque chose qui donne envie de s’investir pour en voir la fin et c’est le principal. Exclusif à la Mega Drive, il mérite qu’on s’y attarde un peu, surtout pour les fans de beat them all à la Golden Axe, un genre pas forcément très représenté.

Verdict

7

Points forts

  • Une exclusivité Mega Drive
  • Chevaucher des animaux ou un ogre
  • La bande son
  • Un gameplay maîtrisé et diversifié
  • Un beat them all à la Golden Axe

Points faibles

  • Graphiquement très moyen
  • Animation de marche pas naturelle
  • Manque peut-être un mode deux joueurs
Avis des joueurs :
Note moyenne Nb avis
Mega Drive 6.0 2

Commentaires

 

Archives commentaires

J'ai beaucoup aimé ce titre. La réalisation est propre et de bon goût. On sent que les développeurs ont fait au mieux en gardant des ambitions atteignables. Il n'est pas très long mais très sympa à faire et avec une identité bien à lui.
un jeu qui a moisi une eternite dans le cash ou j'allais debut 2000 ( fermé depuis) mais vendu 50 balles SN puis passé a 90 du jour au lendemain ! du coup, jamais pris.